Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Convention Welcome to the Magic School : Compte rendu jour 2 et bilan

25 janvier 2015

Les 17 et 18 janvier dernier se tenaient à Paris la convention Welcome to the Magic School, en présence de plusieurs acteurs de la saga, et organisée par People Conventions. Voici les impressions d’Ipiutiminelle sur cette deuxième journée et le bilan sur cette convention.

Le compte-rendu de la première journée est à lire ICI.

Le dimanche, la journée commence à 10h avec le panel d’Evanna Lynch.

Quels ont été tes scènes préférées à tourner ?

Evanna répond qu’elle aime particulièrement les scènes de groupe, comme le mariage de Bill et Fleur, dans les Reliques de la Mort partie 2.

Tu es avant tout une fan de l’univers, as-tu encore du mal à réaliser parfois d’avoir été prise pour le rôle de Luna ?

Elle explique qu’il lui arrive encore de faire des bonds sur sa chaise lorsqu’elle voit que J.K Rowling, qui la suit sur Twitter, lui a répondu, puis ajoute qu’elle est certaine d’avoir embarassé à plusieurs reprises ses collègues acteurs.

JPEG - 2 Mo

Y a-t-il une scène qui n’a pas été inclue dans les films que tu aurais aimé voir à l’écran ?

Elle aurait adoré voir l’enterrement de Dumbledore, et quand elle a lu le script et vu qu’il n’y figurait pas, elle a demandé à la production pourquoi cette scène avait été retirée. Ils lui ont dit qu’ils avaient déjà tout ce qui leur fallait pour le film, et que cette scène coûterait bien trop cher ; elle leur a proposé de leur donner tout son salaire pour qu’ils l’incluent mais ils ont répliqué que ça ne suffirait pas. Elle ajoute ensuite qu’elle aurait beaucoup aimé voir les elfes de maison dans les cuisines de Poudlard, et tout le travail qu’ils font, le ménage, etc, qui fait partie de la magie de Poudlard. [Note : Oui, elle voulait bien voir les elfes, et non juste « les cuisines », comme l’a dit la traductrice].

La Gazette Du Sorcier : La bande-annonce de Dynamite : A Cautionary Tale a été révélée cette semaine ; c’est un film très noir, dans lequel vous jouez une mère de famille, vous avez notamment tourné une scène d’accouchement ; comment vous êtes-vous préparée pour ce rôle, très différent de ce que vous avez joué jusque-là ?

Ce qui l’a attiré dans ce film est justement ce côté très sombre ; Max (son mari à l’écran) est un personnage dévasté, détruit par la drogue, et Theresa (le personnage d’Evanna) est son seul bonheur, mais il l’ignore sans cesse, alors elle essaye de se révolter. Elle précise qu’elle adore les biographies, et qu’elle s’intéresse tout particulièrement non pas au héros, mais aux personnages qui l’aident, qui sont dans l’ombre mais sans qui rien ne serait possible. Concernant le fait de jouer une mère de famille, elle dit qu’elle ne se voit pas du tout mère [Et n’a jamais précisé « pour l’instant », comme l’a fait la traductrice], elle est terrifiée par l’idée d’accoucher et dit qu’elle ne sait pas comment font les femmes ; quand elle regarde sa mère, qui est quelqu’un de très calme, elle n’arrive pas à croire qu’elle ait pu traverser quatre accouchements ! Pour se préparer à cette scène, elle a regardé plusieurs vidéos d’accouchements sur internet, ce qui l’a complètement révulsé ; « je vous déconseille fortement de faire ça ! » précise-t-elle. Elle ajoute que c’était tout de même un très beau rôle et qu’elle espère que la production réunira les fonds nécessaires pour boucler le film.

Comment est-ce d’incarner Luna à l’écran ?

Elle répond que ce n’est pas toujours facile d’être toujours en train de sourire, toujours de bonne humeur. Mais pour elle, Luna était une façon de se rebeller contre certains aspects de la société irlandaise, très catholique, très encadrée, où les règles sont très strictes. Aujourd’hui encore, sa mère lui demande parfois quel est son vrai travail, car elle pense qu’elle ne devrait pas autant s’amuser à jouer, en tant qu’actrice, le vrai travail devrait être dur, pénible, ce qui est très différent de la personnalité de Luna, qui lui a donc permis de prendre du recul vis-à-vis de cette façon de penser.

Penses-tu que Luna et Neville aurait dû finir ensemble ?

Neville est plus un flirt pour elle, un amour d’adolescence, mais ils n’étaient pas fait pour finir ensemble. Elle est ravie que Luna se soit mariée beaucoup plus tard que les autres personnages, avec un amoureux des animaux et de la nature comme elle, ça lui correspond bien plus. [Luna épouse Rolf Scamander, petit fils du magicozoologiste Newt Scamander].

Quelle créature magique aimerais-tu avoir ?

Elle adorerait avoir un fléreur, car ce sont des sortes de chats avec des pouvoirs magiques, et elle aime particulièrement les chats. Elle raconte que parfois elle regarde son chat et se demande « Pourquoi tu ne peux pas être un fléreur ? »

Quel est ton endroit préféré au Wizarding World of Harry Potter ?

Elle aime tout dans le parc, tout est absolument merveilleux, mais si elle devait choisir un endroit en particulier, ce serait la ménagerie magique sur le Chemin de Traverse, car elle adore les animaux et la féerie qui règne dans cet endroit.

Y a-t-il un autre personnage que tu aurais aimé jouer ?

Elle aurait aimé pouvoir jouer le professeur Trelawney, car elle est un peu délurée, elle raconte n’importe quoi. Elle explique qu’elle adore les voyants, même si elle sait que ce sont des imposteurs, elle adore l’idée de destinée, de prophétie.

Le panel s’achève, les animateurs remontent sur scène et annoncent qu’ils vont tirer au sort les gagnants de la tombola ; les lots sont plutôt alléchants ; un pack d’autographes, une peinture du chemin de Traverse, et une photo de groupe sont en jeu. Une fois le tirage au sort terminé, c’est au tour de Bonnie Wright de rejoindre les fans pour son panel.

De tous les films que tu as réalisé, duquel es-tu le plus fière ?

Elle cite son court-métrage qu’elle a réalisé l’an dernier, intitulé Know Thyself, qui devrait sortir d’ici deux mois sur le web.

Si tu pouvais jouer un autre personnage, qui choisirais-tu ?

Elle aimerait incarner un personnage complètement différent comme Hagrid, parce qu’il est immense.

Si tu étais une sorcière, quel serait ton Patronus ?

Quand elle était petite, on l’appelait souvent « petit lion », à cause de ses cheveux roux, donc ce serait probablement un lion

JPEG - 662.2 ko

T’es-tu déjà essayé au MuggleQuidditch ?

Elle admet qu’elle n’a jamais eu l’occasion d’essayer, mais elle trouve que c’est complètement incroyable que le sport se soit développé ainsi indépendamment de la série Harry Potter, et adorerait venir assister à un grand match, de la France contre l’Angleterre par exemple.

Je m’éclipse après quelques questions, le meeting-room avec Tom Felton doit bientôt commencer et j’ai beaucoup de questions pour lui ! Malheureusement, après un temps d’attente, on me dit que le meeting-room est plein et donc que je ne peux pas y assister. Les organisateurs me disent néanmoins qu’ils demanderont aux agents s’il est possible de réaliser une interview cet après-midi.

Après une pause déjeuner, retour dans la salle de conférence pour le panel de Matthew Lewis.

Quel est le moment qui t’as le plus marqué de toute la période « Harry Potter » ?

Sans hésitation, il cite l’avant-première londonienne des Reliques de la Mort partie 2, à Trafalgar Square ; c’était un très beau moment, très émouvant pour lui, qu’il n’oubliera jamais.

Si tu pouvais ramener un personnage de la saga à la vie, qui choisirais-tu ?

Il commence par dire Sirius ou Remus, puis se reprend et dit qu’il ne peut pas ramener Remus sans Tonks, donc ce sera Sirius.

On sait que la matière préférée de Neville à Poudlard est la botanique, mais que serait la tienne ?

Matthew répond sans hésiter la Défense contre les Forces du Mal.

Est-ce que tu continues à voir Daniel Radcliffe, comment définirais-tu ta relation avec lui aujourd’hui ?

Daniel et lui sont toujours de très bons amis, et il s’arrange pour aller le voir à chacune de ses pièces [Dernièrement The Cripple of Inishmann].

Qu’est-ce que ça représente pour toi d’être ici aujourd’hui ?

Il répond que c’est très spécial pour lui d’être ici ce week-end pour une convention sur Harry Potter et avec tous ces fans alors que la série est terminée depuis plusieurs années maintenant. Il ajoute que le fait que l’évènement se déroule dans un pays étranger rend ce moment encore plus spécial, témoigne encore plus de l’engouement des fans à travers le monde pour la série Harry Potter, c’est un honneur pour lui d’être là.

Si tu voyais J.K Rowling, qu’est-ce que tu lui dirais ?

Il répond qu’il l’a vu le mois dernier, alors il lui dirait probablement « bonjour ! », avant de dire que s’il devait lui dire quelque chose par rapport à la saga Harry Potter, ce serait certainement tout simplement « merci », pour l’univers incroyable qu’elle a construit, pour lui avoir donné du travail pendant plus de dix ans, et pour tous les souvenirs qu’il a de ces années sur le tournage d’Harry Potter.

Que verrais-tu dans le miroir du Risèd ?

Il hésite à répondre, dit que c’est une question difficile, répond d’abord en rigolant qu’il verrait deux personnes comme lui, que ce serait « plutôt cool », avant de répondre qu’il est quelqu’un de facilement satisfait, qu’il n’a pas de désir profond particulier, et qu’il se verrait tout simplement en compagnie de sa famille et de ses amis.

Que signifie le tatouage sur ton bras ? [Le nombre 11 écrit en chiffre romain]

Il explique qu’il a toujours fait beaucoup de sport, du rugby et du football principalement, et que son maillot portait souvent le numéro 11. Quand il a eu dix-huit ans, il a eu envie de se rebeller, comme tout le monde à cet âge-là, alors il a fait faire ce tatouage, il n’y pas d’autre signification particulière.

Est-ce que tu regardes la série How to Get Away with Murder, dans laquelle joue ton ancien co-star Alfie Enoch [Dean Thomas] ?

Il n’a pas encore eu l’occasion de regarder la série, il regarde actuellement Sherlock, mais il a prévu de la regarder, ainsi que Murder In The First [Série avec Tom Felton].

Peux-tu nous citer trois de tes qualités et trois de tes défauts ?

Il commence par les défauts, il dit d’abord qu’il est « very lazy », que la traductrice traduit par « très très très paresseux » ; il la reprend et s’exclame « Not that much ! » (« pas autant ! »), vaniteux ; il se regarde beaucoup dans le miroir, et aussi très têtu. Concernant ses qualités, il hésite, puis dit qu’il est capable de courir très vite, mais n’est pas certain que ça puisse compter comme une qualité, qu’il est très sociable, et qu’il n’a pas peur des challenges.

Le panel se termine sur cette dernière question, et c’est maintenant l’heure des enchères ; quatre lots sont proposés : deux tableaux, représentant l’un la locomotive du Poudlard Express, et l’autre le château de Poudlard de nuit et les barques sur le lac, une bannière Serpentard, qui sera dédicacée par Tom Felton, et une affiche géante de la convention qui sera dédicacée par tous les acteurs. Les prix des affiches dépassent plusieurs centaines d’euros, et plusieurs participants se sont dits très choqués de l’organisation de ces enchères alors qu’un certain nombre de participants dans la salle étaient mineurs.

A la fin des enchères, de nouvelles voix françaises arrivent sur scène pour un second panel de présentation, mais je ne reste pas ; c’est l’heure des meeting-room avec Evanna Lynch et Bonnie Wright. (pour un extrait du panel des voix françaises, vous pouvez aller jeter un coup d’oeil ICI. )Les deux se déroulent en même temps, je choisis d’aller à celui de Bonnie. Comme hier, nous sommes très peu nombreux ; seulement sept, en plus de l’actrice et de la traductrice.

Quelles scènes as-tu préféré tourner dans Harry Potter ?

Elle a particulièrement aimé les scènes de l’armée de Dumbledore s’entrainant dans la Salle sur Demande, mais aussi celles où l’on voit Luna, Neville et Ginny se joindre à Harry, Ron et Hermione pour leur expédition au ministère de la magie, la dynamique est différente dans ces scènes, et elles annoncent un changement pour ce qui va suivre.

Comment était-ce de retrouver Freddie Stroma [Cormac McLaggen] sur le tournage de After the Dark ?

Elle a su qu’il avait été casté pour ce film peu de temps avant le début du tournage, mais ils avaient eu assez peu de scènes ensemble dans le Prince de Sang-mêlé, alors c’est vraiment lors du tournage de After the Dark qu’ils sont devenus amis, et elle a de très bons souvenirs avec lui.

La Gazette du Sorcier : Vous avez joué dans Who Killed Nelson Nutmerg ? qui est un film pour enfants, avec des acteurs enfants dans les rôles principaux ; quelle a été votre expérience avec des acteurs si jeunes ? Est-ce que vous, qui avez été une enfant actrice, leur avez donné des conseils particuliers ?

Elle a très bien pu s’identifier aux jeunes acteurs dans ce film, car elle avait à peine neuf ans lorsqu’elle a joué dans L’Ecole des Sorciers, elle a donc compris facilement ce qu’ils pouvaient ressentir sur le tournage, les difficultés qu’ils pouvaient rencontrer. Elle ajoute que ce qu’on peut faire de mieux lorsque l’on a à faire à de si jeunes acteurs est de les soutenir, ne pas remettre en question leur façon de jouer dans un premier temps, pour qu’ils aient confiance en eux et en leur jeu. Elle évoque également l’épilogue des Reliques de la Mort, où elle s’est retrouvée à tourner au même endroit où elle même avait débuté dix ans auparavant, avec une jeune actrice qui est supposée être la fille de Ginny, qui avait le même âge qu’elle lors de ses débuts, c’était selon elle « une boucle parfaite ».

Vous êtes actrice mais vous avez également réalisé un court-métrage, est-ce que vous avez une préférence entre les deux ?

Elle aime énormément être actrice et réalisatrice et pour l’instant, elle ne se voit pas choisir entre l’un et l’autre, même si elle pense qu’elle devra le faire un jour. Ce qui lui plait particulièrement dans la réalisation est le fait de tout gérer elle-même, tout repose sur ses idées, sa vision des choses, c’est un sentiment merveilleux ; elle est également passionnée par la narration, l’art de raconter des histoires, et la réalisation lui permet d’explorer cette discipline.

Quels sont vos prochains projets ?

Elle a obtenu le rôle principal dans le film indépendant The Highway is for Gamblers, elle a tourné une première partie du film fin 2014, et a encore trois semaines de tournage prévues le mois prochain. Elle prévoit également de réaliser cette année un nouveau court-métrage ainsi que son premier long-métrage.

Si vous pouviez ressusciter un des personnages de la saga, qui choisiriez-vous ?

Bonnie choisirait Dumbledore, car c’est un peu « le grand-père de Poudlard » selon elle.

La Gazette du Sorcier : Y a-t-il une histoire ou un thème en particulier que vous aimeriez aborder dans un de vos prochains films en tant que réalisatrice ?

Il y a une nouvelle qu’elle aime énormément et qu’elle aimerait beaucoup adapter en un court-métrage, mais elle préfère ne pas dire de quoi il s’agit, au cas où quelqu’un lui piquerait l’idée. Plus généralement, elle préfère jouer sur les émotions, traiter des concepts ou des grandes idées ou notions plutôt que des faits historiques précis.

Si vous pouviez passer un moment avec une célébrité, qui choisiriez-vous ?

Bonnie est une grande fan du chanteur Johny Cash et aurait adoré pouvoir partir en tournée avec lui.

La Gazette du Sorcier : Vous avez tourné dans Those Who Wander, avec Christian Coulson qui jouait Tom Jedusor dans La Chambre des Secrets ; où en est ce projet actuellement ? Comment était-ce de rejouer avec Christian Coulson des années plus tard ?

C’était très étrange pour elle de retrouver Christian Coulson presque dix ans après le tournage de la Chambre des Secrets, elle était très jeune à l’époque. Pendant toute la période de tournage de la séquence dans la chambre des secrets où elle est étendue sur le sol, qui a duré près de deux semaines, elle a eu l’occasion de discuter avec lui à plusieurs reprises, mais la relation était très différente alors, car elle était une enfant alors que lui était un adulte, elle était donc très contente de le revoir sur le tournage de Those Who Wander où ils ont eu l’occasion de se connaitre davantage. Elle lui a d’ailleurs donné un rôle dans son dernier court-métrage intitulé Know Thyself. Quant au film, le montage final est terminé, et il devrait sortir à la fin de l’année.

Est-ce que vous ne souhaitez réaliser que des films dont vous avez-vous-même écrit le scénario, ou voudriez-vous également travaillé à partir du travail de quelqu’un d’autre ?

Jusqu’ici, elle avait travaillé à partir de scénarios qu’elle avait elle-même écrit, mais ça ne la dérangerait pas de travailler à partir du travail de quelqu’un d’autre ; c’est ce qu’elle devra d’ailleurs faire si elle adapte la nouvelle dont elle a parlé plus tôt. La méthode de travail sera différente, mais c’est quelque chose qu’elle compte essayer.

Les trente minutes sont déjà écoulées. Une photographe prend le groupe en photo, nous remercions l’actrice, qui est très sympathique même si beaucoup plus réservée que ses co-stars, et je me prépare à enchainer avec le meeting-room de Robbie Jarvis, qui arrive quelques minutes plus tard.

L’ambiance est très différente ; Robbie arrive en lançant un « bonjour ! » claironnant, s’affale dans un fauteuil et dit que c’est un peu comme s’il était chez le psy. Il prend alors un ton très dramatique et annonce : « Tout a commencé quand j’avais 15 ans… », puis se redresse brusquement, et change complètement de sujet, donne des réponses alors que personne n’a encore eu le temps de poser une question ; « Si je n’avais pas été acteur, je serais Serial Killer ! », la traductrice ne sait plus où donner de la tête.

Une participante tente de poser une première question, et lui demande comment il perçoit son personnage de James, qui n’apparait pas sous son meilleur jour dans les souvenirs de Rogue. Il explique que dans cette scène, on voit James vulnérable, il est au plus bas, et il serait resté ainsi s’il n’avait pas eu Lily dans sa vie. Son évocation de Lily l’amène à évoquer deux anecdotes d’auditions que Pantalaemon avait déjà partagées dans son compte rendu de la LeakyCon 2014 à relire ICI, ainsi que certaines anecdotes évoquées dans la conférence de presse de la LeakyCon 2013.

Je lui demande ensuite quel est son prochain projet ; il répond qu’il jouera à partir du lendemain dans une pièce de théâtre à Londres, dans laquelle il incarne le rôle d’un garçon un peu snob qui commet des actes terribles. Il mentionne également son audition pour le rôle de Robb Stark dans la série Game of Thrones ; il a été rappelé de nombreuses fois pour les auditions, il était très près du but, mais comme chacun sait, il n’a finalement pas été pris. Il pense d’ailleurs être le seul [SPOILER] à avoir crié de joie au moment de la mort de Robb Stark lors de la scène du Red Wedding à la fin de la troisième saison.
Lorsqu’on lui demande alors si certains acteurs avec qui il a pu jouer dans Harry Potter l’ont inspiré particulièrement, il raconte qu’il est fasciné par Maggie Smith, et que ça l’étonnait toujours de la voir pousser autant de jurons lorsqu’elle tournait ; lorsqu’elle lançait un sort, une fois sur deux, au lieu de la formule magique, elle lançait des gros mots. Il a également été très impressionné par Imelda Staunton [Dolores Ombrage], qui a complètement changé sa vision du métier d’acteur.

Je lui demande quels personnages il aimerait incarner ; il raconte qu’il adore D’Artagnan et que ça lui plairait bien de jouer dans une adaptation, mais que s’il est devenu acteur, c’est parce que lorsqu’il était jeune, il voulait être James Bond, ou un Transformer. Lorsqu’on lui a dit que ce n’était pas possible de le devenir, mais que le seul moyen de s’en approcher, c’était de jouer ces rôles, il a décidé de devenir acteur.

A la fin du meeting-room, nous avons droit à nouveau à une photo de groupe, puis l’acteur file en salle d’autographes, où beaucoup de participants font déjà la queue. Je me joins à la file d’attente, fais signer le support d’autographe donné pour l’occasion au nom de la Gazette, puis rejoins la salle de conférence où une nouvelle initiation de Quidditch se déroule d’un côté de l’autre, tandis que de l’autre, les voix françaises ont improvisé une séance d’autographes (qui aura duré plusieurs heures au total !).

JPEG - 890.3 ko

Petit à petit, la salle se remplit, les animateurs remontent sur scène pour la cérémonie de clôture. Les acteurs remontent une dernière fois sur scène pour dire au revoir aux participants (à l’exception de Robbie Jarvis et Evanna Lynch qui ont dû partir plus tôt), remercient les fans pour ce week-end ; Tom Felton annonce même qu’il espère que cette convention deviendra un rendez-vous annuel, puis ils quittent la salle sous les applaudissements. C’est au tour des organisateurs de monter sur scène et de remercier tous les invités et membres du personnel ; animateurs, staff, joueurs de Quidditch, cosplayers, voix françaises, membres de la sécurité et photographes. Ils évoquent une possibilité de deuxième édition, saluée par l’ensemble des participants.

JPEG - 1.1 Mo

La salle commence à se vider, mais beaucoup restent encore un peu pour échanger quelques mots, pour faire durer le moment, l’émotion est palpable, beaucoup ont les larmes aux yeux, ce n’est pas sans rappeler l’atmosphère LeakyCon…Il est temps pour moi de partir. Certains cosplayers prolongent la magie dans le hall de l’hôtel avec une petite performance, je quitte l’hôtel à regret. C’est donc maintenant l’heure du bilan !

Bilan

Avant de rentrer dans les détails, il est évident que pour l’immense majorité des participants, cette convention est une réussite, et ce quel que soit le pass dont ils disposaient. Tous ont dit avoir passé un très bon moment, un weekend magique, et sont prêts à recommencer.

Les points faibles

Le premier point faible cité à l’unanimité est la traductrice chargée des panels (les acteurs ayant chacun leur traducteur lors des meeting-room et séances d’autographes), qui a fait un certain nombre de fautes d’anglais et surtout, n’avait malheureusement jamais dû lire ou voir un seul Harry Potter et a donc commis de très nombreuses erreurs de traduction car elle ne comprenait pas de quoi il était question ; exit les références à Pottermore ou aux elfes de maison, dites bonjour à « Serieux » Black et à la maison « Serpentin ». Pour les participants ne parlant pas un mot d’anglais, certaines réponses ont dû sembler très déconcertantes.

Le deuxième point le plus cité est la soirée du samedi soir. Au niveau du buffet d’abord ; si les chocogrenouilles, dragées surprises, cupcakes et bièraubeurre ont été salués à l’unanimité, le reste du buffet (des bonbons et des chips) s’est révélé decevant pour beaucoup, en raison de l’absence de nourriture salée consistante (toasts, petits fours, pizza…) et des quantités ; tout ou presque avait disparu en moins d’une heure. La playlist, qui promettait de nombreux morceaux de WizardRock, n’a pas tenu toutes ses promesses, et très peu de participants ont véritablement dansé. La musique était également bien trop forte, il était presque impossible de s’entendre parler. Enfin, le descriptif annonçait « une soirée avec les acteurs », qui ne sont en réalité restés qu’un peu moins d’une heure sur place. Il semblerait que cette dernière déception vienne surtout d’un problème de communication ; la soirée n’aurait pas dû être annoncée comme « un moment avec les acteurs » mais plutôt comme « une soirée entre fans ». Certains ont évoqué l’idée d’ajouter des animations et des jeux dans le cas d’une prochaine édition, ou pourquoi pas, un concert de Wizard Rock…

Le troisième point concerne l’extra « Private Session ». Cet extra très limité permettait à une trentaine de personnes de passer « 30 minutes dans un salon privé avec les acteurs ». En réalité, les acteurs étaient chacun assis à une table individuelle et nous faisions la queue pour leur parler. Le temps de discussion avec chaque acteur était donc très limité. De plus, beaucoup s’attendaient à ce que cette Private Session ressemble à un meeting-room, ou les acteurs sont assis avec les participants, et où il est possible de discuter librement avec les uns et les autres, ou de rebondir sur les réponses des autres acteurs. Le fait de passer à tour de rôle devant chaque acteur rendait la discussion beaucoup moins spontanée. De plus, comme il était nécessaire de faire la queue pour parler avec chaque acteur, au total, on est très loin des trente minutes de discussion annoncées au départ.

Enfin, le dernier point soulevé est celui de la communication avant l’évènement. Le site internet de la convention ne comprenait que très peu d’informations, la plupart des nouvelles étant donné via la page Facebook de l’organisme. Cependant, il ne faut pas oublier que tout le monde n’est pas inscrit sur Facebook, et que le réseau social ne permet pas toujours de visualiser clairement toutes les informations. Certaines choses auraient dû être clarifiées avant l’évènement ; par exemple le fait qu’il n’y avait pas de consigne ou de vestiaire (celui de l’hôtel n’étant disponible que pour ceux ayant réservé une chambre), l’absence d’option végétarienne au snack de l’hôtel, ou concernant certains extras, comme le nombre de personnes en meeting-room ou le fait que les meeting-room d’Evanna Lynch et Bonnie Wright se déroulaient en même temps. Certains participants non-francophones ont également déploré le fait que beaucoup d’activités ne se déroulaient qu’en français.

Ces quatre points principaux peuvent cependant être facilement corrigés dans le cas d’une éventuelle prochaine édition.

Les Points forts

Premièrement, l’ensemble de la convention était bien organisée. Le fait que les places soient numérotées dans la salle de conférence empêche les bousculades. Le fait d’appeler les participants par rangée pour les photoshoots permet de réduire le temps passé dans la file d’attente et donc de rater le moins d’activités possible. Il y a eu un peu de retard, mais rien de très dérangeant, et toutes les activités ont pu se dérouler normalement.
L’ensemble du staff ainsi que les organisateurs se sont montrés très souriants et très disponibles avec les participants pendant toute la durée de la convention.
L’ensemble des invités - joueurs de Quidditch, cosplayers, membres de la presse,...- ont été très bien accueillis également.

Ensuite, concernant les différentes activités, il y a avait toujours quelque chose à faire, quel que soit le pass acheté. Les démonstrations de Quidditch les animations des voix françaises ont permis d’éviter les temps morts et ont fait le bonheur des participants. L’organisation de quizz et du concours de cosplay, pour lesquels de très beaux lots avaient été mis en jeu, ont également rencontré un franc succès, et les cosplayers ont été unanimement salués pour leur enthousiasme.
Plusieurs participants ont également indiqué être ravis de découvrir Robbie Jarvis, qui, s’il a un rôle mineur dans la saga, est une personne très drôle et très intéressante. Beaucoup ont avoué avoir acheté une photo ou un autographe de lui à la dernière minute. L’ensemble des acteurs se sont montrés plutôt accessibles malgré les gardes du corps.

L’ambiance générale qui a régné tout le weekend était très agréable, très bon enfant, les fans se sont montrés très respectueux entre eux, mais également envers les acteurs et le staff. Beaucoup de participants ont dit avoir fait de merveilleuses rencontres ce weekend et avoir eu des discussions passionnantes avec d’autres fans.

Plusieurs organismes se sont essayés aux conventions Harry Potter ces dernières années en France, mais Welcome to the Magic School est la première dont les participants repartent ravis et prêts à recommencer. Les organisateurs ont montré qu’ils tenaient compte des remarques qui leur avaient été faites sur leur précédente convention, et malgré quelques couacs, cette première édition était une belle réussite et a tout le potentiel pour devenir un rendez-vous incontournable de la pottergeekite en France.

JPEG - 1.1 Mo

PS :

Merci à Marine Leprince pour ses photos.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :