Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Le Nord Magique : Une magie ancestrale à redécouvrir ?

22 février 2017

Cet article est le premier d’une série par Obscurus Presse consacrés au “Nord Magique” ; découvrez-en la suite sur le site de l’association : 2ème partie, 3ème partie !

Le Nord a toujours été source de rêves éthérés et de fantasmes pour le monde magique, auréolé d’un certain nombre de mystères qui rendent son aura particulièrement attirante. Depuis la localisation brumeuse de l’école de magie Durmstrang aux inscriptions runiques, tout attire et surprend dans ces pays au climat difficile. Depuis quelques années cependant, les lumières du Nord nous parviennent et il est de bon ton dans toute conversation mondaine de mentionner les « nouvelles » pratiques magiques venues du Septentrion. Nous vous proposons quelques pistes pour démêler le vrai du faux et ainsi briller en société. ​

Runes et symboles magiques : ​La magie de l’écriture

PNG - 101.6 ko

Issue d’une culture ancienne et profondément ancrée dans la culture des sorciers, l’écriture runique est le socle sur lequel repose tout un pan des traditions magiques nordiques. Bien que particulièrement utilisées chez les sorciers islandais, elle s’inscrit dans un riche patrimoine d’histoires et de formules traduites depuis des générations sur tout le territoire scandinave. S’il s’agit parfois de simples phrases destinées à éloigner un esprit ou briser une serrure, on peut apercevoir de véritables agencements de signes dont la complexité et la finesse feraient sourciller nos plus éminents spécialistes...

Ces symboles runiques complexes nommés Galdrastafur, et ils sont une forme de magie utilisée spécifiquement par des sorciers d’origine islandaise, qui permettrait à ceux qui utilisent les sigles de terrifier un ennemi en duel, de former un bouclier magique ou bien dans des contextes plus domestiques, d’éloigner le mauvais rêve et protéger la cible de la Légilimancie. Ces symboles magiques, souvent appliqués à l’aide d’encres ou d’outils dont la fabrication ritualisée est protégée par le plus grand secret, se retrouvent sur les piliers des maisons, sur des pierres commémoratives et parfois même dans des régions où les traces de magies se font rares, notamment après des tentatives de conquêtes avortées.

Les runes ont, dans le domaine anglo-saxon, une réputation de langue morte, utilisée pour transmettre nos précieux textes à l’abri des oreilles moldues, plus que pour son intérêt magique largement discuté. Chez nos voisins du Nord, ces lettres sont bien vivantes, parfois même dialectalisées ! Quiconque oserait dire qu’une rune est inefficace pour se protéger d’un Inferi offenserait vivement celui ou celle qui l’a gravée, s’exposant ainsi à un très probable duel. Ainsi cette tradition étonnante commence à s’exporter dans le Sud, et on peut apercevoir dans les Hébrides quelques vendeurs d’encres magiques vanter les mérites de sigles de leur conception. ​

​Nécromancie du Septentrion : rêve ou réalité ?

Un sujet des plus épineux qui ne manquera pas d’intéresser votre auditoire est la Nécromancie, spécialité nordique à la réputation encore plus funeste que le hareng fermenté par procédé magique. Si nos confrères ne sont guère loquaces sur le sujet, il est néanmoins possible de déterrer quelques bribes d’informations sur le sujet de cette magie interdite officieusement par le Conseil Pan-Nordique pour la Magie. Un des dignitaires haut-placés du Conseil, qui souhaite rester anonyme, prétend d’ailleurs que les Inferi sont une invention venue du Nord et que chaque année à l’équinoxe d’automne, des magiciens se réunissent afin de tenter de faire revivre rennes, ours, camarades tombés au combat.

Surprenant notre conversation, une collègue de notre informateur nous affirma qu’aucun des sorts « de pacotille » de ces magiciens n’avait de chance de réussir et qu’ils étaient tous la risée du monde magique. Notre informateur ne put malheureusement pas nous en apprendre plus, ayant été vexé par une boutade de sa collègue qui présentait l’étrange rassemblement comme « ni plus ni moins qu’un groupe d’ours en état d’ébriété qui n’ont rien trouvé de mieux que de tenter de rendre la vie à leur tapis en fourrure ».

Quelques traditions ayant trait à la nécromancie sont cependant gardées précieusement au sein du patrimoine magique nordique. Le nábrók, ou Necropants, est par exemple une des reliques les plus malsaines que l’on puisse trouver en Islande. Pantalon formé par la peau d’un homme mort, il serait, une fois porté, le moyen de ne jamais manquer d’or. Impossible néanmoins de savoir s’il s’agit d’une mauvaise blague, d’un folklore alimenté de ragots sur les étranges propriétés des êtres magiques ou d’une réelle magie aujourd’hui mise en vitrine pour les touristes.

S’il est vivement déconseillé de demander à un ami de vous léguer la peau de ses jambes pour tenter l’expérience, le sujet peut certainement animer les théories les plus intéressantes. Si vous souhaitez savoir où observer un véritable necropant, nous vous conseillons de lire les prochains articles du dossier où nous vous expliquerons où en trouver.

Magie domestique : Peut-on vraiment maîtriser la nature ?

PNG - 87.6 ko

Sur une note plus légère, la magie que nous allons présenter ici est certes nettement moins fascinante, mais beaucoup plus tangible. Afin de pouvoir vivre dans des terres peu fertiles et difficile d’accès, les sorciers de tout horizon ont longtemps rivalisé d’astuce pour maîtriser la nature peu accueillante des forêts profondes ou des pics acérés qui peuplent le Nord.

Si les sorciers du Danemark ont ainsi inventé une magie qui protégeaient leurs corps de fermes des créatures malignes des marais, les Norvégiens sont eux passés maîtres dans la création de places fortes à flanc de montagne, enchantant traîneaux et skis, domestiquant divers animaux magiques dont la force et la résistance ont longtemps sauvé la mise aux magiciens exilés dans un petit fjord non loin du cercle polaire.

Sans pour autant dénier à leurs terres et à ses occupants le respect qui leur est dû, les magiciens du Nord ont été les pionniers dans l’organisation magique de leurs bourgs et hameaux, afin de préserver leurs lieux de vie souvent infestés de salamandres, dragons et autres huldrefolket. [1] Ils ont également été les premiers à signer des pactes avec le peuple de l’eau et à savoir comment éloigner les dragons de leurs pâturages (bien que quelques spécimens ont parfois réussi à franchir les barrières magiques afin de subtiliser quelques moutons). Nous avons ainsi beaucoup à apprendre de ces sorciers qui, sans détruire leur environnement, en connaissent les beautés et les pièges.

Ainsi la Grande Assemblée de Magécologie (dont nous sommes cet année un des sponsors) aura lieu l’année prochaine à Stavanger, [2] en Norvège, et il sera sans doute passionnant d’assister à des conférences telles que « Les esprits tutélaires : comment s’en faire des alliés ? », « Respect de la nature magique ou protection des sorciers ? Comment faire des compromis sans risquer un conflit avec les créatures qui peuplent les alentours ? » et « Analyse des sociétés symbiotiques du peuple de l’eau : le cas du Lac Mälaren ».

Cristaux, pierres runiques, augures : ​un présage venu du froid

Dernière tendance ces temps-ci dans le monde magique : la divination alternative. Finies les effluves de fumée d’encens incommodantes ou les lourdes boules en cristal intransportables ! La Libre Société de Divination nous montre cette année que la divination se doit d’être praticable « n’importe où, n’importe quand » et surtout permet des présages « plus précis », selon leur dernière campagne de communication. Ces techniques ont le vent en poupe cette année, qu’il s’agisse d’effectuer un tirage à l’aide de pierres runiques, d’interpréter les lumières issues de cristaux de roche ou bien d’observer le vol des oiseaux (selon la LSD, des pigeons pourraient faire l’affaire) ou la migration des rennes (ou de vaches si vous n’avez rien d’autre sous la main, bien que cela soit curieusement moins précis selon les dernières "recherches").

Même si les puristes invalident fortement la capacité des pierres runiques ou des oiseaux à former un présage correct, de nombreux adeptes affirment qu’il s’agit d’un moyen particulièrement ludique pour s’initier à la pratique divinatoire tout en méditant sur ses perspectives possibles. Cette alliance entre la magie et le bien-être saura sans doute séduire de nombreux sorciers ! ​

Les pratiques magiques du Nord sont donc de retour sur le devant de la scène après quelques années à avoir été moquées pour leur certaine rusticité. Ainsi de nombreuses collaborations sont à prévoir pour les prochaines années avec nos voisins du Nord, alliant modernité et traditions. Nos échanges sur la magie s’annoncent ainsi particulièrement riches de surprises et peut-être seront un moyen de parvenir à lever la brume qui pèse sur ces magies oubliées. ​

Écrit et illustré par Niviarsiaq pour Obscurus Presse
Cet article est le premier d’une série par Obscurus Presse consacrés au “Nord Magique” ; découvrez-en la suite sur leur site : 2ème partie, 3ème partie !



[1NdlR : le peuple caché littéralement

[2Envoyez un hibou avec pour objet « Stavanger 2017 » pour plus d’informations et une brochure gratuite


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :