Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Artisanat Moldu / Jeux vidéos / Hogwarts Legacy – un jeu prometteur et attendu, avec un « mais »

Hogwarts Legacy – un jeu prometteur et attendu, avec un « mais »

Depuis près de deux ans, les fans attendent le grand jeu RPG, Hogwarts Legacy. Deux ans depuis les premières fuites, mais 9 ans depuis le dernier jeu Harry Potter du genre (Harry Potter et les reliques de la Mort – partie 2) ! Il y a bien eu les Wonderbooks entretemps, mais le gameplay était incomparable. Et ne parlons même pas des jeux pour smartphone proposés jusqu’à présent.

Pourtant, si l’enthousiasme est indéniable, des voix s’élèvent déjà pour tempérer les attentes. Je suis moi-même partagé entre ma curiosité, mes espoirs et les déceptions des dernières années.

La mécanique classique de Hogwarts Legacy

Pour commencer, il semble y avoir une certaine confusion quant à la nature de Hogwarts Legacy. Beaucoup de fans se sont emballés en pensant que le jeu serait un MMORPG (un jeu qui se joue à plusieurs et en ligne). Pourtant, l’information est claire : c’est un simple RPG en monde ouvert. Les joueurs rencontreront uniquement des PNJ (personnages non-joueurs) lors de leur aventure.

En ça, Hogwarts Legacy s’inscrit dans la plus pure tradition des jeux Harry Potter sur ordinateur et consoles. En dehors du fait que le monde ouvert s’étendra au delà de Poudlard, et que les joueurs incarneront un personnage unique dans une trame narrative inédite, le concept reste sensiblement le même.

Le personnage sélectionne sa baguette chez Ollivanders dans Hogwarts Legacy - jeu inspiré du Wizarding World et de l'univers de Harry Potter

Ce n’est pas un mal, loin de là. En revanche, ce n’est pas vraiment révolutionnaire. Les jeux liés à Harry Potter 5 et 6 avaient déjà fait de Poudlard un monde ouvert. L’exploration du château était un plaisir en soi, mais ne suffisait pas à faire du jeu une réussite. La contrepartie était, selon de nombreux fans, un jeu trop dirigiste, qui nous rappelait en permanence où nous rendre pour faire avancer l’histoire.

On ne peut, pour l’instant, qu’espérer ne pas tomber dans le même travers avec Hogwarts Legacy. Le fait de ne pas connaître l’histoire complète à l’avance permettra sans doute d’éviter la sensation d’être poussé en avant sans arrêt. Après, c’est dans les vieux chaudrons qu’on fait les meilleures potions !

Ce qu’on pourrait retrouver

On ne sera pas pour autant en territoire complètement inconnu ! Selon les premiers éléments, les joueurs incarneront un élève qui intègre Poudlard tardivement, à la fin du 19ème siècle. Nous pourrions donc croiser quelques personnages déjà mentionnés dans les livres. Quelques clins d’œil à l’univers déjà établi sont également possibles.

dumbledore-grindelwald.jpg
  • Dumbledore commence ses études à Poudlard en 1892
  • Elphias Doge est un camarade de classe de Dumbledore
  • Phineas Nigellus Black a été directeur de Poudlard à cette période
  • Abelforth Dumbledore débute ses études en 1895

Bref, la fin du 19ème siècle n’est pas si obscure. On s’en rend bien vite compte en consultant les pages du Wiki Harry Potter. C’est fin des années 1800 que les Canons de Chudley remportent leur dernière coupe de Quidditch, par exemple ! On peut donc espérer quelques allusions à ces faits connus.

Des allusions, pas du mauvais fan-service…

Mais, ma crainte, c’est de voir le canon massacré. De voir du fan-service appuyé et incohérent (on ne t’oublie pas, Minerva) venir parasiter la découverte. Et le Wizarding World ne fait rien pour rassurer, en indiquant dans son article de présentation du jeu que : « il y a deux façons d’arriver à Poudlard depuis la gare de Pré-au-Lard. Les 1ère année arrivent par bateau, tandis que les élèves plus âgés sont transportés en calèches volantes« .

Vous avez bien lu, le Wizarding World affirme que la calèche volante aperçue dans la bande annonce du jeu Hogwarts Legacy est la norme. Aucun livre ne fait mention de calèche volante pour arriver à Poudlard, même si celles-ci sont tirées par des sombrals. Une nouvelle fois, la machine marketing déforme le canon pour nous vendre de la nostalgie. Et de poursuivre sur « cette scène nous rappelle également les premières minutes du film Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald » ! Excusez-moi, mais non merci

Le cas Hogwarts Mystery me vient également en tête. Sous couvert d’une histoire inédite, on nous ressert pourtant la même soupe. Dans Harry Potter, il y a le bal de Noël en 4ème année ? Dans Hogwarts Mystery, il y a le bal céleste en 4ème année ! On nous sert des reboots, plutôt que de l’original.

Je ne peux m’empêcher de voir ces premiers signes comme autant d’avertissements. Si Hogwarts Legacy évite ces écueils, en revanche, tous les voyants seront au vert.

Un contexte compliqué

En plus de ces craintes en matière de scénario, l’enthousiasme de certains est tempéré par le contexte de ces annonces.

Pour de nombreux fans, leur envie de découvrir de nouveaux contenus dans le monde magique est, depuis quelques mois, altérée par la peine causée à la communauté LGBTQIA+ par les déclarations de J.K. Rowling. Tiraillés entre leur hâte de retrouver le monde magique et leur refus de donner plus de poids à l’autrice au sein du star-system, certains envisagent de se passer du jeu. Car, même si l’autrice n’a pas été directement impliquée dans la réalisation de Hogwarts Legacy, le succès de ce dernier renforcera sa « banquabilité« .

Affrontement avec un troll dans Hogwarts Legacy

Il a été maintes fois rappelé qu’un boycott n’impactera pas les développeurs, dont les salaires ne dépendent pas des ventes pour ce type de projet. L’objectif d’une telle démarche est de rendre la marque Wizarding World moins rentable, pour encourager Warner Bros. à ne plus s’associer à une personnalité problématique.

Personnellement, le fait de promouvoir le jeu en écrivant des articles à son sujet soulève des interrogations. Entre ma curiosité, mes espoirs de voir un projet officiel du Wizarding World y ramener de la magie, et le goût amer laissé par certaines prises de paroles de sa créatrice, j’ai encore du mal à trouver le juste équilibre.

Pour ceux qui, se trouvent face à un dilemme d’ordre éthique, diverses solutions ont été proposées pour découvrir le jeu tout en contribuant au minimum à son succès commercial :

  • Acheter le jeu d’occasion, quelques mois/années après sa sortie
  • Emprunter le jeu en médiathèque
  • Acheter le jeu en commun avec des amis
  • Attendre un achat en humble bundle

Que l’attente commence !

Néanmoins (comme dirait Voldemort), l’enthousiasme et la curiosité ne sont pas, intrinsèquement, des marques de soutien. Il n’y a pas de honte ou de culpabilité à vouloir découvrir ce jeu. Qu’importe comment vous vous le procurerez, rien ne vous empêche de vous réjouir à l’idée de replonger dans cet univers.

Hogwarts Legacy a le potentiel pour être l’aventure vidéoludique qui viendra rallumer la flamme de la saga. Sans le poids d’un scénario tout tracé à nous faire « revivre », il murmure la promesse de nous faire découvrir le monde magique sous un nouvel angle, à l’écart des sentiers battus. Visuellement prometteur, reposant sur une mécanique qui a fait ses preuve et moins limitée que pour un jeu sur smartphone, il a tout pour nous séduire à l’heure actuelle.

Cependant, ne crions pas victoire trop vite. On ne saura que le jour de la sortie s’il s’agit d’une réussite et d’un véritable retour aux RPG Harry Potter de qualité que nous espérons tous. D’ici-là, plus nous en attendrons, plus nos espoirs pourraient être déçus.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

Pantalaemon

Pantalaemon

Directeur de la publication

Poufsouffle Serdaigle Journaliste
Voir la fiche auteur

Pub

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS