Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum Potterfiction Radio Indépendante à Transmission Magique Bavardage Fanarts Blog
5 Noises

L’affaire Lexicon : WB & J.K. Rowling contre RDR Books - le Dossier

1er mars 2008

Le Lexicon est la ressource la plus complète sur internet. Tous les détails, toutes les analyses, toutes les chronologies y sont référencées. Au point de recevoir un des prestigieux Fan Site Award décernée par Jo.

Lorsque l’agent de J.-K. Rowling découvre, dans des revues spécialisées, qu’un petit éditeur du Michigan, RDR Books, va publier une encyclopédie Harry Potter tirée du Lexicon, notre feuilleton commence.

Jo, associée à Warner Bross (WB) (ce qui est nécessaire car c’est le détenteur de la licence) attaque RDR Books : JK Rowling et Warner veulent empêcher une version papier du Lexicon.

Peu de temps après, nos confrères du Leaky Cauldron (TLC), réussissent à obtenir plus d’information sur la plainte et obtiennent une première réaction de RDR Books : Détail de la plainte de JK Rowling contre le HP Lexicon.

5 jours plus tard, Steve, administrateur du site internet et auteur du livre en question, sort du silence : Steve sort du silence : la réaction du Lexicon.

Première décision de justice

Le 8 novembre, la justice demande à RDR de fournir un exemplaire du livre aux avocats de Jo, qui poursuivent leur action. La publication du livre est de même suspendu jusqu’au 6 Février 2008 (ce délai sera prolongé).

Jo s’exprime sur son site : « [...]Empêcher cette publication dans l’état actuel des choses ne me procure aucun plaisir. Au contraire, je suis extrêmement déçue que cette affaire ait due être soumise à un tribunal. En dépit de demandes répétées, la maison d’édition en question a refusé ne serait-ce que d’envisager d’apporter des modifications à cet ouvrage afin qu’il ne porte pas atteinte à mes droits.[...] »

Sur leur site, RDR revendique l’idée du délai, même si les faits indiquent plutôt le contraire. Par ailleurs, le juge les enjoint de cesser toute publicité, notamment sur amazon.

Steve conclut ce premier épisode désabusé : « C’est difficile de savoir quoi écrire. Notamment parce que tout ce que j’écris ces jours-ci - tout ce que j’ai écrit ou dit depuis le début en réalité - est disséqué et analysé pour me faire passer pour un fou, un menteur ou un pauvre type prétentieux (ce texte va y contribuer, j’en suis sûr). Les gens qui me connaissent ou qui ont parlé avec moi savent que ce n’est pas le cas. De ce que j’ai lu sur internet, les fans ont décidé soit que je voulais m’enrichir indûment, soit que je n’avais aucun respect pour Jo. Certains ont, sur la lancée de WB estimé que j’avais pris des travaux qu’ils avaient gracieusement publiés sur le Lexicon pour les mettre dans leur livre sans leur permission. D’autres ont abouti à la conclusion que j’avais ignoré les demandes de ne pas créer un livre du Lexicon. C’est juste que ce n’est pas mon genre. Je ne ferais pas quelque chose comme cela. La question que l’on me pose sans cesse, est si j’ai jamais rencontré Jo ou parlé avec elle. La réponse est non. Je l’ai toujours souhaitée, mais elle ne s’est jamais réalisée. J’ai cette espérance folle que l’on pourrait s’asseoir tous les deux et en parler pour résoudre cet incident misérable et aller de l’avant. Nous pourrions enfin revenir à ce qui nous unit et apprécier Harry Potter ensemble. »

Le 26 Novembre, Jo rassure les fans : elle n’a pas l’intention de poursuivre les auteurs de potterfictions, tant qu’elle ne sont pas vendues.

Le 4 décembre, le Fair Use Project [1] de l’université de Stanford estime que le livre est légal et décide d’aider RDR Books.

Les Conclusions

Le 15 janvier 2007, les avocats des plaignants déposent leurs conclusions : JKR/WB c. Lexicon : les conclusions des plaignants

Début Février, RDR Books demande l’intégralité des notes de J.K.Rowling pour pouvoir estimer dans quelle mesure elle a affirmé vouloir rédiger sa propre encyclopédie, mais aussi pour savoir quel était son avancement dans son projet pour pouvoir évaluer, le cas échéant à quel point le Lexicon pourrait concurrencer son livre.

Les avocats de JKR/WB répondent que Jo avait des notes pour chacun des 7 livres, et qu’en plus que ses éditeurs américains et anglais avait réaliser une compilation des données qui représente 4 volumes chez Bloomsbury, en faisant un « bible » de l’univers de Harry Potter bien plus exhaustive (en dehors d’elle-même) que n’importe quelle source extérieure (le Lexicon y compris).

Le juge rejette la demande des notes, mais accepte la requête de RDR Books qui souhaite connaître toutes les déclarations publiques de J.K Rowling concernant son projet d’encyclopédie.

Le 8 Février RDR Books dépose ses conclusions : JKR/WB c. Lexicon : les conclusions de la défense

Dans les mêmes temps, deux articles assez critiques sont postés dans le New York Times [en] et dans le blog juridique du Wall Street Journal [en]. Dans un fanzine britannique, Steve s’exprime :

« Une part du problème vient de la supposition que font certains que Rowling a le droit de contrôler absolument tout ce qu’elle a écrit à propos du monde d’Harry Potter. C’est une prise de pouvoir assez important de sa part, et, de ce que je peux en dire, illégale. »

Le 27 Février, JKR/WB déposent leur réponse aux conclusions de RDR Books :

Les textes en anglais sont disponibles ici, l’analyse est sur TLC.

La déposition de J.K. Rowling a été traduite en français.

Le 18 mars, Steve accorde une interview a un site espagnol où il annonce 2 autres livres à paraître et renouvelle son admiration envers J.K. Rowling.

Les audiences ont eu lieu du 14 au 16 avril. J.K. Rowling a pleuré lors du premier jour ; Steve Vander Ark a pleuré le deuxième jour ; suite à une intervention du juge Patterson, les parties ont trouvé un accord sur certains points, mais l’essentiel demeurait contentieux.

Délibéré

Le juge a tranché le 8 septembre 2008 en faveur de J.K. Rowling et Warner Bros. (résumé du jugement et réactions des praties) : il estime que le Lexicon tel qu’on lui a présenté fait trop-souvent du copier-coller ou de la paraphrase de l’œuvre de J.K. Rowling. La publication du livre est interdite en l’état et RDR Books est condamné à payer $6750. Il reproche notamment au Lexicon de reprendre mot pour mot de trop nombreux passages du Quidditch à travers les âges et des Animaux fantastiques, les deux petits livres de cours écrits par J.K. Rowling en 2001.

Néanmoins, le juge laisse la porte ouverte à la publication d’une version remaniée. Il estime notamment que quand bien même J.K. Rowling veut publier sa propre encyclopédie, cela ne doit pas empêcher d’autres auteurs de se lancer sur le marché et de la concurrencer.

Le 11 novembre 2008, RDR Books annonce son intention de faire appel du jugement, mais renonce finalement : le 5 décembre, Steve Vander Ark annonce qu’une version modifiée du livre sortira le 12 janvier 2009. Elle « suit attentivement les instructions donnés par le juge » et a reçu l’aval de Christopher Little, l’agent de J. K. Rowling. Notamment, le titre en est modifié : le livre s’intitule dorénavant Le Lexicon : un Guide non officiel du monde de Harry Potter et de matériaux qui s’y rapportent. Vous pouvez le commander dans notre boutique.

Tous les commentaires sur l’affaire



[1] Fair Use : littéralement usage juste. C’est une notion de droit de la propriété intellectuelle américain que l’on pourrait assimiler aux exceptions du droit d’auteur en France


Mots-clef de l'article :

Copyright 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placs sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est audite par :