Logo Gazette du Sorcier
menu fermer
La Gazette Logo du Sorcier
L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !
Accueil / À la une / Box-office : il ne faut pas enterrer « Les Secrets de Dumbledore » si vite !

Box-office : il ne faut pas enterrer « Les Secrets de Dumbledore » si vite !

Avec la sortie vendredi dernier de Les Animaux fantastiques : Les Secrets de Dumbledore aux USA et au Canada, ainsi que de nombreux autres pays, le film est maintenant diffusé dans la plupart des salles de cinéma du monde. Le décompte au box-office peut donc officiellement commencer.

En effet, le week-end d’ouverture aux États-Unis est souvent considéré comme un indicateur du succès financier du film. Et les conclusions sont extrêmement partagées, car les chiffres sont très en dessous de ceux des Crimes de Grindelwald. Les analystes s’attendent au pire résultat au cinéma pour un film du Wizarding World.

Alors que le premier Animaux fantastiques avait emmagasiné 74$ millions lors de son weekend d’ouverture aux USA, et le deuxième 62$ millions, celui-ci n’a récolté que 43$ millions. Le déclin se poursuit donc pour le troisième film de ce point de vue, et certains y voient déjà une condamnation pour la suite de la pentalogie.

Le marché international et la pandémie

Le succès d’un film ne se mesure cependant pas uniquement aux USA. Les deux films précédents de la saga ont réalisé 75% de leur chiffre sur le marché international. Dimanche soir, le film avait ainsi engrangé 193$ millions dans le monde entier.

Au total, les deux films précédents avaient fini par engranger 814$ millions, puis 650$ millions dans le monde respectivement. Les résultats du deuxième opus étaient jugés mitigés, suffisamment faibles pour remettre en cause la suite de l’aventure selon certains, même si le succès critique aurait également un rôle à jouer. Autant dire que, dans ces circonstances, un troisième film qui réaliserait un résultat encore plus à la baisse peut facilement être perçu comme un arrêt de mort pour la franchise.

Les analystes estiment que le film a coûté environs $200 millions à Warner Bros., sans compte les dizaines de millions dépensés en campagne promotionnelle. Pour être rentable, un blockbuster doit générer environ le double de son budget total. Cependant, seules cinq superproductions hollywoodiennes sont parvenues à franchir la barre des $500 millions dans le monde depuis le début de la pandémie en 2020. C’est à la fois inquiétant pour la production, car il est improbable que Les Secrets de Dumbledore ne parvienne à réaliser cet exploit ; et rassurant par ailleurs, car cela permet de relativiser les difficultés rencontrées.

En effet, dans ces circonstances, Les Secrets de Dumbledore réalise malgré tout l’un des meilleurs weekend d’ouverture en 2022 sur le marché américain et sur le marché international. Le film a réalisé le meilleur résultat parmi les productions à l’affiche lors du week-end de Pâques. Avec 43$ millions, loin des $143 millions engrangés par The Batman aux USA lors de son week-end d’ouverture, ou même des $72 millions de Sonic 2, ce troisième opus tire malgré tout, relativement parlant, son épingle du jeu.

Dans l’hexagone

En France, les chiffres du box-office ne sont pas encore communiqués. Seul le nombre d’entrées est connu. Avec un cumul de 884 026 places à la fin de son premier week-end d’exploitation, le film démarre en dessous du 1er (1.267.868 entrées) et du 2ème (1.485.824 entrées) mais réalise le 2ème meilleur score de 2022 et le 5ème depuis le début de la pandémie. Au bout d’une semaine, Les Secrets de Dumbledore a atteint 1,2 million de spectateurs dans l’hexagone, aidé par le lundi de Pâques, contre 1,6 million pour Les Crimes de Grindelwald sur la même période.

Le bon, le mauvais, et le futur

Pour expliquer ce démarrage en demi-teinte, chacun y va de son explication. Les uns y voient un effet de la pandémie avec notamment encore plus de 50% des cinémas fermés en Chine (où le film n’a pu récolter que $10 millions lors du week-end d’ouverture, contre $36 millions pour Les Crimes de Grindelwald). Cependant, le succès de certains films sortis récemment, comme Sonic 2, prouve qu’il ne s’agit pas du seul facteur qui entre en ligne de compte. D’autres, selon leurs convictions respectives, affirment donc que ce résultat est dû, qui au départ de Johnny Depp ; qui au militantisme transphobe de J. K. Rowling ; qui au scénario catastrophique de l’opus précédent. Personne n’a raison, personne n’a tort ; c’est fort probablement l’accumulation de tout cela. Sans oublier les polémiques mineures telles que la condamnation de Kevin Guthrie, les frasques de Ezra Miller, et l’absence (ou presque) remarquée de deux personnages.

Ce qui pourrait jouer en faveur des Secrets de Dumbledore, en revanche, c’est la réception relativement positive du public. Bien que la critique professionnelle ne semble toujours pas convaincue (score agrégé de 48% sur RottentTomatoes), elle reste plus nuancé que pour Les Crimes de Grindelwald (36%). Mais, surtout, la note du public est beaucoup plus élevée : de 54% pour le film précédent, elle passe à 84% d’avis favorables ! Un bouche à oreille positif peut permettre à un film de réaliser un meilleur résultat sur le plus long terme.

Mais la question demeure : avec tout ça, y a-t-il un risque que la saga s’interrompe ici ? De nombreux articles alarmistes annoncent déjà la fin des haricots. Avec le quatrième scénario dont l’écriture n’est pas encore lancée et une pause annoncée depuis plusieurs mois, Warner Bros. s’apprête-t-elle à enterrer la saga ?

Bien des solutions

Le troisième film semble avoir été écrit pour pouvoir servir de fin à la saga, même s’il laisse de nombreuses intrigues en suspens. Cependant, d’autres facteurs doivent rentrer en ligne de compte. Pour Warner Bros., les options ne sont pas uniquement « stop ou encore ».

Tout d’abord, Les Animaux fantastiques fait partie d’un projet à plus grande échelle, le Wizarding World, extrêmement lucratif pour Warner Bros. et les éditeurs. A travers les parcs, les jeux-vidéo, les Studio Tour d’Hollywood et Londres, les produits dérivés… produire les films permet de maintenir toutes ces activités périphériques en vie et, à leur tour, celles-ci permettent d’investir dans de nouveaux films. Les bénéfices des Secrets de Dumbledore ne s’arrêtent pas à la sortie des cinémas.

Mettre fin à la saga de manière abrupte, ce serait endommager l’image même du Wizarding World et de la franchise Harry Potter. Ce serait un aveu d’échec. Un mauvais signal pour les investisseurs sur d’autres projets du Monde Magique. Ce ne peut donc être envisagé qu’en dernier recours. Comme l’explique Jeff Goldstein, Directeur de la distribution aux Etats-Unis chez Warner Bros à The Wrap :

Les Animaux fantastiques a toujours été envisagé comme une pièce unique d’un puzzle plus large, destiné à construire le Wizarding World. Malgré des chiffres en baisse pour Les Secrets de Dumbledore, nous sommes convaincus que la série remplit son rôle : maintenir le monde magique au premier plan dans l’esprit du grand public. Nous sommes satisfaits des bénéfices réalisés par la franchise dans les parcs à thème, les boutiques et autres activités ou produits qui y sont liés.

Alors, que pourrait faire Warner Bros. ?

  • Tourner Les Animaux fantastiques 4 et 5 en même temps, comme pour Harry Potter et Les Reliques de la Mort – Partie 1 et 2. Un tel tournage est plus intense, mais il revient moins cher par film. Le budget des deux dernier Harry Potter au cinéma est évalué à $250 millions au total, seulement $50 millions de plus que pour Les Secrets de Dumbledore. Par comparaison, le budget de Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé a atteint à lui seul $250 millions. Warner Bros. a donc bien tourné deux films pour le prix d’un.
  • Achever la saga avec Les Animaux fantastiques 4. Après tout, de nombreux fans ne savent pas encore qu’une pentalogie a été annoncée. Au moins, elle aurait une vraie fin.
  • Basculer le ou les films suivants directement sur sa plateforme de vidéo à la demande, HBO Max, en comptant sur l’envie des fans de connaître la fin de l’histoire pour les pousser à se créer un compte.

Il faudra sans doute attendre plusieurs mois avant d’avoir le fin mot de l’histoire, et savoir à quelle sauce Norbert, Albus et les autres vont se faire cuisiner ! Le succès de Hogwarts Legacy, par exemple, pourrait également jouer un rôle ; car c’est le Wizarding World dans son ensemble dont il est question.

Sources : Mugglenet, Deadline, Variety, boxofficefr, The Wrap, RottenTomatoes 1 & 2

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS