Logo Gazette du Sorcier
menu fermer
La Gazette Logo du Sorcier
L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !
Accueil / Biographies de Harry Potter / Autour des livres / Headcanon – l’origine de la Marque des Ténèbres

Headcanon – l’origine de la Marque des Ténèbres

Parmi les questions encore sans réponse, l’origine de la Marque des Ténèbres intrigue encore les fans. Ainsi, Looper a récemment déterré une vielle théorie concernant ce qui aurait inspiré ce symbole à Voldemort.

En effet, les livres suggèrent plusieurs pistes mais n’en valident aucune. On ne sait jamais vraiment pourquoi Voldemort a choisi « un serpent sortant de la bouche d’un crâne » pour symbole.

L’inspiration dans la Chambre des Secrets

L’idée évoquée par Loopsider n’est pas récente. Elle est « redécouverte » régulièrement par les fans, comme en atteste ce post de 2016 sur Reddit. Selon ces fans, la Marque des Ténèbres serait inspirée par le basilic sortant de la statue de Salazar Serpentard dans la Chambre des Secrets. Le parallèle est en effet assez évident.

Le Basilic sortant de la bouche de la statue de Salazar Serpentard dans le film Harry Potter et le Chambre des Secrets

Symboliquement, l’ouverture de la Chambre des Secrets confirme à Tom Jedusor sa relation avec le monde de la magie. Le meurtre de Mimi Geignarde est son premier pas vers sa nouvelle identité de Lord Voldemort. Que Jedusor puisse y trouve un symbole fort pour son combat parait donc logique.

La Marque des Ténèbres a d’ailleurs deux raisons d’être :

  • Elle marque ceux qui poursuivent l’idéologie de Salazar Serpentard en cherchant à évincer les moldus du Monde Magique.
  • Elle indique que Voldemort ou ses partisans ont commis un nouveau meurtre.

Ces deux usages sont cohérents avec l’association à la Chambre des Secrets, elle-même liée au combat de Salazar et au meurtre.

Un lien moins évident dans les livres

L’imagerie des films renforce l’évidence de ce lien, car la scène des livres est plus confuse. Si, dans les films, seule la tête de Salazar est représentée, la statue du fondateur dans les livres est en pied.

La Chambre des Secrets, illustration de Pottermore
Illustration de la Chambre des Secrets de Pottermore

On visualise plus difficilement le serpent sortant de la bouche de ce visage « à demi noyé dans l’obscurité« . C’est pourtant ce qu’indique clairement le livre.

Parle-moi, Serpentard, le plus grand des quatre de Poudlard.
[…] Harry vit la bouche de pierre s’ouvrir de plus en plus grand […] Quelque chose remua alors à l’intérieur de la bouche béante, quelques chose qui sortait en rampant de ses profondeurs. […] Il voyait presque le serpent géant tombé de la bouche de Serpentard.

Néanmoins, le fait même que la tête de Salazar et l’antre du basilic surplombent la scène concorde avec l’image de la Marque des Ténèbres flottant dans le ciel. L’hypothèse en paraît renforcée.

La piste du Fourchelang

La symbolique du Fourchelang a été évoquée par le passé comme étant une inspiration potentielle de la Marque des Ténèbres. En effet, la capacité de parler aux serpents est très importante pour Jedusor. Ce talent rare le distingue des autres sorciers. Cette aptitude le lie directement à Salazar Serpentard et s’apparente à une matérialisation de ce lien.

La Marque des Ténèbres pourrait, dès lors, être une manière pour Voldemort de revendiquer le Fourchelang comme symbole. Dans la version originale, la capacité de parler aux serpents est d’ailleurs désignée comme « la marque des mages noirs« .

Couverture intégrale de Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé par Mary Grandpré, éditions Scholastic US

Cependant, le lien avec les usages de la Marque semble plus ténu. Le Fourchelang n’est pas particulièrement lié à l’idée de meurtre, ni d’assouvissement des moldus. En dehors du fait qu’il s’agissait d’un talent distinctif de Salazar.

A la croisée des théories

Salazar a probablement lui-même joué avec l’idée de Fourchelang pour créer la Chambre des Secrets. Il n’est pas anodin que le serpent sorte de la bouche de sa statue, ni que la formule pour invoquer le Basilic implique l’usage du mot « parler » en Fourchelang. Si la mise en scène de La Chambre des Secrets a ensuite inspiré la Marque des Ténèbres, la filiation « Fourchelang > Marque des Ténèbres » peut-être considérée comme indirecte.

La marque des ténèbres revisitée dans Harry Potter et l'Enfant maudit

Voldemort aurait également pu reprendre un symbole pré-existant. Après tout, Grindelwald réutilise le sigle des Reliques de la Mort et de nombreux sorciers l’associent au mage noir plutôt qu’au conte. Rien ne nous dit que la Marque des Ténèbres n’a pas été imaginée par Salazar lui-même, voire Herpo l’Infâme. Tom Jedusor pourrait être tombé par hasard sur cette image lors de ses recherches sur les horcruxes ou ses ancêtres. Et si Hermione, Maugrey ou Dumbledore ne le mentionnent pas, c’est potentiellement parce que la Marque est bien plus liée à Voldemort qu’à son créateur.

Quoi qu’il en soit, les éléments qui composent la Marque constituent déjà un symbole fort, parlant et connu du monde sorcier. L‘association du serpent, lié à la maison Serpentard dont la réputation n’est plus à faire, et d’un crâne est suffisamment évocatrice en elle-même pour instiller la terreur. Que Voldemort ait pensé à leur donner une forme évoquant le Fourchelang ou la Chambre des Secrets n’a, au final, que peu d’incidence : seul lui le sait. Cette origine n’aurait pas de conséquences symboliques pour ses ennemis.

Au fond, le poids d’un symbole réside dans ce qu’il évoque, plus que dans son origine. L’inspiration de Tom Jedusor pour lui donner cette forme exacte a-t-elle une importance ? Le serpent et le crâne envoient un message clair dans le monde magique (et même moldu). Il n’est pas surprenant que Voldemort se soit tourné vers ceux-ci pour signer ses actes.

Le verdict de l’archiviste

  • Les livres nous donnent trop peu d’éléments pour confirmer la source d’inspiration de Voldemort.
  • Harry lui-même ne semble pas faire le rapprochement, ce qui aurait constitué un indice clair de l’autrice quant à l’origine de l’idée.
  • A chacun donc, de s’imaginer son histoire, même si la résonance thématique avec la Chambre de Secrets confère une certaine force à cette hypothèse.
Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

Pantalaemon

Pantalaemon

Directeur de la publication

Poufsouffle Serdaigle Journaliste
Voir la fiche auteur

Pub

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS