Service des Transmissions Magiques Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Coupe du Monde de Quidditch 2002 : 2ème partie

25 novembre 2005

Voici la deuxième partie des notes d’Androcus sur la Coupe du Monde de Quidditch de 2002. Cette partie traite les huitièmes de finale, les quarts, les demi-finales et la grande finale. Qui a remporté la 404ème Coupe du Monde ? Vous le saurez en lisant cet article...

8èmes de finale :

Australie-Ecosse : 310-140

Ouganda-Islande : 200-0

Tanzanie-Norvège : 180-90

Japon-France : 80-290

Irlande-Angleterre : 110-240

Bulgarie-Canada : 430-20

Argentine-Allemagne : 10-240

Pérou-Russie : 240-110

Une seule surprise mais elle est de taille pour ces hutièmes de finale. Le pays vainqueur des deux dernières éditions, l’Irlande, a été éliminé par l’équipe d’Angleterre, plus habituée à décevoir ses supporters qu’à remporter ce genre de match au couteau. La victoire anglaise est en partie dûe à un mouvement particulièrement maladroit de l’attrapeur Irlandais Sean Connolly, qui a percuté un de ses poursuiveurs, laissant le champ libre à Alice Parkin pour attraper le Vif d’or. A noter aussi, la facile victoire bulgare face au Canada et la présence de deux équipes africaines pour les quarts de finale, une grande première.

Quarts de finale :

Australie-Ouganda : 10-180

Tanzanie-France : 20-240

Angleterre-Bulgarie : 250-170

Allemagne-Pérou : 210-380

Il ne fallait pas être en retard pour le premier quart de finale : au bout de seulement 11 minutes, Obujo Twinzu réglait le sort de ce match en attrapant le Vif d’or sur un plongeon en piqué de toute beauté. Le match opposant la Tanzanie à la France a été un non-match dans la mesure où les Tanzaniens n’ont jamais pu rivaliser avec les Français, auxquels 38 minutes de match auront suffi pour dominer une faible équipe africaine. L’Angleterre, quant à elle, se pose définitivement en favorite pour le titre après la victoire sur une Bulgarie, encore trop confiante dans les qualités de son jeune attrapeur, Trifon Penev, mais qui n’a ni des poursuiveurs, ni une défense de très haut niveau. 6h58 : c’est le temps qu’a duré le dernier quart, et sans aucune contestation possible le plus spectaculaire, entre l’Allemagne et le Pérou. Les 91357 spectateurs ont pu assister à une formidable opposition de style entre une Allemagne à la défense placée et à la contre-attaque assassine, face à un Pérou virevoltant en attaque et à la défense particulièrement physique. Ces deux équipes ont marqué pas moins de 44 buts au cours du match (Nouveau record en Coupe du Monde) avant que l’attrapeur péruvien Ignacio Gúzman mette fin aux débats, permettant à son équipe d’accéder pour la 3ème fois consécutive aux demi-finales.

Demi-finales :

Ouganda-France : 50-280

Angleterre-Pérou : 310-70

L’Ouganda a complètement perdu son Quidditch au cours de cette demi-finale, où le jeu tactique des Français a fait merveille. 9 des 13 buts français ont été l’oeuvre de Mathilde Mallard, souvent complètement esseulée au milieu d’une défense ougandaise complètement désorganisée. Obujo Twinzu n’a pas été exempt de tout reproche, laissant échapper un Vif d’or en début de match qui aurait qualifié les Ougandais pour la finale. La jeune attrapeuse française, Gaëlle Roux, 18 ans, a quant à elle démontré une maestria sur son balai qui a impressionné de nombreux spécialistes. Et la manière spectaculaire avec laquelle elle a attrapé le Vif d’or _ la tête en bas _ n’a fait que confirmer cette opinion. Les Anglais, de leur côté, ont dominé un Pérou volontaire, mais complètement épuisé par son quart de finale. De nombreux sorciers péruviens commencent à se demander si un sort n’a pas été jeté sur leur équipe nationale, qui s’en va aux portes de la finale une nouvelle fois.

Finale :

France-Angleterre : 160-310

Ce match opposait deux grandes équipes historiquement, mais qui récemment étaient revenues dans le "ventre mou" du Quidditch mondial. Le dernier sacre de la France remonte à 1962 et l’équipe du légendaire Léonard Lafarge. L’Angleterre, première sélection au nombre de titres mondiaux(42) n’a plus connu la victoire depuis 1946, et la finale depuis 1986, et la fameuse défaite face Pays de Galles (70-360), où évoluait une toute jeune Gwenog Jones.

Ce devait donc être une finale historique et elle a tenu toutes ses promesses. Ce match a été âpre, les attaques comme les défenses se rendant coup pour coup. Au bout de 3h20 de match, le score était de 160 partout quand survint l’incident de ce match. D’après les images, Devlin Richards, le batteur anglais, a volontairement donné un coup de batte dans le bras de Gaëlle Roux, l’obligeant à sortir et être remplacé par le "vétéran" (43 ans) Claude Pelletier. Malheureusement pour les Français, l’arbitre allemand de la rencontre, Rainer Schmidt, n’a pas vu l’action et n’a pas signalé la faute. Alice Parkin, reconnue mondialement pour sa maîtrise du balai, n’a eu ensuite aucun mal à attraper le Vif d’or, et offrir à l’Angleterre son 43ème sacre, le premier depuis 1946.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :