Service des Transmissions Magiques Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

L’impact de Harry Potter dans le monde moldu

15 août 2019

Vingt ans après l’apparition du premier livre, la saga littéraire Harry Potter comptabilise 450 millions d’exemplaires vendus, traduits dans 80 langues.
La saga de J.K. Rowling ne se résume pas seulement à des chiffres : c’est avant tout une saga qui a défini une génération et qui prospère encore une décennie après la publication du dernier tome. Revenons sur 20 ans d’influence magique sur le monde moldu.

Le Quidditch est devenu un sport à part entière

JPEG - 1.9 Mo

Nous en parlions il y a une quinzaine d’années : en 2005, un étudiant de première année, Alex Benepe, et son ami, Xander Manshel, de l’université de Middlebury (États-Unis) ont eu l’idée de créer ce nouveau sport inspiré de Harry Potter.
« Le quatrième film était sur le point de sortir et nous avions eu une idée simple : et si nous essayions de jouer au Quidditch dans la vraie vie ? […] C’est différent des autres sports, parce qu’il est né de la créativité et de la littérature, et parce que c’est le seul sport mixte. Je crois que cela peut devenir l’un des plus grands sports au monde. » dit Benepe.
Le premier match de Quidditch a lieu dans son université en 2007, suivi de la première Coupe du Monde en 2009. Aujourd’hui, le Quidditch est joué dans une trentaine de pays à travers le globe, mais surtout, il est reconnu comme étant un sport à part entière !

La Coupe du Monde à Florence l’été dernier a accueilli 29 équipes nationales issues de partout autour du globe. Les États-Unis se sont imposés devant la Belgique et la Turquie ! Alors que, plus récemment, la France était sacrée championne d’Europe. Plus extraordinaire encore, la Coupe d’Europe de cette année a été l’occasion du premier match international de kidditch, le sport adapté aux enfants !

Des mots magiques ensorcellent le dictionnaire

Entre fans, nous utilisons souvent des mots sorciers dans notre vie de moldu, mais certains mots ont été ajoutés au dictionnaire Oxford English Dictionnary :
Depuis 2002, un moldu est « une personne qui manque d’une compétence ou de connaissances particulières ». De plus, le fait de devenir un sport reconnu dans le monde entier a permis au mot « quidditch » de faire son entrée dans ce dictionnaire en 2017. Nous vous en parlions il y a quelques mois, d’autres mots sont susceptibles d’entrer dans le dictionnaire, tels que Horcruxe ou Potterhead, entre autres.

La création d’une association caritative bien particulière

Après le tremblement de terre dévastateur qui a frappé Haïti en janvier 2010, la Harry Potter Alliance s’est associée avec Nerdfighters et d’autres fandoms (dont Heroes, Lost et True Blood) pour créer Helping Haiti Heal. L’HPA a recueilli plus de 123 000 $ pour Partners in Health en seulement deux semaines, ce qui a permis d’envoyer cinq avions de fournitures médicales en Haïti dont quatre d’entre eux ont été nommés d’après les personnages de Harry Potter.
La contribution de la Harry Potter Alliance aux victimes d’Haïti en 2010 est un exemple de bonne action qui en a engendré d’autres.
Créée en 2005, elle a permis la construction d’écoles au Rwanda et en Ouganda, lancé des programmes de leadership pour les jeunes et lutté pour sensibiliser à l’immigration. L’idée de l’alliance est venue au co-fondateur Andrew Slack, activiste et comédien, en remarquant que les jeunes étaient plus intéressés par la culture populaire que l’activisme, il a décidé de combiner leur enthousiasme avec des problèmes concrets. Le concept est de trouver son identité à partir d’un héros, de trouver une communauté, puis d’agir. L’idée est allée au-delà de Harry Potter, avec la campagne « Superman IS an Immigrant » par exemple mais Harry Potter résonne plus fortement que les autres franchises d’après le porte parole de l’alliance, Jackson Bird :
« Il n’y a rien de tel en terme d’immersion profonde pour toute une génération. Les livres ont tellement de thèmes pertinents, de la tolérance à l’anti-violence, c’est incroyable combien de problèmes très réels les livres ont traités. C’est une vision réaliste du monde, mais optimiste. C’est tellement puissant. »

Leur dernière action en date concerne l’accueil des migrants aux États-Unis !

Des lieux sont devenus cultes

Le viaduc de Glenfinnan

JPEG - 1.9 Mo

Situé sur la côte ouest de l’Écosse, il accueille les voyageurs dans un ancien train à vapeur Jacobite. Depuis l’apparition du Poudlard Express dans les films Harry Potter, la police a dû émettre des avertissements aux moldus trop curieux qui s’avançaient sur les rails pour prendre des photos.

Elephant’s house
Ce café d’Édimbourg, en Écosse est l’un des lieux où J.K. Rowling a écrit les premiers tomes de la saga, dans une arrière salle donnant vue sur un château. En dehors des cafés et gourmandises, on y trouve des articles de presse concernant l’auteur. Celle-ci a également signé un mur dans les toilettes pour femmes, ce qui a déclenché un phénomène de mode puisque aujourd’hui, le mur est rempli de graffitis en lien avec Harry Potter mais également des messages d’amour, des blagues ou encore des dessins.

Château d’Alnwick
Ce magnifique château de la fin du XIe siècle se situe au nord de Newcastle, en Angleterre. Il a été utilisé pour représenter l’extérieur de Poudlard dans les deux premiers films Harry Potter et est également apparu dans Robin des bois : Le prince des voleurs et Downton Abbey.

L’université d’Oxford
Cette université d’élite accueille aujourd’hui près de 33 000 étudiants ; de style gothique, elle a été utilisée pour représenter la grande salle, l’escalier, les couloirs, les cours et les endroits les plus emblématiques de la saga.

La gare King’s Cross
Depuis 2012, la gare centrale de Londres, King’s Cross St. Pancras, a arboré sa propre plateforme 9¾, avec une boutique de cadeaux adjacente vendant des produits Harry Potter.

Vous pouvez retrouver d’autres lieux cultes ici

Tel un phénix, Harry Potter reprend de la vigueur sur Internet

Selon Eleanor Spencer-Reagan, professeure à l’Université de Durham, Harry Potter est « la première série de livres à avoir une vraie vie numérique, en particulier sur les réseaux sociaux ».
En 2007, sur Twitter, Rowling a été suivie par 12,2 millions de followers suite à l’annonce de l’homosexualité de Dumbledore.
En 2011, le site Web Pottermore avec Rowling aux commandes devient un phénomène pour les fans. Elle propose une première version ludique mêlant informations inédites et confrontations entre maisons à travers un système de points gagnés en progressant dans l’histoire, en collectant des objets, en préparant des potions ou encore en faisant des duels contre d’autres joueurs.
La mise à jour du site en 2015 à complètement chamboulé les fans, devenant au final une simple encyclopédie et traitant d’actualités.
Pottermore aura permis aux fans de savoir, entre autre, à quelle maison ils appartiennent : un véritable phénomène qui permettra aux fans de se construire une identité magique.

Les parcs à thèmes : Harry Potter devance Mickey

JPEG - 40.8 ko

En 2010, une zone thématique autour du monde magique de Harry Potter ouvre ses portes à l’Universal Orlando Resort en Floride, avec notamment la reproduction de Poudlard, complétée quatre ans plus tard par une seconde zone sur le thème du Chemin de Traverse avec une attraction dans la banque Gringotts. Un quatrième parce est sur le point d’ouvrir à Universal, et Harry Potter sera surement de la partie !
En 2012, c’est au tour du studio Warner Bros. à Leavesden (Londres) d’ouvrir ses portes, avec "The Making of Harry Potter". Selon TripAdvisor, la visite guidée en coulisses a été l’une des attractions les plus populaires du Royaume-Uni !
En 2014, un parc à thème "Le Monde Sorcier de Harry Potter" ouvre à Universal Studios Japan à Osaka
Enfin, en 2016, c’est un troisième "Monde Sorcier d’Harry Potter" qui s’ouvre à Universal Studios à Hollywood.

Il est désormais possible d’étudier grâce à Harry Potter

Le cours "Harry Potter et l’ère de l’illusion" sur la citoyenneté morale, a été lancé en 2010 par Martin Richardson à l’école d’éducation de l’Université de Durham, l’une des meilleurs au Royaume-Uni.
« Tout le monde dit que l’université ressemble à Poudlard », explique Eleanor Spencer-Regan, directrice adjointe à Durham. C’est une fan de Potter qui a commencé à donner ce cours, spécialisé dans les lectures féministes des livres Harry Potter. Ce cours est rapidement devenu le plus suivi à l’université – mais Eleanor Spencer-Regan insiste sur le fait que « ce n’est pas un simple phénomène de mode et que, comme les livres deviennent plus longs, plus sombres et plus compliqués, l’éthique aussi. Les lecteurs se rendent compte qu’ils ont mal jugé les personnages : que Rogue n’est pas le méchant qu’ils pensaient au début ; que Dumbledore aux yeux pétillants n’est pas infaillible, non plus. Les livres enseignent aux jeunes à développer de l’empathie, et à embrasser la complexité. […] beaucoup de thèmes traversent les livres et il existe une moralité très universelle, sur l’égalité et la tolérance, célébrant les opprimés, et résistant à l’attrait du pouvoir. Ils célèbrent aussi les valeurs de la communauté, de l’amitié et de l’amour. »
Dans la vraie vie, elle souligne l’effet Hermione – la célébration des femmes intelligentes et une inspiration supposée pour une vie plus propice à la réussite scolaire chez les adolescents d’aujourd’hui. Quant à savoir si les livres se tiennent à côté de grandes œuvres de fiction, elle dit : « C’est de la fiction pour jeunes adultes, de sorte que le style de prose ne peut pas être comme Dostoïevski ou Henry James. Mais la prose est accessible, le vocabulaire est riche, avec des mots comme « moldu » et « quidditch » entrant dans la langue. En tant qu’innovateur linguistique, je pense que J.K. Rowling est l’égal de Tolkien ou Lewis Carroll. »
De l’état de l’Ohio à l’État du Kansas à Georgetown, d’autres universités offrent des cours basés sur la série, à travers les États-Unis.

Les lecteurs de Harry Potter sont considérés comme étant plus paisibles et tolérants

Plusieurs études ont démontré que les enfants qui ont lu Harry Potter sont plus tolérants envers les minorités discriminées.
Pour son œuvre Harry Potter and the Millennials, l’auteur Anthony Gierzynski a interrogé plus de 1 100 étudiants. Il a montré que les fans de Potter étaient plus tolérants et moins autoritaires que les personnes qui n’ont jamais lu un livre de la saga Harry Potter.
Ce n’est pas le seul à en être arrivé à ce constat, des scientifiques italiens ont publié dans le Journal of applied social psychology une thèse selon laquelle les romans de J.K Rowling seraient capables de réduire les discriminations. Cette thèse a pu voir le jour grâce à des tests et des questionnaires passés par des enfants, avant et après lecture et les résultats ont démontré que les enfants se sentent plus affectés par le sort de ces personnes discriminées, après la lecture, en se mettant par exemple à la place de Harry Potter et sa bienveillance envers Dobby, l’elfe persécuté.

Harry Potter a contribué à rendre les livres pour enfants plus longs

Les livres Harry Potter sont devenus de plus en plus longs et complexes, avec plus de 300 pages pour Harry Potter à l’école des sorciers contre 800 pages pour Les Reliques de la Mort . Un record pour des livres destinés dans un premier temps aux enfants, mais qui ont également grandi avec eux en devenant plus longs, plus complexes et complètement adaptés à tous les âges.
Ils ont donc contribué à rendre les livres pour enfants plus longs puisque, selon The Booklist Reader, en 2006, un livre « pour enfant » moyen comptait 174,5 pages contre 290 pages en 2016. Qui a dit que les enfants ne pouvaient plus se concentrer de nos jours ?

Harry Potter a changé des vies

Ainsi, Harry Potter n’a pas seulement eu un impact économique. La saga a permis l’émergence de beaux projets et inspire encore aujourd’hui dans les expositions, les jeux vidéos ou encore dans la vie des fans.

Source : Americanwaymagazine

PS :

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez aussi soutenir financièrement la Gazette et ses projets sur Tipeee !


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :