Service des Transmissions Magiques Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Wizards Unite VS Pokemon GO ; où Harry Potter GO a-t-il échoué ?

14 juillet 2019

On s’attendait à un raz-de-marée comparable à Pokemon Go, mais la bulle Wizards Unite semble déjà redescendre. Surnommé Harry Potter Go et développé par le même studio, Niantic, cette nouvelle extension du monde magique devait pourtant associer l’une des plus grande franchise des temps modernes à un concept de jeu ultra-populaire.

JPEG - 1.4 Mo

Contrairement à ses prédécesseurs, le jeu bénéficie en plus d’un scénario intégré et d’une tentative de correction de certains défauts ; les auberges (équivalent des PokéStops) des zones peu densifiées sont boostées pour distribuer plus d’énergie à chaque passage et ainsi tenter de pallier au problème du manque de POI [1].

Alors pourquoi la sauce n’a-t-elle pas pris ? Avec un nombre de téléchargement loin derrière Pokemon Go lors de son lancement, et des revenus encore inférieurs, à l’heure actuelle, à Hogwarts Mystery (et loin derrière l’autre grand succès de Niantic), Wizards unite est loin de secouer le fandom autant qu’on aurait pu le penser.

Il y a plusieurs raisons à ce démarrage mitigé.

Un lancement précipité

Alors que le jeu a été annoncé en novembre 2017, les fans n’ont plus eu de véritables infos avant quelques semaines en amont du lancement, 1 an et demi plus tard ! par comparaison, Pokemon Go a été annoncé le 10 septembre 2015 et les premier tests avaient lieu 6 mois plus tard, pour un lancement en juin 2016 !

JPEG - 8.1 Mo

Les fans ont donc eu le temps de perdre le projet de vue, ou de s’en désintéresser, et l’enthousiasme est retombé. D’autres développements du monde magique sont également sortis entre temps, avec le jeu Hogwarts Mystery et le film Les Crimes de Grindelwald, tous deux très moyennement reçus et qui ont fait du mal à la franchise.

Puis vint le lancement soudain : une date annoncée à peine 3 jours à l’avance, mais une application finalement diffusée sur l’app store américain un jour plus tôt que prévu, prenant les fans par surprise. Dans les autres pays, c’est encore plus brutal : la date n’est même pas anticipée et les fans découvrent le jour même que le jeu leur est accessible.Ceux qui passent à côté de l’information sont nombreux ; le choc, l’inattendu, n’est pas une stratégie marketing efficace dans le cas présent. C’est plutôt un sentiment de confusion qui règne, et la période d’examens n’aide pas.

De nombreuses incompatibilités

JPEG - 1.3 Mo

Le jeu est gourmand en ressource. Les séquences en réalité virtuelle (les portoloins) requièrent un gyroscope très avancé et de nombreux téléphones sont donc exclus de la liste des appareils compatibles.
De plus, l’amélioration des auberges par rapport aux pokestops est perçue comme bien faible, leur présence n’étant pas amplifiée dans les zones rurales ou les petites agglomérations, et les fans ne sont donc pas en mesure de profiter pleinement du jeu.

Un scénario moins naturel

JPEG - 1.6 Mo

Avec une histoire complexe, distillée au détour de quelques dialogues, pour justifier la présence des Retrouvables dans nos rues, plus d’un utilisateur s’est trouvé face à une situation qui ne lui semble pas logique : pourquoi est-ce que je vois Harry sur un balai attaqué par un détraqueur, alors que Harry est un auror au Ministère ? Que fait Luna Lovegood avec ce poulet ?
Il faut s’accrocher pour comprendre la logique de la Calamité, des Sceaux et des Retrouvables.

Par comparaison, Pokémon Go n’avait pas besoin d’un scénario artificiel pour justifier son principe de base ; les pokémons se baladent dans la nature et le but est de les capturer, exactement comme dans les mangas/dessins animés/jeux vidéos. Simple, efficace, logique.

Une quête à la finalité moins évidente

Il n’est pas nécessaire d’être un grand fan de Pokémon pour apprécier les petites créatures et s’enthousiasmer à l’idée d’en capturer une autre. D’autant que les pokémons, une fois capturés, peuvent évoluer, être renforcés ou combattre dans une arène. Si Pokémon Go souffrait parfois à ses début d’un sentiment de répétitivité (Encore un roucoul ?), la base de donnée du jeu s’est rapidement élargie à de nouvelles générations de pokémons, et le gameplay s’est diversifié avec les mission, les raids...

JPEG - 1.4 Mo

Wizards Unite n’a pas de créature toute mignonne (à première vue, puisque les bébés niffleurs et autres vaudelunes n’apparaissent pas sur la carte, on ne sait donc jamais sur quoi on va tomber) et beaucoup de contenu inintéressant pour les fans les moins investis. Par ailleurs, les Retrouvables, une fois libérés, ne servent à rien d’autre que “remplir un album panini”.

Certains (dont nous) trouvent qu’il est génial de voir des détails du monde magique prendre vie, comme le troll en tutu dans sa boîte à musique ou des gnomes chatouillant un bébé niffleur... et sont curieux de découvrir quel autre clin d’œil se cache sous le prochain symbole. Cette curiosité permet, pour l’instant, de passer outre la répétitivité liée à la base de donnée limitée du jeu en matière de Retrouvables (obtenir un rapeltout une fois, c’est sympa ; 15 fois par jour, c’est moins intéressant).

JPEG - 1.4 Mo

D’autres, en revanche, n’en ont rien à faire d’un casque de géant ou d’une harpe enchantée ; ce sont des détails qui ne leur parlent pas. Par conséquent, ces références obscures associées à la répétitivité du jeu ou au sentiment d’une quête sans véritable but les pousse rapidement à se détourner.

Les forteresses, potions et portoloins ne suffisent pas pour diversifier l’expérience, d’autant qu’ils ont leur propre limitations (bugs dans le décompte des pas, répétitivité ou restriction de stockage). C’est pourtant dans les défis multijoueurs que résident l’un des gros points forts de Wizards Unite.

Une confusion avec Hogwarts Mystery ?

JPEG - 220.6 ko

Eh oui ! Les jeux n’ont rien à voir, mais la non-disponibilité de Wizards Unite sur certains App store a poussé les fans vers Hogwarts Mystery. Ce dernier a ainsi vu son nombre de téléchargements doubler le weekend du lancement de Wizards Unite.

Ce phénomène pourrait être lié aux suggestions automatiques ou à un regain de nostalgie, mais il n’est pas anodin. Les deux jeux sont portés par Portkey Games et ont été annoncés à la même période (fin 2017). Paradoxalement, Wizards Unite avait même été annoncé avant Hogwarts Mystery, et cette communication croisée a peut-être nui au jeu.

La franchise Harry Potter n’est pas si puissante que ça

JPEG - 130.7 ko

Outre les éléments ci-dessus, le fait est que la franchise Harry Potter n’est pas aussi puissante qu’on l’imagine. Depuis le lancement de leurs univers respectifs, environ aux même dates, Harry Potter aurait rapporté 31 milliards de dollars, contre 90 milliards pour Pokémon, premier de la liste des univers médiatiques les plus rentables ! Harry Potter figure en 11ème position sur cette liste, derrière les franchises Star Wars, Mario, et Marvel.

C’est un handicap irrattrapable, pour un jeu qui ne bénéficie pas non plus de l’effet de nouveauté. Pokémon Go était le premier jeu grand public à faire appel à la réalité augmentée sur téléphone, fondé sur une franchise ultra-populaire ; “Harry Potter Go” ne bénéficie pas non plus de cet atout.

Une comparaison qui sera toujours à l’avantage des Pokémons

Le raz-de-marée “Harry Potter Go” n’a pas eu lieu, et la vague n’est pas été particulièrement impressionnante, pour des raisons circonstancielles nombreuses et variées. Harry Potter : Wizards Unite ne fera jamais mieux, ni même aussi bien que son prédécesseur chez Niantic...

Ceci n’enlève rien aux qualités du jeu, qui, à la rédaction, nous a plutôt convaincu, mais ce sont des signes intéressants concernant la difficulté de la franchise Harry Potter à trouver son public. Nous n’avons plus qu’à attendre le futur RPG Harry Potter , et espérer pour l’univers et les ayants-droits qu’il soit à la hauteur des attentes.

Sources Forbes, Newsweek, BreakFlip et The Verge.

PS :

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir financièrement la Gazette et ses projets sur Tipeee !



[1“Points of interest” : auberges, serres et forteresses dans Wizards Unite, Pokestops et arènes dans Pokémon Go.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :