Logo Gazette du Sorcier
menu fermer
La Gazette Logo du Sorcier
L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !
Accueil / Les grands articles de la Gazette / Reportage / Reportage : La nouvelle exposition de MinaLima consacrée aux Secrets de Dumbledore

Reportage : La nouvelle exposition de MinaLima consacrée aux Secrets de Dumbledore

Les lumières s’éteignent et le silence se fait. Confortablement installés dans leurs sièges, Miraphora Mina et Eduardo Lima savourent les 2 heures et 22 minutes de film qui « cristallisent » trois années de travail. En assistant il y a deux semaines à une projection privée des Secrets de Dumbledore, que les deux artistes jugent très réussi, ils racontent leur sentiment du devoir accompli. L’équipe de La Gazette du Sorcier était présente mardi 29 mars à la House of MinaLima de Londres pour écouter l’inauguration de la nouvelle exposition de MinaLima consacrée au dernier film de la saga des Animaux fantastiques.

Minalima explore de nouveaux horizons artistiques pour les Secrets de Dumbledore

Le défi le plus excitant a été d’après MinaLima de travailler sur les nouveaux pays qui apparaissent dans le film. Le Brésil, patrie d’Eduardo Lima, l’Allemagne, la Chine, et bien sûr le Bhoutan. Outre les cultures locales, il s’est agi aussi de respecter l’époque puisque le film se déroule dans les années 1930.

« Nous aimons vraiment passer beaucoup de temps à faire des recherches et aller faire ce travail d’enquête. Nous n’avons pas pu aller au Bhoutan – nous aimerions pourtant beaucoup y aller. Mais nous avions beaucoup de livres, d’éléments, afin de nous assurer que tout était correct et réalisé de la meilleure façon possible. »

MinaLima a donc veillé à utiliser les matériaux accessibles dans le lieu et l’époque où se déroule le scénario. N’hésitant pas à recourir à des techniques anciennes pour créer des objets au design remarquablement authentique.

Le travail sur l’écriture et le langage est également très important sur ce film. Les unes de journaux, chères à Eduardo Lima, utilisent un format et une police très contextualisés. Ces unes contiennent aussi de petits articles aux titres humouristiques (voir ci-dessous sur la une de journal l’article en allemand qu’on peut traduire « A Lübeck le nombre d’ours volants chute »). Ils rappellent le trait et l’univers de J.K. Rowling qu’on aime tant.

La une de la Chauve-souris argentée, un journal sorcier allemand.

Ce remarquable travail d’adaptation aux cultures locales a une conséquence. L’univers graphique du duo, habituellement dynamique et coloré, s’est assombri, est devenu plus inquiétant.

« Dans ce film, l’environnement est beaucoup plus rural [que dans les précédents]. Nous réfléchissions dès lors aux matériaux que ces gens utiliseraient pour créer des bannières, des drapeaux ou des affiches. Dans une montagne en Himalaya, à une époque difficile et sombre, à quoi pouvait-on avoir accès ? Cela nous a conduit à adopter un style très monochromatique et naïf. Rien ne devait ressembler à un graphisme numérique. Cela se manifeste par le style des gravures sur bois par exemple […] ».

Les bannières de soutien à la candidate brésilienne.

La pièce maîtresse des créations de MinaLima : le portoloin de la Salle sur Demande

Pour MinaLima, l’aboutissement de leur travail est atteint quand leurs accessoires ou leurs graphismes participent à l’intrigue. Quand ils deviennent presque des personnages de l’histoire. Alors les deux artistes ont à coeur de créer un objet ou un design à la hauteur.

Dans une scène dans la Salle sur Demande, les héros découvrent un sublime portoloin sous la forme d’un moulin à prières. L’objet est gravé de motifs et d’inscriptions en or, parmi lesquels on devine les formes du qilin, un animal sacré qui joue un rôle clé dans le film.

« Ce portoloin nous a placé précisément dans cette situation où le graphisme et l’accessoire jouent un rôle clé dans une scène. Nous devions envisager l’objet comme doté d’un « esprit » magique, et glisser aussi des indices sur la destination où il emmènece que d’ailleurs les Portoloins ne font pas en général (rires) ! »

Ce moulin à prières n’a en effet rien à voir avec les portoloins qu’on a l’habitude de croiser, un pneu crevé, une vieille chaussure ou une bouilloire rouillée. Il est cependant déjà iconique et fait la fierté du duo MinaLima.

Le moulin à prière dans dans la Salle sur Demande, fièrement exhibé par Albus Dumbledore.

Eduardo Lima nous explique aussi avoir particulièrement apprécié travailler sur les affiches de campagne électorale. Elles sont plus que de simples accessoires, elles jouent un rôle et délivrent un message aux spectateurs.

Enfin on apprécie aussi les nombreux petits objets qui n’apparaissent pas forcément à l’écran mais qui nourrisent notre imaginaire :

Tracts, affiches de propagande, billets … la tonalité politique du film se confirme dans les accessoires.

La direction éditoriale a choisi de ne pas publier un livre scénario avec MinaLima

La pandémie a eu un impact important sur la production et le tournage du film. Les graphistes n’ont pu se rendre au studio que de façon irrégulière. Stuart Craig, le chef décorateur du film, 78 ans, a dû travailler en visio son domicile, ce qui n’a pas facilité leur collaboration. Cependant MinaLima préfère garder le positif. Toute l’équipe a développé une capacité d’adaptation permanente et une « nouvelle façon de travailler » a émergé de la pandémie. On est d’autant plus impressionnés par leurs capacité de travail que MinaLima poursuit plusieurs projets en paralèlle ces dernières années.

Ce calendrier bouleversé et les choix de Warner ont eu raison du livre du scénario du film que MinaLima avait pour habitude d’illustrer. L’éditeur a, cette fois, penché pour une autre option, ce que l’on regrette tant le livre du scénario des Crimes de Grindelwald nous avait éblouis.

De même, le duo n’a pas produit pour ce film de livre making-of comme c’était le cas pour les deux premiers volets, avec La valise des créatures et Les Archives de la Magie.

Pour faire oublier cette déception, le duo a rappelé la sortie à venir en octobre de leur livre Magic of Minalima. Le livre avait été annoncé l’année dernière à l’occasion de leurs 20 ans. Un livre qui contiendra, nous ont-ils assuré, plusieurs pages dédiées aux Secrets de Dumbledore.

***

Exposition ouverte tous les jours à partir du 29 mars 2022.
House of Minalima, 157 Wardour Street, Londres.

Découvrez également l’analyse détaillée de ces nouveaux designs proposée par le Wiki Harry Potter ICI.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS