Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Culture / L'impact de la saga / L’influence de la saga Harry Potter dans le Marvel Cinematic Universe

L’influence de la saga Harry Potter dans le Marvel Cinematic Universe

Kevin Feige, le grand patron du Marvel Cinematic Universe a récemment déclaré que la saga Harry Potter l’avait énormément aidé dans le développement de sa franchise.

Avec ses vingt-trois films, ses douze séries (sans compter les films et les séries qui sortiront cette année) et plus de 25 milliards de dollars de recettes mondiales depuis 2008, le MCU de Kevin Feige est la franchise la plus lucrative de l’histoire du cinéma.

Lors d’une conférence, donnée à la New York Film Academy – School of Film and Acting, une école de cinéma et d’art dramatique basée à New York, Kevin Feige est revenu sur la création de la franchise. Si certaines influences semblent assez évidentes dans le développement du Marvel Cinematic Uinverse, à priori, il n’existe aucun lien entre l’univers du sorcier à lunettes et celui des supers-héros, si ce n’est que nous avons d’abord découvert ces deux franchises au format papier avant qu’elles ne soient adaptées au cinéma.
Pourtant, la saga Harry Potter a eu un impact considérable sur sa manière de créer un univers cohérent.

Après avoir présenté pendant une dizaine de minutes son travail de showrunner sur le MCU, Kevin Feige, a répondu aux questions de quelques étudiants, notamment celle d’une étudiante en production :
«Avec la montée en puissance du MCU, il y a aussi bien sûr l’émergence de l’énorme et très diversifiée fanbase qui l’accompagne. Il y a des gens qui ont grandi avec les bandes dessinées et les séries télés et puis, vous avez le cinéphile occasionnel, qui est présenté à ces personnages et à cette histoire pour la première fois à travers les films. Comment vous et votre équipe restez fidèles à votre vision artistique, tout en essayant de satisfaire les envies et les attentes du public pour ces films?»

Kevin Feige lui répond d’abord en précisant qu’il est impossible de plaire à tout le monde, mais qu’il est vrai qu’ils travaillent toujours avec «l’intention que les films fonctionnent à la fois pour ceux qui les connaissent déjà et pour ceux qui n’en on jamais vu.»
Il poursuit ensuite en expliquant l’importance des projections test, destinées à recueillir les réactions d’un public sélectionné au préalable. Leurs réactions, vont ensuite servir à valider certains choix ou au contraire procéder à des changements, pour coller aux attentes du public.
«Nous testons tous nos films […] et dans ces projections test, il y a des questionnaires. Pour Avengers 1, nous avons posé les questions « Avez-vous déjà vu d’autres films issus du MCU? » et « Pensez-vous que vous devez avoir vu les autres films du MCU pour apprécier celui-ci? »»
Il affirme qu’à «chaque fois, les gens qui répondent oui à la première question, le font également pour deuxième». En revanche, ceux qui n’ont jamais vu de films Marvel ne semblent pas déstabilisés et apprécient quand même le film.

C’est à ce moment là qu’il évoque son expérience de «cinéphile occasionnel» avec les films Harry Potter : film_harry_potter.jpg

«Je n’ai jamais lu les livres, mes enfants ne sont pas assez grands et ne s’y intéressent pas encore. Je ne les ai pas lus quand ils sont sortis, mais je suis allé voir tous les films au cinéma dès leur week-end d’ouverture. Je les ai vus et appréciés, puis j’oubliais tout et je n’y repensais plus jusqu’à la sortie du prochain. Ces films étaient tellement bien faits, que je pouvais quand même tout suivre. À certains moments, je me demandais « C’est qui lui ? » mais la plupart du temps, je pouvais tout comprendre.
Maintenant, si j’avais regardé chaque film une dizaine de fois et lu chaque livre, je parie qu’il y a des dizaines d’autres choses que je verrais et apprécierais, mais elles ne m’ont jamais empêché d’entrer pleinement dans l’histoire.
C’est donc ce qu’on essaye de faire. Quand un easter egg, une référence ou quelque chose d’autre est trop présent et gène la narration de l’histoire et que les gens qui ne sont pas à jour se demandent : « Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qui se passe? », on l’enlève.»

Il a donc appliqué la logique de la saga à son propre univers, tout en cachant quelques clins d’œils aux fans de la première heure, sans pour autant gâcher le spectacle pour les autres.

Sources : Comicbook, Conférence

Mots-clésBox-office
Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS