Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

L’expo HP ouvre à Cologne : impressions !

2 octobre 2014

Ce mercredi 1er octobre, j’ai eu la chance de pouvoir me rendre à l’Odysseum de Cologne pour l’inauguration de presse de l’Exposition Harry Potter (Harry Potter : The Exhibition). Le voyage est plutôt long depuis mon Angleterre profonde, mais je suis curieux d’enfin pouvoir découvrir cette attraction qui a fait le tour du monde, des État-Unis à l’Australie en passant par le Japon et Singapour avant de s’arrêter pour la première fois en Europe en mai dernier pour une étape en Suède.

Je suis cependant dubitatif et anxieux : j’ai vu le Studio Tour plus d’une fois, ai récemment eu la chance de visiter le WWoHP à Orlando… cette expérience sera-t-elle similairement positive ? Ou me semblera-t-elle bien pâle en comparaison ? ... Pour ceux qui veulent la réponse directement ainsi que les détails de dates et lieu pour l’expo, cliquez ICI ; les autres peuvent lire le compte-rendu complet ci-dessous !

J’ai eu l’occasion d’interviewer Matthew Lewis (Neville) et d’assister à une table ronde en sa présence ; les informations à ce sujet seront développées dans un autre article, tandis que nos photos sont visibles ICI.

Compte-rendu

Mon train arrive à Cologne avec une heure de retard et je m’empresse de sauter dans un taxi. Depuis la gare centrale (Köln HBF), le taxi vous coûtera une douzaine d’euros, mais des trains locaux partent de cette même gare et arrivent à 3min à pied de l’Odysseum pour un prix inférieur à 2€… je n’avais juste pas la patience d’attendre. [1]

JPEG - 1.2 Mo

Première bonne surprise, je suis accueilli comme membre de la presse, alors que les envoyés d’autres sites (Snitchseeker, Mugglenet…) sont classés « fans ». Ça veut dire que, contrairement à eux, je n’aurai pas de réplique de baguette gratuite ; mais j’aurai 3h pour me balader dans l’exposition quand ils n’ont droit qu’à 30min de visite guidée. Et c’est là que ça devient intéressant, parce que j’ai mis 2h30 pour faire le tour en me concentrant sur les détails et sans audioguide ! Alors, certes, j’ai vraiment pris mon temps, mais ça gage de la richesse de cette exposition ! Une visite d’une demi-heure : quel gâchis ! [2]

Si j’ai passé tant de temps à l’intérieur, vous vous doutez que mon avis ne peut être que positif. L’exposition est minuscule par rapport au Studio Tour, mais elle forme une expérience différente et complémentaire. Si les objets sont bien plus proches les uns des autres, causant parfois le désagrément de voir un accessoire à moitié caché par un autre, ils sont aussi bien plus proches du visiteur. Les costumes sont parfois à peine à 50cm des fans, ce qui n’est pas toujours le cas au Studio ; ça permet de vraiment admirer le détail des broderies… et, croyez-moi sur parole, il y en a du détail à admirer !

J’ai pu discuter avec quelques employés des lieux, qui m’expliquent que, si la disposition des lieux change par rapport à l’espace disponible, l’organisation de l’exposition reste toujours la même.

JPEG - 781.9 ko

On commence par une cérémonie de répartition. Deux ou trois visiteurs volontaires peuvent s’asseoir sur une chaise haute et être coiffés d’un choixpeau… ou presque puisque la guide ne le pose jamais véritablement sur leur tête. Elle pose quelques questions dont “dans quelle maison voudriez-vous aller ?” et, lorsque le visiteur a donné la réponse, la voix du choixpeau s’élève, annonçant en anglais une série de qualités et la maison associée. Je suspecte la question posée juste avant l’intervention du choixpeau d’offrir un retour positif à chaque fois ; si vous préférez Poufsouffle, le choixpeau vous y enverra : c’est une question de choix après tout. Je n’ai aucune preuve de ce que j’avance car les personnes réparties en ma présence ont toutes demandées d’être à Gryffondor et je n’ai donc entendu que le message enregistré pour cette maison.

JPEG - 1.2 Mo

Ensuite, on pénètre dans une pièce à écran fragmenté, une expérience qui en rappellera une autre à ceux qui ont visité le Studio Tour. Le but est ici, au travers de fragments des films, de suggérer la structure de l’exposition à venir. A la fin de la vidéo, un mur s’ouvre pour révéler la gare de Pré-au-lard avec une locomotive, des bagages, de la fumée, mais pas de Hagrid. On nous accueille quand même à grands cris de “Welcome To Hogwarts” avec une grosse lanterne pour nous indiquer le chemin dans la pénombre ambiante.

Vient ensuite la salle commune de Gryffondor : quelques portraits dont celui de la Grosse Dame, de Phineas Nigellus et de Percival Pratt (toujours lui) sont accrochés à un mur. Plusieurs costumes du trio ainsi que de leurs amis proches encadrent des vitrines dédiées aux accessoires spécifiques à ces élèves. Un tableau de communication affiche plusieurs messages, dont un avis pour objet perdu : une fausse barbe de Merlin.

JPEG - 1 Mo

La section suivante est destinée aux cours. Défense contre les forces du mal, avec l’armoire à épouvantard, costumes et livres de Lockhart, bureau d’Ombrage ; potions, avec les costumes de Rogue et Slughorn ainsi que leurs livres, des bézoards, une fiole de Félix Félicis ; divination avec la “tasse au sinistros” ; mais aussi botanique avec le costume de Chourave, quelques outils de jardinage dont les gants en peau de dragon. C’est ici que se trouvent les mandragores à déraciner, deuxième interaction de la visite. On ne peut pas les sortir entièrement de leur pot mais elles font un bruit inimitable et elles sont vraiment plus lourdes qu’il n’y paraît : c’est amusant (vidéo).

JPEG - 1.2 Mo

Vaguement lié à la section précédente, l’espace quidditch permet d’observer plusieurs costumes dont celui de madame Bibine… mais pas de costume de Serdaigle. Pourtant, Gryffondor, Serpentard, la Bulgarie et même Poufsouffle sont représentés. Une vitrine est consacrée à la coupe du monde, avec les programmes et les multiplettes, ainsi que plusieurs instruments optiques moins connus et le coffre contenant les balles à Poudlard.

Sur le côté, trois anneaux de Quidditch et plusieurs souaffles attendent les sportifs en herbe. Étant joueur de muggle quidditch, je marque chaque essai [3] mais je suis surpris par le poids des balles. Elles sont en cuir et pleines, loin des balles de volley sous-gonflées dont se servent les moldus. Une nouvelle expérience intéressante que d’essayer d’imaginer véritablement jouer avec ces souaffles.

Buck nous accueille ensuite dans le potager d’Hagrid, en compagnie d’Harry, Ron, Hermione et MacNair, sa gigantesque hache posée au sol. La porte de la cabane est ouverte et on y découvre un environnement à taille réelle (comprendre, à la taille du demi-géant) ; sur la table, l’œuf de Norbert tremble, sur le point d’éclore, et dans un coin un fauteuil de bonne taille est surplombé d’une étiquette please sit. Avec plaisir !

JPEG - 1.7 Mo

La suite nous conduit logiquement dans la forêt interdite. Entouré d’un centaure, d’une araignée géante carrément effrayante, d’un Magyar à Pointe (du moins sa tête) et d’un bébé sombral, je regrette l’éclairage d’ambiance qui assombri fort l’endroit. Cependant, jusqu’à ce point, l’éclairage est bien plus agréable que celui du Studio Tour (pas d’alternance jour/nuit) et met les accessoires exposés bien plus en valeur en rendant les détails plus visibles.

L’ambiance reste aux ténèbres à l’approche de la section “magie noire”. Costumes de mangemorts, de Quirrell, de Voldemort, de prisonniers d’Azkaban, posters de recherche… même Kreattur et un gigantesque détraqueur sont de la partie. Les visiteurs peuvent donc se vanter d’avoir vu ce qui se cache sous la capuche d’un détraqueur et y avoir survécu… s’ils parviennent à prendre une photo avec flash, ce qui est techniquement interdit.

JPEG - 1.1 Mo

La dernière partie de l’exposition mène à la Grande Salle dans laquelle on retrouve les costumes de Dumbledore, Sirius, Tonks, McGonagall ainsi que les décors et accessoires du tournoi des trois sorciers. Les robes de bal (de noël et du mariage de Bill et Fleur) sont également exposées aux côtés des tenues de Fred et George Weasley. Fumseck clôt la visite, faisant face aux habits du Baron Sanglant, couverts de sang comme il se doit.

JPEG - 1.4 Mo

Passage obligé par la boutique, qui offre une panoplie réduite de produits dérivés ; six baguettes différentes, divers souvenirs (tasses, casquettes), vêtements aux couleurs des quatre maisons, boursoufflets… Les visiteurs ont aussi la possibilité de prendre une photo sur fond vert avec une baguette et une écharpe à la couleur de leur maison avant de choisir entre six arrière-plans différents. La photo unique coûte 18€ ; 30€ pour trois photos et 45€ pour six photos en plus des copies digitales.

A la sortie, je discute encore avec quelques employés et j’apprends donc au détour d’une conversation que l’exposition devrait rester à Cologne jusqu’en février au minimum (plus si elle venait à être prolongée). Les audioguides et les guides souvenirs sont disponibles sur place en allemand et en anglais.

Conclusion

Au final, je ressors ravi de l’expérience. De nombreux objets présents ici ne sont pas au Studio Tour et, quand il y a des redites, un éclairage plus puissant et stable ainsi qu’une plus grande proximité et une taille de vitrines réduite permettent de mieux apprécier le détail.

JPEG - 1.3 Mo

Cologne est loin d’être inaccessible aux résidents des Pays-Bas, de Belgique et du nord et de l’est de la France (peut-être même aux résidents suisses) [4] ; c’est une occasion à ne pas manquer ! Sans oublier que Cologne est une ville qu’il vaut la peine de visiter lors d’un city-trip ! C’est un véritable complément au Studio Tour.

Suite à ma visite, j’ai pu interviewer Matthew Lewis et discuter avec le directeur artistique de l’exposition. Ceci fera l’objet d’un autre article, celui-ci étant déjà suffisamment long. Toutes les photos se trouvent ICI.

Détails

L’exposition Harry Potter ouvre ce vendredi 3 Octobre 2014 à l’Odysseum de Cologne.

Prix : achat en ligne ICI, entre 24-30€ selon les âges.

Heures : Lundi-Jeudi 9h-19h, et Vendredi-Dimanche 9h-20h.

Adresse : Corintostraße 1, 51103 Köln

Fin : déplacement pour une autre ville aux environs de la fin février 2015, pas de nouveau lieu annoncé à l’heure actuelle : “on finalise les détails” m’a dit le directeur artistique lorsque j’ai demandé si l’exposition resterait en Europe.

Audioguides/guides papiers : Allemand/Anglais



[1Arrêt à la gare de Köln Trimbornstr

[2Même si, m’a-t-on dit, les anecdotes du guide étaient plutôt intéressantes.

[3Le ‘ding’ qui retentit est plus que satisfaisant, il nous faut ça au quidditch !

[4Et, si vous venez de plus loin, le bus est peut-être plus abordable, comme avec Eurolines


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :