Service des Transmissions Magiques Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Interview de Katherine Waterston et Eddie Redmayne dans Buzzfeed

17 juillet 2018

JPEG - 91.5 ko

Le 12 juillet, Buzzfeed a diffusé une interview de Katherine Waterston (Tina Goldstein) et Eddie Redmayne (Norbert Dragonneau) où ces derniers répondaient à des questions posées par des internautes. La Gazette vous propose une traduction de cette interview. Au programme : aucune information capitale, mais des indices intéressants, des anecdotes de tournage, et un secret de Waterston pour se muscler.

Q :Mis à part Dumbledore, devons-nous nous attendre à rencontrer des visages familiers de Harry Potter dans Les Animaux Fantastiques ?

Katherine Waterston 
 : Vous pouvez vous y attendre.
Eddie Redmayne  : Vous pouvez. Il y a ces sortes de liens entres familles, personnages familiers et de noms entendus dans Harry Potter et les Animaux Fantastiques qui s’entrecroisent.

Q : Quelles relations êtes-vous les plus impatients de voir se développer ?

ER  : La nôtre pardi ! J’espère vraiment une magnifique romance à la J.K. Rowling. Nous savons juste que nos personnages finissent ensemble.
KW  : Oui mais comment ? Comment ça va se produire ?
ER  : Jo nous en dit des bribes, mais je n’en sais absolument rien. J’adore nos passages dans les Crimes de Grindelwald. C’est très compliqué... c’est compliqué.
KW  : En effet, c’est compliqué.

JPEG - 518 ko

Q : Que pouvez-vous nous dire sur la relation entre Norbert et Tina dans le prochain film ? Est-ce qu’elle a progressé ou évolué depuis le premier volet ?

KW  : Progressé ? Régressé peut-être…
ER  : Il y avait tellement d’espoir à la fin du premier film, mais il y a eu un problème de communication…
KW  : Eh oui, c’est une relation à longue distance !
ER  : C’est désespérant parce qu’ils se languissaient l’un de l’autre, mais les choses se sont détériorées. Une partie de ce film les montre se redécouvrir l’un l’autre.
KW  : Oui, mais vous savez il y a tellement de choses qui se passent, c’est difficile de s’asseoir prendre un thé, prendre des nouvelles et mettre les choses au clair.
ER  : Nous étions très excités à la fin du premier film. Nous pensions « Oh mon dieu, on va tellement s’amuser à jouer ensemble dans le prochain film ! » Et là le script arrive et il devient clair que ça ne va pas être aussi facile… Il va falloir nous battre pour ce couple.
KW  : Mais c’est marrant. C’est amusant d’avoir une relation qui soit complexe, surprenante et riche.

Q : Y a t-il quelque chose qui risque de surprendre les fans pour ce nouvel épisode des Animaux Fantastiques ?

ER  : Il est tellement plus sombre que le dernier. Je pense que Jo adore ça. En fait, je pense qu’elle me l’a même dit sur le tournage. Elle a dû dire un truc du genre « j’adore quand ça devient plus sombre ».
KW  : Il est bien plus complexe. Je pense que ça serait très amusant de regarder à nouveau et de chercher des éléments ou des indices que vous auriez manqué au premier visionnage. C’est très dense et plein de dynamiques intéressantes et de relations et d’informations sur le monde magique.
ER  : J’adore son imagination extraordinaire pour les histoires. Celle ci est tellement entremêlée qu’il faut essayer de prendre séparément chaque élément. On a l’impression d’avoir affaire à un incroyable puzzle.

JPEG - 140.9 ko

Q : Nous savons que Norbert préfère travailler avec les animaux, mais la bande-annonce le montre travailler avec Dumbledore. Qu’est ce qui le motive à travailler avec son ancien professeur ?

ER  : Une partie de cette histoire raconte comment Norbert va prendre part à l’action. Une des choses que j’adore à propos de lui c’est qu’il est complètement individualisé : il ne se laisse pas attirer pour devenir partisan de tel ou tel clan. Les gens essaient toujours de le recruter, mais il reste lui même. Et en vérité, les enjeux deviennent si grand dans ce film qu’il commence vraiment à se demander s’il peut continuer à jouer solo ou si à un moment donné il faudra qu’il prenne parti.
En ce qui concerne Dumbledore, Norbert et lui ont toujours eu ce merveilleux rapport maître/élève, et il y a une sorte de complicité entre eux. Mais Dumbledore est sournois. Il est en train de recruter lentement mais sûrement Norbert dans ce film. Je pense que les raisons qui le poussent à faire ça sont les enjeux qui sont très importants. Ce type, Grindelwald, cause de très gros dégâts.

Q : Puisque vous savez ce qui arrive à vos personnages à la fin de la série, est-ce que ça vous dirige un peu dans votre jeu ?

KW  : Je dirais que non car nous n’avons pas, dans cette série, d’indices ou d’éléments sur ce qui va se passer. Vous savez, parfois Jo va nous donner une petite indication à propos d’un truc, mais contrairement à Harry Potter nous n’avons pas de livres auxquels nous référer, et c’est dans un sens beaucoup plus proche de la vie réelle. Des choses se passent, et vous y réagissez spontanément.
ER  : Mais c’est quand même rassurant de se dire que nous allons finir ensemble, non ? Heureux en mariage.
KW  : Nous devons quand même jouer comme si nous n’avions aucune idée de ce qui se passe. Et n’est ce pas amusant, que les spectateurs aient un train d’avance sur nous ? Ils peuvent nous regarder échouer et nous disputer, et se planter encore et encore, et nous battre pour nous remettre ensemble, et ils peuvent se dire « quels imbéciles… ils ne le savent pas, mais nous oui. Ça va marcher entre eux ! »
Mais Jo va peut-être changer d’avis ! Qui sait, c’est J.K. Rowling ! Elle fait ce qu’elle veut !

JPEG - 152 ko

Q : Qu’est ce que ça fait de voir les Quatre Fantastiques réunis ? Est-ce que leurs relations ont changé depuis la fin du premier film ?

KW  : C’est la question qui risque de me valoir des gros ennuis.
ER  : Vas-y, attire toi les ennuis.
KW  : C’était formidable d’être réunis. Nous avons passé tellement de temps pour la tournée et pour travailler pour le premier film, et c’est toujours excitant quand tout le monde se sépare et les enfants grandissent et les gens tombent amoureux, plein de choses se passent… C’est vraiment merveilleux de se retrouver et de se raconter les ragots !
ER  : Les premiers jours où nous revenons tous au travail, on ne bosse pas. C’est juste pour reprendre des nouvelles et David Yates (nldr : le réalisateur) qui vient de temps en temps dire : « OK, y’a du travail ici, on arrête les plaisanteries »
KW  : Quant à ce film… Les choses ont changé. Avec toutes ces relations dans le groupe.
ER  : Tu as dit ça de façon très énigmatique, c’était brillant. L’idée d’un quartet… Je pense que pour un temps le groupe s’est dissous.
KW  : Mais les inquiétudes pour les autres et les liens et l’intimité sont toujours là. Ces gens sont très importants l’un pour l’autre.

Q : Quel importance auront le Animaux dans les prochains films ? Pitié dites moi que Pickett aura un rôle important dans la chute de Grindelwald !

ER  : Je ne veux pas trop vous en dire, mais Pickett va bel et bien indirectement – tout ça parce qu’il est génial, et fait ces choses géniales sans effort – nous aider. Mais il y a aussi de nouvelles créatures. Une des choses que j’apprécie le plus dans ces films est de travailler avec les marionnettistes et les monteurs d’effets visuels. Aux premières étapes, quand on se prépare des mois à l’avance, on peut voir tout ces fantastiques designs et vous avez vraiment l’idée de comment sont ces créatures en lisant le script, mais après vous voyez l’équipe des effets visuels - qui sont comme des acteurs – qui arrive avec leurs idées, qui sont comme les vôtres, mais sous stéroïdes. Il y a une créature dans ce films – une très très grosse et énorme créature – qui me soulève à un moment et, dans la réalité, vous avez un type qu’on appelle Pierre Deux-Mètres – il est très grand avec des bras massifs – qui me porte toute la journée.

JPEG - 39.3 ko

Q : Quelles sont les relations entre Norbert et Theseus ? Est-ce qu’ils sont proches ? Est-ce que la relation entre Theseus et Leta pose problème ?

KW  : C’est intéressant que vous me demandiez ça. Je veux dire, ce film pourrait être rebaptisé « Les Animaux Fantastiques et… c’est compliqué ». Ces relations sont très dynamiques et riches.
ER  : En effet c’est vraiment compliqué. Theseus est un auror, il est très conservateur, et Norbert est en quelque sorte l’antithèse de ça. Mais ce que j’adore c’est la façon dont Jo a conçu leur relation. C’était une relation très antagoniste pour commencer, et certainement pleine de complexité. Comprenez : son frère est fiancé avec cette fille qu’il aimait beaucoup, alors il y a nécessairement une tension entre eux deux. Une des choses que j’aime est qu’en vérité Jo m’a dit qu’en regardant Callum Turner (nldr : l’interprète de Theseus) jouer et David diriger – il y avait une vraie alchimie entre eux deux – elle a fait progressé la relation des personnages en conséquence.

JPEG - 91.4 ko

Q : Quelle est la chose la plus magique qui soit jamais arrivée sur le plateau ?

KW  : Il y avait ce PA qui avait la faculté magique de faire apparaître des bonbons nounours dans les zones de repos des acteurs à chaque fois au moment exact où je commençais à être en hypoglycémie. C’est aussi magique que ça en a l’air : la plupart du temps je ne le voyais même pas les déposer. Je devais juste commencer à penser « Oh je commence à avoir un coup de barre... » puis je regardais à ma gauche, et il y avait des bonbons nounours. C’était vraiment magique.
ER  : Une des choses étranges que je trouve sur un plateau de tournage c’est qu’on peut avoir à filmer des plans larges ou des grosses prises dans la mâtinée, puis c’est la pause déjeuner, et on se sent un peu lourd et à avoir sommeil, mais il faut alors filmer un plan rapproché ou une scène d’émotion. C’est pourquoi je suis accro au café. Katherine m’en a beaucoup voulu dans le premier film pour avoir bu autant de café.
KW  : je n’ai jamais vu un homme boire autant de café en une seule journée !

Q : Avez-vous rencontré des acteurs de la première saga et vous ont-ils donné des conseils ?

KW  : Tu connaissais déjà Emma Watson, parce que tu avais déjà travaillé avec elle [1], mais la plupart d’entre nous l’ont rencontré le jour de la première. Elle est passé nous voir et a été adorable à un moment où nous nous sentions très vulnérables.
ER  : J’ai rencontré Ralph Fiennes (ndr : l’interprète de Voldemort) juste avant que nous ne commencions à filmer, et il m’a raconté tout le plaisir qu’il avait eu, et à quel point David Yates était brillant. Il a dit qu’il y a des jours comme ça quand on a fini une scène et qu’on pense « oh je n’y suis pas vraiment... pas grave, je peux ne pas me donner à fond », mais David Yates voit tout. C’était…
KW  : Effrayant ?

Q : Quelle est la chose la plus difficile que vous ayez eu à faire durant le tournage ? Est-ce que ça avait à voir avec la préparation de votre personnage ou autre chose ?

KW  : Dans ce film je porte un manteau de cuir bleu marine qui à mon avis pèse bien 15 kilos. Peut-être que ce n’est pas très lourd pour une personne forte, mais moi je devais rentrer dans ce manteau. C’était un peu comme essayer de bouger en étant dans la boue jusqu’au cou. On aurait cru que quelqu’un m’attirait vers le sol sans arrêt.
ER  : Elle avait un tic, avant chaque prise elle n’était pas à l’aise tant qu’elle n’avait pas resserré sa ceinture.
KW  : Oui, parce que si je serrais très fort la ceinture, ça libérait un peu de poids de mes épaules. C’était de la musculation. C’était comme faire de la musculation avec quelqu’un qui est tout le temps en train de tirer vos bras vers le sol, alors je suis devenue plus musclée à cause de ce manteau. Je devrais me lancer dans un programme d’entraînement : le programme du manteau de cuir. Il faut faire une vidéo !
ER  : Je pense que dans ce film nous étions préparés, mais le moment le plus hilarant des Animaux Fantastiques pour l’instant était dans le précédent film. Katherine, Ali, Dan et moi étions très inquiets pour le transplanage, alors nous avons bossé avec ce coach de mouvement pendant des semaines et des semaines, nous quatre. Nous prenions ça extrêmement au sérieux, on courait les uns vers les autres pour nous attraper les bras et essayer de transplaner, et ça nous étions à fond dedans.
KW  : Et rien ne se passait : nous étions toujours là !
ER  : Nous avons vu le film, et en fait au moment où on décide de transplaner, ils vous font disparaître avec des effets spéciaux. Toutes ces heures gâchées et de nuits blanches à cause du stress du transplanage !

JPEG - 73.5 ko

Q : Si vous deviez choisir un Patronus pour l’autre, lequel serait-il ?

ER  : Je pense que le tien serait, par exemple, un poulain très élégant. Parce que tu es incroyablement élégante et brillante et que parfois tu es un peu bancale sur tes pieds. Et je sais que ton patronus est un cheval.
KW  : C’est ça, et je sais que le tien est une sorte de chien de chasse.
ER  : Oui, un basset. Pitié ne me donne pas autre chose qu’un basset.
KW  : Eh bien ça représente bien comment je te vois dans ce film. Il y a une vieille chanson d’Elvis Presley. Elle dit quelque chose du genre « Tu n’es rien d’autre qu’un chien de chasse ». C’est très représentatif de Norbert dans ce film d’une certaine façon. Rien qu’un chien.
ER  : Elle n’a rien compris. Il n’est pas un chien.
KW  : Tu le penses ? Tu le crois vraiment ? Les filles : les garçons qui ont l’air vraiment gentils ? Méfiez-vous.



[1ndr : Eddie Redmaine et Emma Watson ont tous deux joué dans My Week with Marilyn


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :