Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Aperçu de la conversation Jo-Daniel Radcliffe

29 septembre 2011

Traduction de la transcription de SnitchSeeker.

Pour plus d’informations quant aux bonus inclus sur les DVD et les Blu-ray des Reliques de la Mort - Partie 2, lire notre article détaillé sur le sujet.

Pour rappel, le film sortira en DVD et Blu-ray le 16 novembre prochain en France et en Belgique, et le 11 novembre au Canada.

Daniel Radcliffe : Ok, bon, pour commencer au commencement, à quel point étais-tu impliquée dans le processus de casting, et dans quelle mesure dois-je te remercier ? Est-ce que tu te souviens de cette collaboration avec Chris [N.D.T. : Colombus, réalisateur des films 1 et 2] ?

JK Rowling : J’étais impliquée. Pas au point de me trouver dans la salle lors des auditions, mais on me tenait entièrement au courant. Comme tu le sais, on a trouvé Rupert et Emma, et ils étaient parfaits, et c’était plié. Mais on n’arrivait toujours pas à te trouver toi. Mais, vas-y, raconte comment ils t’ont découvert, parce que c’était extraordinaire, vraiment.

Daniel Radcliffe : Eh bien, c’était un moment un peu étrange. À la base, ce qui s’est passé, c’est que David Heyman, le producteur, connaissait mon père, qui avait été un agent littéraire et qui avait collaboré par le passé avec la mère de David. Donc, David m’a demandé si je comptais auditionner. Et, à l’origine, le contrat dont on avait entendu parler incluait six films tournés aux USA.

JK Rowling : Tournés aux USA ? On ne m’a jamais parlé de ça.

Daniel Radcliffe : Sans doute ont-ils changé pour ça, parce que tu y mettrais le holà, ou ils ont juste pensé "Jo ne sera pas d’accord".

JK Rowling : En effet, ils me connaissent bien.

Daniel Radcliffe : C’est un bon point, pour être honnête. Tourner aux USA n’aurait pas été une bonne idée. Bref, je ne crois pas particulièrement au destin et toutes ces choses, mais mes parents bien. Le coup final fut porté lors d’une soirée au théâtre, nous étions allé voir une production de Stones in His Pockets [N.D.T. : Des Pierres en Poche] et David Heyman était assis une rangée devant la nôtre avec Steve Kloves, scénariste de tous les Harry Potter sauf un.

JK Rowling : Incroyable !

Daniel Radcliffe : Je sais. Et je suis resté pendant toute la pièce à penser "Pourquoi ce type..."

JK Rowling : "...me regarde ainsi ? C’est assez malsain ?“

Daniel Radcliffe : C’était parfaitement malsain.

JK Rowling : "Je vais devoir passer un coup de fil."

Daniel Radcliffe : C’était très bizarre. Et je me rappelle lors de l’entracte, ma mère et mon père semblaient assez enthousiastes pour une raison quelconque. Mais, tu sais en tant que gosse qu’on te tient volontairement à l’écart, soit disant pour ton bien. Et je me rappelle qu’on est montés sur la terrasse, et qu’on s’est cachés derrière une colonne. Je pense qu’il y avait une histoire comme quoi David et Steve allaient nous poursuivre.

JK Rowling : “On va passer à l’offensive, on fera de toi un acteur !”

Daniel Radcliffe : Ensuite, il y a eu ce débat sur l’éventualité de ne pas rentrer voir le troisième acte, mais moi j’aimais bien cette pièce.

JK Rowling : Vraiment ? Un tel débat a eu lieu ?

Daniel Radcliffe : Oui. Mais on a fini par retourner voir la deuxième partie. Et puis, les jours suivant, mes parents semblaient dire "En fait, c’est peut-être un présage, l’Univers essaye de nous dire quelque chose".

JK Rowling : Il y a eu une série de coïncidence plutôt étranges.

Daniel Radcliffe : On ne peut pas dire le contraire.

JK Rowling : Et alors, ils m’ont appelé en me disant "On pense qu’on l’a trouvé". Et la première fois que je t’ai vu, c’était sur un écran, dans mon salon.

Daniel Radcliffe : Vraiment ?

JK Rowling : Oui. Ils m’avaient envoyé une vidéo de toi. Et le plus étrange... et je suis comme toi, je ne crois pas au destin...

Daniel Radcliffe : Ce qui est intéressant, parce que c’est un thème récurrent des livres.

JK Rowling : En effet, je crois qu’on fabrique son propre avenir. Donc, j’ai visionné cette vidéo de l’audition et... je pense que je ne te l’ai jamais dit... mais ça a été très émouvant.

Daniel Radcliffe : Merci...

JK Rowling : C’était presque... C’était très émouvant. A cette époque, je n’avais pas de fils...

Daniel Radcliffe : Ah oui...

JK Rowling : Donc, j’ai appelé David et j’ai dit "Il est génial, fantastique." Mais je me souviens aussi d’avoir ajouté que c’était comme regarder mon propre fils à l’écran. Parce que, après tout, Harry est un peu cet enfant fantomatique que j’ai eu dans ma vie.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :