Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Les grands articles de la Gazette / Opinions, analyses / La symbolique des cabanes dans Harry Potter

La symbolique des cabanes dans Harry Potter

Les cabanes sont omniprésentes dans Harry Potter. On pense aux plus évidentes, la cabane de Hagrid et la Cabane hurlante. Mais d’autres lieux fonctionnent comme les cabanes : le square Grimmaurd, le Terrier, la Salle sur Demande… Faits d’éléments hétérogènes, ils n’obéissent à aucun ordre. Façonnés par l’imagination plus que par la logique, ils sont des refuges.

La cabane est « le lieu de toutes les contradictions » nous dit Gilles Tiberghien, philosophe et spécialiste du Land Art, dans De la nécessité des cabanes, un petit livre qui nous accompagnera tout au long de cet article. « On s’y cache et on y est exposé en même temps » continue-t-il. Fragiles, ouvertes aux quatre vents, les cabanes nous confrontent au monde environnant. Mais chaleureuses, réconfortantes, elles nous abritent. Quel est leur rôle dans la saga ?

Dans la saga, la cabane est d’abord une prison…

« La cabane est ambiguë, elle a un côté obscur » écrit Gilles Tiberghien. Autrefois le mot « cabane » désignait la prison. C’est cette facette sombre qui se manifeste en premier au lecteur dans la saga.

Dès les premières pages du livre, Harry est logé de force dans un placard sous l’escalier. Minuscule, peuplé d’araignées, Harry s’y trouve régulièrement enfermé.

File… placard… pas bouger… rien manger.

Vernon Dursley en colère dans Harry Potter à l’école des sorciers

Hors de ce contexte, le placard sous l’escalier a pourtant tout du lieu parfait pour une cabane d’enfants.

Dans le 3e tome, Harry se souvient du jour où il est forcé de se réfugier au sommet d’un arbre jusqu’à la nuit tombée pour échapper au féroce Molaire jeté à ses trousses. Cette scène évoque avec ironie la cabane dans les arbres, lieu de l’enfance idéale (pensez à Tom Sawyer et Peter Pan). Une enfance que Harry n’aura jamais.

L’image de la cabane idéale est détournée, elle est synonyme de mauvais traitements et de privation de liberté. C’est dans une cabane aussi que Vernon Dursley cherche jusqu’au bout à priver Harry de cette liberté. Abandonnant toute raison, il emmène sa famille se réfugier dans une misérable cabane au milieu de la mer pour tenter une dernière fois de couper Harry du monde auquel il appartient.

Harry Potter à l'école des sorciers - illustré par MinaLima - cabane sur un rocher au milieu de l'océan avec la lettre d'acceptation à Poudlard

… puis devient un lieu où nouer des liens

Carte de voeux Terrier illustré par MinaLima

“On aurait dit une vaste porcherie qui aurait été agrandie au fil du temps. Haute de plusieurs étages, la maison paraissait si bancale qu’elle ne semblait tenir que par magie. Quatre ou cinq cheminées se dressaient sur le toit rouge et un écriteau tordu, planté près de l’entrée, portait le nom de la maison”


L’exact inverse de la cabane-prison de l’enfance, c’est le Terrier. La maison des Weasley offre à Harry le cocon familial qu’il n’a pas eu après la mort de ses parents. Elle lui donne une place. Décrite comme bancale et informe, il est difficile de ne pas y voir la description là aussi d’une cabane. Une cabane ouverte sur le monde et qui accueille sans distinction sorciers, Moldus, enfants de moldus, étrangers, et même une goule !

Harry obéit et, à peine s’était-il répété les mots « 12 square Grimmaurd », qu’une vieille porte délabrée surgit de nulle part entre les numéros 11 et 13. Des murs décrépis aux fenêtres crasseuses apparurent à leur tour. C’était comme si une nouvelle maison avait soudain écarté les deux autres pour se glisser entre elles […] La poignée d’argent avait la forme d’un serpent et il n’y avait ni trou de serrure, ni boîte aux lettres.

Le square Grimmaurd, dans Harry Potter et l’Ordre du Phénix

Le Square Grimmaurd est d’abord une maison certes, celle de Sirius, puis celle de Harry. Mais dans le récit, tout converge à faire fonctionner l’endroit comme une cabane. D’abord le square Grimmaurd est plus un repaire, une cache, qu’une véritable maison. Plus tard, comme Sirius avant lui, Harry ne s’y installe pas durablement, il y est de passage. D’autre part il est impossible de pénétrer dans le Square Grimmaurd sans l’invitation du Gardien du secret. Or « seules des personnes privilégiées, celles que vous choisissez, peuvent pénétrer dans une cabane à condition que vous les invitiez à le faire” écrit Gilles Tiberghien.

La magie crée de nouvelles formes de cabanes, lieux de passage mais aussi lieux de vie, où Harry trouve un habitat, une famille et noue des liens.

La cabane abrite et protège…

La cabane de Hagrid dans Harry Potter

La maison ne comportait qu’une seule pièce. Des jambons et des faisans étaient suspendus au plafond, et une bouilloire en cuivre était posée sur le feu. Un coin de la pièce était occupé par un lit massif recouvert d’une courtepointe de patchwork.

Le feu, les gâteaux durs comme du caillou, la bouilloire,… Chez Hagrid le cadre a quelque chose de rassurant.

La cabane de Hagrid fait figure de refuge. Elle accueille les héros, les réconforte, les aide à traverser les coups durs. C’est un des seuls lieux où Harry ne se sent pas jugé à Poudlard. Dans le deuxième tome, Harry et Hermione amènent Ron pour trouver un remède au sortilège de crache-limaces qui s’est retourné contre lui. Dans le troisième tome, Hermione, en froid avec ses deux meilleurs amis, y passe beaucoup de temps pour aider Hagrid à défendre Buck. C’est au tour de Harry, dans le quatrième tome, de trouver chez Hagrid du réconfort alors que Ron ne lui parle plus. Et l’absence du garde-chasse au début du 5 laisse les trois amis sans ce lieu protecteur.

“Derrière l’ouverture éclairée, ils découvrirent une pièce poussiéreuse dans laquelle régnait un désordre indescriptible. Le sol était couvert de taches, tous les meubles étaient cassés et les fenêtres étaient obstruées par des planches. Harry, murmura-t-elle. Je crois que nous sommes dans la Cabane hurlante.”

L’arrivée dans la Cabane hurlante, dans Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban

La Cabane hurlante, au-delà de son apparence de maison hantée, est une cabane-refuge elle aussi. Elle a abrité Remus Lupin lors de ses transformations en loup-garou pendant ses années d’école. C’est là aussi que Sirius conseille à Harry d’organiser les réunions de l’Armée de Dumbledore. Lieu sûr et caché, la peur qu’elle inspire est sa meilleure défense.

La salle sur demande accueille l'armée de Dumbledore dans sa lutte contre l'oppression du Ministère dans Harry Potter

On l’appelle la Pièce Va-et-Vient ou encore la Salle sur Demande […] C’est une pièce où on ne peut entrer que si on en a vraiment besoin. Parfois, elle est là, parfois elle n’y est pas, mais quand elle apparaît, elle contient toujours ce qu’on cherche.

Dobby révèle à Harry l’existence de la Salle sur Demande, dans le tome 5.

C’est finalement la Salle sur Demande qui offre un refuge à l’AD contre la brigade d’Inquisition. Elle devient aussi le refuge de la résistance des élèves de Poudlard contre les Mangemorts dans le dernier livre. Elle fonctionne comme le square Grimmaurd, où seuls les détenteurs d’un secret peuvent pénétrer. La Salle-sur-Demande se transforme au gré des besoins en fournissant tous les objets utiles à ces besoins. Un peu à l’image d’une cabane d’enfants, où ceux-ci aménagent et réaménagent l’espace en fonction des histoires qu’ils se racontent.

… mais nous expose au monde et aux hommes

Mon cher Monsieur, soyez certain que je n’ai aucun plaisir à me trouver dans votre…heu…comment appelez-vous ça ? Une maison ? répliqua Malefoy en jetant autour de lui un regard dédaigneux.

Lucius Malefoy, dans Harry Potter et la Chambre des secrets

Cet aspect est très important car dans Harry Potter, les cabanes sont aussi des lieux aux avant-postes dans la lutte contre les forces du mal. La cabane de Hagrid, le Terrier, le Square Grimmaurd, la Salle sur demande sont des poches de liberté en péril dans un monde en lutte. Les Mangemorts mettent d’ailleurs le feu à la cabane de Hagrid dans le tome 6. Dans le tome 7, après la chute du Ministère, ils investissent le Terrier.

Les cabanes sont des lieux de résistance au monde de haine et de domination que certains veulent imposer. La cabane de Hagrid voit les protagonistes se confronter à l’autorité du ministère. On arrête Hagrid dans sa cabane pour des crimes qu’il n’a pas commis. Il y subit le racisme de Malefoy ou Ombrage. La Salle-sur-Demande est un autre lieu caché de résistance, sous la surveillance de la brigade inquisitoriale.

Ces lieux symbolisent ce que les Mangemorts n’acceptent pas : habiter le monde avec les hommes qui nous entourent, y compris les plus différents. Les cabanes opposent la liberté et le vivre-ensemble au monde d’ordre et de domination symbolisé par les maisons « ordinaires », comme le manoir des Malefoy et la maison de Privet Drive.

Et, pour conclure, on tente une théorie

Comme on l’a vu, les cabanes ont un poids symbolique très fort dans la saga. Il s’y joue une double tension dans la quête initiatique de Harry. D’abord son enfance d’orphelin maltraité / la famille qu’il adoptera par la suite. Son besoin de protection / les dangers qu’il court en permanence.

Mais le rôle des cabanes n’est pas uniquement symbolique. Des moments clé de l’intrigue s’y déroulent. Les trois cabanes les plus évidentes de la saga, la cabane sur le rocher, la cabane de Hagrid et la Cabane hurlante apportent chacune des révélations décisives :

  • La cabane Hurlante apporte des révélations décisives sur le passé de Harry. Dans le tome 3, il apprend ce qui s’est réellement passé le soir de l’assassinat de ses parents. Dans le tome 7, il récolte le témoignage de Rogue sur la relation avec sa mère, et le pacte noué entre lui et Dumbledore.
  • La cabane sur le rocher apporte des révélations décisives sur le présent de Harry. Dans le premier tome, il y apprend la nuit de ses 11 ans qu’il est un sorcier.
  • La cabane de Hagrid apporte des révélations décisives sur le futur de Harry. Dans le tome 2, alors qu’on l’emmène à Azkaban Hagrid conseille aux trois héros de suivre les araignées. Dans le tome 6, il y interroge Horace Slughorn qui en lui confiant son souvenir intact, le prépare à la révélation des Horcruxes.
Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS