Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Les grands articles de la Gazette / Analyse – Une nouvelle génération de Maraudeurs

Analyse – Une nouvelle génération de Maraudeurs

Dans une vidéo récente, SuperCarlinBrothers établit un parallèle entre la génération de Harry et celle de son père. Ce n’est évidemment pas la première fois que cette analyse est proposée, mais elle reste méconnue et souvent incomplète. Voyons ensemble pourquoi la génération de Harry serait une version améliorée de celle des Maraudeurs !

Dans Harry Potter, l’histoire est racontée à travers les yeux de Harry, qui possède donc une vision biaisée de l’univers. Mais Harry n’a jamais connu l’époque où ses parents étaient élèves à Poudlard (encore heureux me direz-vous), et il ne l’entrevoit donc qu’à travers le regard de ceux qui l’ont vécue : Sirius Black et Remus Lupin, proches amis de ses parents qui ont tendance à enjoliver le passé, et Severus Rogue dont les souvenirs sont les seules visions concrètes de ce qu’il s’y passait, mais ont tendance à se limiter aux éléments négatifs concernant James Potter.

Nous ne nous concentrons évidemment pas sur l’évolution de ces personnages une fois devenus adultes, puisque la comparaison se limite à leur période scolaire.

Harry et James Potter

James et Harry ne sont pas père et fils pour rien, ils possèdent un multitude de points communs. « Tu ressembles beaucoup à ton père, Harry. Sauf pour les yeux, tu as les yeux de ta mère. » Combien de fois ne lit-on pas cette phrase dans les sept tomes ? Mais leur ressemblance ne se limite pas au physique.

Par Slyis.

Harry et James sont tous les deux très talentueux au quidditch. Ils jouissent tous les deux d’une grande popularité au sein des autres élèves, notamment grâce à ce talent, mais ils n’y réagissent pas du tout de la même manière.
Si James profite de cette popularité, se vante de ses talents, et l’utilise même pour maltraiter d’autres élèves (Rogue en l’occurrence), Harry ne considère pas qu’il la mérite.

Il est populaire dans le monde des sorciers depuis sa naissance, pour quelque chose pour lequel il n’a rien fait ! C’est sa mère qui s’est sacrifiée et l’a sauvé. Hermione est bien plus compétente et intelligente que lui, il ne comprend d’ailleurs pas pourquoi c’est lui qui doit lancer l’Armée de Dumbledore dans le cinquième tome.

Là où James se caractérise par son arrogance, son égoïsme et sa vantardise, Harry, quoi qu’on puisse penser du personnage, est altruiste et humble. Cette différence fait de lui un meilleur James Potter, une version améliorée très similaire mais dont le plus grand défaut est effacé.

Hermione Granger et Remus Lupin

Brillants, travailleurs et sérieux (malgré des amis plutôt orientés sur la violation du règlement de l’école), ce sont les traits de caractères que l’on retient de ces deux personnages ; mais aussi rejetés de la société pour leur différence, Lupin par sa lycanthropie, Hermione par sa nature de née-moldue.

Ils sont tous les deux victimes d’une pression sociale et de préjugés sur leur nature même, à laquelle ils ne peuvent rien changer ; directe pour Hermione qui subit les railleries des Sangs-Purs et les insultes, indirecte pour Remus, dont personne ne soupçonne le « petit problème de fourrure ».

Lupin subit son statut de paria jusqu’à la fin de sa vie, en silence, sans lutter. Il perd son travail de professeur, refuse de se marier ou de fonder une famille et finit par s’enfermer lui-même, à se rejeter lui-même de la société. Il a honte de ce qu’il est.
Hermione, quant à elle, ne cache à aucun moment ses origines, mais elle lutte pour sa place dans le monde des sorciers, par le travail, l’implication, les capacités magiques qu’elle possède. Contrairement à Lupin, plutôt que de se cacher, elle s’affirme.

Ron Weasley et Sirius Black

Si Ron et Sirius se caractérisent davantage par le fait qu’ils sont les meilleurs amis d’Harry et James, leurs ressemblances ne s’arrêtent pas là. Ils écopent tous les deux d’une grande pression familiale, comme c’est souvent le cas dans les grandes familles, d’autant plus que les Weasley et les Black sont liés, puisque Septimus Weasley (le père d’Arthur) a épousé Cedrella Black, ce qui a valu à cette dernière d’être reniée par sa famille et d’être effacée de la tapisserie de La Noble et Très ancienne Maison des Black.

Sirius s’affirme dans l’opposition totale à sa famille, quoi qu’il en coûte (ce qui lui vaudra la même punition que Cedrella), alors que Ron se distingue, mais dans la continuité de ses frères. Sirius le fait également à tout prix, cherchant à se mettre en avant dans l’opposition, alors que Ron se contente généralement du statut de bras droit du héros. Généralement, parce qu’il dérape à quelques reprises, mais il finit toujours par revenir aux côtés de son meilleur ami.

Ginny Weasley et Lily Evans

Au-delà de leur relation amoureuse avec le personnage principal du groupe, elles ont toutes les deux une grande maîtrise de la magie, un pouvoir important, qui les amène d’ailleurs toutes les deux à faire partie du club de Slug par leur talent, plutôt que par leurs relations.

Très matures, elles ont également une place particulière dans leurs familles respectives. Lily est la première personne possédant des pouvoirs magiques dans sa famille moldue, et est par conséquent au centre de l’attention de ses parents. Ginny aussi tient une place particulière chez les Weasley, en étant la seule fille, petite dernière d’une fratrie de six rouquins !

Bien qu’elles soit toutes les deux des femmes fortes et indépendantes, Ginny semble plus forte mentalement et s’affirme davantage que Lily. On pourrait penser que Ginny veuille à tout prix essayer de se racheter auprès de Ron, parce qu’elle est la seule fille de la famille, la fille qu’il n’a finalement pas été, mais elle vit sa vie sans prendre en considération l’avis de ses frères, elle sort avec qui elle veut, elle n’a pas besoin de leur approbation pour se sentir bien. Contrairement à Lily qui essaie toujours de se racheter envers Pétunia, en essayant de la contenter et de lui faire plaisir.

Neville Londubat et Peter Pettigrow

Par Slyis.

La comparaison semble facile, mais ces personnages souffrent tous les deux de maladresse et d’un réel manque de confiance en eux (du moins, dans les premiers tome en ce qui concerne Neville). Ils sont raillés par leurs camarades de classe et professeurs pour leurs capacités magiques limitées et vivent avec la peur constante de faire honte à leurs proches.

La principale différence entre Neville et Pettigrow tient en un mot : loyauté. Là ou Pettigrow prête allégeance à n’importe qui tant que plus puissant, Neville est loyal envers ses amis jusqu’au bout. 

Pettigrow est toujours resté dans l’ombre et s’est contenté de cette place de seconde main, alors que Neville s’est imposé et s’est confronté à ses amis, malgré son manque de confiance en lui.

Luna Lovegood et Severus Rogue

L’association de ces deux noms peut faire sourire, car au premier abord, il n’y a pas plus opposés que Luna et Severus, l’un étant le cynisme incarné et l’autre la bonté absolue, et pourtant… Ils sont tous les deux caractérisés par leur marginalité, ce qui leur vaut d’être victime de harcèlement au sein de Poudlard, Luna pour son originalité, Severus pour son côté solitaire. On ne peut pas non plus oublier l’indéniable loyauté des deux personnages, l’un comme l’autre sont restés fidèles à leur idéaux.

A la différence de Luna qui ne semble pas atteinte par le harcèlement qu’elle subit et préfère penser que ce sont des créatures fantasques qui en sont les commanditaires (coucou les Nargoles), Severus lui, refuse d’oublier et en gardera des cicatrices émotionnelles toute sa vie. Il est également nécessaire de noter que dans sa jeunesse, fasciné par la magie noire, Severus se montrait méprisant envers les sorciers nés-moldus et s’efforçait de se comporter en public selon les doctrines des sorciers les plus influents, contrairement à Luna qui prend constamment la vie du bon côté et ne se soucie pas de ce que pensent les autres.

Drago Malefoy et Severus Rogue

Rival d’Harry, tout comme James et Severus à l’époque, les deux antagonistes semblent être constamment en conflit intérieur. Ils ont la volonté de bien faire, mais ne se lancent pas, de peur de ne pas être à la hauteur des attentes de leurs pairs. Mais leurs similitudes ne s’arrêtent pas là ; ils sont tous les deux fils unique, arrogants et fiers, et avaient des préjugés envers les nés-moldus pendant leurs scolarité.

On peut aller encore plus loin dans l’analyse, en affirmant que Drago et Harry sont le reflet de Severus et James ; « En effet, ils se haïssaient cordialement. Un peu comme toi et Mr Malefoy. Et ton père a fait quelque chose qu’il n’a jamais pu lui pardonner […] Il lui a sauvé la vie. », tout comme Harry, qui a sauvé la vie de Drago à deux reprises.

Comme le mentionne Dumbledore, Severus détestait devoir une dette à son ancien rival et lui en voudra toute sa vie, contrairement à Harry qui finira par comprendre que Drago n’est pas le mal incarné et ce dernier se rendra compte qu’Harry n’est finalement pas son ennemi. Au fil du temps, ils ont acquis un certain respect mutuel et semblent même capables d’interagir civilement entre eux, chose que James et Severus n’ont jamais eu l’occasion d’accomplir.

Severus Rogue est le seul à être mentionné à deux reprises, car nous trouvions intéressant de le comparer à la fois à sa copie quasi conforme, Drago Malefoy et à quelqu’un inattendu, mais semblable en tous points, comme Luna Lovegood (comme c’est le cas dans la vidéo de SuperCarlinBrothers).

Article co-écrit avec Guizmo.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS