Logo Gazette du Sorcier
menu fermer
La Gazette Logo du Sorcier
L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !
Accueil / À lire absolument / Transcrire Harry Potter et les Animaux fantastiques en braille ; interview exclusive

Transcrire Harry Potter et les Animaux fantastiques en braille ; interview exclusive

Comme nous vous en avions parlé il y a quelques mois, le script du deuxième volet des Animaux fantastiques vient d’être transcrit en braille.

Après cette découverte, nous avons voulu en savoir plus sur le travail du CTEB (Centre de Transcription et d’Édition en Braille) qui a pour mission de promouvoir l’accès à la lecture et la culture aux personnes non-voyantes pour une meilleure inclusion dans la société.

Comment choisissez-vous les livres à transcrire?

Nous sommes deux personnes chargées de la transcription des livres : ma collègue Céline et moi-même. Nous sélectionnons plusieurs ouvrages en vue de les transcrire. Ce choix est motivé par les actualités littéraires tels que les prix littéraires ou la rentrée littéraire. Nous traquons les nouveautés, les têtes de gondoles dans les librairies, nous nous rendons aussi chaque année au Festival du livre jeunesse de St Orens, qui constitue une véritable mine de livres jeunesse à transcrire.

Nous essayons d’offrir le choix le plus vaste possible concernant les genres et styles littéraires (roman, documentaire, essai, érotisme, polar, économie…) afin de toucher un public le plus large possible. Parfois, des auteurs indépendants nous demandent de transcrire leur livre, nous répondons également à ce type de demandes.

Une fois notre liste de livres bien définie, nous la soumettons à notre comité de lecture composé de lecteurs braillistes. C’est ce comité qui valide ou pas les titres de la liste. Ce comité propose également régulièrement de nouveaux titres dont ils ont entendu parler dans leur entourage par exemple.

Nous prenons évidemment en compte les demandes de particuliers ; parfois des lecteurs nous appellent pour savoir si l’on a tel ou tel livre, et si on ne l’a pas, si on peut le transcrire.

Savez-vous s’il existe beaucoup de fans de Harry Potter non-voyants ?

Nous avons régulièrement des demandes de lecteurs qui voudraient se procurer tous les tomes de la saga ; c’est d’ailleurs ce qui a convaincu le reste de l’équipe de transcrire tous les tomes (en tant qu’immense fan, je militais déjà pour leur transcription dès mon arrivée au CTEB !). Il faut savoir que la transcription d’un livre coûte très cher, plus cher que ce nous rapporte la vente des livres en braille. Il était donc délicat de se lancer dans une transcription aussi énorme.

La vidéo, devenue virale, d’une petite fille aveugle aux États-Unis, très émue de recevoir tous les tomes de la saga en braille, nous a également conforté dans cette décision.

Quels autres livres de l’univers magique (Harry Potter et Animaux fantastiques) avez-vous publié ou prévoyez-vous d’éditer ?

Nous avons le projet de transcrire les tomes 1 à 7 de la saga (les 2 premiers sont déjà au catalogue). Nous avons également à disposition Harry Potter et l’enfant maudit, les deux premiers tomes des Animaux fantastiques ainsi que les Contes de Beedle le barde.

Autre projet, nous faisons un autre Rowling à succès en ce moment, l’Ickabog qui est en actuellement en cours de transcription [ndlr : depuis l’interview, l’ouvrage a été publié] puis, dans d’autres univers mais toujours dans la magie, nous avons la trilogie À la croisée des Mondes de Philip Pullman et la saga des Archie Green.

A propos de la bibliothèque de Poudlard, y-a-t-il un projet de transcription des Animaux fantastiques et du Quidditch à travers les âges ?

Pour Les Animaux fantastiques, nous comptons transcrire toute la saga au fur et à mesure de la sortie des livres. Il nous manque cependant Les Animaux fantastiques, vie & habitat, mais je pense que nous allons le proposer rapidement à la transcription ainsi que Le Quidditch à travers les âges car tous les livres de la franchises ont du succès auprès de nos lecteurs ! De plus, ce sont de petits livres qui ne prennent pas beaucoup de temps à la transcription, nous pouvons donc les faire en simultané avec les autres livres de l’univers.

Qu’est-ce qui a motivé le choix des Contes de Beedle le barde

Pour Les contes de Beedle le barde, c’est une ancienne collègue qui l’a transcrit, je n’étais pas encore au Cteb à ce moment-là mais je pense que la transcriptrice de l’époque avait déjà la volonté d’intégrer les plus jeunes à la lecture braille, et c’était un moyen de les intéresser. Il y a eu ensuite une autre transcriptrice qui n’a pas continué le projet « univers Harry Potter », mais ce sera bientôt chose faite !

D’ailleurs, nous sortons aujourd’hui [ndlr : 18 février 2021] la réédition braille du premier tome de la saga ; celui que nous avons au catalogue est sorti juste après le livre en noir, avec d’anciennes normes du braille, donc nous l’avons remis à jour. La chambre des secrets est également en réédition, puis nous poursuivons avec tous les autres que nous n’avons pas encore transcrits (tomes 3 à 7).

Est-il possible d’avoir un chiffre de ventes des éditions de Harry Potter déjà existantes en braille ?

Pour les chiffres, je peux vous donner ceux des deux dernières années, nous avons eu un nouveau site internet et les anciennes ventes ne sont plus accessibles. Depuis milieu 2018 donc nous en sommes à :

  • Les Animaux fantastiques 1 : 14 ventes
  • Harry Potter à l’école des sorciers (ancienne édition braille): 7 ventes
  • Les contes de Beedle le Barde : 5 ventes
  • Harry Potter et la chambre des secrets (ancienne édition braille): 4 ventes
  • Harry Potter et l’enfant maudit : 4 ventes
  • Les Animaux fantastiques 2 : 1 vente
Comment se passe le processus de transcription?

Une fois tout le processus de sélection achevé, les titres validés, nous faisons une demande de fichier auprès de la BNF. Les éditeurs sont tenus de mettre à disposition d’organismes tels que le nôtre les fichiers des livres édités afin qu’ils soient accessibles, et ce depuis la loi exception Handicap. Nous téléchargeons donc le fichier numérique du livre sur la plateforme Platon de la BNF. En parallèle, nous créons une fiche pour le livre sur la bibliothèque adaptée (BDEA), qui référence tous les ouvrages adaptés et accessibles, que ce soit en version audio, braille, gros caractères…

1. Codage du texte

Une fois que nous avons créé la fiche et réceptionné le fichier, nous pouvons commencer la transcription. En premier lieu, nous faisons un travail de codage sur le texte : comme nous faisons du braille intégral et du braille abrégé, il nous faut distinguer les mots qui ne s’abrègent pas en français, comme les noms propres par exemple. C’est un long travail : il faut lire tout le livre et distinguer à l’aide de styles Word les mots qui ne s’abrègent pas. Ainsi, notre logiciel de transcription (Duxbury) va les identifier comme des mots à laisser en toutes lettres.

2. Transcription numérique

C’est d’ailleurs la suite du processus : le texte ainsi encodé est ouvert sous Duxbury qui va le transcrire en braille en un clic. Cependant, cela n’est pas aussi simple : étant donné qu’il s’agit d’un logiciel américain, les règles du braille sont différentes, il peut faire des erreurs, telles que des césures qui ne se font pas en français ou des erreurs d’abrègement…

3. Relecture

Notre travail à ce stade est donc de rechercher toutes les erreurs potentielles qui ont pu se glisser dans le texte en braille, de travailler le texte pour le rendre assez homogène à la lecture tactile et surtout découper le livre en volumes. Pour des raisons pratiques, car ce serait bien trop lourd et difficile à manipuler, nos livres comptent 120 pages maximum. Le livre d’origine se trouve donc divisé en plusieurs volumes : un livre en noir ( c’est à dire, pas en braille) de 300 pages fera entre 3 et 4 volumes de 120 pages en braille.

Une fois le livre découpé en volume, nous en sortons un exemplaire papier que nous envoyons à l’un de nos 7 relecteurs bénévoles : ces braillistes expérimentés lisent le livre en entier, volume par volume, afin de déceler la moindre erreur de transcription, de mise en page et même d’orthographe, afin de fournir un résultat final de qualité.

Une fois corrigé, le livre est ajouté à notre catalogue en ligne et définitivement prêt à être acheté et lu par nos lecteurs !

La durée de tout ce processus de transcription peut varier de 3 semaines à 3 mois, voire davantage pour de gros ouvrages.

Comment cela se passe-t-il au niveau des droits d’auteurs ?

En tant qu’organisme œuvrant pour l’édition adaptée, nous ne sommes pas soumis aux droits d’auteurs car nous disposons de l’agrément Exception Handicap. Cependant, nous achetons tout de même la version papier de chaque livre que nous transcrivons en braille afin de contribuer à notre manière aux droits d’auteurs.

Quelle part du marché représente l’édition de livres en braille ?

107 000 nouveaux ouvrages sont publiés chaque année en France. Et seul 3% de ces ouvrages sont accessibles en braille. C’est pourquoi nous essayons chaque année d’augmenter notre production de livres. Nous étions à 90 en 2019, nous avons fait un bon en 2020 avec 146 livres transcrits sur l’année. 2021 s’annonce tout aussi productive, nous en sommes déjà à 22 livres transcrits et ajoutés au catalogue depuis le début d’année.

Peut-on acheter vos livres ailleurs que sur votre site internet ?

Non car nous sommes une librairie en ligne ; nous produisons les livres à la demande et nous n’avons donc pas de stock.

Le seul stock de livres dont nous disposons est celui des occasions : toute personne qui fait l’achat d’un livre neuf peut nous le retourner et bénéficier ainsi d’un avoir sur sa prochaine commande. Le livre braille revenu est alors ajouté à notre catalogue des occasions, ce qui permet aux lecteurs d’acquérir des livres en braille à un coût bien plus réduit.

Quelles sont les autres actions que vous menez pour favoriser l’inclusion par la lecture et la culture ?

Nous intervenons lors d’ateliers de découverte du braille dans des écoles et collèges mais aussi dans des salons ou divers évènements et manifestations (littéraires ou bien sur le thème du handicap), nous envoyons régulièrement des livres à des associations en Afrique, nous faisons des partenariats avec d’autres associations comme Kifubon pour qui nous avons transcrit Quand le désert fleurit en français et en anglais…

De plus, nos activités sont multiples : nous offrons un large choix de transcription de toute sorte. Nous faisons des journaux pour des collectivités, des menus pour les restaurants, des cartes de visite, des plans en relief ; mais également les relevés bancaires pour les clients non-voyants de multiples banques.

Nous développons de plus en plus les illustrations en relief avec une imprimante à vernis qui permet des reliefs fins et précis pour lire et comprendre les dessins avec les doigts. Cette technologie est surtout utilisée dans les livres enfant, afin de proposer à nos plus jeunes lecteurs de découvrir des images tactiles variées comme des animaux, des objets etc. 


Vous pouvez retrouver le catalogue du CTEB ICI ou faire un don .

Merci à Frédérique Alessandri, transcriptrice au CTEB d’avoir répondu à nos questions.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS