Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Les grands articles de la Gazette / Critiques / Critique : Harry Potter 2 illustré par Jim Kay

Critique : Harry Potter 2 illustré par Jim Kay

Ce 3 octobre 2016, Gallimard publiait Harry Potter et la Chambre des Secrets en édition illustrée par Jim Kay. Après la grande réussite que fut le premier tome, on en attendait beaucoup de ce nouvel opus.


harry_potter_and_the_chamber_of_secrets_illustrated_edition_cover.jpgLes premières pages donnent le ton : les illustrations de ce nouveau tome feront la part belle aux araignées, qu’on admire pour leur dessin de squelette unique à chacune, discernable sur leur abdomen. Elles nous préparent également à l’idée d’une interaction entre le texte et l’image bien plus présente dans La Chambre des Secrets que dans L’école des sorciers.

Car c’est bien là que réside la plus grande force de cette nouvelle édition : les yeux de Dobby apparaissent à travers le texte comme ils apparaissent à Harry au travers d’une haie ; la retranscription du passage dans l’Allée des Embrumes en lettres blanches sur fond noir établit clairement la tonalité de la scène, en parallèle d’une série d’illustrations qui renforcent les descriptions de manière incroyable et très intelligente. [[Le voyage en poudre de cheminette, Harry observant Drago chez Barjow & Burke,…]]

Mais, si au début les images complètent merveilleusement le texte à plusieurs reprises, on perd malheureusement cet aspect au fil des pages. Sans oublier que toutes les tentatives du genre ne sont pas réussies : la mise en image du poème de St Valentin peut laisser perplexe.

img_0491.jpg Au fil du roman, on a droit à quelques grandes planches sublimes [Terrier au coucher du soleil, le survol de St Pancras en Ford Anglia volante]] ; à des fantaisies amusantes telles que la frise des toilettes de Mimi Geignarde ; à la suite du [Chemin de Traverse qui fourmille de détails ; à quelques ambiances effrayantes qui feront changer d’avis ceux qui pensent que cette édition est destinée uniquement aux enfants [[Dudley, le Poussos, les fantômes du Club des Chasseurs sans Tête, Hermione transformée en chat]] ; et, souvent, à des angles de vue variés et originaux.

On note également la présence de ce qui semble être des clins d’œil aux tomes suivants et à d’éventuelles illustrations plus détaillées à venir, avec la devanture de Florian Fortarôme, ou encore le Saule Cogneur. Nous décortiquerons certaines de ces illustrations plus en détails comme nous l’avions fait pour le premier tome. Cependant, à la première lecture, les symboles semblent moins nombreux que dans l’École des sorciers et les illustrations en paraissent moins riches.

12321406_1016334.jpgLe principal défaut de ce nouvel opus, ce sont ses redondances et ses lacunes. De manière générale, Jim Kay semble avoir privilégié l’introduction de créatures magiques, avec de nombreuses représentations très travaillées de Dobby, des gnomes de jardin, de lutins de Cornouailles, du Basilic, de Fumseck, d’Aragog et ses multiples descendants ou encore des mandragores, mais a choisi de rester sur des personnages que l’on avait majoritairement déjà aperçu dans le premier tome. On découvre donc pas moins de quatre représentations de Fumseck ou d’un phénix ainsi que deux nouveaux portraits de Drago et de Hagrid.

12107853_1011b57.jpg Certes, l’illustrateur a bien créé de nouveaux visuels pour Molly Weasley, Lockhart ou encore les professeurs Chourave et Binns – le choix de représenter ce dernier personnage démontrant une volonté appréciable de se distancer des films – mais on ne peut que s’étonner de ne jamais voir Ginny, malgré son rôle prépondérant dans la série et dans ce tome. Jim Kay n’a pas non plus saisi l’opportunité de tracer le message sur le mur, qui aurait pu être retranscrit autrement qu’en caractères typographiés. Quant à la Chambre des Secrets, elle n’est visible qu’à la volée et encore : il faut se contenter de son plafond.

En conclusion, ce tome est une réussite mais pas autant que le premier. Même si les techniques et illustrations sont variées et souvent efficaces, il manque un petit quelque chose qui renouvèlerait véritablement l’expérience. Peut-être la décision de se concentrer sur des élément trop secondaires ? Un goût de trop peu qui ne nous empêchera pas d’admirer les quelques chefs-d’œuvre que nous offre Jim Kay.

Harry Potter et la Chambre des secrets, édition illustrée, est disponible en français chez Gallimard au prix de 39,90€, notamment sur Amazon ICI.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

Pantalaemon

Pantalaemon

Directeur de la publication

Poufsouffle Serdaigle Journaliste
Voir la fiche auteur

Pub

GRAND EVENEMENT HARRY POTTER

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS