Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Biographies de Harry Potter / Autour des livres / Traduction – brouillons inédits de Harry Potter 1 & 2

Traduction – brouillons inédits de Harry Potter 1 & 2

L’exposition “Harry Potter : A History of Magic” à la British Library a permis de découvrir des brouillons inédits de J.K Rowling pour les premiers tomes de Harry Potter. Nous les avons traduit pour vous.


Retrouvez notre dossier regroupant tous les brouillons et dessins de J.K Rowling ICI.

Le nain aux yeux rouges, ou l’autre début de Harry Potter à l’école des sorciers

<small>Par kazer renato</small> Dans ce brouillon, Hagrid rencontre le Ministre moldu nommé… Fudge ! Ce dernier travaille avec un certain Vernon Dursley et Hagrid vient les avertir du danger que représente Voldemort. Fudge tient alors une conférence de presse pour avertir les journalistes du danger que représente celui qu’il appelle “le nain aux yeux rouges” ; ses concitoyens ne doivent en aucun cas lui donner des informations sur les sorciers qu’il recherche.
Plus tard, quand Vernon se voit confier la garde de Harry, il tente de le laisser à la charge de Fudge en le menaçant de révéler qu’il côtoie des sorciers.
Vous pouvez lire l’intégralité de ce chapitre dans le PDF ci-dessous.

Le nain aux yeux rouges FR Ce brouillon est une des premières versions du premier chapitre de la saga ; l’histoire que l’on connaît a fortement évolué, mais il est intéressant de relever quelques éléments qui ont été conservés dans la version définitive, parfois très anecdotiques ; Hagrid qui n’ose pas prononcer le nom de Voldemort, qui utilise son parapluie rose pour faire de la magie, et possède un grand mouchoir à pois. Les sourcils du géant, qui sont décrits comme ayant “la forme d’un scarabée”, image réutilisée à plusieurs reprises dans la saga. De manière plus générale, l’importance, dès les premières versions du livre, du personnage de Hagrid dans le début du roman, et sa relation avec Dumbledore.

Autre détail, la mention du Portugal, où Fudge dit vouloir partir à la retraite, et où J.K Rowling avait vécu peu de temps avant d’écrire ce chapitre ; et le fait que le jour où Harry est déposé chez les Dursley soit toujours un mardi (et que le jour de la semaine soit précisé dans le récit).
On note par la même occasion qu’en dehors du prénom de Dudley – qui s’appelle Didsbury dans cette version – on retrouve les noms de personnages connus ; Hagrid, Fudge, Dumbledore, mais aussi Dedalus Diggle, la famille Bones, la famille McKinnon (mais les prénoms de ces derniers, eux, ont changé).
Quant à Voldemort, s’il n’a plus rien d’un nain dans le texte publié, il a bien gardé ses yeux rouges terrifiants.

De même, on retrouve les concepts de moldus (et le terme déjà fixé par l’auteur), et l’idée du sortilège de Fidelitas ; Voldemort a besoin qu’on lui indique l’adresse des sorciers pour les attaquer.
Enfin, ce chapitre fait bien entendu écho à celui du tome 6, où Fudge rend visite au premier ministre moldu. J.K Rowling a elle-même déclaré qu’il lui arrivait souvent de réutiliser des idées qui ne fonctionnaient pas sur le moment plus tard dans la série : “Ne jamais gâcher une bonne scène !”.

Comme ce chapitre n’a jamais été intégré au roman final, il n’a pas été relu et corrigé par les éditeurs de l’auteur et semble donc logiquement moins travaillé. Par ailleurs, comme l’auteur a écrit ce chapitre à la machine à écrire, on remarque de nombreux débuts de phrases inachevées qui ont été reformulés avant de trouver la bonne accroche.

La rencontre avec les êtres de l’eau, Harry Potter et la chambre des secrets

Dans cette version alternative du deuxième tome, plutôt que de s’écraser sur le Saule Cogneur avec la Ford Anglia, Harry et Ron tombent au fond du lac et sont sauvés par les êtres de l’eau.

thumbnail_wercgvh.png

Nous avons traduit la version publiée dans le catalogue de la British Library, mais les pages exposées sur place sont plus nombreuses que celles reproduites dans le livre. On apprend donc au préalable que la Ford Anglia semble rencontrer quelques problèmes alors qu’ils s’approchent de Poudlard, ce qui amène Harry à demander s’il y a assez d’essence (et Ron à se demander ce qu’est l’essence). La voiture s’écrase dans le lac et se renverse avant de couler. Cependant, un dialogue entre Harry et Ron nous explique que grâce à la magie, l’eau ne s’infiltre pas dans le véhicule.
Vous pouvez lire notre traduction de ce brouillon dans le PDF ci-dessous.

Ford Anglia sous l’eau FRUne des pages est annotée par l’éditeur, qui explique ne pas être convaincu de ce passage, notamment car on ne revoit pas les êtres de l’eau par la suite, et suggère de supprimer les créatures de la scène. Finalement, comme on le sait, le passage sera entièrement réécrit, et Harry et Ron ne finiront pas au fond du lac noir.
Il serait intéressant de savoir s’il était déjà prévu à ce stade de l’écriture si Harry retournerait dans le lac lors du tournoi des trois sorciers.
Par ailleurs, on remarque que la sirène, en surface, parle anglais avec Harry, alors que dans la version publiée de La Coupe de feu, elles ne parlent que le langage des êtres de l’eau.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS