Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / À lire absolument / Poudlard à travers les âges – le château au fil des films Harry Potter

Poudlard à travers les âges – le château au fil des films Harry Potter

Ça ne vous aura pas échappé, l’architecture de Poudlard évolue au fil des films Harry Potter. Les changements les plus drastiques se produisent dans Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban, puis dans Harry Potter et les Reliques de la Mort. Tous les fans ont ainsi remarqué que la cabane de Hagrid se déplace, de même, plus tard, que le viaduc. Il existe cependant des fans passionnés de l’architecture du château qui s’amusent à relever ces changements bien plus nombreux qu’on pourrait le penser, et parfois beaucoup plus subtils.

Tout ce qui suit s’applique au Poudlard visible dans les films. Ces informations ne correspondent pas à celles des livres ou à la vision de l’autrice de la saga.

Comment ça, Poudlard change ?

Si Poudlard a évolué d’un film à l’autre, c’est tout d’abord par nécessité. L’équipe des films a commencé à tourner avant de connaître l’intégralité de la saga. Certaines salles, certaines scènes, n’étaient pas encore connues. Les différents réalisateurs ont donc dû ajouter des lieux au fur et à mesure que l’on découvrait les recoins du château.

Les changement s’imposaient parfois pour situer un nouveau décor, mais certains réalisateurs ont profité de cette flexibilité à d’autres fins. En ajoutant la tour de l’horloge dans Le Prisonnier d’Azkaban, Cuarón renforce la cohérence de son film. Il souligne, grâce à ce bâtiment, l’importante thématique du temps, crucial pour le dénouement de l’intrigue. Placer la tour d’astronomie de sorte que Dumbledore tombe dans une cour, permet à Yates de filmer le corps du directeur entouré par les élèves et professeurs, ce qui rend la scène plus dramatique.

Dumbledore mort tombe de la tour d'astronomie dans Harry Potter et le prince de sang-mêlé

Un autre facteur à prendre en compte est l’évolution des techniques et du budget. Dans les premiers films, l’équipe tournait beaucoup en décors réels, l’architecture de Poudlard correspondait donc à des lieux existants. Pour les vues globales du château, ces bâtiments ont été intégrés presque à l’identique à la maquette de Poudlard. On repère facilement les structures correspondant au château de Alnwick ou à la cathédrale de Durham. Au fil du temps, les décorateurs et réalisateurs ont pu se détacher des lieux réels, reproduire les décors en studio, et donc les faire évoluer en fonction de leurs besoins.

Parfois, l’ajout d’un bâtiment implique d’en modifier un autre. Et si certains changements semblent complètement gratuits, il y a souvent une histoire à découvrir entre les briques.

Un plan de Poudlard

Pour comprendre la suite des explications, il faut tout d’abord pouvoir se situer dans Poudlard. Nous n’avons pas de carte du maraudeur à disposition, mais voici quelques notions clés pour suivre l’évolution du château.

On distingue quatre corps de bâtiments. Pour des raisons de clarté, la suite du texte prend ce plan pour référence, en considérant qu’il est orientée au Nord.

  • En orange sur la carte ci-dessus : La grande galerie, basée sur la cathédrale de Durham, avec le cloître de métamorphose.
  • En bleu clair : L’aile de sortilèges et le parc du château avec son enceinte, basés sur le château de Alnwick.

Ces deux bâtiments sont légèrement modifiés par rapport à leur équivalents réels, mais la structure de base est très reconnaissable.

  • En violet : La grande salle, adossée à la tour ronde du grand escalier avec, à son sommet, le bureau de Dumbledore. Derrière elle, la cour pavée et son bâtiment carré qui accueille le dortoir Gryffondor. Il s’agit d’un ensemble de bâtiments fictifs.
  • En rouge : La tour de l’horloge, reliée à la cour carrée par l’infirmerie à partir du 3ème film. Devant elle se trouve la cour de l’horloge et le « pont vers nulle part », ou pont de bois. Il s’agit d’un bâtiment entièrement fictif en extérieur.
Un art incertain

Notez que la géographie de Poudlard n’est pas une science exacte. Certains lieux sont difficiles à situer ou se déplacent d’un film à l’autre. Ainsi, le cloître dans lequel Harry confronte Lucius à la fin de Harry Potter et la chambre des secrets est impossible à localiser. La logique voudrait qu’il s’agisse de la cour pavée, mais elle ne pourrait pas être ouverte sur les deux côtés. Il ne s’agit pas non plus de la cour d’entrée, qui n’existe pas dans les trois premiers films.

Ce plan n’a aucun sens, géographiquement parlant

En proposant d’explorer Poudlard librement, les jeux vidéo des films Harry Potter 5 et 6 ont permis de resituer de nombreuses salles du château. C’est également grâce à ceux-ci que certains lieux (comme la cour pavée) peuvent êtres nommés. Cependant, l’article qui suit se concentre principalement sur les évolutions extérieures de l’école.

Poudlard en 1991 – Harry Potter à l’école des sorciers

Le premier château établit les bases. Pour le reconnaître, c’est assez simple : c’est le plus petit. Voici à quoi il ressemble :

  • Devant la Grande Salle, on voit un bâtiment carré inspiré d’un collège de Oxford. C’est dans celui-ci que se situe l’escalier en haut duquel McGonagall accueille les nouveaux élèves.
  • La croisée du transept de la Grande Galerie est surmontée d’une grande tour lanterne avec quatre tourelles.
  • Les deux tours au nord de la Grande Galerie (ci-après, « les clochers », côté serres de botanique) sont carrées et rehaussées d’un petit toit rond.
  • Une tour en fer à cheval marque l’angle sud-ouest du cloître de métamorphose. Elle est surmontée, sur sa face plate, de deux tourelles. On y trouve le bureau de McGonagall. Elle est parfois baptisée Turris Magnus (Grande tour) ou Tour de Défense contre les forces du Mal (DCFM).
  • L’aile de sortilèges est un véritable donjon, basé sur le château de Alnwick rehaussé de plusieurs étages…

… sauf quand les effets spéciaux ont oublié de faire leur boulot.

Poudlard en 1992 – de rares changements

Lors de la deuxième année de Harry à Poudlard, il a fallut faire de la place pour les serres de botaniques. C’est de ce côté que se trouve le principal changement du château.

Au pied des clochers, la muraille s’agrandit afin d’accueillir les serres. Un corps de garde carré, devient octogonal. Un dôme en verre vient s’ajouter, lui donnant sa forme définitive.

  • Le toit de l’aile de sortilèges est simplifié.
  • Le Saule Cogneur apparaît dans l’enceinte du parc devant l’aile de sortilèges, là où s’est donné le premier (et unique) cours de vol.
  • La muraille évolue et intègre des arches. Celles-ci sont en partie effondrées, donnant un aspect de ruines plus ouvert qu’une enceinte de château fort.

Poudlard en 1993 – le grand chambardement

Pour le troisième film, Alfonso Cuarón prend les rênes et impose son esthétique plus gothique. Il modifie le château pour en faire un véritable personnage du film. Préférant les reliefs abruptes aux plaines, il n’hésite pas à modifier la géographie des lieux pour renforcer l’atmosphère menaçante. Certains changements sont plus évidents que d’autres :

  • Le temps prend beaucoup d’importance dans le film, un bâtiment entier s’ajoute pour y faire référence. La tour de l’horloge, avec sa cour et son pont de bois ne changeront virtuellement plus jusqu’à la fin de la saga.
  • Le cercle de pierres, au bout du pont de bois, évoque, lui aussi, le temps. Les mégalithes sont, dans l’imaginaire populaire, des formes préhistoriques de calendrier.
  • La cabane de Hagrid ainsi que le Saule Cogneur changent de place et se retrouvent complètement à l’opposé du château. Ceci permet des plans dans lesquels la tour de l’horloge apparaît toujours en position dominante, écrasante. Le temps joue aussi contre Hagrid (et Buck).

Évolution moins évidente à première vue, les clochers et la tour lanterne changent du tout au tout. Elles adoptent une silhouette plus élancée et gothique, qui renforce le côté vertigineux du château juché sur sa falaise.

Enfin, la Tour Sombre est ajoutée pour servir de prison à Sirius Black. Située sur le versant sud du cloître de métamorphose, elle fait disparaître la salle du chapitre de Durham (salle de classe de Mcgonagall).

Afin de la centrer et de créer un symétrie, le transept ouest est raccourci et une structure identique « en miroir » vient s’adosser à la tour de DCFM, qui se décale légèrement vers l’ouest. Cette dernière était auparavant dans l’alignement du corridor ouest du cloître et se trouve désormais à moitié « en dehors ».

A l’intérieur

On peut supposer que la salle de classe de McGonagall se « déplace » au rez-de-chaussée de la tour de DCFM, qui a la même forme. L’infirmerie, elle, est désormais située dans la structure qui relie la tour de l’horloge à la cours pavée. La Grosse Dame donne désormais directement sur le grand escalier.

Poudlard en 1994 – ouverture à l’international

Lors de la quatrième année de Harry, la tenue du Tournoi des Trois Sorciers et la présence de deux écoles étrangères accaparent notre attention. L’intrigue se déroule donc principalement autour de la Grande Salle (coupe de feu, bal, arrivée des écoles) et c’est là que le plus gros changement architectural se produit.

  • Le bâtiment à l’entrée de la Grande Salle, qui accueillait l’escalier où arrivent les premières années avant leur répartition disparaît. Il est remplacé par une cour pavée, similaire à la cours de l’horloge (la fontaine en ruine en moins).
  • La façade de la Grande Salle bénéficie d’un ajout, similaire à la tour de l’horloge.
  • Le toit de la Grande Salle devient symétrique, avec l’ajout d’une tourelle du côté de l’entrée. Celle-ci et sa jumelle sont légèrement différentes de la tourelle unique qui existait auparavant.

Ces changements permettent de réutiliser le décor de la cour de l’horloge, construit en studio, plutôt que de tourner, comme pour les deux premiers films, à Christ Church College, Oxford. L’espace ouvert offre un meilleur point de vue pour l’arrivée et le départ des écoles étrangères.

La volière s’installe à l’extérieur de Poudlard, sur une colline qui engloutit une partie de la muraille de Alnwick. La colline était déjà présente dans le troisième film (voir plus haut, l’image du cloître de métamorphose) mais elle prend de l’ampleur avec un promontoire rocheux additionnel. Cette localisation renforce symboliquement l’isolement de Harry les quelques fois où il s’y rend.

Enfin, le cloître de métamorphose évolue. Jusqu’à présent, il était basé sur le cloître de la cathédral de Durham. Cette fois, l’équipe lui préfère New College, Oxford, avec son arbre gigantesque.

A l’intérieur

L’escalier aperçu dans les deux premiers films, situé devant la Grande Salle, est déplacé à l’entrée de la Grande Galerie, côté viaduc. C’est en tout cas là que le situent les jeux vidéo liés aux cinquième et sixième films de la saga.

Poudlard en 1995 – ordre et discipline !

Les rares plans montrant l’extérieur du château ne laissent deviner aucune évolution flagrante. L’enfermement des élèves est reflété par le peu d’images en dehors des murs. L’action se déroule également beaucoup dans d’autres lieux clos : 12 Square Grimmaurd, le Ministère… il y a peu d’occasions d’admirer l’architecture de l’école dans de bonnes conditions.

Et pourtant, comme nous l’a fait remarquer un lecteur sur Facebook, un changement que nous avions dans un premier temps attribué au sixième films se produit en réalité dès le cinquième.

En effet, deux toits sont ajoutés aux tourelles dans les angles de la cour de l’horloge. On peut supposer qu’il s’agit de renforcer le côté « militaire » avec l’arrivée de Ombrage. Le film la montre à plusieurs reprises guetter les faits et gestes des élèves depuis un balcon situé sur la tour de l’horloge. Le lieu est donc associé à sa présence. L’ajout des deux toits aux tourelles qui flanquent le pont de bois leur donne presque un aspect de gardes surveillant l’accès à Poudlard.

A l’intérieur

On constate le retour de la statue de l’Architecte de Poudlard dans le hall devant la Grande Salle. Elle avait disparu depuis le 3ème film.

Poudlard en 1996 – la tour frappée par la foudre

Les événements tragiques de l’année 1996 amènent de nouveau changements à Poudlard. La tour d’astronomie se fait point culminant de l’école et la domine de sa silhouette vertigineuse. Cette version du château, exposée au Warner Bros. Studio Tour London, est l’une des plus connues et des mieux documentées.

  • la tour de DCFM prend la place de la tour sombre et opère une rotation à 180°. Elle devient ce qu’on appelle communément la tour d’astronomie.
  • Deux nouvelles tourelles viennent s’y greffer pour la rehausser et accueillir la terrasse où Dumbledore trouve la mort.
  • L’aile de sortilèges disparaît. A la place, une tour carrée, semblable aux clochers de la Grande Galerie, vient marquer l’angle nord-ouest du cloître de métamorphose. Du château de Alnwick, il ne reste plus que le corps de garde de la muraille.
  • A la place de l’ancienne Magna Turris, il ne reste plus qu’un petit bâtiment basé sur le transept de la Grande Galerie.

Plus anecdotiques :

  • Les toits des tours aux quatre coins de l’entrée du viaduc et de la Grande Galerie sont rehaussés et plus pointus.
  • Sur la façade de la cour pavée face au viaduc, une tourelle disparaît à proximité de la tour ronde du Grand Escalier. La tour à l’angle de ce même mur est rehaussée d’une tourelle et d’un toit plus pointu.

Ces altérations permettent de dégager la vue autour de la tour d’astronomie pour la mettre mieux en avant. Son emplacement montre que l’école est touchée en plein cœur lors de la mort de son directeur. L’événement ne se produit pas à la périphérie du château, mais en son centre.
Les toits plus hauts est pointus renforcent le sentiment d’élévation et de vertige.

Poudlard en 1997 – le règne des ténèbres

Pour le dernier film, l‘équipe décide d’abandonner la maquette et opte pour un château en images de synthèses. C’est pour cette raison que celle visible au Studio Tour n’est pas « à jour ». Le film étant extrêmement sombre, la plupart des évolutions architecturale sont mieux appréciées sur les plans des décors, les dessins conceptuels et les maquettes préparatoires.

Les changements donnent plus d’ampleur à la Bataille de Poudlard, en plus de renforcer le sentiment de rigueur associé à la main mise des mangemorts sur le monde magique.

  • La cours d’entrée, devant la Grande Salle, est agrandie, tant en largeur qu’en longueur. Des allées perpendiculaires y apparaissent.
  • Le viaduc pivote dans l’axe de la Grande Salle, s’allonge, et relie désormais la cour d’entrée à la colline en face.
  • Le cloître de la cour d’entrée s’ouvre dans l’axe de la Grande Salle et du viaduc. L’ouverture est flanquée de deux corps de garde.
  • La tour à l’angle nord-est de la cour pavée (ci-dessous à gauche) évolue pour devenir « la tour de guet » (ci-dessous à droite). Le sommet est doté d’arches ouvertes ressemblant à la tour d’astronomie. On y accède via une petite tourelle et une arche. Le pont qui la relie à la tour sud-ouest de la nef de la Grande Galerie est rehaussé d’un étage.

Ci-dessus, la tour de guet dans HP1, HP 6 et HP7

Sur certains dessins conceptuels comme ci-dessus à droite, on retrouve l’ancien viaduc réduit à sa plus courte expression. Il n’a cependant pas été maintenu sur le modèle final, comme en attestent les maquettes visibles au Studio Tour. Une suppression bien regrettable, qui complique la « circulation » à Poudlard.

Enfin, le hangar à bateaux, se transforme. Le changement avait été envisagé pour le 4ème film et l’arrivée de Durmstrang, comme en atteste un dessin conceptuel (ci-dessous). Il devient nécessaire pour offrir un cadre plus spectaculaire et ouvert à la mort de Rogue.

A l’intérieur
  • Un grand escalier rectiligne et symétrique remplace les escaliers magiques des films précédents. La tour ronde, attenante à la Grande Salle, se déplace légèrement afin de créer un alignement plus cohérent. Le deuxième plan ci-dessous indique l’emplacement de la tour dans le sixième puis le septième film.

Au-delà de la saga Harry Potter

Les Animaux fantastiques

Les fans ont pu retrouver Poudlard dans Les Animaux fantastiques : les Crimes de Grindelwald. Par facilité, le film recycle le modèle 3D du dernier film. Le château apparaît donc comme dans Les Reliques de la Mort, avec le viaduc dans l’axe de la Grande salle, ce qui est contraire à toute logique chronologique.

Le viaduc de Poudlard dans Les Animaux Fantastiques: Les Crimmes de Grindelwald

De même, un flashback dans le film nous montre une scène se déroulant lors de la scolarité de Leta Lestrange. La façade de Poudlard que l’on aperçoit alors (basée sur l’Abbaye de Lacock) ne correspond à rien de connu. Il n’y a pas de tour ronde dans le parc de Poudlard qui offrirait cette vue du terrain de Quidditch.

Les Wizarding World of Harry Potter – parcs Universal

Dans les parcs Universal, les fans peuvent admirer Poudlard tel qu’il apparaît dans Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé. Les premiers dessins conceptuels représentaient le château de La Coupe de Feu (sans la tour sombre) avant d’être modifiés.

Certaines parties de l’école sont absentes (cour pavée, tour de l’horloge) ou simplifiées (Grande Galerie). L’alignement des bâtiments n’est pas non plus respecté, afin de jouer avec les perspectives et de créer un effet de trompe-l’œil.

Hogwarts Legacy

Le nouveau jeu très attendu nous promet la découverte d’un Poudlard inédit ! Même si on retrouve la plupart des structures et la silhouette familière du château, les premières images laissent entrevoir un château retravaillé.

  • Le viaduc reprend sa place originelle
  • Les serres de botaniques se déplacent et laissent la place à un jardin circulaire
  • Devant la Grande Salle, un nouveau bâtiment s’ajoute, comme un mix entre la hall des trois premiers films et la cour du quatrième. La tourelle avant de la Grande Salle, ajoutée dans La Coupe de Feu disparaît.
  • La tour de guet, le nouveau hangar à bateaux et la tour d’Astronomie sont conservés.

Nul doute que, une fois le jeu sorti, les fans pourront découvrir toutes ces évolutions en détails, et d’autres encore !

En bref et en deux images

Poudlard est donc différent dans chaque film de la saga, même si ce n’est pas toujours évident ! Vous parlez d’un château magique ! Entre le premier et le dernier film, l’école en a fait du chemin : jugez plutôt.

poudlard_1_.png

Malgré la différence de perspectives, on perçoit bien l’allongement vertical du château.

Pour toujours, dans nos têtes

Ce dossier revenait de manière approfondie sur l’architecture du château à travers les films (à quelques exceptions près) mais Poudlard reste, avant-tout, un château de littérature. Si la silhouette des films nous a marqué, Poudlard a eu, et aura toujours, bien d’autres visages.

L’architecture des films est captivante, mais l’imaginaire, lui, n’a pas de limites !

Dossier réalisé en partie sur base des recherches de Hogwarts 4D.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS