Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Impressions sur la Coupe du Monde de Quidditch

22 avril 2013

Tout d’abord, avant que la coupe ne commence, nous nous faisions un plaisir de pouvoir vous commenter tous les matches que nous voudrions, comme en 2011, en vous transmettant les informations des comptes twitter des différents terrains, mais aussi de pouvoir nous-même commenter certains matches en direct grâce au livestream promis le dimanche.

JPEG - 73.2 ko

Au final, le livetweet du samedi est pour ainsi dire, inexistant. Le livestream, testé tout au long de la première journée, est prometteur mais pas suffisamment stable pour nous permettre de suivre le moindre match avant ceux disputés en début de soirée (fin de soirée pour nous). Cette première journée nous déçoit donc légèrement et nous laisse sur notre faim. Il nous fut presque impossible de suivre les matches que nous désirions suivre, ce qui a même causé un peu de panique lors de l’affrontement Phénix-Rochester...

Au-delà de ce détail, et à partir du dimanche, il n’y a plus rien à dire. On a pu suivre plusieurs matches, loin d’êtres les moins intéressants, grâce à un livestream de qualité ! La rencontre Lost Boys-Bowling Green restera d’ailleurs sans doute dans les annales ! Quel plaisir pour nous de commenter les matches en direct ! [1]

Samedi 13 Avril

La samedi, nous nous sommes principalement concentrés sur le parcours de Paris Phénix quidditch, que nous avons résumé ICI. Nous n’avons assisté en direct qu’à l’un de leur match, mené face à UCLA, que vous pouvez revoir ci-dessous ; avec le désormais célèbre but parisien et la réaction incroyable de UCLA. On le répète peut-être énormément, mais les parisiens ont fait preuve d’un fair play admirable, récemment souligné dans un éditorial de l’IQA (voir ICI, photo numéro 3).

A la fin de cette première journée, quelques surprises sont à noter [2] : de nombreuses équipes favorites, comme Marquette et les vice-champions du monde 2011 de UFlorida, sont éliminées. Bien que UFlorida ait été sur une pente descendante au cours de l’année, cette élimination garantit qu’aucun des finalistes de 2011 ne passera en phase finale lors de cette édition !

Excel - 25.8 ko

Plusieurs équipes attendues se qualifient, comme Miami ou UCLA, mais, surtout, les deux équipes “communautaires” (non-affiliées à une université) des Skrewts et des Lost Boys passent également en phase finale. Ils étaient attendus, mais qu’ils confirment leur présence en phase finale est un signe très encourageant pour l’avenir du quidditch ! Surprise également, l’équipe d’uOttawa sort de sa poule et montre que le quidditch américain n’est pas intouchable outre-atlantique.

Dimanche 14 Avril : Phase finale

Un jour glorieux pour les fans internationaux de Muggle Quidditch, puisque certains matches sont retransmis en live avec les commentaires !

On a ainsi pu assister à la défaite de Miami face à Bowling Green, après deux attrapage jugés irrecevables et le premier auto-but de l’histoire de la coupe du monde [3] ! L’élimination de Miami par cette équipe s’avère être une surprise de poids, surtout à un stade aussi peu avancé de la compétition.

La victoire est tellement discutée que le match suivant prend du retard. Les deux équipes s’échauffent pour affronter l’équipe de Maryland tandis que les arbitres se repassent la vidéo, espérant pouvoir prendre une décision : au final, c’est bien Bowling Green qui passe et qui l’emportera sur Maryland.

Le match qui suivra, entre les Lost Boys et Bowling Green, restera dans l’histoire du quidditch comme l’un des plus acharnés jamais disputés. Il ne s’achèvera qu’après près de 50min, sur un score extrêmement serré de 210-230*. Le vainqueur indéniable du match fut, pour une fois, le Vif, qui parvint à échapper à l’attrapeur présenté comme le meilleur de la compétition.

A la fin du match, les deux équipes ont droit à un véritable tunnel de spectateurs pour les féliciter. Il faut dire que le match fut tellement long qu’il était le dernier à être joué avant les demi-finales, attirant ainsi une foule incroyable !

Pendant que nous assistions à ces matches épiques, le reste du tableau final se déroulait sans surprise majeure sur d’autres terrains. UCLA déroulait son jeu sans problème jusqu’en demi-finale, éliminant Emerson et Kansas au passage ; les équipes des Skrewts et d’Ottawa étaient malheureusement éliminées dès le premier tour (bien que la première ait joué contre une équipe théoriquement inférieure).

JPEG - 94.7 ko

Le match UCLA-Kansas semble avoir offert un jeu très plaisant, dont un jet de cognard impressionnant de précision (à voir ICI). Il faut dire que, tout au long du tournoi, certaines équipes avaient de véritable “snipers” pour batteurs ! Dans le quart de finale parallèle, Baylor éliminait Nord Arizona ; le dernier quart de finale voyait s’affronter deux équipes texanes et mènerait à la défaite des demi-finaliste de 2011, les Texas A&M.

Le carré final (UCLA vs Baylor / Texas Austin vs Bowling Green) permettait la réalisation d’une des grandes prédictions du cette coupe du monde : l’arrivée de UCLA et d’une équipe texane en finale. Et ça n’a pas manqué.

Dans leur match face à Baylor, les tombeurs de Paris Phénix n’ont pas flanché. Maintenant le contrôle des cognards et empêchant Baylor de poser leur jeu en début de partie, UCLA s’est rapidement envolé (match à voir en trois vidéos, ICI, ICI et ). De l’autre côté, Texas Austin élimine Bowling Green sans difficulté.

C’est donc une finale attendue qui se dessine, mais au résultat difficilement prévisible. UCLA a clairement dominé dans tous ses matches, mais Texas Austin, bien que moins visible, a suivit un parcours similairement exemplaire. La seule différence étant que Texas Austin n’avait pas fini premier de leur championnat régional qualificatif.

Après une cérémonie mettant les volontaires et les vifs à l’honneur, ainsi qu’un mini-vif armé d’un pistolet à eau qui a arrosé le public, Benepe prononça un discours de remerciement avant de s’incliner devant les portes-drapeaux (sur la vidéo à 20:13). Quelques instants plus tard, les vifs lui rendent la pareille, s’agenouillant devant lui. Un dernier tour d’honneur pour les vifs, et le match est lancé.

Après le round d’observation qui, contrairement au football, ne consiste pas en une absence de but, mais plutôt en une série de buts d’un côté et de l’autre, c’est Texas Austin qui prend l’avantage à 40-50. UCLA tente de refaire son retard grâce à de longues passes derrière les buts, mais la défense texane reste très efficace ; un long moment s’écoule avant que le pressing paie et qu’un nouveau but vienne rééquilibrer le score.

Texas sort finalement du jeu de chat et souris avec un but qui conclu une action intense, durant laquelle un joueur de Austin se débarrasse d’un tacleur et dévie un cognard grâce au souaffle.

JPEG - 332.7 ko

Après ça, rien ne va plus pour UCLA, qui ne parvient pas à gagner la maîtrise des cognards, essentielle à leur bon jeu. L’un de leurs joueurs se blesse légèrement et doit se faire remplacer... surtout, Texas maintient l’écart et le creuse même légèrement. Les sorties du gardien texan mènent presque inévitable à un but après une traversée en solitaire du terrain : il place son équipe hors de portée de vif (60-100).

Heureusement pour UCLA, ce gardien se trouve exclu après un tacle dangereux dans la foule, qui lui vaut un carton rouge immédiat... mais ça ne change pas la physionomie du match : Texas parvient à se placer au double du score de UCLA.

Le Vifs décident alors d’intervenir, pour pimenter le jeu et les arbitres les poussent à ne pas monter sur le terrain. Qu’importe, ils lanceront leurs bombes à eau en masse du haut des gradins une fois le vif principal et les attrapeurs de retour sur le terrain !

JPEG - 274.5 ko

Le jeu est de plus en plus haché, l’attrapeur de UCLA tente de jouer l’attrapeur défensif, pour empêcher Texas Austin de mettre fin au match et offrir une chance à ses poursuiveurs de remonter la différence de buts. Il joue tellement défensif qu’il reçoit une carte jaune (synonyme d’exclusion temporaire) alors que le marquoir indique 80-160... la différence reste double.

C’est sur ce score, plus 30 point pour Texas grâce au vif, que le match s’achèvera. UCLA se résigne à la défaite et se met à attaquer le vif, mais c’est l’équipe texane qui s’en empare malgré tout et devient championne, après un match dominé de la tête et des épaules, notamment grâce à un contrôle presque absolu sur les cognards et un gardien très efficace en contre-attaque rapide.

JPEG - 58.3 ko

Une dernière surprise nous attendait lors de la remise des prix. Le trophée que nous pensions destiné aux troisièmes du classement était en réalité destiné à récompenser le meilleur esprit sportif, et ce sont les Paris Phénix qui ont été appelés sur le terrain pour recevoir cette récompense ! Ce sont sous les acclamations nourries du public et vêtus pour la plupart de leur maillot des Summer Games que les joueurs parisiens ont récupéré leur récompense méritée.

Quant aux texans, les premiers vainqueurs d’une coupe du monde de quidditch autre que Middlebury, ils sont repartis avec une coupe mais aussi un balais de chez Alivan’s chacun !

JPEG - 125.5 ko

Conclusion

JPEG - 468.4 ko

Ce week-end fut épique, pour ne pas verser dans l’exagération. On y eu droit à de nombreuses premières (telles que le premier auto-but recensé au quidditch, la première victoire d’une équipe autre que Middlebury en finale de la coupe...) des affrontements de titans, mais aussi à de bon présages pour l’avenir du quidditch mondial. La réussite d’équipes comme celle d’Ottawa prouve que le quidditch peut être couronné de succès hors des États-Unis ; l’accueil réservé à Paris Phénix quidditch a montré que le quidditch européen pouvait séduire plus que les américains ne le pensaient ; quant au succès des équipes communautaires, il garantit la possibilité au quidditch de se développer hors du milieu universitaire...

Alors, qu’attendez-vous ? A vos balais !

PS :

La joueuse de Paris Phénix qui s’était blessée, et que vous connaissez sans aucun doute, car elle avait rédigé pour nous l’ensemble des articles “En route pour la Floride” (1, 2, 3 et 4), a pu sortir de l’hôpital le dimanche soir et a ainsi pu rentrer en France à l’heure et à la date prévue.

Photos par Monica Wheeler Photography, Suraj Singh, Krista Arya Siegfried et Kat Ignatova Photography.



[1Bon, je dis ça mais, en réalité, je n’ai proprement commenté que 2 matches en direct, personnellement : UCLA-Phénix et la finale.

[2Voir le tableau des résultats de poules ICI.

[3Et quel auto-but ! Voir à 17:18.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :