Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Les grands articles de la Gazette / Interview / PotterAfter : Les Prélats de Faneas et interview de Charlotte A. Weigel

PotterAfter : Les Prélats de Faneas et interview de Charlotte A. Weigel

Pour ce nouveau PotterAfter, nous vous proposons de découvrir une saga littéraire entièrement financée via un site de financement participatif.


Aujourd’hui, je viens vous parler d’une saga d’heroic fantasy découverte lors de l’édition 2019 du Salon du Livre de Paris, Les Prélats de Faneas de Charlotte Abécassis Weigel.
Elle se compose pour l’instant de trois romans, Les terres d’exil, Le soulèvement des fiefs et L’alliance d’Amiran, tous publiés grâce à un site de financement participatif.
J’ai d’abord été attirée par la couverture très sobre du premier tome, un petit renard stylisé sur fond bleu, puis une fois le livre en main, j’ai tout de suite été captivée par les trois premières phrases :

«Vous qui n’avez ni dieu, ni pouvoir.
Vous qui avez abandonné vos rêves, les prenant pour des chimères.
Ne vous êtes-vous jamais demandé où naissent les récits de vos anciennes légendes?»

L’histoire

Nous suivons les aventures d’Astéria et de sa cousine Cléora, envoyées sur Terre, par leur roi, après que leur royaume a été envahi par le royaume rival d’Endor. Elles n’ont pas été envoyées dans notre monde par hasard, elles ont une mission : trouver les deux Prélats disparus, ceux de la terre et du feu. Car à Faneas, pour chaque roi amené à gouverner, il existe quatre Prélats, des êtres dotés de pouvoirs liés aux quatre éléments qui, ensemble, auraient le pouvoir de vaincre même les dieux.
La quête des deux jeunes femmes est donc primordiale quant à la survie de leur royaume. Après des mois de recherche sans succès, elles finissent par attirer l’attention de deux jeunes hommes, Noctis et Klay. Potentiels alliés ou ennemis, les deux cousines devront s’armer de courage pour découvrir tous les secrets qu’ils cachent et ainsi espérer sauver leur terre natale.

Pourquoi vous proposer ces romans ?

prelats1.jpg
Tout d’abord pour l’univers très riche, fortement inspiré de la mythologie, où il est facile de se perdre, ainsi que le style d’écriture fluide et agréable à lire. Les descriptions sont claires et précises, il est donc aisé d’imaginer les différentes provinces du royaume des héroïnes. Dès la toute première page, nous sommes plongés dans les récits ancestraux qui relatent la création de Faneas et l’apparition des Prélats. Au fil de la lecture, on découvre un univers complexe, divisé en quatre contrées, basé sur l’équilibre des quatre éléments, la terre, l’eau, l’air et le feu.

On s’attache très vite aux personnages, malgré le tempérament de feu d’Astéria, qui a tendance à foncer tête baissée, sans se soucier des conséquences (dans le premier tome, du moins). On aura tendance à penser qu’il est difficile de s’attacher à un personnage avec tel caractère et pourtant, elle en devient admirable pour le dévouement qu’elle montre envers son pays. Décrite comme une guerrière hors pair, elle reste avant tout une jeune femme un peu naïve, très à l’aise lorsqu’il s’agit de combat, mais beaucoup moins en présence de représentants du sexe opposé.
Cléora, quant à elle, a un tempérament à l’opposé de celui de sa cousine. Elle est décrite comme beaucoup plus mesurée et déterminée, mais elle n’en reste pas moins une redoutable guerrière. Bien qu’ayant des caractères contradictoires, les deux femmes se complètent et parviennent à surmonter les obstacles qui pourraient se trouver en travers de leur chemin. les-prelats-de-faneas-tome-2-le-soulevement-des-fiefs-1084664.jpg

J’ai beaucoup apprécié le fait qu’il n’y ait pas qu’un seul point de vue ; nous avons tour à tour accès aux pensées de chaque personnage, ce qui nous permet de connaître leurs intentions… ou presque. En effet, l’autrice prend un malin plaisir à mener ses personnages, ainsi que ses lecteurs en bateau. On comprend rapidement que chaque petit détail a son importance et le roman se transforme ainsi en une véritable chasse aux énigmes. Le premier tome de la saga (qui doit en compter quatre), pose les bases de cet univers très semblable et en même temps très éloigné du nôtre, pour ensuite nous faire basculer au cœur de l’intrigue dans les tomes suivants. Les véritables natures de chacun se précisent et les enjeux se font plus importants, ce qui nous plonge dans une véritable course contre la montre.

L’influence de l’oeuvre de J. K. Rowling

L’autrice le dit elle-même sur son site, «par certains aspects, cet univers pourrait plaire à ceux qui auraient aimé Harry Potter, Le Seigneur des anneaux, Twilight, Eragon… et beaucoup d’autres.» Car en plus de nous plonger dans un univers fantastique qui cache de multiples secrets, les livres de Charlotte Abécassis Weigel sont empreints de magie, de suspens, de trahisons… Et quoi de mieux pour avoir des informations sur un roman que d’avoir les explications de son autrice ?
Comme nous ne faisons jamais les choses à moitié à la Gazette, nous avons contacté Charlotte Abécassis Weigel, qui a eu la gentillesse de répondre à quelques questions.

ENTRETIEN

Vous dites que c’est la saga de J.K. Rowling qui vous a donné envie d’écrire, quelle place tient-elle dans votre vie, aujourd’hui ?
Je ne lisais pas beaucoup avant Harry Potter. J’étais d’ailleurs persuadée de ne pas aimer ça, mais en fait, je n’avais pas encore trouvé le style qui m’intéressait, à savoir la fantasy. Mais même après avoir lu d’autres livres fantastiques, Harry Potter restait mon préféré, notamment parce que l’écriture de J.K. Rowling est particulièrement fluide et émotive. Je pouvais rire en lisant les descriptions du cou de Pétunia ou les maladresses d’Hagrid, et je pouvais frissonner en découvrant les détraqueurs, l’histoire mélancolique des parents de Harry ou encore le sort réservé à Buck.
J’ai tellement aimé qu’à la fin du tome 5, lorsqu’il a fallu attendre un an avant la prochaine sortie, je n’ai rien trouvé à me mettre sous la dent. J’ai alors découvert les fan-fictions, des histoires écrites par des fans que l’on peut trouver sur Internet.

Il y en a beaucoup sur Harry Potter et j’ai tout de suite été séduite par l’accueil qu’elles recevaient. Car même s’il s’agit d’un travail d’amateur et qu’elles ne sont souvent pas à la hauteur d’un roman, elles sont toujours les bienvenues. Les lecteurs en discutent avec bienveillance, donnant des conseils et des critiques constructives. J’ai été séduite par cette façon d’écrire et je me suis lancée. J’ai commencé en écrivant sur Harry Potter, puis, sans même m’en rendre compte, j’ai commencé à inventer mon univers.

les-prelats-de-faneas-tome-3-la-resistance-d-amiran-1171206.jpg La mythologie grecque est omniprésente dans vos livres, (noms des personnages, prophéties…), pourquoi ?
La mythologie de façon générale est très présente dans mes livres, notamment parce que je trouve les légendes qui entourent ces thèmes, passionnantes. J’aime faire des parallèles entre les dieux et surtout, j’aime le côté retord des prophéties contre lesquelles, nous pauvres mortels, ne pouvons pas grand-chose.
J’aime beaucoup l’influence des dieux sur les hommes et je trouve que les mythologies sont une source inépuisable de leçons et de morale : une trame de fond intéressante pour un livre !

Pourquoi une plateforme de financement participatif plutôt qu’une maison d’édition traditionnelle ?
Mes livres sortent effectivement via des financements participatifs sur la plateforme Ulule et non grâce à une maison d’édition. Les raisons sont diverses.
Premièrement, je n’avais pas très envie de passer par une maison d’édition. Je ne savais pas très bien comment cela fonctionnait et j’avais entendu que c’était un processus très long.
D’autre part, du fait de mon métier de graphiste, je voulais m’occuper moi-même de la partie communication. En plus, mon mari et moi avions décidé de mener ce projet de publication ensemble. Mais sans ressource et sans savoir si Les Prélats de Faneas susciterait de l’intérêt auprès des lecteurs, nous ne savions pas par où commencer. Nous avons alors décidé de lancer notre premier financement participatif.
Le refaire les années suivantes nous a semblé une évidence. C’est du gagnant-gagnant puisque l’auteur génère les fonds nécessaires pour donner vie au projet et les participants reçoivent les produits en avant-première et bénéficient souvent d’une promotion. De plus, c’est un temps fort dans la vie du livre, un moment d’échange et de partage, entre autre grâce aux cadeaux bonus débloqués à chaque fois que l’on dépasse un nouveau palier. C’est ainsi, par exemple, que les participants aux dernier Ulule ont débloqué un chapitre bonus, dévoilé à Noël.

Qu’éprouvez-vous avant la sortie d’un roman ? Crainte, réjouissance ? Et après ?
Un peu de tout j’imagine. J’ai un grand manque de confiance en moi, ce qui me pousse avoir toujours le pire. Souvent, on me dit que les couvertures de mes livres sont très belles, ce qui me fait plaisir car en plus d’écrire, je les ai dessinées moi-même et j’en suis fière. Mais au lieu de laisser cela s’exprimer, ma première réaction est de m’inquiéter du fait qu’un lecteur, s’il achète le livre parce que la couverture lui plait, puisse être déçu par l’histoire.
Heureusement, avec le temps, j’ai appris que ce n’était pas le cas et que de façon générale, mon livre plaisait vraiment à son lectorat. Je peux donc dire à présent que je suis fière et heureuse de présenter mes livres, car je sais qu’ils rendent les lecteurs heureux. C’est une sensation vraiment magique de savoir que quelque chose que vous avez imaginé donne du plaisir aux gens, qu’ils ont ri ou pleuré en découvrant la suite. Je ne m’étais jamais sentie aussi utile, avant, et je ne remercierai jamais assez mes lecteurs pour ça !

Commander ce livre :

Les Prélats de Faneas : Les terres d’exil Amazon | FNAC | Place des libraires | PrélatsdeFaneas.com

Les Prélats de Faneas : Le soulèvement des fiefs Amazon | FNAC | Place des libraires | PrélatsdeFaneas.com

Les Prélats de Faneas : L’alliance d’Amiran Amazon | FNAC | Place des libraires | PrélatsdeFaneas.com

Cagnotte Ulule des Prélats de Faneas

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

Avatar

Drearan

Rédactrice

Serpentard Journaliste
Voir la fiche auteur

Pub

GRAND EVENEMENT HARRY POTTER20 balais de la Gazette du sorcier

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS