Logo Gazette du Sorcier
menu fermer
La Gazette Logo du Sorcier
L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !
Accueil / Les grands articles de la Gazette / Interview / C’est un bon nom ça : Harry Potter ?

C’est un bon nom ça : Harry Potter ?

En 2018, le journaliste et rédacteur anglais Thomas Ling s’est posé la question que peu se sont posés avant lui : comment vit-on aujourd’hui lorsque l’on s’appelle Harry Potter ?

Si, pour nous qui sommes fans de la saga Harry Potter, ce nom résonne comme un écho de notre enfance, de nos rêveries et de nos espoirs d’être un jour sorcier, pour d’autres, la fiction est une réalité quotidienne. Bon, on parle simplement du nom, pas des pouvoirs !

Pour cause, Harry Potter, le héros de la saga, a beaucoup d’homonymes dans la vie moldue. Ce nom est même relativement commun. Thomas Ling a donc voulu rencontrer ces Harry Potter, héros de leur quotidien presque normal. Cinq Harry Potter se sont prêtés au jeu de l’interview. Ils partagent l’impact de la saga et de ce nom mondialement connu dans leur vie de « Monsieur tout le monde ».

L’interview des Harry Potter

L’avocat

Avocat, historien, prêtre ordonné et chanteur, Harry Potter a plusieurs cordes à son arc. On pourrait penser que son nom fait sourire son entourage ou même qu’il puisse le discréditer. Mais Harry Potter sait en tirer parti, principalement dans le cadre de son travail d’avocat.

« Les jurés adorent ça. Ils me sourient […]. Et si vous mettez le jury de bonne humeur, il sera plus facile de l’impressionner […] cela me donne un avantage immédiat. Et [les procureurs] savent que cela me donne probablement un peu d’avance, mais cela les amuse aussi.« 

Son nom lui a cependant valu des situations cocasses. Une procédure a notamment été perturbée à cause de celui-ci.

« J’ai déjà eu un client pour lequel le juge avait ordonné un rapport psychiatrique. L’énorme rapport de 17 pages a conclu qu’il délirait parce qu’il pensait que son avocat était Harry Potter.« 

Il a finalement écrit à J. K. Rowling en personne pour lui demander si elle ne s’était pas inspirée de lui pour imaginer le nom du petit sorcier. Après tout, il est d’origine écossaise et disposait d’une certaine réputation à Édimbourg. Il est même apparu plusieurs fois à la télévision, où il présentait l’émission The Strange Case of the Law sur la chaîne BBC 4 (en 2013, bien après la sortie des livres). Il fut surpris d’obtenir une réponse de la part de l’autrice. Cette dernière lui indiquait que « Harry était simplement son nom préféré et les Potter étaient ses voisins à l’époque. »

Un peu déçu, Harry Potter s’est consolé en se disant qu’il détenait désormais une lettre de l’autrice… qu’il pourra vendre un jour aux enchères !

L’étudiant

Étudiant à l’université au moment de l’interview, Harry Potter est né 5 mois avant la publication du premier tome. Du coup, il a toujours été « Harry Potter ». Pas juste Harry. Pas juste Potter. Systématiquement, les gens l’appellent « Harry Potter ».

Néanmoins, au cours de sa vie, il a su tirer parti des avantages à « sa » notoriété. Il a notamment été l’invité d’honneur de la librairie WHSmith d’Exeter lors de la sortie de Harry Potter et les Reliques de la mort, en librairie, le 21 juillet 2007.

Également, lors de ses voyages, il a souvent vécu des moments incongrus lorsque les douaniers s’amusaient à crier son nom après l’avoir lu sur son passeport.

Mais son aventure la plus étrange dans un aéroport s’est produite lors d’un voyage scolaire en 2013. Alors qu’il était avec ses camarades de classe, un élève a aperçu l’acteur Gary Oldman (Sirius Black). Aussitôt, un élève a décidé de crier à l’acteur qu’ils avaient Harry Potter parmi eux.

« [Gary Oldman] pensait que c’était une blague, mais il a joué le jeu. Il a dit en souriant ‘Oh vraiment ?’. Puis il m’a tiré de la foule. Je me cachais à l’arrière parce que je savais que cela arriverait. Il a lu mon passeport, s’est arrêté et a dit ‘oh merde !’. J’étais sur un petit nuage.« 

Finalement, on l’envie un peu notre Harry Potter étudiant : il a pu rencontrer et poser avec Gary Oldman !

Harry Potter et Gary Oldman

Le salarié en marketing

Du plus loin qu’il s’en souvienne, Harry Potter a toujours baigné dans la Pottermania et été fier de porter ce nom.

L’un des principaux avantages s’est présenté à lui lorsqu’il fut invité à l’avant-première londonienne de La Chambre des Secrets en 2002.

« J’y suis allé avec ma mère. Toutes ces stars marchaient sur le tapis et puis il y avait nous – tous les photographes se sont retrouvés à demander ‘c’est qui ?‘ »

Mais à 24 ans, alors que l’on souhaite mener une vie ordinaire et que l’on a des passions, s’appeler Harry Potter n’est pas toujours chose aisée, même s’il le prend avec philosophie.

« Je joue au golf. J’adore ça alors, je voulais participer à une compétition… J’ai appelé pour m’inscrire et en entendant mon nom, ils ont dit que ce n’était pas le 1ᵉʳ avril et m’ont raccroché au nez ! Parfois, le nom ne joue pas en ma faveur.« 

Le commercial

Quand on s’appelle Harry Potter et qu’on travaille comme commercial, il y a une règle d’or : toujours disposer de nombreuses cartes de visite !

« Sur les événements, des gens viennent me voir sur mon stand en disant : ‘Je suis désolé, je suis juste ici pour obtenir une carte de visite avec le nom de Harry Potter’. Je peux en donner 80 à 100 sur la journée. Ca ne me dérange pas – c’est un excellent moyen de briser la glace. Et c’est bon qu’on se rappelle de vous si vous vendez le bon produit !« 

Il lui est également arrivé d’obtenir des passe-droits du fait de son nom. Arrivé en retard à l’exposition Harry Potter History of Magic de la British Library, il a non seulement été autorisé à entrer, mais surtout, à y rester aussi longtemps qu’il le désirait après la fermeture !

Non sans sens de l’humour, Harry Potter se déguise régulièrement en sorcier pour Halloween. Un choix facile, mais dont il ne se lasse pas !

L’entraîneur physique

Dans le cadre de son travail d’entraîneur physique et de conseiller en nutrition, porter le nom de Harry Potter ne lui a pas simplifié la vie.

En effet, pour partager ses conseils et vidéos sur les réseaux sociaux, il est obligé de mentir sur son nom ! Il craint non seulement les problèmes de droits pour développer son profil professionnel sur les réseaux sociaux, mais aussi les réactions des utilisateurs. Certains pourraient insinuer qu’il utilise un faux nom pour se faire connaître ! Il s’est donc rebaptisé Harry Ashton Potter afin de se démarquer du monde de la sorcellerie.

Au quotidien, il fait fi de son lien avec la saga, mais ses amis sont toujours présents pour le lui rappeler.

Une vie bien différente, ou finalement liée ?

Bien que nos cinq Harry Potter aient eu un parcours différent et vécu des aventures liées à leur nom, ils ont toujours un regard détaché sur la saga. Ainsi, en dehors de leur nom, ils ont un autre point commun : ils préfèrent tous Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien.

Seuls deux des Potter admettent qu’ils connaissent bien l’histoire du sorcier à lunettes. Cependant, ils ne peuvent aucunement afficher publiquement leur fan-attitude. Harry Potter, l’étudiant, explique :

« Il y a des années, j’ai reçu une paire de gants d’hiver Gryffondor et on s’est vraiment foutu de ma gueule quand je les ai portés. Plus jamais !« 

Tous les Potter détestent également réserver une table au restaurant par téléphone, ou prendre un rendez-vous s’ils doivent préciser leur nom complet ! En général, on ne les prend pas au sérieux.

Invisibles sur internet

Ils font également face à des difficultés sur internet et les réseaux sociaux. Leurs profils personnels ont régulièrement été bannis des réseaux ! De nombreux Harry Potter ont ainsi fini par écrire leur nom sous un autre format, en y ajoutant leur deuxième prénom ou encore en utilisant un pseudonyme.

« Je me suis inscrit sur Facebook quand j’avais 13 ans mais chaque fois qu’un nouveau film sortait, mon profil était suspendu. Ils disaient que mon compte était créé sous un faux nom. Chaque fois je devais envoyer un scan de mon passeport et environ deux semaines plus tard, je pouvais retourner sur Facebook. C’était incroyablement frustrant !« 

Plus largement, sur internet, quiconque cherche des informations sur « Harry Potter » dans un moteur de recherche tomberait sur des images de la saga ou de Daniel Radcliffe. Cet anonymat peut être bénéfique : impossible pour un employeur de trouver des données personnelles ou des photos compromettantes ! Pas de risque non plus de voir son identité subtilisée par des fraudeurs.

Cape d'invisibilité dans le film Harry Potter 1 lorsque Harry la reçoit à Noël.

Cependant, difficile pour eux de lancer un commerce portant leur vrai nom. D’ailleurs, toute référence à Harry Potter les expose à des poursuites. Ouvrir un pressing Harry Potter peut être considéré comme un préjudice pour la marque de Warner Bros. ! Sans licence, tout lien avec le sorcier à lunettes est un risque.

Un nom gagnant ?

Sur un CV, leur nom attire inévitablement le regard et, si l’employeur y fait référence lors d’un entretien, c’est une belle opportunité pour démontrer son autodérision. Humour et susceptibilité sont autant de traits de personnalité que les employeurs tentent d’évaluer.

Harry Potter, l’avocat, a également été élu au conseil municipal de Greenwich à Londres et c’est en partie grâce à son nom. En effet, lorsqu’il faisait du porte-à-porte, les enfants du quartier le suivaient, à cause de son nom : de quoi marquer les esprits !

En revanche, d’autres se méfient : avec un tel nom, impossible de vivre sa vie en toute discrétion. Toute conversation peut devenir une anecdote : « l’autre jour, j’ai discuté avec Harry Potter ! » Sans parler des rassemblements… « Lors de l’assemblée scolaire de ma première semaine, ils ont décidé de crier mon nom. Tout le monde a commencé à chuchoter – c’était comme cette scène dans Harry Potter à l’École des Sorciers, » se souvient le vendeur Harry Potter.

L’absence d’anonymat et le lien direct à la saga a d’autres conséquences. Les gens se souviennent inévitablement de tout geste, ou de toute parole inadéquate. Il faut faire un effort constant pour se montrer exemplaire, au risque de voir toute maladresse amplifiée.

S’appeler Harry Potter, ça rend gentil ?

Porter ce nom est donc bien une arme à double tranchant. Il faut apprendre à vivre avec et il impacte forcément le quotidien. Cependant, malgré quelques aventures cocasses, le nom qu’ils portent n’a jusqu’à présent pas eu de réel impact négatif sur leur vie et leur estime personnelle.

Il existe évidemment plus de cinq personnes portant ce nom sur terre, mais seules quelques-unes ont accepté d’être interviewées par Thomas Ling.

Certaines ont fait le choix de vivre sous un alias ou ont fait changer leur nom à l’état civil.

Cependant, Thomas Ling affirme que tous les Harry Potter qui ont accepté de lui parler étaient très ouverts à la discussion, confiants et emplis d’auto-dérision. Porter ce nom n’en a pas fait des personnes sur la défensive qui redoutent les plaisanteries à coups de « 10 points pour Gryffondor !« . Malgré des années de situations potentiellement gênantes, voire anxiogènes, ils étaient tous optimistes et positifs.

Leur vie n’est pas parfaite ni sans écueil, mais ils prennent ce hasard du destin avec légèreté plutôt que comme un fardeau. Et, ça, c’est une belle leçon à tirer de nos Harry !

Source : RadioTimes

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS