Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Le tome VI : mon bilan

2 août 2005

Chers lecteurs, je suis (enfin) de retour de vacances, et je dois bien l’avouer, je n’ai pas choisi la meilleure période pour m’absenter... Mais, rassurez-vous, je n’ai pas perdu mon temps, loin de là ! Comme la plupart des inconditionnels de J.K.R., j’ai réussi à me procurer le Tome VI dès sa sortie et je ne vous cache pas que ça a été rock’n’roll étant donné que je partais le 16 juillet... Et enfin, à 10h02, ce jour béni, j’ai été récompensé de plus de 200 jours d’une attente qui semblait n’en plus finir ! Ensuite, il a fallu concilier lecture et plaisir de vacances, et j’ai donc mis 4 jours (et demi) à terminer le livre... Et mes amis, quel livre mais quel livre !
Avant de m’étendre longuement sur le sujet, je vais vous expliquer rapidement ma façon de procéder avec la politique : vous trouverez en premier lieu ma critique globale du livre, garantie Sang pour Sang (Mêlé) sans révélations, c’est promis, je ne veux pas gâcher le suspense à ceux qui attendent le 1er octobre avec la plus grande impatience ; ensuite par contre, après un avertissement, vous aurez droit au résumé du livre suivi de mes réactions concernant les évènements marquants de ce volume...
Allez, c’est parti, place à ma critique globale !

INTENSE, tel est l’adjectif idéal pour décrire ce dernier tome des aventures de Harry Potter, dès le début, nous sommes tout bonnement happés par l’histoire, les premières réponses à nos questions sont données, les premières interrogations apparaissent dans l’esprit du lecteur... Et le livre continue dans cette lancée, le rythme est soutenu et les révélations en tout genre ne cessent de fuser. Le volume regorge de secrets, c’est tout à fait exquis !
A cela s’ajoute, une atmosphère sombre mais paradoxalement ponctuée de moments drôles et légers particulièrement savoureux, l’humour de l’auteur fait toujours mouche. Car qu’on se le dise, durant ces deux années d’absence, Joanne n’a rien perdu de son inventivité et de ses immenses qualités de conteuse. En effet, elle continue à nous ravir en dépeignant avec beaucoup de brio son univers si particulier. On retrouve avec le plus grand des plaisirs nos personnages favoris et de nouveaux viennent aussi s’y ajouter... A l’image de ces personnages inédits, le livre recèle de nouveautés en tout genre (lieux, objets...), et ces découvertes sont absolument savoureuses !
Tout comme le début, le final est aussi surprenant qu’ahurissant... Nous sommes entraînés dans un tourbillon mêlant action et émotions ! Et après cette déferlante de magie, nous sommes contraints de laisser Harry en plein milieu de (très) sombres évènements. Bien que déchirants, ces adieux sont magnifiquement écrits, le dernier chapitre est fabuleux, une petite merveille...
Comme vous pouvez vous en douter, j’ai adoré ce livre, il répond tout à fait aux attentes des fans et saura les combler au-delà de leurs espérances, je vous le garantis.

Voilà tout pour la partie réservée à ceux qui attendent sagement le 1er octobre à l’abri de toute révélation, j’espère que ma critique les aura satisfait et je leur dis à très bientôt !
Pour les autres, entrez donc plus bas, dans la partie sensible !!!

REVELATIONS, ATTENTION DANGER !

***

JE REVELE TOUS LES SECRETS DU TOME VI, CEUX QUI NE L’ONT PAS LU, IL EST ENCORE TEMPS DE PASSER VOTRE CHEMIN...

***

INFORMATIONS EXPLOSIVES... ALORS, TOUJOURS REELEMENT SURS DE VOULOIR SAVOIR ???

***

DERNIER AVERTSSEMENT, VOUS AUREZ ETE PREVENUS !

***

Comme vous avez pu le remarquer, j’ai mis le paquet pour éviter que vous tombiez malencontreusement sur de fâcheuses révélations, maintenant, je me sens totalement libre de tout dire ! Mais avant cela, un petit résumé du tome VI trouvé sur Internet et traduit de l’anglais par mes soins...

‘‘Rufus Scrimgeour remplace Cornélius Fudge en tant que Ministre de la Magie en raison de l’absence totale d’actions contre Lord Voldemort. Ce dernier aidé de ses alliés commence à agir ouvertement en répandant le chaos, la paranoïa et la dépression aux quatre coins de l’Angleterre. Severus Rogue effectue un ‘‘serment inviolable’’ (traduction de la gazette que j’aime assez) avec la mère de Drago Malefoy, jurant qu’il aidera Drago dans sa première mission de Mangemort.

Les mesures de sécurité ont augmentés à Poudlard. Rogue s’est vu confier le poste de Professeur de Défense contre les Forces du Mal alors que Horace Cornimace (j’aime assez cette traduction aussi) sort de sa retraite pour reprendre son poste de professeur de Potions en lieu et place de Rogue. Cornimace prête à un Harry pris au dépourvu un vieux livre de potions, ce livre est signé comme propriété du Prince de Sang-Mêlé. Les annotations de ce Prince vont aider Harry à surpasser tout le monde, même Hermione, en Potions

Avec l’aide donnée à contrecoeur par Cornimace, Dumbledore montre à Harry des détails du passé de Voldemort au moyen de plusieurs souvenirs et de la pensine. Nous découvrons alors l’existence des Horcrux : des objets renfermant une partie de l’âme de leur propriétaire. Voldemort a divisé son âme en sept parties. Alors que deux de ces parties ont déjà été détruites (le journal intime de Tom Jedusor et une bague ayant appartenue à Salazar Serpentard que Dumbledore a lui-même anéantie), Dumbledore pense que si on détruit tous les Horcrux, Voldemort pourra être tué. Dumbledore et Harry vont alors en rechercher un autre (le médaillon de Serpentard), mais le directeur est fortement affaibli par un poison gardant cet objet.

En revenant, ils découvrent la Marque des Ténèbres flottant au-dessus de Poudlard et les Mangemorts attaquant les élèves et les professeurs. Dumbledore et Harry sont surpris par Drago, Dumbledore paralyse Harry, qui est en plus caché par sa cape d’invisibilité. Drago révèle comment il a laissé les Mangemorts rentrer dans Poudlard mais aussi qu’il doit tuer le directeur. Il hésite mais lorsque les autres mangemorts font irruption pour le presser d’accomplir sa mission, il n’y arrive pas, c’est le moment que choisi Rogue pour arriver et tuer Dumbledore au moyen d’un Avada Kedavra. Harry poursuit alors Rogue, qui lui confie qu’il est le Prince de Sang-Mêlé avant de s’échapper.

Le Professeur Mac Gonagall devient la directrice de Poudlard, mais tout comme les autres professeurs, elle a peur de rouvrir Poudlard après l’attaque des Mangemorts. Après les funérailles de Dumbledore, Harry décide de ne pas revenir à Poudlard afin de dédier tout son temps à détruire les Horcrux et pouvoir tuer Voldemort.’’

Voilà en gros, le résumé du tome VI, il manque bien entendu à cela tous les détails croustillants mais je vais y venir...

Mes moments favoris dans le livre :

Tout d’abord, je dois dire que j’ai trouvé la dédicace du livre très bonne, si je l’ai bien traduite, elle donne quelque chose comme : ‘‘A Mackenzie, ma ravissante fille, à qui je dédie son jumeau d’encre et de papier.’’
Je l’ai trouvé très amusante étant donné les circonstances (Joanne a été enceinte durant la majeure partie de la période de rédaction du livre).
Maintenant, passons au livre ! Les deux premiers chapitres sont tout à fait surprenants mais s’avèrent d’excellents choix. J.K.R. déstabilise le lecteur pour lui faire mieux comprendre d’une part l’importance de la guerre des sorciers, et d’autre part, tout l’enjeu qui se joue autour de Rogue.
La rencontre entre les deux ministres est tout à fait délectable, bien qu’on y relate des choses profondément graves, la confrontation reste, je trouve, plutôt humoristique par ce choc de deux mondes totalement opposés.
Spinner’s End, un endroit bien étrange pour une rencontre encore plus étrange, le lecteur est tout de suite amené à s’interroger sur la véritable identité de Severus Rogue.
Le retour de Fleur est décapant, c’est génial qu’elle soit revenue et surtout qu’elle soit restée fidèle à elle-même, tellement cliché !
Le chapitre Felix Felicis est à mourir de rire en raison de toutes les histoires sentimentales qui y sont relatés, ça frise ‘‘Les Feux de l’Amour’’, c’est drolatique à souhait.
Le retour de Luna entre la fête donnée par Cornimace et le match de quidditch qu’elle commente est tout à fait délectable, j’adore ce personnage !
L’exploration du passé de Voldemort, c’est tellement intéressant de remonter aux origines de ce maléfique personnage, tous ces rendez-vous entre Dumbledore et Harry sont de grands moments.
Les cinq derniers chapitres où l’action et la tension font place à un feu d’artifices d’émotions... J’en suis encore tout remué !

L’intrigue :

Beaucoup de critiques se sont plaints de l’intrigue du tome VI, et je trouve cela un peu exagéré, certes je reconnais qu’elle est peut-être en dessous de celle du tome IV par exemple. Mais je la trouve tout de même bien menée, le problème est seulement que nous nous sommes focaliser sur la mauvaise question, à savoir : qui est le Prince ? Le livre s’intéresse très peu à cette question, seule Hermione semble y porter de l’intérêt.
Non, les vraies questions sont d’un autre niveau : Quel plan diabolique prépare Drago Malefoy ? A quel jeu Rogue joue-t-il ? Ces deux personnages sont d’ailleurs très bien développés, on découvre un autre visage de Malefoy : faible, facilement manipulable quant à Rogue, il reste cet être énigmatique, incernable.
C’est donc aux questions posées précédemment que Harry s’intéresse vraiment durant tout le livre et nous aussi par la même occasion.
Il est intéressant de constater que les trois chapitres révélés par J.K.R. sont significatifs de l’intrigue.
Chapitre deux (Spinner’s End) ou le mystère que représente Rogue. Chapitre six (Le détour de Drago) ou que nous cache Malefoy ? Chapitre quatorze (Felix Felicis) portant le nom d’une potion qui s’avèrera très utile, c’est aussi le chapitre où il se passe le plus de choses romantiquement parlant... Les relations amoureuses constituent un des grands point du tome VI. Si Jo avait ajouté le chapitre vingt-trois (Horcruxes), là nous aurions eu toutes les issues du tome VI.

Les nouveaux personnages :

Slughorn/Cornimace, un personnage pas piqué des mouches, très imbu de sa personne et tout en paradoxe, par exemple : il semble atteint de cette manie des Sang Pur, mais déteste les Mangemorts et adorait Lily... Je pense que ce personnage bien qu’un peu dérangé sur les bords est profondément bon et il représente pour moi ce qu’un Serpentard devrait être : un être plein d’ambition sans pour autant être mauvais.
Mac Laggen, est-il possible de faire pire que ce personnage-là ? Honnêtement, je ne pense pas, prétentieux à souhait et tout à fait agaçant. Mais il aurait été dommage de ne pas faire sa connaissance.
Rufus Scrimgeour, le nouveau Ministre n’est guère mieux que l’ancien. Certes, il semble être un homme d’action, mais les méthodes qu’il propose à Harry ne me séduisent guère. Ce ministre bien étrange durera-t-il ?

Les morts :

Cette sixième année de Harry à Poudlard est synonyme de beaucoup de morts et de disparitions. Tout d’abord, celle de Amelia Bones m’a profondément affecté, même si on ne la connaissait que très peu, elle avait l’air charmante et, de plus, profondément droite, ça a été triste de la savoir sauvagement assassinée. La mort de Karkaroff était à prévoir mais elle n’en est pas moins choquante. La disparition d’Ollivanders est également triste (décidemment, je ne me lasse pas de cet adjectif) mais je pense qu’il a été réquisitionné pour livrer des baguettes puissantes aux Mangemorts (comme ces ingénieurs qu’on kidnappait sous l’Occupation).
Mais la mort la plus triste (et de loin) est bien entendue celle de Dumbledore, même si on s’y attendait tous, ce fut un moment profondément douloureux, car Dumbledore était, en plus d’être un sorcier brillant, un être extrêmement pur doté d’une sagesse infinie. Je détestais Rogue avant, je le déteste d’autant plus d’avoir tuer un de mes personages favoris. Bien sûr il devait mourir, c’était dans la logique des choses, et J.K.R. a affreusement bien fait son travail en le faisant mourir de cette façon, c’était inattendu et cela invitait à de vives réactions. Dumbledore aura tout de même eu le temps de livrer de lourds secrets, cette mort est sans aucun doute choquante mais elle arrive en temps voulu : c’était son heure.
A propos de sa mort, une très belle et très sage citation de Dumbledore a retenu mon intention...

‘‘It’s the unknown we fear when we look upon death and darkness, nothing more.’’
‘‘C’est de l’inconnu que nous avons peur quand nous envisageons la mort et les ténèbres, rien de plus.’’

Les histoires d’amour :

Ce tome VI est un pur régal pour les personnes qui s’intéressent aux potins de Poudlard ! Il y a de l’amour dans l’air et il s’en passe des vertes et des pas mûres... Ca tombe bien dans un univers très sombre, l’amour nous apporte une petite touche de légèreté bien agréable...
Je dois l’avouer, j’aurais défendu le couple Harry/Hermione jusqu’au bout même si je savais bien au fond que les couples Ron/Hermione et Harry/Ginny faisaient plus sens (tout le monde réuni autour de la famille Weasley). Et dès le début du livre, J.K.R. nous préparer à l’idée qu’ils sont faits pour être ensemble.
Le couple Ron/Lavender aura eut le mérite de me faire beaucoup rire, c’était tellement comique de voir Ron ne plus pouvoir la supporter... Le pseudo couple Hermione/Mac Laggen, ou comment faire pour rendre jaloux Ron quitte à se farcir le gars le plus prétentieux de Gryffondor ? Bref, bien qu’ils ne soient pas encore tout à fait ensemble, ça en prend le chemin et c’est irrévocable.
Le baiser entre Ginny et Harry était bien sûr attendu, mais à ce point là ! Waow ! Seulement voilà, Harry est un définitivement quelqu’un de bien et il préfère quitter Ginny plutôt que de la mettre en danger, et là on ne peut s’empêcher d’avoir un petit pincement au cœur, espérons que Harry en réchappe vivant pour qu’il puisse se retrouver.
Le couple Bill/Fleur, j’adhère totalement et quand elle sort : ‘‘De toute façon, je suis bien assez belle pour nous deux.’’ après que Bill se soit fait défiguré par le loup-garou, je suis éclaté ! Quel plaisir ça a été de retrouver ce personnage haut en couleur. Vivement le mariage ! J’ai hâte de voir Molly s’affairer à tout cela.
Le couple Tonks/Lupin était inattendu, mais ils vont tellement bien ensemble, aussi gentils et serviables l’un que l’autre, une très bonne surprise.

Tome II/Tome VI, les rapprochements :

Beaucoup de choses relient ces deux tomes, en voici quelques unes...

Introduction de ‘‘Barjot et Beurk’’ dans le tome II, la boutique s’avèrera être très importante dans le tome VI.
Introduction de Ginny dans le tome II, elle deviendra quatre ans plus tard la petite amie de Harry.
La fascination qu’exerce le Prince de Sang-Mêlé sur Harry n’est pas sans rappeler la fascination qu’exerce le journal intime sur Ginny.
Le journal intime dans le tome II est le premier Horcrux dont on entend parler sans savoir que ça en est un, il faudra patienter jusqu’au tome VI pour cela.
La fameuse citation de Dumbledore sur les choix trouvera un écho lorsque ce même Dumbledore expliquera pourquoi Harry doit tuer Voldemort, non pas à cause de la prophétie mais parce que c’est avant tout son choix à lui d’anéantir l’homme qui a tué ses parents.

Voilà tout pour cet article, je me lance très vite dans un autre sur les premières perspectives pour le tome VII ! D’ici là, portez vous bien !

PS :

Comme d’habitude, je ne saurais que vous recommander d’envoyer vos critiques et vos théories sur ma boîte mail : tomgds@caramail.com, je fais mon maximum pour répondre au plus grand nombre !


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :