Logo Gazette du Sorcier
menu fermer

La Gazette Logo du Sorcier

L'actualité Harry Potter et Animaux fantastiques depuis juillet 2000 !

Correspondance de Québec

ville : Québec, librairie : La Maison Anglaise.

Des nouvelles du Québec sur le lancement du tome VI!
Je l’ai eu 6 heures après vous, population européenne, ce qui me fâchait énormément. De ce fait, avant de partir en autobus à la conquête du monde (en effet, me rendre à La Maison Anglaise, à l’autre extrémité complètement de mon parcours d’autobus, était une aventure périlleuse puisqu’on est en plein festival d’été et que les bus sont bondés), j’ai décidé de prendre quatre cafés. Mauvaise idée, c’est seulement une demi-heure après le dernier que je m’en suis rendue compte, alors que mes pulsations cardiaques dépassaient le 80 par minute (je suis habituellement autour de 50, vous voyez). De plus, j’étais assez énervée comme ça sans café, l’attente de l’autobus au bas de m’a rue n’en a été que plus insupportable (imaginez, j’ai dû attendre 20 minutes… le temps passe pas vite lorsqu’on regarde sa montre à toutes les trente secondes…). Mais malgré tout ça, j’ai réussi à me rendre à bon port.

Je suis allée seule au lancement, puisque tous mes amis sont des traîtres qui ont préféré aller se traîner les pieds au festival, m’abandonnant ainsi, seule dans les rues de Ste-Foy la nuit. C’est pourquoi (j’étais seule) je n’ai pas décidé d’aller au lancement dès 21h (il y avait notamment un spectacle de magie – enfin, de la prestidigitation – et une diseuse de bonne aventure – qui devait ressembler à Trelawney – et des Dragée surprises de Bertie Crochue – qui ressemblaient étrangement à des jelly-beans…). Mais comme j’avais déjà payé mon exemplaire, ça ne devait pas être long avant de l’obtenir.

Donc, après mon retard d’autobus et le trafic en ville, je suis arrivée à la librairie à minuit et huit (l’avantage de regarder continuellement sa montre, c’est qu’on peut être précis à la minute près). Et, avec ma chance légendaire, je suis arrivée par la sortie. Remarquez, je m’en suis rendue compte seulement après avoir fait le lien entre le sourire des gens qui passaient dans l’autre sens et le sac qu’ils tenaient à la main (qui, vous l’aurez deviné, contenait le livre en question). Alors, je remontai toute la file qui, je m’en rendis bien vite compte, était plutôt longue. Mais prenant mon mal en patience, je réussis à attendre tranquille, pendant 10 minutes (eh oui, le temps avait finalement décidé de se presser, me faisait presque – presque – bondir de joie). C’est à ce moment-là – à minuit 19 minutes – que j’ai eu en ma possession mon propre exemplaire. Alors n’y tenant plus, j’ai littéralement bondi de joie, faisant ainsi une folle de moi devant tous les gens présents (plutôt beaucoup de personnes… j’ai quand même espoir que quatre ou cinq personnes, au bout de la file, n’ont pas eu vent de mes prouesses aérobiques…). Mais peu m’importait (et peu m’importe toujours, puisque ce n’est ni la première, ni la dernière fois que je fais la folle) : j’avais finalement mon Harry Potter. Je l’ai donc senti (quoi de mieux que l’odeur du papier fraîchement sorti de l’imprimerie??), et ensuite, je me suis dirigée vers la sortie (le dernier autobus part à minuit trente, et je voulais pas prendre de taxi). Depuis ce temps, je lis donc (sauf présentement, puisque je dois bien le laisser un peu à mon frère, même si ça me brise le cœur…).

Alors voilà pour ce qui s’est passé, pas trop trop excitant comparé à d’autres, j’en suis certaine, mais tout de même, moi j’étais – et suis – tellement énervée que ça importe peu!

Ùnelaï

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir la Gazette du Sorcier sur Logo tipee.com
Soutenir la Gazette sur Tipeee

La Gazette c'est aussi...

Podcast
Podcast
Vidéo
@LaGazetteDuSorcier @GazetteSorcier GazetteDuSorcier @gazette_du_sorcier Flux RSS