Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Conférence de presse avec Daniel Radcliffe

10 février 2012

Mardi 7 février, à 14h, nous nous retrouvons dans l’une des suites d’un grand palace parisien à attendre Daniel Radcliffe pour la conférence de presse de son nouveau film « La Dame en Noir ». Après quelques minutes d’attente, il entre enfin dans la salle, sous les applaudissements nourris des journalistes – et les nôtres. En jean et chemise à carreaux façon bûcheron, l’air assez décontracté, il vient s’asseoir devant la grande pancarte du film.
Il commence par s’excuser de son retard, et nous explique qu’il a de violents maux de tête. Et que s’il a l’air, à un moment quelconque, d’en souffrir atrocement, c’est probablement qu’effectivement, il souffre atrocement. Heureusement, il ne lui arrivera rien durant les quarante minutes qu’il passera avec nous, à répondre avec intelligence et gentillesse aux questions !


Alors que de nombreux scénarios ont dû lui être proposés depuis la fin de Harry Potter, pourquoi a-t-il choisi de jouer dans « La Dame en Noir » ?

Daniel a en effet lu beaucoup de projets, mais celui-ci est le premier qui lui ait paru inspiré. Il y avait beaucoup de directives très précises dans le scénario, mais pourtant, il l’a lu d’une traite. Il s’agit d’un film d’horreur, mais assez inhabituel du genre, car il contient des thématiques très fortes : la perte, le chagrin, le deuil ; il parle de ce qui se passe dans la vie quand on arrive plus à avancer ; et tout ça a donné envie à Daniel de participer à ce film en particulier.


Avec ce nouveau film, Daniel reste dans le genre fantastique : il passe du film avec des sorciers au film avec des fantômes. Est-ce une volonté de rester dans ce genre similaire à « Harry Potter » ? Est-ce une continuation de son premier rôle ?

Daniel n’a pas réellement réfléchi à ce problème en choisissant son nouveau rôle : il lit les scénarios sans vraiment se soucier du genre et choisit simplement ceux qui lui plaisent.
Il y a bien des similarités avec « Harry Potter », mais pas tant que ça : le ton de « La Dame en Noir » est bien plus sombre, et s’adresse à un autre public. De plus, dans « Harry Potter », on est conscient que l’on est dans un univers entièrement fantastique, alors que dans « La Dame en Noir », on est dans le monde réel, avec un fantôme.
Il est vrai que ce choix de films fantastique est amusant, car Daniel est un cynique, et il ne croit ni à la magie ni aux fantômes.


A-t-il choisi de jouer ce personnage différemment (de Harry Potter) ?

Daniel a nécessairement joué ce personnage différemment, car le personnage est très éloigné de Harry, et notamment, il est plus vieux.
Il n’a jamais vraiment eu de technique d’acteur particulière : il allait là où le réalisateur lui demandait d’aller et jouait beaucoup selon ses instincts. Mais son travail avec John Krokidas, le réalisateur de « Kill Your Darlings » lui a permis de changer son processus de jeu : maintenant, il se prépare avant de faire une scène, il réfléchit à l’intention du personnage, et à l’intention de la scène. Cela a été une grande découverte pour lui, car il y a des limites à l’instinct et il regrette de ne pas avoir travaillé ceci plus tôt, car il aurait pu faire des scènes de « Harry Potter » et même de « La Dame en Noir » différemment.
Il est particulièrement heureux de la seconde partie du film « La Dame en Noir », qui a lieu dans la maison, car il a aimé son jeu. Pour approcher son personnage dans le film, il a discuté avec des gens qu’il connaissait qui avaient vécu des dépressions et selon lui, on ne parle jamais assez de l’épuisement physique constant qui va avec la dépression, la difficulté à sortir de son lit tous les matins. Il a voulu montrer que son personnage est à bout aussi bien physiquement que moralement. D’après lui, il s’opère un changement pour son personnage : il passe de l’amour qu’il a pour sa femme morte à celui qu’il a pour son fils vivant. C’est un homme passif et dévasté qui revient à la vie pour son fils.

[Question de la Gazette] Les rôles que Daniel a pour l’instant tenus, que ce soit Harry Potter, Arthur Kipps ou Allen Ginsberg (à venir, dans « Kill Your Darlings »), sont des rôles essentiellement dramatiques. Pourtant, il a montré à quelques reprises – par exemple à l’occasion de « Saturday Night Live » qu’il était doué pour la comédie : est-ce un registre dans lequel il souhaite s’illustrer ?

Daniel aimerait beaucoup explorer le registre comique. Dans la vraie vie, il pense être beaucoup plus drôle que sérieux, et quand il est chez lui, il ne regarde pas de drames, mais des comédies. Il lui semble aussi que ces films sont les plus drôles à faire : les acteurs ont toujours l’air de s’éclater sur le plateau, et il adorerait tourner avec de grands acteurs comiques – par exemple Steve Carrel. Il espère donc qu’il aura l’occasion de tourner une comédie prochainement.

L’enfant qui joue dans « La Dame en Noir » le rôle du fils de Daniel est en réalité son filleul Misha. Est-ce que lui qui a également été un enfant acteur lui a donné des conseils pour jouer ?

A l’époque du tournage, Misha n’avait que quatre ans, et il n’écoutait pas vraiment les conseils ; et donc Daniel ne lui en a donné aucun. En revanche, il en a donné aux enfants-fantômes, qui avaient, eux, entre huit et douze ans et étaient dans une meilleure tranche d’âge. Il les a conseillés sur comment se comporter sur un plateau, et ce genre de choses. D’ailleurs, il aime particulièrement avoir des enfants sur le plateau.


Daniel a-t-il d’autres enfants dans sa famille, par exemple des cousins, qui seraient intéressés par le métier d’acteur ?

Il a deux cousins, mais ils ne sont pas le moins du monde intéressés par le métier d’acteur !


Daniel est une superstar depuis qu’il a onze ans. Est-ce qu’il aurait aimé avoir une enfance normale, plus en contact avec le réel ?

Quand Daniel voit les jeunes gens qui sont dans les écoles privées anglaises, il ne trouve pas qu’ils sont vraiment plus près du monde réel : ils ne connaissent qu’un seul type de personnes. Il dit ça parce que s’il n’avait pas été acteur c’est dans ces écoles qu’il aurait passé les dix dernières années de sa vie. Il lui semble au contraire que sur les tournages, il a été en contact avec plein d’adultes différents, qui avaient des univers plus élargis, et qu’ainsi il a pu en apprendre plus.
Et puis de toute façon, ça ne veut rien dire « une enfance normale ». Quand on lui demande « avez-vous eu une enfance normale ? », il répond : « définissez-moi normale ». Tout ce qui compte, c’est qu’il était un enfant en bonne santé, heureux et enthousiaste.

La thématique de ce film est le deuil : est-il pour Daniel une occasion d’enterrer Harry Potter et, justement, d’en faire le deuil pour de bon ?

Daniel aime Harry Potter, et il n’est pas question de l’enterrer. Harry Potter lui a donné la vie qu’il mène aujourd’hui : la possibilité d’être sur scène, à Broadway, de jouer dans « Equus » et « How to Succeed », d’être dans ce film « La Dame en Noir »... Tout ce qu’il fait aujourd’hui, c’est Harry Potter qui lui a donné.
Il voit ce film comme une transition : il a une apparence différente, et c’est aussi un film pour un public différent. Ce film est un projet complètement nouveau, mais il ne veut pas « ne plus être Harry Potter » et il ne l’a pas enterré.

[Question de la Gazette] Adrian Rawlins, qui joue son père dans « Harry Potter » a joué dans une précédente adaptation télévisée de « La Dame en Noir » : Daniel a-t-il discuté avec lui de ce rôle ?

Cela fait effectivement partie des multiples coïncidences qu’il existe avec ce film. Mais Daniel n’en a pas parlé avec Adrian, car il avait fini de tourner « Harry Potter » quand il a accepté le rôle de « La Dame en Noir ». En réalité, Adrian a dû tourner quelque chose comme dix jours en dix ans sur « Harry Potter », donc même si Daniel l’aime beaucoup et s’entend très bien avec lui car c’est une personne formidable, ils n’ont pas eu l’occasion de beaucoup discuter. Mais la prochaine fois qu’il le revoit, ils pourront comparer ce qu’ils ont fait !

Qu’est- ce que cela représente pour un acteur de sa génération de jouer dans un film de la Hammer ?

Daniel pense faire partie de la dernière génération à connaître la Hammer – il a vu « Dracula » à l’école, comme film qu’on passe avant les vacances. Mais il a peut-être une perspective différente par rapport à sa génération : il a grandi au sein du cinéma anglais, et sur Harry Potter, il a travaillé avec trois générations de personnes qui ont travaillé sur les films de la Hammer. Par exemple, le père de sa maquilleuse pendant dix ans sur « Harry Potter » a été maquilleur dans les films Hammer.

Il y a dans le film une scène très physique, ou Daniel est plongé dans la boue. Cela rappelle une scène de « Eden Lake », le précédent film de James Watkins, avec cette fois, Kelly Reilly. Daniel l’a-t-il vu ?

Il l’a vu, et en effet, il y a une ressemblance. Mais Daniel a vécu le tournage de la scène plus longtemps, puisqu’il a duré deux jours ! Il trouve que James Watkins est en train de se construire une réputation d’homme qui en demande beaucoup à ses acteurs !... Mais ça plaît à Daniel.
Il était heureux car, à la fin du tournage de la scène, un membre de l’équipe lui a dit qu’il ne connaissait aucun autre acteur qui aurait fait ça. Il se répétait « c’est dur, mais ça va être génial à l’écran », et il veut conserver l’image de quelqu’un qui se donne à fond pour ses films.
Le seul problème, c’est que quand on tourne ce genre de scène, avec de la boue plein le visage, on se dit « ça va faire Apocalypse Now ! », alors qu’en fait, ça fait plutôt Al Jolson !

Merci à Zvi David Fajol et WayToBlue de nous avoir offert l’opportunité de participer à cette conférence de presse.

Commentaires

MàJ : une vidéo de la conférence ICI.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :