Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Critique de December Boys, le nouveau film de Daniel Radcliffe

23 septembre 2007

JPEG - 20.8 ko
Affiche de December Boys

Certes, la bande-annonce n’était pas mal. Mais je ne vais pas mentir : je suis allé voir December Boys au cinéma uniquement parce que Daniel Radcliffe joue dedans. Et ça tombe plutôt bien, parce que le principal (pour ne pas dire unique) intérêt de ce film, c’est Daniel Radcliffe.

Bref rappel de l’intrigue : quatre orphelins australiens sont les meilleurs amis du monde, jusqu’au jour où ils apprennent que l’un d’entre eux peut se faire adopter ; s’ensuit une lutte de tous les instants pour être l’heureux élu, même si l’aîné (Maps, joué par Daniel Radcliffe) est plus intéressé par la belle Lucy que par ses potentiels futurs parents adoptifs. Selon le communiqué de presse des producteurs du film, nous sommes alors censés découvrir comment ils vivent sans parents et le sentiment de rejet qu’ils éprouvent.

JPEG - 10.9 ko
Maps (Daniel Radcliffe)

En réalité, le personnage de Maps est le seul à être un tantinet approfondi. Les dialogues sont mauvais, mais Daniel Radcliffe parvient à faire passer une certaine émotion à travers ses regards et sa voix hésitante. Teresa Palmer, qui interprète sa copine Lucy, joue plutôt bien, mais son personnage était dès le départ trop creux pour être sauvé. Les autres acteurs peinent à briller.

En tournant ce film, son premier depuis qu’il est devenu Harry Potter,Daniel Radcliffe cherchait bien entendu à se débarasser un peu de l’image du jeune sorcier à lunettes qui risque de lui coller à la peau à jamais. Des deux acteurs principaux qui ont fait leurs débuts dans Star Wars, Harrison Ford (Han Solo) a connu les plus grands succès, alors que Mark Hamill (Luke Skywalker) n’a jamais percé : Daniel Radcliffe doit faire attention à suivre l’exemple du premier et non du second ! Il a donc choisi une production indépendante, à petit budget, tournée à l’autre bout du monde, dans laquelle on s’attarde plus sur son histoire d’amour que sur des scènes d’action ou des effets spéciaux. Et pourtant, il aura pu réutiliser beaucoup de choses apprises en jouant Harry : comme dans Harry Potter et l’Ordre du Phénix, il interprète un orphelin qui se sent seul, qui pense qu’il n’a besoin de personne et qui est en proie à des accès de rage - certaines mauvaises langues diraient "un adolescent comme les autres, donc".

JPEG - 8.7 ko
Les quatre orphelins

Malgré tout, c’est réussi : en regardant ce film, je n’ai pas pensé à Harry Potter. Peut-être que l’accent australien (auquel Daniel Radcliffe s’est entraîné six mois durant) a aidé. Je suis ressorti avec le sentiment que Daniel Radcliffe n’était pas juste l’acteur le plus connu du film, mais qu’il était aussi celui qui jouait le mieux : pour lui, le pari est donc réussi !

Aux dernières nouvelles, il n’est pas prévu que December Boys sorte en France, Belgique ou Suisse. C’est dommage, mais c’est loin d’être grave. Et puis les fans de Daniel Radcliffe qui veulent à tout prix voir ce film pourront bientôt acheter le DVD.

Commentaires


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :