Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Artisanat Moldu / Pottermore / Les revenus de Pottermore sur le déclin en 2018

Les revenus de Pottermore sur le déclin en 2018

Si l’année 2017 marquait la réussite de la nouvelle stratégie commerciale de Pottermore, l’année 2018 aura été plus nuancée, et souligne une forte dépendance aux nouveautés et inédits.


En 2017, Pottermore renouait avec les bénéfices, dégageant un chiffre d’affaires de 40 millions de livres sterling. Ce succès venait récompenser une réorientation complète de leur stratégie commerciale, qui a rendu possible une hausse impressionnante des revenus de la plateforme: 7 millions en 2015, 15 millions en 2016, et donc 40 en 2017.

Les résultats de l’entreprise en 2018, cette fois-ci à la baisse (33 millions de livres), mettent néanmoins en lumière les limites de cet essor commercial. Car si le succès nouveau de Pottermore peut s’expliquer par la main mise sur la diffusion numérique des aventures, toujours populaires, du sorcier à lunettes, ou une offre d’imprimés et goodies exclusifs, le site reste tributaire de l’actualité du fandom, et pâtit des périodes d’attente entre deux nouveautés. Les 12 millions de livres générés pendant l’exercice 2016-2017 par les produits liés aux Animaux Fantastiques laissent un vide dans l’exercice 2017-18.

Deux conclusions peuvent être dégagées de ce constat :

 L’actualité du fandom Harry Potter, et en particulier au cinéma, a gonflé les chiffres de vente de Pottermore. On peut donc s’attendre, avec l’année des 20 ans et des Crimes de Grindelwald, à un bon exercice 2018-19.

 Dans le même temps, la fréquentation à la hausse du site l’a conforté dans ses nouvelles fonctions de boutique officielle et incontournable d’e-books et audio-books, et le marché actuel des livres déjà existants garantit à Pottermore une relative financière.

La structure de l’entreprise, portée par les années de succès mais disproportionnée aux exercices les plus légers, a dû être revue à la baisse, et l’entreprise a procédé à des licenciements. Sans grande surprise, et dans la lignée de l’action menée par Susan Jurevics depuis sa reprise en main du site en 2015, c’est le pôle éditorial qui a fait les frais de ces ajustements.

Cette évolution nous conforte dans le constat que Pottermore, un temps agitateur de fandom et force de proposition pour compléter le canon, ne fait plus qu’accompagner commercialement son évolution. Un signe, parmi d’autres, de la dispersion dudit univers, sur lequel J.K.Rowling elle-même n’a plus de réel contrôle.

Merci au Bookseller

Mots-clésPottermore
Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS