Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Interviews exclusives avec Matthew Lewis

4 octobre 2014

Ce mercredi 1er octobre, j’ai eu la chance de pouvoir me rendre à l’Odysseum de Cologne pour l’inauguration de presse de l’Exposition Harry Potter (“Harry Potter : The Exhibition”). Matthew Lewis (Neville Londubat) était présent sur place et accordait des interviews aux médias. Il a également participé à une table ronde avec les fans invités. Voici un compte-rendu des discussions ainsi qu’un aperçu du tapis rouge.

Vous retrouverez mon compte-rendu de la visite de l’exposition ICI.

Pour avoir une interview en privé avec l’acteur, il fallait prévoir le coup : demander une tranche horaire trois jours avant l’évènement. Sauf que la venue de l’acteur nous a été annoncée à peu près trois jours avant l’évènement. J’arrive donc sur place sans interview prévue, mais avec bon espoir, et je demande s’il est possible de me glisser quelque part. Il se trouve que l’interview de groupe peut encore accueillir du monde et je reçois donc l’autorisation de venir en salle d’interview à 13h40.

JPEG - 1.1 Mo

Quelques minutes avant l’heure fatidique, on me présente les autres médias qui intervieweront l’acteur en même temps que moi : nous ne serons que trois, dont deux adolescents envoyés par chance par un site local qui sont extrêmement stressés et ne cherchent pas vraiment à pousser pour leurs questions. Nous partageons donc nos questions, nous mettons d’accord sur deux options par personne qui satisferont la curiosité de tout le monde et nous entrons dans la pièce entièrement vitrée mais parfaitement isolée du bruit de la cafeteria.

Interview

PNG - 2 Mo

L’acteur est ravi de l’occasion que cette exposition offre aux fans de plonger plus dans l’univers. Il affirme que, puisque tout le monde ne peut se rendre au WWoHP ou au Studio Tour, avoir un fragment de l’univers plus accessible à tous grâce à ses déplacements est une bonne chose. Il explique que c’est une sensation vraiment incroyable que d’avoir des fans partout dans le monde et que pouvoir leur amener cette exposition et l’inaugurer pour eux procure une certaine satisfaction.

Bien qu’il ne puisse s’empêcher de mentionner tout ce qui appartient de près ou de loin à Neville, Matthew suggère que, à part ça, c’est sans doute la section quidditch qui l’attire le plus, pour la bonne et simple raison qu’il n’a jamais pu jouer au quidditch dans les films. Il aurait bien voulu essayer l’un des uniformes mais, au moins, à l’exposition Harry Potter il peut sentir le poids des souaffles et marquer quelques buts ; un sentiment très satisfaisant pour lui qui adore le sport.

JPEG - 60.9 ko

Il espère toujours faire partie du projet, mais il n’a malheureusement pas de nouvelles. Ce qui lui fait dire qu’on fait bien de lui rappeler, pour qu’il pense à en demander. Cependant, il n’est pas à court de projet ; il s’apprêtait à décoller pour l’Afrique du Sud et après son passage à Cologne afin de tourner de nouveaux épisodes de Bluestone 42. [1] Il revient également d’un tournage dans les Caraïbes mais le projet est top secret ; on sait juste qu’il arborait un Van Dyke et des favoris (voir plus bas) qu’il a rasé dès que possible avant de se rendre en Allemagne.

Il ne s’en aperçoit pas trop et n’en prend pas vraiment ombrage. La plupart de ses projets après Harry Potter étaient destinés au marché britannique, avec des séries et des pièces de théâtre, il n’est donc pas surprenant à ses yeux de rester Neville à l’international. C’est avec surprise qu’il apprend que la BBC est diffusée en Allemagne (et dans d’autres pays du monde) et que donc ceux qui le veulent peuvent le voir dans Bluestone 42. Cependant, il affirme également qu’il a de la chance d’être associé à Neville : ‘Il y a bien pire’, plaisante-t-il. Le rôle de Neville l’a lancé, lui a ouvert des portes et il ne cherche donc pas à s’en détacher plus que ça.

PNG - 1.1 Mo

Il explique avoir notamment parlé avec Emma Watson la semaine dernière au sujet de sa campagne #HeForShe. Elle lui a ensuite envoyé un sms pour lui demander de prendre une photo de soutien à l’initiative. Il a également parlé à Dan et compte revoir Tom Felton et Oliver Phelps sous peu. Plus tard, il mentionnera Domhnall Gleeson comme “un ami à lui”.

Presque sans hésitation, Matthew se met à parler de Star Wars. Il raconte qu’il n’arrêtait pas de regarder les films quand il était jeune et qu’il rêvait à cette époque de faire partie de l’univers. Il avait pour habitude de mettre les cassettes en “rebobinage automatique” et de s’endormir devant ; se réveillant parfois au milieu de la nuit pour découvrir Leïa étranglant Jabba le Hutt, lancer un “ouais, vas-y !” et se rendormir aussitôt. Au point qu’il a usé toutes les bandes magnétiques de ses VHS.

Je le relance alors sur le fait qu’une nouvelle trilogie se tourne en ce moment ; c’est à cette occasion qu’il mentionne Domhnall Gleeson. Matthew dit ne pas avoir auditionné pour un rôle, mais si l’occasion se présente pour l’un des deux volets suivants il la saisira. Après être redescendu sur terre [2], il rappelle cependant qu’il y a un nombre incroyable d’autres films qui suscitent en lui la réaction “si seulement j’avais été là/j’avais eu le bon âge quand ils ont tourné”.

JPEG - 63.5 ko

La journaliste tente de reformuler pour bien se faire comprendre, mais il rigole et dit saisir l’intention. A ses yeux, Neville est un rôle plus riche que d’autres : c’est le héros inattendu, avec une évolution extrêmement marquée et qui offre du courage à de nombreuses personnes. Pouvoir incarner cette évolution est un privilège. Neville, c’est le personnage qui rappelle que tout le monde est capable de faire des choses incroyables, que tout le monde a cette force enfouie au fond de leur être, malgré ce que la pression sociale et la société veulent faire croire. Il a reçu des lettres de fans affirmant que le personnage de Neville les avait aidés à surmonter leurs problèmes de harcèlement à l’école ; une expérience qu’il décrit comme “source d’inspiration et d’humilité”. Il n’oublie cependant pas de rendre à César ce qui lui appartient : “je n’étais que l’interprète ; JK Rowling connaissait la valeur de Neville depuis le premier jour. Donner vie à un tel personnage, son personnage, était un honneur”.

JPEG - 397.3 ko

L’acteur cite Leeds en premier lieu, sa ville natale, mais il suggère ensuite York, photo ci-contre, la ville médiévale dont l’enceinte tient toujours (et est accessible au public) [3]. Il cite également Ilkley pour l’ascension des “Cow and Calf Rocks” ; la superbe côte du Yorkshire où se trouvent Scarborough, connu par son marché et sa chanson, mais aussi Whitby où se trouverait le meilleur Fish and Chips du pays et qui apparaît dans le roman Dracula ; et finit en parlant du Yorkshire Dales National Park. Il rappelle que la phrase “Godzone” [4] est appliquée à la région du Yorkshire et que ce n’est pas sans raison.

Table ronde

JPEG - 1.2 Mo

Après leur visite expresse de l’exposition, les fans présents (dont une dizaine est liée à l’école virtuelle hp-fc.de…) ont droit à dix minutes de table ronde avec Matthew Lewis et le directeur artistique de l’exposition ; mais personne ne prête véritablement attention à ce dernier. La discussion est fortement dirigée par l’un des responsables de l’exposition qui a guidé les fans et a suggéré deux questions qui serviront à entamer la conversation ; voici les informations qui ressortent de cet évènement.

JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 1 Mo

Le tapis rouge

JPEG - 1.2 Mo

Le tapis rouge était loin d’être fascinant ; heureusement que j’ai pu passer ce moment avec les envoyés de Mugglenet et SnitchSeeker. Les invités qui se présentent sont des acteurs de séries allemandes ou des grands pontes des médias. Il y a aussi le maire de Cologne, quelque part... mais comme je ne sais pas à quoi il ressemble, ça ne nous avance guère.

Certains invités arrivent dans un bus affrété pour l’occasion : il est peint en mauve et de manière à donner l’illusion d’avoir trois étages. Ce n’est pas un vrai magicobus, mais ça met un peu d’animation en attendant la seule véritable star que nous connaissons : Matthew Lewis.

JPEG - 1.2 Mo

C’est lui qui reste le plus longtemps sur le tapis, principalement pour des photos. Il n’y a aucun fan présent pour demander des autographes, sinon les membres de hp-fc.de à qui il a été demandé de rester avec leurs costumes pour servir d’arrière-plan partiel aux photographes ; et, eux, ils ont déjà eu leur autographe après la table ronde.

JPEG - 1.2 Mo

Une fois Matthew passé, le petit groupe de sites que nous avons formé se glisse une nouvelle fois à l’intérieur, en passant à notre tour sur le tapis rouge. La foule est impressionnante, nous n’avions pas réalisé que tant de personnes nous étaient passées devant en une heure. Les serveurs portent tous une cravate aux couleurs d’une maison et proposent zakouskis et boissons ; quelques classiques, mais aussi quelques breuvages plus originaux comme un milkshake framboise-marshmallow ou un cocktail servi dans une éprouvette (pensez potions).

Le maire de Cologne va faire un discours, Matthew va inviter tout le monde à visiter l’exposition en compagnie du directeur artistique, mais il est temps pour moi de m’éclipser : j’ai un train à prendre et j’ai déjà passé suffisamment de temps dans l’exposition et en compagnie de l’acteur. C’est la fin d’une longue journée, épuisante mais enrichissante.



[1Série de la BBC dans laquelle il incarne un soldat britannique en détachement en Afghanistan.

[2see what I did there ?

[3La légende veut également que le quartier des Shambles à York ait inspiré le Chemin de Traverse des fillms

[4Plus rarement “Godzown”, et abréviation de “God’s Own Country” ; le pays de dieu lui-même


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :