Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Accueil / Culture / Podcast Harry Potter d’Entertainment Weekly

Podcast Harry Potter d’Entertainment Weekly

cover170x170.jpg Si nos radios ne peuvent capter les émissions de Lee Jordan, il est cependant possible de podcaster de très bonnes émissions sur l’univers d’Harry Potter. C’est le cas du podcast américain BINGE du magazine Entertainment Weekly, qui depuis le 12 octobre revient sur la saga. L’émission comportera 10 épisodes, avec des interviews entre autre d’Imelda Staunton (Ombrage), Evanna Lynch (Luna Lovegood) ou Alfred Enoch (Dean Thomas).

Le podcast est animé par Marc Snetiker et Molly Smith, deux serpentards et grands fans. Aussi on apprécie grandement leurs connaissances et leur passion pour le sujet. Ils savent analyser conjointement livres et films pour ne passer à côté d’aucune anecdote, et sont très drôles.

La Gazette a écouté pour vous le premier épisode consacré à Harry Potter à l’école des sorciers et vous en fait un compte rendu pour les non-anglophones.

Dans une première partie, les animateurs ont analysé les moments les plus emblématiques selon eux du premier volet. Ils en relèvent dix :

  • 1) Quand Hagrid révèle à Harry qu’il est un sorcier. C’est ce qui fait commencer les aventures d’Harry. « Tu es un sorcier Harry » est une, sinon la phrase la plus iconique de la saga.
  • 2) Harry reçoit sa baguette : cette scène rend visible la révélation de Hagrid. Mais on réalise également le lien important entre Harry et Voldemort
  • 3) La rencontre avec Ron, puis Hermione et enfin Drago (dans le film) qui établit les liens qui vont déterminer la suite des aventures.
  • 4) La cérémonie de répartition. Le présentateur insiste sur la sous représentation de Serdaigle et Poufsouffle (thème qui tient très à cœur à la rédactrice de cet article) et essaye d’analyser les attributs des maisons au-delà des clichés habituels (comme le fait que les Serpentards soient méchants)
  • 5) Le premier cours avec Rogue. C’est un moment très attendu par les lecteurs lors de la première projection du film. On se demande pourquoi un tel acharnement contre Harry, ce qui après les révélations sur le personnage dans le dernier tome donne un tout autre aspect à la scène.
  • 6) Le premier cours de vol sur balais. Par la suite, le quidditch sera très important pour Harry : c’est ce qui le lie avec son père, lui permet une amitié avec les jumeaux Weasley et c’est le seul domaine où il excelle.
  • 7) Le cours de sortilèges. La formule Wingardium Leviosa est une des plus iconiques de la saga. C’est la seule qu’ils utilisent vraiment dans le premier volet. Mais c’est également suite à cela que Ron va faire pleurer Hermione qui se cache dans les toilettes des filles.
  • 8) Le troll dans le donjon : c’est le moment où se crée le trio emblématique.
  • 9) Le miroir du Risèd, où le premier moment passé seul entre Harry et Dumbeldore.
  • 10) Les épreuves pour accéder à la pierre. Ce moment surprend lecteur et spectateur avec le « face à face à face » inattendu entre Harry, Quirrell et Voldemort.
    Leur sélection de ses 10 scènes est tout à fait judicieuse. Elles sont en effet toutes des « premières fois » pour Harry et laissent toute entrevoir la suite des aventures du sorcier. Elles prennent encore plus de sens après la lecture ou le visionnage de la suite de la saga.

Afin de mieux comprendre les moments clés d’Harry Potter à l’école des sorciers, les animateurs ont ensuite interviewé Chris Columbus (réalisateur des deux premiers films).
Réaliser Harry Potter ne fut pas évident pour lui : il réalisait l’ampleur des attentes et l’importance de chaque scène sur la suite de la saga (« si cela avait été un échec, je n’aurais plus jamais travaillé »). Aussi chaque choix était pour lui lourd de conséquences. On peut ainsi apprendre qu’un de ses plus grands regrets est de ne pas avoir pu faire figurer Peeves dans les films (dit-il cela pour calmer la frustration des fans ?).

Chris Columbus raconte aussi la difficulté de faire jouer des enfants. Ceux si sont peu concentrés et regardent souvent la caméra. Si Hermione n’a pas les longues dents décrites dans le livre, c’est qu’il était impossible de faire jouer la jeune Emma Watson en lui rajoutant la contrainte d’un dentier. De plus, il insiste sur le fait que pour embaucher des enfants acteurs, il faut embaucher les parents.

Il livre également des anecdotes sur le film. Par exemple, les bougies de la Grande Salle étaient au départ de vraies bougies. L’équipe à du faire évacuer tous les enfants quand de la cire chaude à commencer à leur tomber dessus.
Mais sa plus belle anecdote vient du fait que pendant les pauses, l’équipe jouait à différents sports : ainsi, il a pu se faire encourager lors d’une partie de basket par Richard Harris en costume de Dumbeldore.

On vous recommande donc vivement ce podcast ainsi que tous ceux à venir si vous comprenez suffisamment bien l’anglais. Les épisodes 1 et 2 sont déjà disponibles sur iTunes .

Plus d’info sur le site d’Entertainment Weekly

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

Laissez-nous un commentaire !

Salem

Salem

Podcasts et rédaction

Serdaigle
Voir la fiche auteur

Pub

GRAND EVENEMENT HARRY POTTER20 balais de la Gazette du sorcier

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS