Service des Transmissions Magiques Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

European Quidditch Cup 2019 : les Titans s’imposent, l’Allemagne est la vraie gagnante

19 mai 2019

Pour la première fois dans l’histoire du quidditch européen, la Coupe d’Europe de Quidditch (EQC) se déroulait en deux divisions séparées. La première division, réunissant les 32 meilleures équipes de toute l’Europe, se déroulait à Harelbeke, en Belgique, les 11 et 12 mai derniers. On attendait énormément de choses de cet événement, et avant tout du spectacle... et une chose est sûre, nous n’avons pas été déçus !

La compétition démarre dès les poules

L’EQC se déroule toujours en deux jours. Le samedi est consacré aux phases de poule et aux qualifications en upper ou lower bracket [1], alors que le dimanche propose le tournoi à élimination directe en vue de la finale et de la coupe tant convoitée.

PNG - 140.1 ko

Jusqu’à présent, avec une compétition unique réunissant des clubs issus de tous les pays européens, le premier jour ne réservait que peu de surprises. Pour les grosses équipes, l’enjeu n’était que la première ou la seconde place, avec un seul gros match à gagner pour la déterminer. La compétition démarrait le lendemain, dans la phase à élimination directe, une fois que l’écrémage des équipes était réalisé.

Mais qu’il nous semble déjà très loin ce temps-là !
Dans ce nouveau format du tournoi, dès le samedi, chaque match se gagnait à la sueur de son front et chaque petit point comptait pour la qualification !

On a ainsi pu voir les Titans Paris, champions en titre, lutter contre Hacettepe, la dernière équipe turque qualifiée, en restant, jusqu’au bout du match, à portée de vif [2] ! Mais également une remontée formidable des Léviathans liégeois face aux Crookshanks lyonnais, les Werewolves de Londres l’emportant de justesse face aux Rurh Pheonix, ... et les exemples sont très nombreux !

JPEG - 1.9 Mo

Le nombre de matchs qui se sont joués à l’attrapage du vif d’or, donc avec une différence de score de maximum 20 points entre les deux équipes est extrêmement élevé (15 matchs sur les 48 que compte la phase de poule). Ce format rendait donc la compétition beaucoup plus intéressante à suivre dès le départ, puisque, hormis quelques grands favoris qui n’ont pas éprouvé de difficulté, beaucoup de places qualificatives étaient loin d’être jouées d’avance.

Les grands moments franco-belges

La qualification des Leviathans liégeois
On l’indiquait d’ores et déjà dans nos pronostics, la poule C était l’une des plus ouvertes de ces qualifications. Si Munich partait favori et n’a pas déçu, en emportant ses trois confrontations, la seconde place était très indécise.

JPEG - 1.9 Mo

Lors de leurs premières rencontres, Liège affronte Lyon. Alors que les français dominent jusqu’à la 15e minute, 20 - 100, les Léviathans réalisent une remontée fantastique, principalement lorsque le vif d’or est sur le terrain.
Ils enchaînent 10 buts alors que les Crookshanks n’en marquent que 3 dans le même temps, remontent à 120 - 130, et s’emparent du vif pour mettre fin au match.
Score final 150* - 130.

Après avoir perdu contre Munich, les Liégeois jouent leur place qualificative à la upper bracket face à Glasgow. Les Léviathans mettent moins de temps à entrer dans leur match, même s’ils encaissent dans les 10 premières secondes de jeu. Le match est très serré, les équipes se tiennent à 10 points d’écart.
Et moins d’une minute après la montée de leurs attrapeurs, Liège met fin au match et remporte sa qualification !
Score final 50 - 90*.

Le parcours des Frog
L’équipe vice-championne de France a réalisé un superbe parcours. En encaissant seulement 12 buts en 3 rencontres, c’est l’une des meilleures défenses de cette phase de poule (même si les Velociraptors remportent la palme de très loin avec seulement 7 buts encaissés).

Mais il ne faut pas uniquement une bonne défense pour l’emporter, et les Frog l’ont bien compris, en en marquant au minimum autant (donc 12) à chaque match, jusqu’à leur affrontement avec Anvers, leurs avant-dernière rencontre du tournoi en match de classement. Impressionnant !

En l’emportant 220 - 100* face à Liège en huitième de finale, on aurait vraiment aimé les voir continuer l’aventure. Malheureusement, leur bête noire turque, les Hippogriffs, met fin à leurs rêves en quart de finale. Les Frog devront se contenter d’une huitième place, largement méritée au vu de leur tournoi !

Le CHOC Anvers - Paris

JPEG - 1.9 Mo

C’est sans doute la finale que tout le monde attendait... mais elle s’est déroulée un peu trop tôt ! Dès les quarts de finale de la compétition, Anvers Quidditch Club se retrouve face aux Titans Paris.

Les tenants du titre face à leurs dauphins ; les triples champions d’Europe face à ceux qui leur ont pris le titre en 2017 ; bref, les deux plus grandes équipes européennes actuelles à n’en point douter. Les deux équipes visaient la coupe et le titre, mais une sera bien obligée de s’incliner dès les quarts.

JPEG - 1.8 Mo

C’est l’équipe belge qui prend l’ascendant durant presque l’entièreté du match. Avec 50 points d’avance lorsque le vif entre sur le terrain, il leur suffit de l’attraper pour s’imposer et continuer l’aventure. La lutte pour le vif d’or est intense, longue... et fatigante. C’est alors que tout bascule ! Les Titans marquent deux buts coup sur coup et attrapent immédiatement la chaussette, arrivant à l’égalité parfaite 100 - 100* et entraînant les équipes en prolongations.
Coup dur, autant physique que moral, pour l’équipe anversoise.

Les prolongations ont une durée maximale de 5 minutes, mais le match peut évidemment s’arrêter sur un nouvel attrapage.
Les équipes se rendent but sur but durant ce temps supplémentaire, grimpant à 140 - 140.

Il ne reste que 17 secondes à jouer, il suffirait d’un but d’une des équipes durant ce laps de temps pour prendre un sérieux avantage sur la qualification lorsque Mourad s’empare du vif pour l’équipe française !

JPEG - 1.9 Mo

Score final 140°° - 170**, grâce à leurs deux attrapeurs, les Titans grimpent en demi-finale et éliminent leur principal adversaire.

Le sacre des Titans
La route leur semblait donc toute tracée pour ce nouveau titre, mais c’était sans compter sur les équipes turques ! Après avoir éliminé les Frog en quart de finale, les Hippogriffs arrivent plus motivés que jamais face à l’équipe parisienne en demi, prêts à manger du français pour un deuxième match d’affilé.

Les Titans peinent, mais ne perdent jamais leur sang-froid. Les Hippogriffs conservent le souafle et la possession, mais n’arrivent pas à concrétiser, ou peu.
Les parisiens, eux, ne ratent presque aucune occasion, ils font mouche à chaque fois ! C’est certainement leur plus grande force, inutile de se précipiter si on est sûr de marquer au bout du compte. Mais le match n’est gagné que par l’attrapage du vif, qui emmène les Titans une nouvelle fois en finale !

Score final 60 - 100*, les parisiens se sont fait peur...

Et l’histoire franco-turque ne s’arrête pas là ! Après avoir battu Hacettepe en phase de poule, les Hippogriffs en demi, c’est désormais les METU Unicorns, grands habitués de la compétition, qui se retrouvent en finale face aux Titans !

JPEG - 1.7 Mo

L’équipe était seconde en 2017, troisième en 2018, il ne leur manque que la médaille d’or à leur tableau de chasse, et la confrontation ne sera pas simple.
Si les français dominent le début du match, les turcs ne sont pas loin... ils sont même très proches de l’emporter lorsque, aux alentours de la 20e minute, alors que le score est de 60 - 70, le vif d’or tourne le dos à l’attrapeur des Unicorns. Ce dernier tend le bras, mais loupe de quelques centimètres la précieuse balle !

JPEG - 1.9 Mo

La tension est à son comble, mais les Titans restent zens. Il leur faut creuser l’écart pour éviter tout risque, et c’est ce qu’ils vont faire, en marquant 40 nouveaux points. Les quelques buts turcs ne suffiront pas à rattraper la différence, et les Titans s’emparent du vif d’or pour ajouter une quatrième étoile européenne à leur maillot.

Les autres équipes françaises et belges
Si d’un côté le sacre est français, la lanterne rouge l’est également. Compétition très compliquée pour les Black Snitches de Lille qui n’ont pas emporté le moindre match et échouent à la 32e place, sans démériter pour autant.

Alors qu’ils faisaient partie d’une des poules les plus compliquées, ils s’en sortent avec les honneurs en marquant 7 fois face aux NTNUI norvégiens. Ils ont également montré du beau jeu face aux Werelwoves londoniens. Tombé face à London QC dès les 8e de finale de la lower bracket, une équipe qui aurait pu atteindre le haut du classement européen en d’autres circonstance, la messe était d’ores et déjà dite.

JPEG - 1.9 Mo

Pour les Crookshanks de Lyon, l’élimination peut être un peu plus amère. Après la remontée fantastique de l’équipe liégeoise lors de leur premier match de la journée, Lyon se retrouve face à Glasgow. Un match très équilibré où les Lyonnais prennent du retard, mais arrivent à remonter et même prendre l’avantage sur l’équipe écossaise ! La rencontre s’éternise, et, malheureusement, se clôture par une nouvelle défaite française après l’attrapage de Glasgow.

Lyon aurait pu faire mieux contre l’équipe norvégienne de Sagene, venue en très petit comité et fatiguée de leur compétition, même si cette dernière a été très impressionnante sur le terrain ! Ensuite, grâce à leur victoire contre Toulouse, Lyon se retrouve à nouveau face à Glasgow pour gagner cette 27e place... mais échoue après une nouvelle confrontation très tendue entre les deux équipes : 140* - 110.

Toulouse emporte son premier match face à Bologne et s’ouvre les portes d’une compétition plus intéressantes qu’escompté ! Mais, battus par les OSI Vikings puis les Hippogriffs, l’équipe descend en lower brackett. On aurait pu espérer une victoire face aux Dementores espagnols, accessibles au vu du niveau de jeu toulousain, mais après une journée fatigante, Toulouse s’incline.

Battus par Lyon, ils se ressaisissent en fin de tournoi et éliminent Lille, puis Anvers B, pour s’offrir la 29e place.

JPEG - 1.9 Mo

Les Olympiens Paris, eux, accrochent la 26e place générale, et la 3e place des clubs français, ce qui était leur objectif principal. Cette équipe qui découvrait le tournoi pour la première fois est donc satisfaite de sa performance malgré les défaites enchaînées lors de leur première journée.
On regrette simplement le match contre les Lynx de Madrid, que l’équipe aurait pu emporter lors de leur phase de poule.

JPEG - 1.9 Mo

L’équipe des Gargouilles de Gand a fait le parcours que l’on attendait d’eux. Vainqueurs face aux Mammouths d’Oxford et aux Dementores, ils luttent même redoutablement face aux Unicorns qui, rappelons-le, quittent ce tournoi avec la médaille d’argent ! À portée de vif jusqu’à la toute fin du match, ils ne s’inclinent que 150* - 100.

Le tirage ne leur a pas été favorable pour la suite de la compétition, puisqu’ils tombent face aux Titans dès les huitièmes de finale et doivent donc s’effacer. Battus par les Rurh Pheonix 120* - 90, Gand bat les Leviathans puis Bonn pour s’emparer de la 13e place ! On aurait réellement pu les voir plus haut, et il faut continuer à surveiller cette équipe montante.

JPEG - 1.9 Mo

Enfin, l’équipe d’Anvers B a prouvé qu’elle méritait sa place dans cette compétition. Elle perd face à Sagene avec pourtant 20 points d’avance avant que le vif ne soit attrapé, puis face à Darmstadt alors qu’elle était en portée de vif. Elle aurait donc pu, sur deux attrapages, s’extraire de son groupe et emmener les quatre équipes belges en upper bracket .

Mais l’histoire ne retiendra que cette 30e place, après une défaite contre Toulouse en toute fin de journée.

Le classement général de la compétition

C’est la toute première fois qu’un classement complet est réalisé, tous les matchs de la compétition ayant pu avoir lieu !

Classement Équipe Nation Classement en 2018 Classement en 2017
1 Titans Paris France 1 5
2 METU Unicorns Turquie 3 2
3 Werewolves London Royaume-Uni 9/10 3
4 ODTU Hippogriffs Turquie 5 NJ
5 Anvers Quidditch Club Belgique 2 1
6 Velociraptors Royaume-Uni 4 6
7 Munchner Wolpertinger Allemagne 8 NJ
8 Paris Frog France 6 7
9 ITU Honeybees Turquie NJ 19/20
10 OSI Vikings Norvège 15/16 17
11 Rurh Pheonix Allemagne NJ NJ
12 London Unspeakables Royaume-Uni NJ NJ
13 Ghent Gargoyles Belgique 13/14 NJ
14 Rheinos Bonn Allemagne 18 19/20
15 Liège Leviathans Belgique NJ 13/16
16 Darmstadt Athenas Allemagne 11/12 9/12
17 London QC Royaume-Uni NJ NJ
18 Virtute Romana Italie 11/12 9/12
19 NTUI Rumpledunk Norvège 9/10 4
20 Dementores Coruña Espagne 21/24 NJ
21 Hacettepe Turquie NJ NJ
22 Bologna Hinkypunks Italie NJ NJ
23 Sagene IF Norvège NJ NJ
24 Barcelona Eagles Catalogne 19/20 18
25 Oxford Mammuths Royaume-Uni NJ NJ
26 Olympiens Paris France NJ NJ
27 Glasgow Grim Reapers Royaume-Uni NJ NJ
28 Lyon Crookshanks France 15/16 9/12
29 Toulouse Quidditch France NJ NJ
30 Anvers Quidditch Club B Belgique NJ NJ
31 Madrid Lynx Espagne NJ NJ
32 Lille Black Snitches France 25/28 NJ

Et pour la suite ?

JPEG - 1.9 Mo

Le nombre de places accordées à chaque nation en Coupe d’Europe est défini par le nombre de places total disponible [3] et du nombre d’équipes existantes dans le pays.

Mais les places en première division dépendent avant tout des résultats sur les deux dernières saisons en coupe d’Europe [4] !

Et c’est donc l’Allemagne la grande gagnante de cette année puisque, grâce à ses superbes performances en division 2 (médailles d’or et d’argent), et ses quatre équipes qualifiées en première division qui ont réussi à passer en upper bracket, elle devrait avoir 4 nouvelles places en première division pour l’année prochaine, soit un total de 8 places dans le top européen !

JPEG - 1.9 Mo

Avec leurs performances toujours plus impressionnantes, les équipes turques font également une bonne affaire. A 4 cette année, elles devraient pouvoir amener 5 équipes en 2020 !

Enfin, l’Autriche devrait faire son apparition en première division l’année prochaine. La troisième place de Vienne en division 2 lui assure une place dans top européen pour la prochaine édition.

Ces 6 nouvelles places doivent, bien évidemment, être retirées des nations actuelles.
France, Royaume-Uni, Italie, Espagne et Norvège perdront un place qualificative. La toute dernière place se jouera entre la Catalogne et la Belgique, à parfaite égalité en terme de points de qualification... Il faudra trancher, et il est impossible de se prononcer sur le sujet à l’heure actuelle, bien qu’avec déjà 3 places assurées pour la Belgique, il paraîtrait logique d’en laisser une à la Catalogne qui n’en aurait, sinon, plus du tout.

Le petit plus, une organisation splendide !

Ce n’est pas une nouvelle, le sport en est encore à ses balbutiements. Mais chaque nouvelle compétition internationale le prouve : il se développe et s’améliore d’année en année ! Pas uniquement en terme de niveau de jeu mais aussi d’organisation.

Pour la première fois, grâce à l’application quidditch.me, et aux nombreux volontaires, les scores étaient transmis en temps réel. Il était donc possible de suivre tous les matchs en même temps, même sans se rendre sur place.
Deux livestreams, qui malheureusement sautaient de temps à autre, assuraient la diffusion de 2 des 6 matchs joués à toute heure en direct. Ces derniers étaient entrecoupés d’interview, analyses et de discussions assurées par toute une équipe technique.

JPEG - 2 Mo

Il faut rendre à César ce qui lui appartient, et féliciter les organisateurs pour la mise en place de cette compétition, mais également l’ensemble des volontaires, qu’ils soient arbitres ou bénévoles, pour le bon déroulement du week-end.

PS :

J’ai été particulièrement ravi de pouvoir vous faire vivre cet événement en direct sur notre page Facebook. Si vous avez aimé cet article, et que vous voulez nous aider à améliorer la qualité de nos déplacements sur le terrain, vous pouvez soutenir financièrement la Gazette et ses projets sur Tipeee !



[1La upper bracket constitue le haut du panier, les 16 meilleures équipes, soit les deux premiers de chaque poule. La lower bracket est composée des deux dernières équipes de chaque poule de 4, qui se battent pour le meilleur classement, jusqu’à la 17e place.

[2C’est-à-dire à moins de 30 points d’avance lorsque le vif d’or est attrapé, puisque ce dernier rapporte 30 points à l’équipe qui l’attrape et met fin au match.

[3Qui était de 48 pour cette année, avec 32 équipes en division 1 et 16 équipes en division 2.

[4Pour les places en 2020, l’année 2018 est comptée pour 25%, celle 2019 pour 75%.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :