Service des Transmissions Magiques Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Les illustrateurs de Harry Potter parlent de leur travail lors du SD Comic Con

11 novembre 2018

JPEG - 241.7 ko

Le 21 juillet s’est tenu au Comic-Con (en plus des nombreux autres évènements liés aux Animaux fantastiques) un stand consacré aux différents artistes anglophones ayant travaillé sur les livres Harry Potter. Dirigé par Melissa Anelli, fondatrice de la LeakyCon et auteure de Harry, A History, ce panel a accueilli de prestigieux invités : Jim Kay (illustrateur de la version illustrée), Kazu Kibuishi (illustrateur de la version 15ème anniversaire américaine), Brian Selznick (illustrateur de la version 20ème anniversaire américaine), Arthur A. Levine (éditeur américain) et David Saylor (directeur artistique). Mary GrandPré, première illustratrice américaine de la saga, était malheureusement absente, mais avait enregistré une courte déclaration en vidéo.

Après une séance de dédicace lors de laquelle ils ont signés des posters exclusifs à cette rencontre, chacun a pris la parole pour expliquer sa vision de la saga et son ressenti par rapport à son travail. Nous vous proposons une sélection d’anecdotes de ces présentations.

- Le logo Harry Potter de Scholastic s’est imposé dans le monde entier comme celui de la marque Harry Potter, réutilisé sur la majorité des couvertures et à travers les huit films de la sage, mais l’identité de son créateur n’était pas claire jusqu’à présent. Le directeur artistique, David Saylor, a qui la paternité a parfois été attribué, a levé le voile sur ce mystère : c’est une création de Mary GrandPré.

JPEG - 42.5 ko

- Kazu Kibuishi a raconté avoir été terriblement malade durant son travail sur les couvertures, mais que la série l’a aidé à tenir bon et que grâce à elle il s’en est sorti. Il ajoute un détail intéressant : au dos de la boîte collector de son édition, il a représenté J.K. Rowling, Arthur Levine, sa femme, son assistant et lui-même, dans Pré-au-Lard.

- Jim Kay a ensuite pris la parole, avouant avoir beaucoup le trac pour ce genre d’évènements, mais racontant des anecdotes intéressantes sur son travail et sa vision de la série. Il rappelle qu’il base ses illustrations de personnages sur des personnes de la vie réelle, et que Harry est ainsi un garçon qu’il a croisé dans le métro. Il considère aussi Rogue et son histoire comme "la plus grande tragédie de la série" et qu’il est "incompris" (ce qui est un sujet très débattable).

- Il compare sa construction de Poudlard à une coloscopie, parce qu’il a dû "frayer son chemin à l’intérieur" pour capturer tous les détails.

JPEG - 333.8 ko

- L’illustration qui lui a le plus posé problème jusqu’alors est le portrait de Buck sur le lit de Hagrid, dans le tome III. Ce qui le gênait particulièrement était le problème de perspective et d’échelle : Hagrid (et son lit) étant déjà gigantesques, une créature aussi grande que Buck sur son lit donne l’impression que l’hippogriffe est un animal somme toute assez petit. Pour y remédier, Kay a dessiné des éléments dont nous connaissons la taille, comme une grande assiette de furets, ou un petit poulet sur la tête du lit.

- Jim Kay avoue ensuite avoir été terrifié à l’idée de ruiner la série, et aurait fait de nombreuses attaques de panique en cours de route, mais Levine l’a rassuré en lui disant que c’était impossible de ruiner les livres, car les artistes sont tous des génies, à leur façon. Kay a enfin loué la qualité des descriptions de Rowling, qui l’aident grandement à mettre en place ses illustrations.
Avant de terminer il a noté que tous les participants du panel portaient des lunettes, et a rassuré les spectateurs en leur disant que ce n’était pas un critère essentiel pour travailler dans Harry Potter !

Il a ensuite laissé Brian Selznick s’exprimer. Pour son édition 20ème anniversaire, il a réalisé une grande fresque en écoutant les audiobooks de Jim Dale. Lorsqu’il a finalisé sa fresque, le récit en était à la bataille de Poudlard, après avoir travaillé 13 heures par jour, 7 jours par semaine, pendant 13 jours.

JPEG - 81.1 ko

A propos du serpent qui ondule sur toute la fresque, il a expliqué qu’il s’agissait pas de Nagini, selon lui, mais plutôt du sentiment de "la présence du Mal tout au long de la série".

JPEG - 57.2 ko

Tout comme Jim Kay, il se base sur des personnes réelles pour dessiner les personnages. Pour le professeur Ombrage, visible sur la cinquième couverture, il s’est ainsi basé sur une grimace de son mari !

Enfin, Arthur Levine a glissé quelques mots, les plus intéressants étant son souhait de ne pas vouloir mettre de spoilers sur les couvertures des livres de la série.

Voilà qui a conclu ces différentes présentations du stand. Quand à la fameuse édition 20ème anniversaire de Brian Selznick, elle est disponible depuis le mois d’août aux USA.

JPEG - 1.5 Mo

Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :