Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Ce que j’attends d’Harry Potter au théâtre

30 décembre 2013

Ceux qui me connaissent savent que je ne fais pas partie de ces fans qui s’enthousiasment immédiatement à l’idée d’une nouvelle création dans l’univers d’Harry Potter, même si elle est sanctionnée par l’autorité de J.K. Rowling. Alors, quand on a appris que l’auteur allait co-produire une pièce sur l’enfance de Harry, il m’a fallu réfléchir un peu avant de décider si, oui ou non, le projet me plaisait.

JPEG - 23.7 ko

On ne sait pas grand chose du sujet de la pièce, sinon qu’il s’agira de raconter l’enfance de Harry, de ses difficultés à se faire accepter. C’est plutôt vague... surtout que, quand on y pense, au théâtre comme au cinéma, il faut une histoire, il faut un arc narratif, il faut qu’il tienne en à peu près deux heures ; mais, contrairement au cinéma, on ne peut pas vraiment se permettre de nombreuses ellipses et de multiples changements de décors.

On peut donc supposer que l’action se déroulera sur un ou deux jours, un simple épisode dans la vie du Survivant. On se limitera également sans doute à deux ou trois lieux, dont le 4 Privet Drive et, peut-être, l’école de Harry. On y verra les personnages clés des Dursley, Harry, peut-être la tante Marge et Mrs Figg.

Le véritable problème est que Rowling a déjà donné plus d’informations sur l’enfance de Harry qu’on ne le croit, mentionnant, en principe, les épisodes clés de sa vie avant son onzième anniversaire : ses après-midi chez Mrs Figg, la manière dont il était maltraité par les Dursley, ses problèmes d’intégration à l’école, ses quelques épisodes de magie, les visites de la tante Marge ; et le reste on a pu se l’imaginer. Tous les jours de la vie de Harry ne sont pas intéressants au point de figurer dans un livre ou une pièce.

Il faudra donc que l’histoire tourne autour d’un évènement important dans la vie de Harry, soit qui a déjà été mentionné dans les livres et qui sera élaboré, soit qui sera créé de toutes pièces ; quelque chose qui donne un sentiment d’évolution une fois la pièce achevée.

Je suppose que les évènements les plus marquants de la vie de Harry sont ses premières manifestations magiques (bien qu’il ne comprenne pas qu’il s’agisse de magie, puisque la magie ça n’existe pas) et qu’un tel moment sera l’idéal pour mettre fin à la pièce : imaginez passer deux heures dans un monde étrangement normal, une pièce de théâtre comme tant d’autres portant sur la maltraitance d’un enfant et l’exclusion... et puis, une lumière étrange, un ventilateur habilement dissimulé fait voler les cheveux des acteurs en tous sens, le regard émerveillé et ravi de l’acteur incarnant le jeune sorcier qui se réjouit d’avoir, il ne sait comment, pris sa revanche... rideau !

Un tel final implique que le reste de la pièce ne comporte pas la moindre allusion à la magie, pas le moindre autre acte surnaturel explicitement montré sur scène... mais c’est bien ce que j’espère. Ce serait trahir l’enfance de Harry décrite dans les livres que de la rendre “merveilleuse” ; ce serait changer l’histoire que de soudainement prétendre que la magie et l’émerveillement commencent avant l’arrivée de Hagrid apportant la lettre de Poudlard.

Avec son association, Lumos, Jo lutte pour de nombreuses choses, dont le maintien des enfants dans leur foyer, l’aide aux parents en difficultés et contre la maltraitance familiale ; si elle a accepté le projet, c’est potentiellement parce qu’il lui permettra d’aborder ces thèmes. Ce sont des sujets qui lui sont chers et je la vois mal passer à côté d’une occasion d’en parler. Mais cela implique une histoire peu joyeuse.

J’attends donc un drame, cynique, avec peut-être une touche d’humour noir ; un univers sombre, loin de la magie et de l’émerveillement des livres sauf, éventuellement, pour le tomber de rideau. La pièce devrait définitivement faire basculer l’univers de Harry Potter dans le domaine de la création littéraire adulte, même si elle traite de l’enfance de Harry. Une vision plus proche de Une Place à Prendre que de Harry Potter qui dégoûtera sans doute certains fans (peut-être même moi).

Le théâtre est le média idéal pour ramener Harry Potter à un niveau d’intimité qui éloignerait la saga des superproductions auxquelles on l’associe désormais. Un mouvement qui irait de paire avec une mise en scène intimiste, un nombre d’acteurs réduit à son minimum... c’est l’occasion de (re ?)faire de Harry Potter quelque chose d’unique, de personnel, loin des projets hollywoodiens qui cherchent à plaire à tous les publics. Si la pièce venait à être portée à l’écran, elle marquerait un retour au “cinéma d’auteur”.

Je prends sans doute mes rêves pour une réalité, il est probable que Harry Potter ne puisse jamais devenir une création “d’auteur” pour adulte... mais, dans ce cas, je ne verrais pas l’intérêt de cette pièce, qui trahirait sans doute l’histoire racontée dans les livres, en atténuerait certains aspects [1] et marquerait alors le pas de trop qui me forcerait définitivement à séparer Harry Potter de son auteur.

Si vous avez une opinion sur la future pièce, un avis sur comment elle pourrait ou devrait être orientée, n’hésitez pas à envoyer un e-boux à redaction@gazette-du-sorcier.com ; nous pourrions en faire un article



[1Imaginez si on découvre un ami d’enfance à Harry : son amitié avec Ron et Hermione en serait, d’une certaine manière, diminuée ; elle en serait rendue moins exceptionnelle.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :