Service des Transmissions Magiques Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Opinion : Steve Kloves à la rescousse des Animaux fantastiques 3

9 décembre 2019

Depuis la sortie des Crimes de Grindelwald en novembre dernier et son accueil plus que critique, les informations se font rares sur la suite de la saga Animaux fantastiques.
Cependant, la donne a changé début novembre dernier. Si l’information principale était la confirmation de la future destination de Newt et sa bande (le Brésil), une autre nouvelle aura retenu l’attention des Potterheads : l’arrivée de Steve Kloves en tant que co-scénariste aux côtés de J.K. Rowling. A la Gazette nous en sommes convaincus, cela est un plus indéniable pour la suite de la saga ! Voici pourquoi.

Un deuxième film confus

JPEG - 38.9 ko

On ne va pas se mentir, si l’accueil critique des Crimes de Grindelwald a été plus que mitigé c’est surtout à cause d’un scénario assez confus. En effet, il multiplie les fausses pistes qui ne servent pas réellement le film. L’intrigue de Kama en est le parfait exemple : le personnage sert surtout à créer la confusion autour de l’identité de Credence, mais son histoire reste confuse et on se demande si son retour dans le prochain film est nécessaire.

À l’image de Kama, il y a beaucoup de nouveaux personnages que le film ne parvient pas à développer correctement, notamment celui de Leta Lestrange. Son nom avait tout pour faire saliver les fans ; une famille plus que célèbre dans notre univers magique et une actrice en vogue pour l’incarner, en la personne de Zoé Kravitz. On pouvait s’attendre, à juste titre, à un rôle clé et une intrigue l’entourant assez complexe.

JPEG - 78.6 ko

Première déception, sa disparition tragique à la fin du film réduit à néant un possible développement lors de la suite de la saga. Et en ce qui concerne son intrigue, ce n’est qu’une nouvelle fausse piste sans issue concernant son petit frère Corvus Lestrange et un triangle amoureux sans intérêt avec Newt et Thésée. Ce dernier soufre lui-même d’un manque de développement et sert surtout à contraster avec le caractère de son frère : l’Auror carriériste VS le magizoologiste désintéressé.

Enfin, quid de Nagini ? Nous avons appris lors de la promotion du film que le serpent, acolyte de Voldemort, était en réalité une femme, une Maledictus pour être précis. En bouleversant ainsi sa mythologie, Rowling a aiguisé l’appétit de Potterheads. Seulement, son traitement dans cet opus nous laisse sur notre faim, même s’il reste encore plusieurs films pour en apprendre plus sur elle et son histoire.

Sans parler des nombreuses incohérences, que nous avons détaillé ICI [1]

Le style romanesque de Rowling

Critiquer J.K. Rowling est à la limite du supportable pour moi... mais force est de reconnaître que son style d’écriture, aussi fabuleux soit-il, ne convient pas au cinéma.

En effet, nous avons l’habitude d’avoir, dans Harry Potter, un récit étalé sur une année scolaire. Cela laisse le temps de développer l’histoire lentement, d’introduire des nouveaux personnages et de mettre en place des fausses pistes crédibles. Elle sait le faire à merveille pour perdre ses lecteurs, les tenir en haleine et les surprendre dans ses romans.

JPEG - 5.4 ko

Cela ne marche pas aussi bien pour Les Animaux fantastiques, car les épisodes de cette saga se déroulent sur quelques jours seulement. Cela ne laisse pas le temps de développer les différentes intrigues et personnages de manière aussi crédible et aboutie. Il est également plus difficile de multiplier les fausses pistes dans ce contexte. Celle concernant Credence est à peine compréhensible, tant les rebondissements sont nombreux, sur un laps de temps très court (Est-il un Kama, un Lestrange, un Dumbledore ?) !

Le savoir-faire cinématographique de Steve Kloves

Steve Kloves est loin d’être un inconnu dans l’univers de J.K. Rowling. En effet, il est le scénariste de tous les films de la saga - à l’exception de Harry Potter et l’ordre du phénix. Autant dire qu’il connaît le monde magique comme sa poche. Il entretient, depuis le début, une relation étroite avec l’autrice et a réussi avec brio à transposer son monde des livres à l’écran.

Il a, certes, dû supprimer de nombreux aspects des livres pour transformer des romans de plusieurs centaines de pages en films de 2h30, mais ses choix de suppressions (Maraudeurs), d’ajouts (attaque du Terrier) ou ses modifications (Neville qui donne la branchiflore plutôt que Dobby) se justifient. Il fallait supprimer le superflu pour se centrer sur l’essentiel des intrigues.

JPEG - 49.6 ko

Scénariste de métier, il sait doser les intrigues pour que le film reste compréhensible et connaît l’importance du “show don’t tell” : une maîtrise qui manquait au dernier Animaux fantastiques. Il va apporter cette science à Rowling qui ne possède peut-être pas tous les codes du cinéma d’un point de vue scénaristique.

Pour de nombreux fans, son retour marque aussi une approche plus potterienne de cette saga. Même si je vois mal, à titre personnel, comment il pourrait être plus imprégné de la saga que sa propre créatrice, il n’en est pas moins qu’il connaît par cœur la mythologie de Harry Potter. On pourrait penser qu’avec une double lecture du scénario, nous ne verrions plus de fan-service incohérent comme dans le cas de McGonagall (ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de fan-service du tout, ou que le fan-service est fondamentalement mauvais).

Le retour de Steve Kloves est donc une excellente nouvelle pour la suite de la saga. Il va enlever un poids considérable des épaules de Rowling, qui portait à elle seule l’écriture des films et la cadence que cela impose. Son savoir-faire de scénariste est complémentaire de la plume de Rowling, qui n’est pas (encore ?) une scénariste aguerrie et ne possède pas un style d’écriture cinématographique.

Cette arrivée a donc tout d’une bonne idée et nous promet un Animaux fantastiques 3 à la hauteur de nos attentes... du moins, on l’espère !

PS :

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez soutenir financièrement la Gazette et ses projets sur Tipeee !



[1Non, McGonagall n’avait techniquement rien à faire dans ce film, ce n’est que du fan-service.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :