Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Les grands articles de la Gazette / Interview / Interview exclusive de Matt DeNoto de Furious Molecules !

Interview exclusive de Matt DeNoto de Furious Molecules !

(Interview to be found in English as a downloadable PDF at the bottom of the page) Cette interview contient des spoilers sur la websérie Harry Potter et les 10 ans Plus Tard, à voir ICI. Vous trouverez la version originale en PDF à la fin de cet article !


41604_170135503006175_3443138_n.jpg Nous avons vraiment apprécié cette websérie et ne voulions pas en finir simplement sur un dernier épisode. Grâce à la collaboration de Matt DeNoto (interprétant Harry dans cette série qu’il a co-scénarisé, réalisée, montée, et tutti quanti) , nous pouvons vous en faire découvrir un peu plus sur la série ainsi que ses créateurs.

La rédaction de la Gazette souhaite une nouvelle fois remercier Matt et l’équipe de Furious Molecules pour la confiance qu’ils nous ont accordés, ainsi que pour avoir pris le temps de répondre à nos questions. Nous leur souhaitons bonne chance pour l’avenir.

Nous rappelons que vous trouverez leur site ICI et leur page facebook .


  • Qu’est-ce que Furious Molecules ? Un groupe d’amis, une troupe ?

Furious Molecules est un groupe constitué de Dana DeRuyck (qui joue Hermione dans 10 Ans Plus Tard), Bob
Quinn et moi-même, qui aimerions bien un travail payé dans l’industrie du divertissement mais n’en n’avons pas.

Matt DeNoto (Harry) Je faisais auparavant partie d’une troupe de comédiens appelée Dynamite Kablammo. Bob et moi faisons partie d’un groupe de rock nommé Hollywood Trash.

On a lancé Furious Molecules pour créer des petite vidéos sans prétention, espérant qu’elles soient suffisamment appréciées pour que quelqu’un se mette à nous payer pour les faire. Dana nous a rejoint alors que nous commencions à travailler sur 10 ans Plus Tard.

Bob et moi, nous sommes plus tournés vers l’écriture, tandis que Dana est plus là pour le jeu, mais nous apprécions tous les aspects d’un tournage, ce qui nous permet d’endosser de nombreux rôles pour réaliser nos vidéos. En plus d’écrire le scénario et de diriger les acteurs, j’ai fait le montage, les effets sonores et le mixage pour la série. Bob a créé les musiques originales tandis que Dana a personnalisé les vêtements sorciers pour Andrew, Shackelbolt, et Voldemort.

  • Pourquoi avoir décidé de faire une série sur Harry Potter, qui plus est une parodie ?

Après avoir fait une ou deux vidéos sans prétentions parodiant The Human Centipede et Mad Men, on cherchait à s’attaquer à un projet plus grand, plus ambitieux. En réfléchissant au genre de chose sur lesquelles je voulais travailler par la suite, j’ai pensé qu’il serait amusant d’inclure un élément de fantasy afin de faire des blagues et de créer des situations que les gens n’auraient pas encore souvent eu l’occasion de rencontrer auparavant. Mais il fallait que ça prenne place dans ‘notre’ monde, pour des questions d’accès limité aux costumes et décors. Difficile de prétendre se trouver en Terre du Milieu ou dans l’espace quand on n’a que son appartement pour tourner.

Mais le monde magique de Harry Potter semblait parfaitement adapté à ces nécessités. Et, comme la plupart de mes amis acteurs approchent la trentaine, il était évident que l’action prendrait place dix ans plus tard. Nous ne pensions pas spécialement faire une websérie mais, quand l’idée s’est mise à germer, j’ai vite compris que ce serait le format idéal.

  • Êtes-vous plus un fan des livres ou des films ?

Je suis définitivement plus fan des livres ! Aucun film ne peut être aussi immersif qu’un bon livre, ni égaler l’intimité qui se crée lorsqu’on lit un livre qui nous transporte. C’est comme si l’histoire n’existait que pour vous. Mais les films sont géniaux également ; en particulier Le Prisonnier d’Azkaban.

  • Pourquoi avoir changé la personnalité ou le physique de certains personnages comme pour Hermione ou Drago-Draga ? Était-ce uniquement pour l’aspect parodique ?

Dana DeRuyck (Hermione) L’appétit nouveau de Hermione pour les erreurs était initialement conçu comme un moyen de servir l’histoire. C’était un moyen de motiver sa nuit avec Harry, qui semblait être un moment potentiellement comique attendu par de nombreux fans. Mais ça rentrait également dans le thème des personnages ré-examinant leur enfance.

Pour Harry, ça signifie admettre que ses aventures, bien que souvent douloureuses, amenait du piment dans sa vie. Pour Hermione, c’est ressentir des tonnes de regrets à l’idée de s’être comportée si “parfaitement” en grandissant. Et, bien sûr, lorsqu’elle réalise que c’était une erreur de n’avoir jamais fait d’erreur, elle tente de corriger cette erreur en faisant des erreurs. Au final, je ne pense pas avoir changé la personnalité tant que ça, j’ai simplement appliqué son système de pensée à un conflit interne quelque peu ridicule.

Kate O'Toole (Malefoy) Quant à Malefoy, j’ai voulu extrapoler sur ce qu’aurait pu traverser Drago après les évènements des Reliques de la Mort (avant l’épilogue, évidemment). Il me semblait que Drago aurait pu sortir de la bataille fortement confus quant à son identité. Était-il un gentil, un méchant ? Il avait accepté de tuer Dumbledore mais n’était pas parvenu à aller au bout de ses actes. Il haïssait Harry, mais Harry lui avait sauvé la vie.

J’imagine que Drago a du passer des années très difficiles après Poudlard, tandis qu’il tentait de s’en sortir. De son point de vue, changer de sexe était une manière de véritablement prendre le contrôle sur sa vie. [[NdR ; moi qui y voyait une allusion à AVPM.]]

Au final, qu’un personnage ait été changé ou non fut déterminé par les nécessités de l’histoire.

  • La série est une parodie, mais elle aborde des thèmes plutôt sérieux. Quel était l’aspect primordial du projet ?

Tucker Matthews (Ron) Je voulais très certainement que la série soit comique et agréable, mais je voulais également que les gens s’attachent au personnages et se sentent concernés par l’histoire. Pour que ça se produise, il fallait qu’il y ait un enjeu. Il ne pouvait pas s’agir d’un simple enchaînement de sketches. En même temps, quand on prend du recul, même les moments les plus sombres restent drôles, d’une certaine manière, non ? De plus, je pense qu’ajouter des moments sombres dans la narration au fur et à mesure de sa progression a permis de mieux s’intégrer à l’arc des livres.

  • Combien de temps avez-vous mis pour monter ce projet ?

Du début à la fin, approximativement un an et demi.

L’écriture du scénario a pris un mois ou deux, pareil pour le tournage en lui-même, ainsi que pour le montage. Le plus long aspect du processus de création vint ensuite avec les effets spéciaux. Bob et moi y avons passé près de six mois.

Ensuite, nous avons encore pris deux mois durant lesquels Bob a créé la musique, j’ai réalisé le mixage et les effets sonores et Marti Matulis
(qui joue Stretch) a fait les corrections couleurs. Tout ça alors que nous avions également un travail.

320238_508554589164263_1575268221_n.jpg

  • Aviez-vous prévu de tourner huit épisodes ou cela fut-il une décision de dernière minute de scinder un épisode en deux ?

J’ai passé deux semaines a passer des idées en revue pour la série. Une fois que j’ai eu le sentiment de bien maîtriser l’intrigue, j’ai écrit un jet rapide sans la moindre idée sur le nombre d’épisodes.

J’écrivais simplement quelques lignes jusqu’à ce que je trouve une fin naturelle pour un épisode et un point de départ pour le suivant. J’ai pensé un moment qu’il serait mieux d’avoir sept épisodes, en accord avec les livres, puis m’est venu l’idée qu’il serait amusant de simplement prétendre avoir scindé le dernier épisode en deux. Ca ajoutait une nouvelle touche de parodie et je suis ravi de voir que la plupart l’ait compris.

  • Parmi les effets spéciaux (souvenirs, objets volants, Voldemort…), lequel vous a pris le plus longtemps à réaliser ?

La séquence avec la cape d’invisibilité m’a pris un temps fou. J’ai du effacer la cape plan par plan. En y repensant, je sais que j’aurais pu faire des manœuvres pour accélérer l’opération, mais c’était la première fois que je m’essayais à ce genre d’effet, donc j’ai appris énormément sur le tas.

J’ai achevé ces effets alors que j’étais chez mes parents pour la noël. Ils m’ont pris pour un dingue, à passer tant de temps sur une tâche si fastidieuse. Mais je pense qu’au final, ça en valait la peine.

Bob estime que ce sont les souvenirs qui lui ont pris le plus de temps.
“Créer la juste sensation produites par les différents éléments afin que les souvenirs paraissent lumineux et empli de rêverie, sans pour qu’ils n’apparaissent grumeleux ou en décomposition, c’était ça le plus difficile. Mais une fois que j’avais trouvé le bon équilibre, le reste fut plutôt simple.”

Le maquillage de Voldemort prenait environs deux heures à appliquer à chaque fois qu’il fut utilisé.[[Les anglophones trouveront plein d’explications en plus dans un making of à voir là > http://www.youtube.com/watch?v=z6AH9ODyuAU]]

  • L’absence de personnages comme Luna ou Neville fut-elle motivée par des choix scénaristiques ou imposée par le nombre d’acteurs disponibles ?

Ils n’avaient simplement pas leur place dans l’histoire. Ils n’étaient pas utiles.

Lamont Webb (Shacklebolt) Avant le lancement de la série, nous avons posté quelques photos de l’équipe sur la page facebook de Furious Molecules (NdR ; qui illustrent d’ailleurs en partie cette interview), sans identifier les personnages secondaires. C’était amusant de voir les gens tenter de deviner qui ils étaient.

Quelques-uns ont suggéré que Marti jouerait Drago Malefoy, que Kate O’Toole (Malefoy) serait Luna et que Lamont Webb (ci-contre) interprèterait Dean Thomas.

  • Les épisodes sont sous-titrés en allemand, portugais, français… vous avez été mentionnés dans un magazine français… vous attendiez-vous à une réaction internationale pour ce projet ?

Tout le monde sait que Harry Potter est un phénomène qui dépasse les frontières. J’avais espéré que des fans d’autres pays découvrent et apprécient la série, mais les francophones furent les meilleurs parmi les fans internationaux !

  • Le dernier épisode a une fin plutôt ouverte, pensez-vous à de nouveaux épisodes ou était-ce une porte de sortie si vous vouliez relancer l’expérience ?

Ca semblait juste être la fin la plus amusante pour achever la série. Il n’y a pour l’instant aucune intention de faire de nouveaux épisodes.

  • Est-ce que Furious Molecules a d’autres projets à venir ?

Pas encore. Restez à l’écoute !

  • Ca fait quoi de s’entendre dire qu’on ressemble à Neville ? ;D

Il y a pire :

Le moment gênant... où Neville devient le plus sexy.

P.S.
Version originale de l'interview
Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS