Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Les grands articles de la Gazette / Il faut de nouveaux cours à Poudlard !

Il faut de nouveaux cours à Poudlard !

Comme toute école qui se respecte, Poudlard met à disposition de ses élèves, des cours variés et complémentaires, pour faire d’eux des sorciers doués et expérimentés. Pourtant, avec le recul, on s’est dit que certains cours auraient pu être ajoutés à la liste ! 

Un cours d’art plastique

La Grosse Dame

La créativité ! Il faut y penser tout de même dans ce monde sans pitié ! De plus, vous n’êtes pas sans avoir remarqué que les couloirs de Poudlard sont recouverts de portraits, de paysages… ou d’apprentissage du ballet par des trolls. Leur particularité ? Ils prennent vie. Une image fixe sur une toile, c’est impensable chez les sorciers ! Il faut donc bien que des artistes aient maîtrisé cet art de l’image en mouvement. Cela pourrait donc s’enseigner à Poudlard, pour que de nouvelles peintures viennent peupler les murs de l’école !

Un cours de magie internationale

Filles Beauxbatons dans le film Harry Potter et la Coupe de Feu

Pour cette idée, on s’est inspiré d’Harry Potter et la coupe de feu. Deux écoles de magie débarquent pour affronter les élèves de Poudlard. Il s’agit de l’école Beauxbatons, originaire de France et de Durmstrang, en Europe du Nord. Leur existence n’apparaît que très tardivement dans la saga, et pourtant leur pertinence est indéniable ! Connaître les différentes pratiques magiques à travers le monde et s’y confronter ne peut qu’être enrichissant pour des sorciers. La sorcellerie est influencée par le prisme culturel du magicien qui la pratique. Cela se voit d’ailleurs dans la manière dont Harry, Igor, Fleur et Cédric abordent le Tournoi des Trois Sorciers.

Littérature dans le monde de la magie

Hermione lit

Comme n’importe quelle société qui se respecte, le monde des sorciers a produit des artistes en tout genre. Notamment des peintres et des auteurs. Or, nous savons à quel point la littérature peut être le témoin des grands événements d’une civilisation. Chez les moldus, les textes littéraires sont considérés comme des œuvres d’art. Ils sont étudiés en profondeur en rapport avec leur contexte, et les références qu’ils contiennent. Les textes dépendent de l’époque à laquelle ils ont été écrits, de la personne qui les a écrits aussi. Une telle étude des écrits pourrait aisément se transposer au monde des sorciers, qui contient son lot de guerres, de révolutions et d’événements historiques en tout genre.

Pourquoi pas un Erasmus ?

New York, dans Les Animaux Fantastiques lors de l'arrivée de Norbert Dragonneau

Dans de nombreuses écoles et universités aujourd’hui, on propose aux étudiants de vivre une expérience à l’étranger. Et bon nombre d’entre eux reviennent d’ailleurs ravis et grandis d’une telle expérience ! On aurait pu imaginer qu’un des personnages principaux de Harry Potter parte pour un semestre dans une école de magie à l’étranger. Les élèves de Poudlard pourraient ainsi apprendre des langues étrangères, se confronter à des pratiques magiques différentes, pour devenir des sorciers encore plus complets et aboutis. On attribue d’ailleurs à Bill, l’aîné des enfants Weasley, un correspondant brésilien. Bill est invité à venir le voir, mais Molly et Arthur ne peuvent hélas pas lui payer un tel voyage. On peut donc imaginer que les élèves de Poudlard aient eu l’opportunité de communiquer avec des sorciers de l’étranger, à un moment donné, bien que cela ne soit pas développé.

Sur le plus long terme, on pourrait imaginer qu’en cas de rencontres heureuses, les sorciers et sorcières de Poudlard pourraient renouveler le monde de la magie anglaise, parlons de potentiels métissages ?

Les spécialisations

Au-delà du cursus de base que tous les sorciers devraient suivre, on pourrait imaginer que les sorciers de Poudlard, aient, comme les étudiants du monde entier, droit à une spécialisation. Je m’explique : 

Une école de commerce 

Le Chemin de Traverse

Le monde des sorciers a besoin de commerciaux, le chemin de Traverse en est la preuve. Où apprend-on à faire affaire ? Comme dans n’importe quelle société, on peut envisager des études de marché, le besoin de gérer ses stocks, de faire appel à des fournisseurs, qu’il faut donc savoir démarcher, etc. Et nous savons, au vue de la fréquentation importante du chemin de Traverse en période de rentrée scolaire, ou de la Pré-au-Lard lors des sorties scolaires de Poudlard, que la demande est là. Les sorciers ont un pouvoir d’achat qu’il est possible d’exploiter.

Une école de sciences politiques

Bartemius Croupton

Les jeunes sorciers que nous aimons en ont fait les frais, la magie est régie par un ministère et des lois. Ces lois sont, on peut l’imaginer, votées et rédigées comme chez les moldus. Il y a donc des élus, des cabinets, des commissions, des secrétaires, ou encore des conseillers. Comment accède-t-on à cet univers ? La plupart semblent débarquer au Ministère à peine sortis de Poudlard, comme Percy Weasley. Les jeunes sorciers n’ont droit à aucune préparation au cours de leur scolarité pour accéder à ces hautes sphères du pouvoir. 

Une école de journalisme 

Rita Skeeter en pleine interview

On dit de la presse qu’elle est le 4e pouvoir. Le monde des sorciers ne déroge pas à cette règle. En effet, on le voit avec la journaliste Rita Skeeter, le journalisme a la peau dure, et manipule à sa guise l’opinion publique. On peut aussi noter que Rita se sert d’une plume à papote. Bien que cela ne soit pas une généralité, on peut supposer que l’usage d’un tel instrument nécessite une formation.

Le journalisme ne se résume d’ailleurs pas à la presse écrite ; la photo de presse y est très présente. Un cours de photojournalisme magique pourrait s’avérer nécessaire. En effet, comme pour les peintures, les photos magiques s’anime ; on ne prend donc pas une photo magique de la même manière qu’une photo moldue. Dans Harry Potter et la chambre des secrets (film), le jeune Colin Creevey utilise un appareil photo ancien, provenant du monde moldu. Pour que les photos bougent, il les développe dans une potion spéciale. 

Un photographe de presse tire le portrait de Gilderoy Lockhart à la librairie Fleury and Bott. Chaque flash laisse échapper une épaisse fumée violette. On suppose donc il faut bien apprendre à s’en servir ! 

Le journalisme dans l’univers d’Harry Potter s’étend également à la radio, avec la RITM (Radio Indépendante à Transmission Magique) entre autre, qu’on appelle aussi Radio Sorcière Sans Fil (RSSF). On peut y trouver les programmes Salut les Sorciers ou encore Sorcellerie-Info.

Une école de conduite 

Le Magicobus

Les voitures sont des objets moldus dont les sorciers ne sont pas coutumiers. Les différents moyens de locomotions dont ils disposent leur permettent en effet de s’acquitter du code de la route. Sauf dans le cas où, un sorcier veut devenir le conducteur du Magicobus, qui utilise les voies de circulation moldues.
On le voit dans Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban, cette cohabitation sur la voie publique est risquée et demande une maîtrise à la fois de l’objet magique et des pratiques moldues en matière de sécurité routière !

Si la plupart des sorciers préfèrent se déplacer en portoloin, poudre de cheminette ou transplanage, les voitures peuvent s’avérer utiles, dans certaines circonstances, comme dans Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban, où le ministère fait envoyer des voitures aux Weasley pour les emmener jusqu’à King’s Cross afin d’assurer entre autre la sécurité de Harry.

On a également le cas de la Ford Anglia d’Arthur Weasley. Cette dernière vole et peut se rendre invisible, et n’a donc plus grand chose d’une voiture moldue. Toujours est-il qu’au vue des difficultés rencontrées par Ron et Harry lors de leur épopée avant leur rentrée en deuxième année, on peut imaginer que maîtriser un tel objet pourrait faire l’objet d’une leçon de conduite. On peut également citer la moto de Sirius, plus tard utilisée par Hagrid. Rappelons qu’elle dispose d’un mode “supersonic”, qu’il est bon d’apprendre à maîtriser.

Une école d’architecture

Les plans de Poudlard

Comme à peu près tout dans le monde des sorciers, les bâtiments dans lesquels évoluent les personnages de la saga présentent quelques particularités. On peut penser aux Grands Escaliers de Poudlard, qui n’en font qu’à leur tête, ou encore à l’architecture du ministère de la magie, à la fois sublime et sinistre. Il ne serait pas inintéressant de proposer à des étudiants l’apprentissage de ces différents codes, pour allier au mieux l’usage des matières premières et de la magie.

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive ; des cours de mathématiques, éducation sexuelle, langues étrangères, et bien d’autres encore ne feraient sans doute pas de mal aux sorciers !

Sources :

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS