Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Culture / PotterAfter / PotterAfter : Le Sorceleur

PotterAfter : Le Sorceleur

Aujourd’hui pour ce nouveau PotterAfter, nous vous proposons non pas une mais trois œuvres.

On ne vous présente plus Geralt de Riv, héros antipathique de la série littéraire polonaise Le Sorceleur d’Andrzej Sapkowski, des jeux vidéo The Witcher développés par CD Projekt, et plus récemment de la série du même nom développée par Netflix, avec Henry Cavill dans le rôle titre.

Mais pour ceux qui vivent dans une grotte, de quoi ça parle exactement ?
C’est l’histoire de Geralt de Riv, un mutant qui, grâce à la magie et un long entrainement, est devenu un redoutable tueur, prêt à tout pour retrouver son humanité. Équipé de ses élixirs et de son épée, il traque et élimine goules, vampires et autres monstres qui peuplent le Continent.
Dans un monde où elfes, mages et humains luttent pour survivre, le sorceleur croisera la route de quelques personnes qui changeront à jamais son destin.

La saga Le Sorceleur d’Andrzej Sapkowski

Sans doute la plus méconnue des trois, la saga d’heroic fantasy d’Andrzej Sapkowski est pourtant indispensable, sans elle, pas de jeux vidéo, ni de série.
Publiée entre 1986 et 2013, inspirée de la mythologie slave et de l’histoire de la Pologne, elle se compose de quinze nouvelles et de six romans.
Depuis quelques années, vous pouvez trouver l’intégralité de la saga en français, répartie en une dizaine de tomes.

Couverture du livre Le Sorcerleur

Les premiers tomes sont construits de la même manière, chaque chapitre correspond à une nouvelle. Elles ne sont pas forcément relatées dans l’ordre chronologique et nous permettent de découvrir l’univers dans lequel vivent les personnages. Au premier abord, ce procédé peut sembler confus, mais on se rend vite compte que chaque nouvelle a une temporalité définie et qu’elles obéissent à une certaine logique.

C’est à partir des tomes suivants que l’on commence à avoir un récit romancé et non plus un enchainement de nouvelles. Ce changement impacte le rythme général de l’histoire, mais sans être forcément gênant, car les enjeux ne sont plus les mêmes et nécessitent moins d’action.

Dans un univers aussi sombre que fascinant, les destins des personnages se mêlent et s’entremêlent pour laisser place à une intrigue bien plus grande. Il y a tellement de tensions et de manipulations qu’il est pratiquement impossible de deviner la suite de l’histoire, même en essayant de lire entre les lignes.
Inspiration de contes populaires oblige, il y a forcément une morale à la fin de l’histoire. Sans tomber dans le cliché moralisateur et manichéen, la plume de Sapkowski, assez crue et désinvolte, parvient à nous tenir en haleine tout au long des différents tomes.

« Le Mal est le Mal, Stregobor, dit gravement le sorceleur en se levant. Petit, grand, moyen, peu importe, ses dimensions ne sont qu’une question de convention, et la frontière entre ces mots n’existe pas. Je ne suis pas un saint ermite, je n’ai pas fait que le bien dans ma vie. Mais à choisir entre deux maux, je préfère ne pas choisir du tout. »

Sorceleur, Tome 1 : Le Dernier Vœu d’Andrzej Sapkowski

The Witcher, les jeux vidéo

Sorti en 2007 sur PC et en 2012 sur MAC, la trame du premier jeu vidéo The Witcher d’Atari et CD Projekt se déroule après la fin de la saga littéraire de Sapkowski, celui-ci ayant validé le scénario. On y retrouve tous les personnages des romans, ainsi que des personnages inédits.

Ce jeu se distingue de ses pairs par le fait qu’il est impossible de visiter toute la carte dès le début. En d’autres termes, ce n’est pas un monde ouvert, les quêtes étant rapprochées géographiquement les unes des autres. Pour changer d’environnement, il vous faudra avancer dans la quête principale. Ce gameplay est assez frustrant la première fois, mais il est vite rattrapé par la nécessité de faire des choix. Selon vos choix, l’histoire prendra une tournure différente.

D’abord sorti sur PC, le système de combats nécessite d’appuyer en rythme sur la souris afin d’enchainer combos et esquives. Geralt étant un sorceleur, il a la possibilité d’utiliser de nombreux élixirs qui peuvent totalement chambouler l’issue d’un combat.

Le jeu reprend le style d’écriture d’Andrej Sapkowski, notamment dans ses dialogues. Alors ne vous indignez pas si vous voyez de nombreuses vulgarités sortir de la bouche du sorceleur, ou des autres personnages.

The Witcher 2 : Assassins of the Kings, sorti en 2011 sur PC et en 2012 sur Xbox 360, et The Witcher 3 : Wild Hunt, sorti en 2015 sur PC, PlayStation 4 et Xbox One, sont tous les deux la suite direct du premier jeu. Tout comme le jeu sorti en 2007, vous devrez faire des choix pour avancer dans la trame principale. Pour Wild Hunt, il n’y a pas moins de 36 fins différentes, donc chaque choix est déterminant.

« Dans The Witcher 2, vous aviez des choix qui pouvaient influer sur l’ensemble du gameplay ; l’accès à de grandes parties du jeu se faisaient seulement pour les joueurs qui ont fait certains choix bien précis.
Dans The Witcher 3, c’est toujours très important pour nous, si ce n’est l’élément le plus important. Bien sûr, il s’agit d’un environnement ouvert et nous ne pouvons pas simplement fermer un endroit ou un autre, mais vous devrez être capables de sentir les choix que vous faites, les « petits », comme se faire des amis ou des ennemis, et les plus importants, comme décider du sort d’une, deux ou plusieurs personnes. Ils peuvent aussi avoir une influence à plus grande échelle, et tout cela va être décidé par ces choix de faire ou ne pas faire quelque chose, ou à travers les dialogues
. »

Michal Platkow, chargé du management chez CD Projekt

The Witcher, la série de Netflix

Immensément culte en Pologne, la saga a déjà eu le droit à une adaptation télévisée en 2001, ainsi qu’à une série en 2002 avec l’acteur polonais Michal Zebrowski dans le rôle de Geralt.

La série de 2019, essaie quant à elle de reprendre les codes des romans… avec plus ou moins de succès. Le fait de ne pas avoir de temporalité linéaire peut s’avérer bien plus compliqué à comprendre que dans les romans, même en connaissant l’univers sur le bout des doigts.

Il est par exemple possible de trouver trois chronologies différentes dans un même épisode. Malgré ce petit détail, on se laisse vite convaincre par la série et ses scènes de combat parfaitement chorégraphiées. Mention spéciale au combat contre Renfri dans le premier épisode !
Le plus gros défaut de cette adaptation concerne l’esthétique de certaines armures (armure de Nilfgaard) et les effets spéciaux de qualité très variable ; certains sont vraiment totalement ratés (le dragon) ou manquent de soin.

Affiche de la série The Witcher sur Netflix

La série s’offre cependant quelques moments totalement inédits, en nous permettant de connaitre les origines de certains personnages. C’est par exemple le cas de Yennefer, la magicienne que l’on adore et déteste à la fois. Dans la saga littéraire, nous ne connaissons pas tous les détails de son passé et la série permet de lever le voile sur certains d’entre eux, comme ce qu’elle a dû endurer pour acquérir puissance et beauté.

La bande originale est très réussie, avec des musiques qui retransmettent assez bien cet univers sombre et inquiétant, et certaines chansons vous restent dans la tête pendant des semaines (vous savez très bien de laquelle je parle).

Adaptation oblige, tout n’est pas parfait, mais après une première saison en dents de scie, la série s’avère quand même prometteuse. Il ne nous reste plus qu’à jeter un sou à Netflix afin de nous proposer la série d’heroic fantasy que l’on attend.

Alors, sous quel format préférez-vous vivre les aventures du Loup Blanc ?

Commander les livres

Couverture du livre Le Sorcerleur

Le Sorceleur, Livre I – Le Dernier Vœu d’Andrej Sapkowski, traduction française de Laurence Dyèvre, Editions Bragelonne.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS