Service des Transmissions Magiques Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Critique du script des Crimes de Grindelwald

15 mars 2019

Nous profitons de la sortie prochaine en DVD & Blu-ray des Crimes de Grindelwald pour nous pencher sur le script du film, paru peu de temps après sa sortie en salle en novembre dernier.
La lecture d’un texte apporte toujours des éléments de réflexions différents de ceux d’un film ; on se propose ici de détailler les différents éléments qui dotent ce texte d’un intérêt particulier .

JPEG - 743.4 ko

Les noms des personnages

Le script permet de fixer les noms de certains personnages et d’objets ou de sorts non-mentionnés dans le film ; même si la plupart d’entre eux ont été mentionnés en amont du film via des affiches promotionnelles, livres dérivés et autres articles de Pottermore, tous les spectateurs ne s’y sont pas intéressés (pour éviter les spoilers par exemple) ou n’en avaient pas connaissance.

JPEGAinsi le script nous apprend que le représentant chargé d’assurer le transport de Grindelwald du MACUSA aux prisons européennes se nomme Rudolph Spielman. Le directeur des Aurors est Torquil Travers, l’homme détesté par les frères Dragonneau et adepte secret de Grindelwald est Arnold Guzman.
Plus intéressant peut-être, la sorcière avec qui Flamel communique très brièvement dans la scène 86 après le départ de Jacob est Eulalie HICKS,la jeune professeure américaine d’Ilvermorny, interprétée par Jessica Williams, et qui prendra davantage d’importance dans le 3è volet.

Les adeptes de Grindelwald sont également nommés (on peut noter l’absence du prénom de sa seconde, désignée par l’épithète ROSIER (femme).
Le script permet par ailleurs de confirmer que la femme présente dans le bateau avec Croyance est sa tante, et que le naufrage a lieu en 1901.

Les descriptions des scènes

Certaines scènes présentes dans le film sont particulièrement riches en détail. Ainsi, si l’on a assisté à la scène présentant un tableau global, il peut demeurer intéressant de lire les descriptions réalisées par Rowling dans le script qui, si elles ne peuvent rendre l’impression globale de l’image, sont out de même susceptibles de fournir des indices sur les éléments qu’elle a considéré comme particulièrement intéressants.

Le premier aperçu du cirque, où un certain nombre de pensionnaires sont décrits, peut nous notamment intéresser :

« Un DEMI-TROLL présente un numéro de force. Quelques humanoïdes difformes à l’air particulièrement soumis – SOUS-ÊTRES sans pouvoirs mais d’ascendance magique – traînent alentour, recevant de l’argent des passants. Cornes cachées sous des chapeaux et yeux étranges sous des capuchons : ce sont des DEMIS-ELFES et des DEMI-GOBELINS qui jonglent et font des cabrioles. »

Les descriptions des scènes nous permettent également d’interpréter ces détails, d’une manière que le film ne nous permet parfois pas. Le passage montrant Dumbledore faisant face aux images évoquées par Travers par exemple :

« Dumbledore contemple les images. Ces souvenirs sont terriblement douloureux. Il est rempli de remords mais, presque pire encore, il éprouve de la nostalgie pour la seule période de sa vie où il s’est senti pleinement compris. »

L’épouvantard de Leta est de la même manière décrit comme « une ombre avec une minuscule main humaine » et non un couffin s’enfonçant dans l’eau.

La scène 82 quant à elle, sans aucune présence ni aucun dialogue, est significative dans la mesure où elle signale l’invisibilité pour les moldus des bannières noires annonçant le rassemblement organisé par Grindelwald.

Mention spéciale également à la description de l’apparition de Grindelwald dans le caveau à la scène 112 :

« Nous suivons GRINDELWALD qui entre sur scène en provoquant une explosion de joie dans le public. L’hystérie est à son comble lorsqu’il fait face aux spectateurs, moitié démagogue, moitié rock star. »

A noter également que le script nous confirme la présence de certains éléments de la saga Harry Potter, comme le miroir de Rised ou les apparitions d’une jeune Minerva McGonagall. Nous est en outre apportée la confirmation que les Aurors ne transplanent pas directement dans l’enceinte du château mais à sa bordure.

La chronologie des évènements

JPEGDe même pour la chronologie de certaines actions, que le script nous permet de découper afin d’en percevoir certaines subtilités. Ainsi on apprend que Nagini, en attaquant Strikes sous sa forme de serpent, pousse un cri en fourchelang. Cet élément, peu discernable dans la rapidité de enchaînement des évènements durant le film, pourrait prendre une dimension particulière dans la mesure où Croyance ne libère les Dragfeux qu’après cette action. On ne peut donc exclure l’hypothèse que le signal programmant cette libération ait été ce cri et non l’attaque, ce qui pourrait laisser entendre que Croyance serait capable de parler, lui aussi, fourchelang.

La scène 15 confirme quant à elle le mystérieux geste de Grindelwald qui lance sa baguette à Spielman :

« [GRINDELWALD] jette un sort qui précipite SPIELMAN au-dehors, par la portière ouverte, puis lui lance une baguette magique. »

D’autres scènes se trouvent explicitées par leur description. Pour n’en citer qu’une seule la scène montrant Flamel seul dans son laboratoire après le départ de Jacob semble ne pas pouvoir se comprendre autrement qu’à la lecture du script. C’est notamment la description du livre dont il se saisit qui nous permet de comprendre les réels enjeux de l’action.

« Chaque page comporte une photo accompagnée d’un nom. FLAMEL tourne les pages, mais les sujets de toutes les photos sont absents.
FLAMEL
Oh, mon Dieu !
Le portrait de DUMBLEDORE n’est plus là. »

Les différences entre le script et le film

JPEGPoint fortement intéressant, une lecture minutieuse permet de remarquer un certain nombre de différences entre ce script et le film. On peut notamment citer l’interversion d’une réplique attribuée à Leta tandis qu’elle est en fait prononcée par Norbert dans le film à la scène 68 (« le corbeau est l’emblème de ma/ta famille »), ou encore une scène entière complètement différente peu auparavant.
Ainsi le script ne mentionne à aucun moment la table de cours où les initiales de Leta et Norbert sont gravées, mais fait surgir les souvenirs de l’observation d’un couloir, celui-là même où semble s’être déroulée la course-poursuite du premier souvenir.

D’autres passages mentionnent des comportements particuliers de Nagini, ou même son apparition sous forme de serpent tandis qu’elle est en définitive représentée sous forme humaine dans le film. A vous de jouer au jeu des sept différences !
Tout ça nous pose un curieux mystère, dans la mesure où le script n’a en aucun cas pu être établi avant la conception de la version définitive du film, puisque les scènes coupées n’y apparaissent pas. Relecture trop hâtive ? Confusion entre deux versions ?

Les graphismes MinaLima

JPEG - 541.9 ko

Peut-être le point le plus important de ce script, il est magnifiquement illustré par les graphistes MinaLima. Les dessins, notamment ceux illustrant les créatures, sont particulièrement réussis, et la couverture en relief est un véritable plaisir pour les yeux.

Ce script présente donc entre ses pages un univers entier. Il est peut-être d’autant plus intéressant que le film, riche en actions en sa qualité de film de transition, ne prend souvent pas le temps de poser les images et ne nous permet pas de toutes les analyser.
Le texte permet ainsi l’apport de toute une dimension supplémentaire à son double cinématographique, et permet l’élaboration de toutes nouvelles théories.
Les graphismes sont quant à eux, comme on pouvait s’y attendre, superbes, et j’ai personnellement passé un très bon moment à chercher toutes les variations entre le film et le script.
L’ouvrage peut être recommandé pour tous les amateurs de mystères, de jeux de piste, et autres exégètes qui trouveront leur bonheur dans l’exploration des détails invisibles au visionnage.

Pour acheter le livre

JPEG - 702.4 ko
FNAC
Amazon
ou en librairie

Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :