Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Le mystère du Cuckoo’s Calling

14 juillet 2013

The Cuckoo’s Calling, qu’on traduirait en français par "L’appel du coucou" est un roman policier d’environ 450 pages, publié en avril dernier, écrit par Robert Galbraith. Et bien sûr par Robert Galbraith, je veux dire par JK Rowling.

C’est la nouvelle fracassante révélée par le Sunday Times et reprise dans la nuit de samedi à dimanche dans un article du Telegraph, bientôt relayée partout, et qui a créé l’émoi dans toute la pottersphère.

Si les fans s’étaient attendus à ce qu’on leur annonce qu’un nouveau livre de JK Rowling serait disponible... depuis trois mois !

JPEG - 29.6 ko

Le livre traite de l’enquête sur le suicide très suspect d’un mannequin star :

Un excellent premier roman policier dans la veine classique : le détective Cormoran Strike enquête sur le suicide d’un top model. Après avoir perdu sa jambe à cause d’une mine anti-personnelle en Afghanistan, Cormoran Strike arrive à peine à s’en sortir comme détective privé. Il n’a qu’un seul client, et ses créanciers sont après lui. Il vient également de rompre avec sa fiancée, et vit dans son bureau.

Alors, John Bristow passe sa porte avec une histoire incroyable : sa sœur, le mythique top model Lula Landry, que ses amis appellent Cuckoo, est morte quelque mois plutôt, faisant les gros titres. La police a conclu au suicide, mais John refuse de le croire. Cette affaire plonge Strike dans le monde des beautés multimillionnaires, des fiancés rockstars, des stylistes désespérés, et l’amènent à découvrir chaque variété de plaisir, d’attrait, de séduction et d’illusion qu’un homme puisse connaître.

Vous pensez peut-être que vous connaissez les détectives, mais vous n’en avez jamais rencontré un comme Strike. Vous pensez peut-être que vous savez tout des riches et des célébrités, mais vous ne les avez jamais vus suspectés comme ça.

L’ouvrage, s’il ne s’est vendu qu’à environ 1500 exemplaires, a reçu un bon accueil de la critique et des lecteurs, qui ont considéré qu’il s’agissait d’un premier roman prometteur.

JPEG - 33.5 ko

Il semblerait que ce soit un tweet mystérieux envoyé à une rédactrice du Sunday Times qui ait tout déclenché. Le New York Times explique qu’alors que celle-ci racontait sur twitter qu’elle adorait The Cuckoo’s Calling et qu’elle pensait que le pseudonyme ne cachait pas un auteur débutant, un compte inconnu lui a soufflé qu’il s’agissait de JK Rowling. Puis le compte et tous les tweets ont été effacés. Le responsable de la rubrique des arts, Richard Brooks, a alors effectué une recherche sur la question, et s’est aperçu que JK Rowling et Robert Galbraith partageaient non seulement le même éditeur, mais également le même agent - ce qui paraissait plutôt étonnant pour un auteur débutant.

Il demanda alors à deux experts linguistes, Peter Millican de l’université d’Oxford et Patrick Juola de la Duquesne University de mener une étude comparant différents romans, parmi lesquels Harry Potter, Une Place à Prendre, The Cuckoo’s Calling et divers autres romans policiers. Il serait alors apparu clairement que le livre de Robert Galbraith présentait des similarités troublantes avec les ouvrages de JK Rowling.

C’est à ce moment-là, c’est-à-dire hier, que The Sunday Times a pris contact avec l’auteur par mail pour l’interroger sur cette histoire. Elle a vite avoué, regrettant cependant que le masque tombe si tôt :

J’avais espéré garder le secret un peu plus longtemps, car être dans la peau de Robert Galbraith a été une expérience tellement libératrice. Ça a été fantastique de pouvoir publier sans subir le battage médiatique et les attentes et ça a été un pur plaisir d’avoir des retours adressés à un nom différent.

En 2007, l’écrivain écossais Ian Rankin avait failli déclencher une émeute en annonçant que sa femme avait vu JK Rowling "gribouiller dans un café", sans doute "à écrire son roman policier d’Édimbourg",. Devant l’ampleur de la réaction, tout ceci avait été rapidement démenti, mais même si The Cuckoo’s Calling se déroule à Mayfair, dans Londres, il est permis de se demander s’il s’agissait de ce roman.

On notera avec amusement la biographie de Robert Galbraith présentée dans les livres :

Après plusieurs années dans la Police Militaire Royale, Robert Galbraith a été attaché au SIB (Branche Spéciale des Investigations), la branche "en civil" du RMP. Il a quitté l’armée en 2003 et travaille depuis dans le domaine de la sécurité civile. L’idée de Cormoran Strike provient directement de son expérience et de celle de ses amis militaires revenus à la vie civile. "Robert Galbraith" est un pseudonyme.

JPEG - 17.9 ko

Dès l’instant où l’affaire a été révélée et reprise par les sites potteriens, les réactions des fans ne se sont bien sûr pas fait attendre. Alors que certains semblent se sentir trahis par leur auteur fétiche, la plupart affirment qu’ils trouvent judicieux de la part de JK Rowling d’avoir emprunté un pseudonyme afin d’être jugée à sa vraie valeur, à l’image de l’une de ses fans les plus connues, Evanna Lynch :

(JKR a tellement de classe ! J’ai hâte de pouvoir lire #cuckooscalling !!)

Quoiqu’il en soit, tout le monde s’est précipité pour acheter le livre : dans l’article rédigé cette nuit par Mugglenet.com, le livre est annoncé comme se trouvant à la 98 424è place dans le classement des best-sellers d’Amazon. Il était monté à la 70è place ce matin pour finalement se retrouver en tête dans l’après-midi. Certains ont annoncé une augmentation des ventes chez Amazon qui serait de 500 000%. La plupart des librairies aux États-Unis ont été prises d’assaut et sont en rupture de stock, attendant de nouveaux arrivages.

(Les rédacteurs du site The Leaky Cauldron)

En début d’après-midi, Kate Mills, de la maison d’édition Orion Publishing, a révélé par tweet qu’elle avait reçu et rejeté The Cuckoo’s Calling, laissant comprendre par la même occasion que le livre avait été soumis à d’autres maisons d’éditions que Little Brown.

(Bon, je peux dire maintenant que j’ai refusé JK Rowling. J’ai bel et bien lu et dit non au Cuckoo’s Calling. Est-ce que quelqu’un d’autre va avouer ?)

Interrogée par la suite sur twitter, elle a expliqué que le livre en soi était plutôt bon, mais que le marché de l’édition était trop difficile et concurrentiel en ce moment, particulièrement pour les romans policiers, et que le livre n’avait pas de quoi faire du bruit, à moins d’une révélation inattendue... comme celle à laquelle on a eu droit ! Il est vrai, on peut le rappeler, que le roman était loin d’être un best-seller avant qu’on sache qui en était réellement l’auteur.

Quand on lui a demandé sur twitter si elle savait si le livre avait été soumis à Little Brown incognito également, elle a seulement répondu : "ça m’intéresserait de le savoir"...

On pourrait légitimement avoir quelques doutes quant à savoir si cette révélation par tweet anonyme n’est pas une opération volontaire, permettant au vu des bonnes critiques d’équilibrer celles plus réservées sur Une Place à Prendre et de permettre à l’ouvrage, maintenant qu’il a été jugé anonymement, de s’écouler à beaucoup plus de 1500 exemplaires.

Quoi qu’il en soit, il a été confirmé que les enquêtes de Cormoran Strike se déclineront en plusieurs tomes, dont le prochain devrait être publié l’an prochain.

Les éditions Grasset, qui avaient déjà édité Une Place à Prendre ont annoncé ce lundi qu’une version française de The Cuckoo’s Calling serait disponible "avant la fin de l’année". Sans doute qu’une parution fin novembre ou début décembre serait arrangeante pour faire du roman un best-seller parmi les cadeaux de Noël.

Si vous souhaitez commander The Cuckoo’s Calling sur Amazon, pensez à utiliser cette adresse : http://www.amazon.fr/The-Cuckoos-Calling-Robert-Galbraith/dp/0316206849/?tag=lagazdusor-21. Le prix sera le même pour vous, mais permettra à la Gazette d’engranger quelques revenus !

Les rédacteurs de la Gazette essaient de se procurer un exemplaire pour vous en faire la critique au plus vite, mais en attendant, si vous avez l’occasion de le lire, ou si vous voulez simplement faire une remarque sur toute cette "affaire", n’hésitez pas à nous écrire à redaction@gazette-du-sorcier.com ou à poster un commentaire sur notre page Facebook ou Twitter.

Sources : LeakyNews ; Mugglenet ; Hypable 1, 2 et 3

A lire pour une meilleure réflexion sur tout ceci : Les 6 questions d’Hypable

MISE A JOUR faite le 14/07 à 22h50 d’après Mugglenet

MISE A JOUR faite le 15/07 à 17h50 d’après la RTBF


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :