Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Dumbledore, le directeur incompétent : DCFM

2 septembre 2012

Beaucoup sont d’accord pour dire que Dumbledore était un génie, le plus grand sorcier du siècle dernier, un fin stratège auquel nous devons grandement la deuxième chute (définitive) de Voldemort. Cependant, il occupait à Poudlard un poste pour lequel il n’avait aucune compétence, car il faisait passer ses obligations derrière ses préoccupations personnelles.

Le rôle d’un directeur dans le choix de ses enseignants est, selon moi, de prendre en compte la personnalité du futur professeur et de vérifier que celui-ci sera apte à faire avancer l’ensemble de la classe vers un niveau supérieur, de magie en l’occurrence.

Cependant, lorsqu’il nomme ses professeurs, Dumbledore ne semble pas prendre fortement en compte les capacités pédagogiques de ses futurs collaborateurs, ni même leurs inclinaisons étranges... Au contraire, il passe au-delà de tous ces obstacles d’autant plus facilement que la présence du futur professeur à Poudlard sert ses plans.

Le niveau des enseignants à Poudlard est loin d’être bon. Certains font exception, comme Flitwick et, éventuellement, McGonagall, mais la plupart se trouve là pour des raisons pédagogiquement obscures.

Dumbledore choisi le professeur Trelawney comme professeur de divination simplement parce qu’elle est celle qui lui annonce la venue de celui qui vaincra Voldemort et qu’il est plus prudent de la garder à l’abri à Poudlard ; il choisit de maintenir Rogue au poste de professeur de Potions qui, bien qu’il soit sans nul doute le meilleur dans sa matière, traite ses élèves d’une manière intolérable.

Cependant, ses plus grosses erreurs, ses choix les plus discutables, se font lors de la nomination de Hagrid au poste de professeur de Soin aux Créatures Magiques et pour la plupart des nominations de Défense Contre les Forces du Mal. Ce sont ces dernières que je discuterai ici.

Certes, Dumbledore a du mal à trouver des professeurs de qualité pour un tel poste ; il faut se rappeler que la position est maudite depuis que Jedusor s’y est vu refuser l’accès et que trouver un nouveau professeur tous les ans ne doit pas être facile. Mais il n’empêche que le directeur nomme les professeurs en dépit du bon sens ou à des fins personnelles.

Année 1991, Quirrell

Quirrell enseignait déjà à Poudlard avant de prendre le poste de professeur de DCFM. Il était assigné à l’Etude des moldus, un poste qui n’a, a priori, aucun rapport avec celui qui lui fut attribué lors de la première année de Harry.

JPEG - 53.1 ko

Pottermore nous apprend que Quirrell était fasciné par la magie noire, d’abord par la simple théorie, mais qu’il s’est ensuite intéressé à la pratique. Lors d’un voyage d’étude (qui le préparait sans doute à son futur poste de professeur de DCFM), il partit à la rencontre de différentes créatures, mais également dans l’espoir secret de retrouver Voldemort.

Quirrell aurait été maltraité dans son adolescence par ses camarades de classe pour sa timidité et sa nervosité. Il espère donc trouver dans la magie noire une source de pouvoir suffisante pour que ces moqueries ne puissent plus jamais l’affecter.

Dumbledore, grand directeur, est supposé savoir ce qui se passe dans son école. Il doit connaître cet enseignant qui agit sous ses yeux depuis des années, être au courant de son penchant pour la magie noire, cerner la personnalité de celui-ci. Mais non, il le nomme au poste le plus proche de ce qui pourrait le faire chanceler.

Il ne s’interroge pas non plus sur le comportement étrange de Quirrell, ce soudain port de turban [1], son désir manifeste de s’emparer de la pierre philosophale dont Rogue a dû l’avertir.

Alors qu’il a le miroir du Risèd à disposition, Dumbledore ne s’en sert pas pour tester ses professeurs ; Pottermore nous signale que “le miroir (qui a traîné dans la Salle sur Demande pendant un siècle avant qu’il [Dumbledore] ne l’en sorte et le mette en état de fonctionner) devient [...] un test déterminant pour déceler les cœurs impurs.” Mais Dumbledore ne s’en sert pas en préventif.

Bien que ce ne soit pas évident à la lecture du premier tome, nous avons sous les yeux la première erreur de casting commise par Dumbledore. Il n’utilise pas les outils qu’il a sous la main et qui auraient pu protéger ses élèves d’un professeur aux intentions mauvaises ; il s’en sert pour protéger un objet qu’il estime personnellement devoir abriter.

Année 1992, Lockhart

Quiconque lisant ces lignes ne doutant pas de la compétence de Lockhart en matière de DCFM peut achever sa lecture ici.

Comment Gilderoy peut-il obtenir ce poste, alors qu’il n’est, de manière évidente, qu’un charlatan ? Tout le monde le sait, manifestement, à quelques exceptions prêts qui sont plus aveuglées par sa beauté que par son habilité à mentir. On ne cesse de nous répéter à tort et à travers qu’il est douteux qu’il ait accompli la moité de ce qu’il dit et ces doutes se révèlent exacts.

Dumbledore a encore du choix parmi les professeurs potentiels, la preuve avec les tomes à venir, alors pourquoi choisir Lockhart qu’il sait incapable d’enseigner la DCFM aussi bien que quiconque ?

La seule raison qui me vienne à l’esprit est qu’il sélectionne Lockhart avec une idée toute autre en tête ; il n’enseignera pas à la classe la défense contre les êtres maléfiques, il est là pour montrer à Harry quels sont les dangers de la célébrité.

Dumbledore se sert de sa position de directeur pour nommer un professeur à la fin tout à fait personnelle de donner une leçon à Harry ; maintenant que celui-ci “mérite” sa célébrité en ayant vaincu Voldemort de manière consciente l’année précédente, il faut lui montrer, juste au cas où, à quel point la gloire peut rendre imbu de soi.

C’est un choix d’enseignant qui profite uniquement à un élève, Dumbledore manque une nouvelle fois à son devoir de directeur.

Année 1993, Remus Lupin

Sans doute le meilleur professeur de DCFM que pouvait nommer Dumbledore. Dommage qu’il s’agisse d’un loup-garou et que le poste soit maudit.

Cependant, outre sa lycanthropie, il y a bien plus gênant dans la nomination de Remus. Ne serait-il pas là parce que Sirius Black, sa vieille connaissance, est en vadrouille ?

JPEG - 21.9 ko

Remus est censé connaître Sirius parfaitement, savoir par où il pourrait accéder à l’école, être au courant de ses secrets les mieux cachés comme sa nature d’animagus... si Rogue, aveuglé par sa haine, voit en Lupin un potentiel complice de Sirius, Dumbledore ne voit-il pas en lui la meilleure source de renseignements, la meilleure protection contre le supposé criminel ?

Le nouveau professeur prend d’ailleurs le train avec les élèves ; pourquoi ? Parce qu’il a été nommé si tardivement qu’il n’a pu se rendre à Poudlard autrement ? Ou parce qu’il lui a été demandé de veiller sur le train pendant le trajet au cas où son vieil ami déciderait de se montrer ?

Lupin est brillant comme professeur... mais s’il n’y avait que ça, il aurait été embauché l’année précédente, ou l’année d’avant. Il est nommé l’année où Sirius Black s’évade. Sans doute même à la dernière minute.

Et si Dumbledore croit déjà en l’innocence de Black, Lupin n’est-il pas là pour aider à résoudre cette affaire ? A convaincre Sirius, s’il se montre, d’abandonner sa vengeance ? Ou Dumbledore chercherait-il à protéger Sirius Black de la colère de Lupin, si ce dernier venait à vouloir lui faire payer sa traîtrise, en gardant le lycanthrope sous les yeux ?

Pour la deuxième fois, Dumbledore nomme un professeur dans un but autre que de le voir enseigner ; une nouvelle fois, Harry, son avenir, sa sécurité, ne sont pas totalement étranger à sa décision. Car qui doit-être protégé de Black, sinon lui ? Qui a intérêt à voir Sirius protégé, sinon Harry ?

Année 1994, Maugrey

PNG - 249.7 ko

Passons sur le fait qu’un mangemort enseigne à la place de Maugrey à Poudlard, car c’est bien Maugrey qui est nommé par Dumbledore.

Pourquoi le directeur irait-il sortir un ancien membre de l’ordre, le deuxième en deux ans, de sa retraite d’Auror ? Un sorcier qu’on dit fou, clairement paranoïaque, physiquement plus qu’effrayant pour les jeunes de 11 ans auxquels il devra enseigner (voir l’image ci-contre, si les films ont émoussé l’aspect de Maugrey pour vous... à savoir qu’il s’agit d’un croquis préparatoire pour ces mêmes films).

Maugrey n’est sans doute pas grandiose en tant que professeur. “Il sait”, comme disent la plupart de ses élèves, mais ça ne fait pas de lui quelqu’un capable de transmettre son savoir. Au contraire, sa méfiance le poussera à maintenir une partie de son savoir sous bonne garde.

Mais, cette année, un grand évènement a lieu à Poudlard ; un ancien mangemort amène avec lui tout un groupe de ses meilleurs élèves, éduqués dans une institution réputée pour sa bienveillance envers la magie noire... Il n’en faut pas plus à Dumbledore pour s’assurer qu’un sorcier extrêmement compétent en la matière soit à Poudlard.

La présence de Maugrey au château pendant le tournoi des trois sorciers pourrait presque être une mesure de sécurité supplémentaire pour les champions. Surtout après les évènements de la coupe du monde.

En outre, Dumbledore sait que, l’année précédente, le plus grand serviteur du Seigneur des Ténèbres a rejoint son maître. Il sait également que Trelawney a prédit le retour conséquent du dit Seigneur. Le directeur est donc bien conscient de la menace qui pèse sur le monde magique et la présence d’un ancien auror, membre de l’Ordre du Phénix (il n’aurait pas nommé n’importe quel auror retraité), à Poudlard ne serait pas de trop si les choses venaient à se précipiter.

Troisième nomination consécutive dans un but autre que la qualité de l’enseignement. Une nouvelle fois, le fait que Dumbledore tienne à Harry n’est pas étranger à son choix ; un chasseur de mages noirs ? A qui d’autre que Harry les mages noirs en voudraient-ils ?

Et le fait que Dumbledore ait vu juste ne change rien à l’affaire.

Année 1995, Ombrage

Celle-ci, Dumbledore ne la nomme pas... encore heureux. Il a fortement les main liées quant à cette nomination. Cependant, si elle obtient ce poste, c’est qu’il ne trouve personne d’autre et que le ministère en profite pour mettre le pied à Poudlard.

JPEG - 223.4 ko

Le grand directeur qui, jusqu’à présent, avait toujours trouvé même le pire des incompétents pour boucher les trous, n’a plus de réserve... a-t-il seulement cherché ? Des élèves sortent de Poudlard chaque année, il doit bien y en avoir un qui a suivi l’enseignement de Quirrell ou de Lupin et qui serait capable de prendre le relais, non ?

Pour ce qu’on en voit, il aurait même pu nommer Harry, qui fait un meilleur travail que la plupart de ses professeurs ; que serait-il arrivé avec un élève ayant fini ses études ? Quel horizon grandiose se serait ouvert aux étudiants de Poudlard !

Mais non, Dumbledore ne trouve personne.

La vérité est probablement que le grand directeur néglige ses obligations ; il est plus occupé à vouloir mener Voldemort vers une fausse piste (la prophétie n’apprendrait rien de véritablement dangereux à Voldemort). Il voyage de-ci, de-là, se mettant sans doute à la chasse aux Horcruxes à cet instant.

Il ne pense même pas à demander à Maugrey d’enseigner véritablement cette fois. Certes, Maugrey a eu une mauvaise expérience, mais il ferait bien ça pour Dumbledore, non ? Et la malédiction sur le poste ne l’empêche pas de revenir, il n’était pas réellement l’enseignant l’année précédente. C’est pourtant le moment idéal pour avoir un auror à Poudlard !

Peut-être Dumbledore ne veut-il pas prendre le risque de perdre Alastor à la fin de l’année... toujours est-il qu’il néglige l’option la plus évidente et laisse toute la place à Ombrage.

Dans ce tome 5, le directeur montre toute l’étendue de son incompétence, alors qu’il part dans sa quête personnelle et abandonne littéralement l’école.

Année 1996, Rogue et Slughorn

JPEG - 42.6 ko

La dernière fois que Dumbledore nommera un professeur de DCFM. Ou plutôt, cette année, c’est un professeur de potion qu’il nomme... mais il ne peut se permettre de perdre Rogue sur le champ, alors il le place au poste qu’il convoite tant.

Rogue est toujours un mauvais professeur en ce qui concerne sa pédagogie et il est sans doute moins compétent en DCFM qu’en potion : mais Albus a besoin de Slughorn. Il a besoin du souvenir contenant l’information exacte sur le nombre d’horcruxes de Jedusor.

Pour la dernière fois, il nommera un professeur, non pour les élèves, mais pour ses propres besoins, sa propre quête, sa propre mission. Mission qui deviendra celle de... Harry !

Ce choix a une autre conséquence. Dumbledore, en offrant à Rogue la place qu’il convoitait, signe également, en théorie, la fin de l’enseignement de Rogue à Poudlard. Alors que Rogue est l’homme qu’il lui faudra à Poudlard lorsque lui-même aura passé la baguette à gauche !

La malédiction aurait pu causer un accident mortel, faire de Rogue un lointain souvenir... Il aurait pu être arrêté et exécuté sur le champ après le “meurtre” du directeur ! Il aurait pu n’être jamais là pour continuer à servir l’Ordre par son double jeu, privant les alliés de Harry d’une aide essentielle !

Le directeur semble décider que le jeu en vaut la chandelle, que c’est un risque à courir... Mais, bon sang, quand pense-t-il aux élèves ? Quand pense-t-il à ceux, qui subiront une année de DCFM dans les mains d’un adepte de la magie noire aux penchants sadiques envers une large majorité de sa classe, mais qui ensuite perdront potentiellement leur meilleure chance de résister à l’emprise inévitable des mangemorts sur Poudlard ?

Dumbledore a de la chance que Rogue soit nommé directeur l’année suivante.

Lucius Was Right

Qui aurait pensé lire ça de ma plume un jour ? Et, pourtant, c’est une évidence. Lucius Malefoy (et Drago) avait en quelque sorte raison lorsqu’il affirmait que la nomination de Dumbledore au poste de directeur était l’une des pires choses qui soient arrivées à Poudlard.


Dumbledore lors de son procès pour incompétence

Albus néglige sa tâche, il ne se sert de ce poste que pour protéger Harry, éduquer Harry, façonner Harry en l’arme qu’il doit devenir contre Voldemort. Il profite de sa position pour mener ses propres recherches, mais abandonne ce même poste lorsqu’il estime qu’il ne lui est d’aucune utilité (tome 5).

Dumbledore est un grand sorcier, mais ce n’est pas un grand directeur. Les élèves de Poudlard auraient sans doute appris bien plus sous l’influence d’un autre “Chef des Professeurs” (Peeves, Tome 3) ; car les élèves sont loin d’être sa priorité.

Peut-être aurait-il mieux valu qu’il occupe le poste de garde chasse, aux côtés de Hagrid, ou qu’il aide son frère à la Tête de Sanglier ; il aurait pu ainsi mener sa quête sans problème, garder un œil sur Harry, fouiner... Il aurait pu assurer à lui tout seul la sécurité de Poudlard, des élèves, de Harry (comme dans sa position de directeur) sans avoir la moindre influence sur l’enseignement. Pour le plus grand bien.

Dumbledore n’était pas fait pour être ministre ; il n’était fait pour aucun poste à responsabilité.

Et vous, partagez-vous cette opinion ? Pour donner votre avis sur la question, CE TOPIC est à votre disposition.



[1Étonnamment, je n’ai jamais vu personne soulever ce point pour accuser Rowling de racisme... personne n’y a jamais vu une allusion quelconque à l’“islamisation de la société occidentale” ; il en faut habituellement moins pour déchaîner les foules.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :