Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

La Chronique de l’Inutile : Neville Londubat

26 juillet 2012

La Vie est pleine d’interrogations : comment Peter Parker a-t-il fait pour se façonner un costume aussi chant-mé ? Joffrey Baratheon est-il le frère caché d’Orangina Rouge ? Ce midi, vais-je manger une salade piémontaise ou de la dinde aux pruneaux ?

C’est pour ne pas penser à tout cela que la Gazette vous propose la Chronique de l’Inutile.

Aujourd’hui, dans l’épisode 2 de cette chronique : Neville Londubat.

Difficile de ne pas passer à coté de lui dans l’histoire : il est le stéréotype du boulet, le garant de la maladresse et du pire que toi.

C’est en écoutant les livres audios que ça m’a sauté à la figure : les premiers chapitres, comme chacun sait, traitent de l’enfance miséroïde d’Harry, ainsi que sa découverte de ce monde auquel il appartient sans le savoir. On est donc plongés dans la vie de ce petit bout d’homme perdu chez des parents cruels, et qui va apprendre que loin d’être un cancrelat dans un placard sous l’escalier, il est le héros d’une société secrète dont il est membre. Et, s’il se démène bien, il pourra même devenir fichtrement balaise, comme sorcier. C’est ainsi que Harry nous est dépeint : faible, un peu triste sur les bords, mais fort d’une curiosité grandissante pour son nouvel univers, et une joie communicatrice d’avoir abandonné derrière lui son enfance infernale.

Et c’est au cours du voyage en Poudlard Express que l’on découvre le sujet de cet article : Neville Londubat. Le rapport avec Harry, me direz-vous ? Eh bien, il est le héros : tout à rapport à Harry, voyons. Il est de ces héros héroïques, de ces faibles qui trouvent le courage et la force !! Prenez garde, Aragorn, Captain America et autre symbole d’héroïsme désireux de transcender les générations : Harry est dans la place !!

Et qu’est-ce qu’est alors Neville, à coté de ça, sinon un faire-valoir lourdaud et imbécile ? C’est mon sentiment : dès son entrée dans le monde magique, Harry se doit d’être valorisé, d’être le type pas sûr de lui mais exceptionnel, le gars qui donne son nom aux bouquins. Et quoi de mieux qu’un personnage comme Londubat pour l’aider dans cette tâche ? Pensez-y : un caractère que le Survivant lui-même peut mépriser à l’occasion, afin d’affirmer son nouveau statut de personnage capable et méritant. Rien de novateur dans le style romanesque, certes, mais le fait est là.

J’en vois déjà certain se mettre à gueuler que non, que Neville n’est pas qu’un boulet, qu’il a un background fourni et un impact conséquent dans l’histoire… Et je vous le concède, c’est vrai, mais ça ne l’empêche pas d’être un faire-valoir de compétition. C’est pire, même, d’être affublé d’un tel passé ! Mais j’y reviendrai. Voyons d’abord cela : dès le premier tome, on nous le présente avec un crapaud, l’animal de compagnie que même Hagrid, le type qui considère la graisse de Boullu comme un produit cosmétique, il sait qu’un crapaud, c’est has been. Maladroit, pétochard, indéfectiblement mauvais en tout, et incapable de se rappeler les mots de passe de la Grosse Dame. Tss tss.

Et ceci n’étant que la seconde approche, celle tissée au fur et à mesure de l’aventure. La première étant bien entendu son nom : Neville Londubat. Car, dans les histoires, les noms des personnages ont de l’importance, symbolisent leurs caractères. « Long du bas », traduction plutôt courtoise de Ménard pour Longbottom, « long cul » ou « long derrière ». C’est pas moi qui le dis, c’est EHP. Et si EHP le dit, alors c’est la Vérité, point barre. Quant au prénom, il semblerait que « Neville » soit associé à l’imbécilité. Fichtre ! « Imbécile Long-des-fesses » !! Rien que ça !

Replaçons tout cela dans le contexte, maintenant. Harry, sorcier depuis peu, et Neville, issu d’une ancienne famille de sorcier. Le héros d’un coté, et de l’autre l’incapable, plus triste que Harry, définitivement second. Même aux yeux rougeâtres de Voldemort c’est un second choix, pour vous dire…

Pour tout vous avouer, je n’aime pas trop Neville. Bien qu’enrichi d’un background profond, il est d’un bout à l’autre de l’aventure une sorte d’opposé pour Harry, à cela prêt qu’ils sont dans le même camp. Et ce qui finalement devrait être un simple personnage lourdaud mais courageux (il mène la rébellion dans le dernier bouquin) donne en vérité un effet loupe, sur l’un des grands défauts d’Harry : son arrogance.

Je m’explique : Neville est souvent seul. Seul avec son crapaud, sa plante. Il n’a pas un duo d’amis toujours fidèles et présents, là pour lui remonter le moral quand il se fait houspiller par le vilain Rogue. Je dis pas qu’il n’a pas d’amis : si, bien entendu, mais il est bien souvent seul, et… Je n’ai pas le sentiment que ce serait Harry qui, de lui-même, viendrait vers lui. Au fur et à mesure des livres, notre héros devient une mine d’arrogance et de mépris –oui, un adolescent, mais il y a quand même un fond de fierté mal placée.

C’est d’ailleurs totalement maitrisé : JK avoue elle-même qu’avec sa colère, l’arrogance est l’un des principaux défauts d’Harry.
Et je ne crois pas qu’un gamin qui a vécu seul, enfermé dans un placard durant toute son enfance n’ait pas plus de compassion, d’amitié et de présence pour un bougre aussi triste et perdu que peut l’être Neville. C’est sans doute le coté « Serpentard » de son caractère, cette distance et ce besoin de reconnaissance éperdu. C’est certainement plus réaliste, mais ça détruit le modèle du héros, il faut bien l’admettre.

Au final, et au fil de l’intrigue, Neville se révèle être un bien meilleur personnage, plus proche de ce petit garçon du placard, ce petit canard perdu qui cherche sa place avec les cygnes, et auquel on s’est attaché en premier lieu.

Plus Gryffondor que bien d’autres.

Plus courageux que la plus courageuse de tes copines.

Je vous le dis tout net : plus de volume, plus de Neville.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :