Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Interview de John Tiffany, metteur en scène de Harry Potter and the Cursed Child

9 juillet 2015

Cet article est une traduction d’une interview réalisée par le Daily Record, publiée ICI.

Il l’a rencontré pour la première fois alors qu’elle était encore une mère-célibataire qui écrivait dans les cafés d’Edimbourg, son landau à côté d’elle. Aujourd’hui, il met en scène la version à plusieurs millions de livres sterling de ce qu’elle écrivait alors, et qui est déjà annoncé comme le plus gros succès théâtral de l’année à venir.

John Tiffany, ancien directeur associé du Théâtre National d’Ecosse fera équipe avec l’auteur J.K Rowling pour amener Harry Potter and The Cursed Child sur la scène londonienne du West End.

Dans une interview exclusive accordée au Daily Record, John Tiffany s’est exprimé sur l’étrange coïncidence qui les a amené à collaborer vingt ans après leur première rencontre, dans des circonstances très différentes.

Il a déclaré : « J’ai rencontré Jo pour la première fois alors que nous ne savions pas qui était l’un et l’autre. Je venais juste de commencer à The Traverse d’Edimbourg, et de temps à autre je voyais une femme avec un landau en train d’écrire dans un café. Elle écrivait au Nicholson’s, à The Elephant House, et à The Traverse cafe. On se connaissait de vue. Je me rendais à des réunions avec des auteurs et des acteurs, et je l’y voyais parfois. Nous nous disions bonjour à l’occasion et un an plus tard…bam ! C’est là que j’ai réalisé ce qu’elle faisait.

C’est un tel soulagement de pouvoir parler de la pièce désormais, et tout particulièrement du fait qu’il ne s’agit pas d’une préquelle, ce qui a donné lieu à une vague de spéculations incontrôlables. Heureusement, Jo a plus d’un follower sur Twitter et a pu remettre les pendules à l’heure. Ma mère n’a pas cessé de me demander « Quand est-ce que je peux en parler aux gens de Morrison ? » Maintenant, elle peut. Ce sont mes trois neveux et les enfants de ma collègue Vicki Featerstone qui m’ont dit « Tu dois le faire » lorsque je leur ai parlé du projet pour la première fois. Ils ont joué un rôle clé. Ces histoires ont éveillé quelque chose d’incroyable en eux qui ne les quittera jamais. La lecture des livres, tout particulièrement. Les gens deviennent très émotifs lorsqu’ils parlent de Jo et de ses livres, parce que beaucoup d’enfants ont appris à lire, ou pensent avoir appris à lire, grâce à Harry Potter. Ceci, additionné au fait que le livre racontait l’histoire d’un jeune garçon tentant de faire face à la mort de ses parents, m’a vraiment touché. Et c’est pour cela que ces livres tiennent une place si importante, pas seulement pour les enfants, mais aussi pour les adultes qui ont vu leurs enfants, ou des enfants de leur entourage, découvrir ces histoires. Jo ne s’attribuera jamais aucun mérite pour le rôle qu’elle a joué pour l’alphabétisation, mais elle devrait.

J’ai lu les livres alors que j’étais déjà adulte. Je me souviens de ces photos de dizaines de rangées d’adultes en train de lire Harry Potter à bord d’un train. Dans mes souvenirs, c’est le premier livre pour enfants que les adultes lisent sans se chercher d’excuse pour justifier leur lecture. Elle [Jo] a créé ce monde et ces personnages.

Les attentes qui découlent de l’adaptation de la saga au théâtre ne m’inquiètent pas. Ça n’a jamais été le cas, quoi que je fasse. Je serai très surpris qu’un des membres du casting original fasse partie de la pièce, la dernière chose qu’ils veulent faire est de revenir à quelque chose qu’ils ont déjà fait il y a dix ans. Nous travaillons avec des comédiens depuis le début de l’année, mais les personnages sont vraiment la clé du spectacle, alors je ne pense pas que nous annoncerons que le rôle de Harry sera joué par un acteur hollywoodien. Je pense également que ce projet est quelque chose de très important pour l’Ecosse. C’est important que l’écosse sente qu’elle a une connexion avec cette pièce. Jack (Thorne, qui a travaillé avec Rowling et Tiffany sur le script) et moi avons travaillé ensemble sur mon dernier spectacle pour le théâtre National d’écosse, Let the Right One In. J’adorerais que la pièce puisse réaliser une tournée à Dandee, Edimbourg, Glasgow, Inverness, et même une tournée mondiale. L’Ecosse est représentée dans la saga Harry Potter par des personnages comme McGonagall ou le viaduc de Glennfinnan. Evidemment, nous n’aurons pas le viaduc sur scène, mais la région reste un endroit très présent dans l’histoire. Et puis, il y a cette fabuleuse impression de boucler la boucle."


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :