Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

EA annonce le prochain jeu Harry Potter

8 juin 2010

Au fil des ans et des sorties, Electronic Arts suit de plus en plus près la production du documentaire Moldu. Le jeu Harry Potter et les Reliques de la Mort, 1re partie, annoncé mercredi dernier, est développé main dans la main par EA et Warner Bros.

JPEG - 45.3 ko
Touffy aux studios EA
Deuxième étage : Bright Light, Département des jeux Harry Potter.
(photo © EA)

J’ai eu la chance de visiter, la semaine dernière, le studio Bright Light d’Electronic Arts, où est développé le jeu ; de rencontrer quelques développeurs, artistes et concepteurs ; et de le tester moi-même. Contre toute attente, « je tiens à signaler qu’il n’a pas plu à Londres » ce jour-là non plus.

authentic to the movie look

Le jeu est donc extrêmement proche du film, si bien qu’en montrer des images ou en parler constitue aussi un spoiler du film. Dans une pièce aux murs couverts de photos ultra-confidentielles des films et des lieux du tournage, on nous a affirmé que le jeu était « authentic to the movie look » (dois-je traduire ?) et ça s’est largement confirmé en regardant les modèles 3D et les animations sur lesquels les artistes faisaient semblant de travailler quand nous sommes passé les voir. La grande majorité des voix sont enregistrées par les acteurs des films, et on sait notamment que les jumeaux Phelps sont de grands fans des jeux. La musique du jeu est entièrement (ou presque ?) tirée de la B.O. composée par Alexandre Desplat.

Ce qui suit contient donc quelques légers spoilers sur le prochain film. Les employés de Warner Bros sont invités à tourner le dos, si, si, regardez, un Griffon à trois têtes ! … Merci.

JPEG - 97.5 ko
Harry Potter et la Centrale Électrique
Finalement, Auror c’est trop mal payé. Stage de fin d’études chez Areva.

Le niveau de démo sur lequel se base une bonne part de mes impression et dont la plupart des captures d’écran visibles depuis peu sur le Web sont issues, est donc une zone largement inconnue, qui ne figure dans aucun livre et juste un peu dans le film. Il faut s’attendre à visiter, dans le jeu, de nombreux endroits beaucoup plus intéressants. Nous avons notamment aperçu la maison de Xenophilius Lovegood, et un superbe rendu du Terrier la nuit. Le trailer révélé hier montre aussi le Ministère de la Magie, Little Whinging, et la Forêt Interdite.

Néanmoins, arriver à la présentation d’un jeu Harry Potter et se retrouver face à une centrale électrique désaffectée avec des sorts qui fusent de partout comme des balles traçantes (et des Stupéfix bleus !), ça fait bizarre. OK, on est arrivés en retard, mais quand même. Regardez le trailer, vous comprendrez.

all wands blazing

On a eu beau nous dire que c’est un jeu à la troisième personne (classique pour un jeu d’action comme l’ont été les précédents), on sent que, pour le moment, Bright Light est tenté par une sorte de FPS (jeu de tir à la première personne), avec déjà la plupart des sorts inutilisables sans activer le mode de visée en quasi-première personne. Ce tournant au niveau du gameplay pourrait se révéler une très bonne idée, si néanmoins la baguette redevient un outil de précision au lieu de vouloir imiter le fusil d’assaut. Il paraît que cet aspect bourrin est là (sous-entendu, temporairement) pour plaire aux gamers au salon de l’E3.

En l’état actuel du développement, Harry peut se contenter de massacrer les adversaires les plus faibles avec n’importe quel sortilège. Les combats deviennent intéressants lorsqu’il se retrouve contre des mangemorts : ils savent lancer le sortilège de bouclier, éviter les sorts, tentent parfois de désarmer Harry, et pourront manier Wingardium Leviosa d’un gracieux mouvement du poignet pour contrer nos propres tentatives de leur balancer des objets contondants.

JPEG - 340.9 ko
Protego
Lorsque Harry utilise ce sort, en plus de bloquer les attaques directes, il regagne de la vie.

un nouveau moteur physique et un rendu spectaculaire

Car, oui, un bon nombre d’objets sont désormais gérés par un moteur physique, développé en interne. On peut les bousculer, les envoyer en l’air, et surtout les manipuler violemment avec le sortilège de lévitation, à la Darth Vader dans la cité des nuages (ou comme dans Bioshock) plutôt que façon Harry dans les toilettes des filles.

D’autre part, les animations des personnages sont très fluides et détaillées, avec une technologie qui permet à plusieurs animations d’avoir lieu simultanément sur un même personnage, par exemple ce fameux mouvement du poignet en même temps qu’on se jette derrière un mur en grimaçant grâce à un contrôle précis des muscles du visage.

Enfin, pour terminer sur les aspects techniques intéressants, ce jeu sait afficher des centaines de lumières dynamiques en même temps (des lumières qui éclairent vraiment l’environnement, pas de simples objets translucides), qui seront bien sûr exploitées pour rendre des batailles magiques plus cinématographiques que jamais.

le gameplay en chantier

Ce qui suit pourrait changer radicalement, et nous y reviendrons si possible avant la sortie du jeu. En fait, j’ai écrit en italique tout ce qu’on a réellement vu dans la démo.

La progression sera basée sur des « quêtes », données par des personnages rencontrés par pure coïncidence. Elle suivra globalement et linéairement le déroulement du film, avec vraisemblablement des quêtes secondaires (on a évoqué des missions de libération de prisonniers des Rafleurs). La progression dans chaque niveau sera probablement linéaire aussi, et largement scriptée.

Bright Light veut donner le choix au joueur d’accomplir ses « quêtes » de plusieurs façons. Grâce à sa cape d’invisibilité, Harry pourra éviter le combat la plupart du temps (sauf les combats qui ont lieu dans l’histoire). Il peut aussi en profiter pour éliminer ses ennemis un par un, lorsqu’ils sont trop nombreux pour un assaut frontal. Mais ce n’est pas un jeu d’infiltration et il est presque toujours possible de recourir à la violence comme remède à tous ses maux, avec, évidemment, des passages de l’histoire exigeant une tenue correctement invisible et un pas feutré.

Revenons aux combats, puisque la cape n’était pas prête lors de notre visite. Un grand nombre de sorts est prévu, avec une progression au fil du jeu sous forme d’arbre (il y aura donc vraisemblablement des choix à faire pour les sortilèges avancés, à la Diablo) avec, notamment, l’invocation du Patronus qui ne produira un véritable Patronus qu’au plus haut niveau. Je ne vais pas détailler les quelques sorts qu’on a pu tester, vu qu’ils vont certainement évoluer. Par exemple, le sortilège de confusion (celui que Hermione aime bien utiliser sur les candidats au poste de gardien de l’équipe de Griffondor) a été réinterprété par les concepteurs du jeu, devenant une arme à longue portée qui transforme, d’un coup de baguette magique, les pires mangemorts en alliés de Harry (franchement, je n’imagine pas qu’il reste comme ça dans la version finale).

Ce qu’il faut retenir, c’est que les duels « difficiles » seront basés sur un système de contre-attaques ou de contournement des défenses de l’adversaire. Ainsi, dans la version actuelle, on peut lancer rapidement un Stupéfix (qui, comme dans les jeux précédents, « blesse » mais n’étourdit pas la victime) pour interrompre un adversaire qui prépare un Expelliarmus, et il faut utiliser des attaques indirectes pour déstabiliser un sorcier qui se cache derrière son Protego.

À l’instar d’un tas de héros de ces dernières années, Harry n’a plus de barre de vie ni de « cœurs ». Lorsqu’il s’approche de l’épuisement à force d’encaisser des sorts, les couleurs pâlissent à l’écran, et lorsqu’on en arrive à du monochrome, il s’évanouit. Il est prévu que Dobby arrive juste à point pour tirer son idôle de cette mauvaise passe, le téléportant au campement le plus proche pour qu’il reprenne des forces et des couleurs en sécurité. On nous a parlé d’ailleurs d’un « simulateur de camping » qui semble exciter les développeurs, sauf qu’ils ne nous ont rien raconté en fait.

Par ailleurs, les adversaires savent se baisser ou se déplacer pour éviter les sorts, se mettre à couvert, et contourner les murs derrière lesquels Harry essaie d’en faire autant. Et ils le font de manière très réaliste.

JPEG - 628.2 ko
À couvert
Harry peut lancer des sorts en restant derrière ce pillier, mais les deux mangemorts vont le contourner.

Harry risque surtout d’affronter des hordes de Rafleurs et de mangemorts anonymes, mais on verra aussi beaucoup de créatures magiques, des plus petites (mais corriaces) aux plus grandes (notamment les cousins, et les reptiles préférés, de Hagrid). En passant par les abominables Détraqueurs, dont la seule présence aura probablement un effet sur Harry (oui, on pourra acheter du chocolat) et sur la vapeur d’eau en suspension devant l’écran de la console.

un chaudron plein de magie

Un autre aspect du jeu dont on n’a eu que des descriptions est la préparation de potions. À part les potions classiques comme l’universelle potion de Vie et le Polynectar, on sait très peu de choses. Les développeurs veulent dissimuler dans les niveaux des fioles de Felix Felicis. Ce ne sera pas juste pour augmenter le score à la fin, mais un véritable bonus dans le jeu. Quel genre de bonus ? seul l’avenir nous dira si l’équipe de Bright Light aura su concoter la potion correctement.

En fait, c’est là que demeure la principale inquiétude sur cet avant-dernier jeu Harry Potter du studio Bright Light. Il sera beau, il suivra l’histoire (du film), il sera probablement plus intéressant à jouer que les précédents (on verra à quel point), mais sera-t-il magique ?

Il reste aussi un tas de questions encore sans réponse : comment Harry va-t-il se déplacer entre les différents endroits du jeu ? aura-t-il son balai seulement pour des scènes prédéfinies et pourra-t-il le contrôler ? quel sera le rôle et le comportement en combat de ses amis (sachant qu’on ne pourra jamais les contrôler directement) ?

Ne ratez pas le supplément à paraître dans quelques jours, avec l’interview de deux développeurs...


Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :