Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Les grands articles de la Gazette / Critiques / Critique : « Les Pouvoirs de l’Enchantement » de Anne Besson

Critique : « Les Pouvoirs de l’Enchantement » de Anne Besson

Harry Potter et la fantasy peuvent être des sujets sérieux, en tant que fidèles lecteur.rice.s de la Gazette vous le savez déjà ! Et si vous avez déjà jeté une oreille à notre podcast ASPIC, vous savez aussi que des universitaires partagent cet avis et s’intéressent de très près à notre œuvre favorite, mais aussi à nous – et à vous – membres du fandom Potterhead.

Anne Besson, professeures des universités en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois (Arras) est spécialiste des littératures de l’imaginaire. Elle a déjà signé de nombreux ouvrages sur le sujet, et a dirigé le Dictionnaire de la fantasy (2018, éditions Vendémiaire). Nous avions eu la chance de l’accueillir pour un épisode d’ASPIC l’an passé. C’est donc avec grand intérêt que nous avons vu arriver son nouveau livre : Les pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction (éditions Vendémiaire).

« La fantasy nous parle de notre monde »

Si les éditions Vendémiaire ont choisi de mettre les silhouettes rouges et blanches de La Servante écarlate en couverture, Harry Potter et le Wizarding World sont bien les exemples les plus présents tout au long de l’ouvrage pour illustrer les propos de l’autrice. Anne Besson part d’un constat : la fiction et les genres de l’imaginaire ont pris de plus en plus de place dans nos vies, au point qu’on leur prête aujourd’hui un pouvoir sur le réel en les utilisant dans des mobilisations militantes et politiques. Nous vous en avons parlé ici même avec l’exemple des mobilisations en Thaïlande.

L’autrice explore en particulier l’exemple de la puissante et très active Harry Potter Alliance (HPA), organisation militante dont nous relayons régulièrement les actions. Du côté français, ce sont les étudiants de Rennes 2, et le succès de leur liste intitulée L’Armée de Dumbledore qui illustrent ces nouvelles formes d’engagement militants de la jeunesse.

Mais pourquoi et comment les fictions acquièrent-elles ce pouvoir sur le réel au point d’être utilisées dans les débats politiques, ou de motiver les fans à s’engager ?
Anne Besson explore cette question dans toute sa complexité historique, sociologique, et littéraire. Comment fonctionne ce « critère de pertinence », c’est-à-dire ce qui fait que l’on considère une œuvre – au hasard, Harry Potter – utile pour réfléchir sur notre monde, et pour inspirer des changements positifs ? Une caractéristique importante de la fantasy serait la bonne distance qu’elle permet d’avoir avec le monde réel. Il ne s’agit pas de fuir la réalité, mais de faire le pas de côté. Y voir plus clair, avec l’esprit débarrassé de ses préjugés grâce à l’évasion dans la fiction. Et nous serions d’autant plus réceptifs à un message moral, et à une interprétation politique, si l’œuvre ne les impose pas trop frontalement, en laissant une liberté d’interprétation au lecteur, et donc la place au débat.

Les « orphelins de Poudlard » au pouvoir

Et justement, cette capacité à interpréter, discuter et débattre, est un moyen pour les lecteurs.trices d’exercer un véritable pouvoir sur les textes qu’ils.elles investissent. C’est là le cœur de l’analyse d’Anne Besson : explorer cette évolution récente du rapport des fans à l’objet de leur passion, et du renversement d’autorité entre l’auteur et le lecteur. Car pour elle, ces deux expressions de l’évolution du rapport à la fiction et à l’imaginaire (l’utilisation de la fiction dans l’engagement politique et le pouvoir des lecteurs sur le texte) sont indissociables et doivent être analysés ensemble. Encore une fois, J.K. Rowling et les Potterheads sont invoqués comme l’exemple-type de ces évolutions, et Anne Besson propose sa lecture de l’évolution des rapports entre les fans et l’autrice.

La description qui est faite de notre communauté Potterhead – elle nous nomme « les orphelins de Poudlard » – est particulièrement touchante. Elle souligne que l’œuvre elle-même est une « ode aux pouvoirs de l’imagination ». On pense à la fameuse citation de Dumbledore : « Bien sûr que ça se passe dans ta tête, Harry, mais pourquoi donc faudrait-il en conclure que ce n’est pas réel ? ».

Les lecteurs que nous sommes sont « intimement imprégnés par ses valeurs et sa représentation du monde » (p.100). Ce qui nous rassemblent également, c’est ce « deuil » de ne pas avoir reçu notre lettre à Poudlard. Cette expérience se retrouve dans l’engagement des fans et leurs discours, comme au sein de la HPA qui affiche son objectif de « transformer les fans en héros », et de « changer le monde en mettant l’action politique à la portée de tous grâce au pouvoir du récit ». Un message fidèle à celui porté par l’œuvre, et encouragé par J.K. Rowling publiquement, ce qui lui avait donné un statut d’alliée des fans et de leurs combats (dans un premier temps). 

Guerre culturelle, conflits et débats passionnés

Tout comme la fantasy nous permet de faire un pas de côté, ce livre invite à prendre du recul pour observer l’explosion de débats passionnés. Ces derniers sont de plus en plus nombreux et conflictuels au sein des communautés de fans, et entre ces dernières et les auteurs/créateurs/producteurs du contenu qu’ils.elles aiment et défendent.

Logo de la campagne "vigilance constante" de la Harry Potter Alliance
« Si vous n’êtes pas scandalisés, vous ne pratiquez pas la Vigilance Constante »
Image : Harry Potter Alliance

Encore une fois, le cas des Potterheads et de J.K. Rowling sert d’illustration exemplaire. Les lecteurs tendent à revendiquer une « propriété pleine et entière de l’objet de leur passion » face à un auteur qui les auraient déçus. Anne Besson analyse notamment les réactions à Harry Potter et l’Enfant maudit et décrypte le contexte et les mécanismes de cette évolution. Elle explore ainsi les conséquences sur le rapport de force qui ne cesse d’évoluer entre les créateurs et le public.

Elle aborde aussi longuement le sujet brûlant des grandes batailles d’opinions autour de la question de la représentation. Ces combats pour défendre une plus grande diversité dans les fictions s’inscrivent dans un processus culturel qui amène nécessairement à la politisation, et donc la polarisation des débats.
Nos attentes évoluent très vite, et amènent à sans cesse ré-évaluer la « pertinence » des fictions auxquelles nous sommes attachés. En pointant des manques, les fans font perdre à J.K. Rowling ce statut d’alliée qu’elle avait une quinzaine d’années plus tôt, lorsque les critères de pertinences n’étaient pas tout à fait les mêmes. Le livre aide aussi à prendre du recul sur les conflits internes des fandoms que nous vivons de l’intérieur au quotidien.

Une lecture complexe et passionnante

Vous l’aurez compris, ce livre est aussi riche qu’il est dense en analyses parfois difficiles à suivre pour un lecteur non-spécialiste. Néanmoins, ce livre est pour vous si vous vous sentez personnellement concernés par le sujet des liens entre fandom et engagement politique, ou que vous vous posez des questions face aux grandes polémiques qui agitent les réseaux sociaux tous les jours.

Vous y trouverez une mine de réflexions inépuisables, et des pistes à creuser pour vos prochains débats passionnés. Le pouvoir et l’enchantement de ce type d’étude vient aussi des riches exemples que mobilisent Anne Besson. En tant que fans et passionnés de pop culture, ces exemples vous permettront de saisir le cœur du propos érudit de l’autrice. Et de vous l’approprier naturellement, puisque qu’après tout, ce livre parle de vous.

Où trouver ce livre ?

Prix éditeur : 21€
N’hésitez pas à le demander à votre libraire indépendant !

Pour le commander en ligne :

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS