Service des Transmissions Magiques Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Coupe d’Europe de quidditch 2018 : Que faut-il en attendre ?

27 avril 2018

La Coupe d’Europe des Clubs de Quidditch (ou EQC – European Quidditch Cup) se tiendra ce weekend à Pfaffenhofen, en Allemagne. Durant 2 jours, les 32 équipes sélectionnées dans tous les championnats européens s’affronteront pour décrocher un titre de plus en plus disputé.

Vous pensez sans doute que l’enjeu n’a que peu d’importance, car vous ne serez pas sur place pour voir les matches ? Que nenni : un livestream est mis en place et il vous permettra de suivre plusieurs rencontres en direct (Cliquez ICI pour voir les matches de poules, samedi 28/4 | Cliquez ICI pour regardez la phase finale, dimanche 29/4 ) ! Pour ne pas manquer les affrontements à enjeu et intenses qui vous seront proposés, voici un petit guide et rappel sur cette compétition.

Les équipes belges et françaises présentes

Tous les regards seront évidemment tournés vers Anvers Quidditch Club, champion de Belgique et tenant du titre européen, mais aussi vers les Paris Titans, champions de France incontestés depuis des années et plusieurs fois champions d’Europe. Éliminés en quart de finale lors de la précédente édition par les Norvégiens de NTNUI ; ils voudront prouver qu’il s’agissait là d’une simple erreur de parcours, d’autant qu’ils se feront face dès la phase de groupe ! Les Rheinos Bonn (Allemagne) pourraient, cependant, s’avérer être des adversaires encore plus redoutables.

JPEG - 440.6 ko

Les champions en titre, aussi surnommés les Dodos de Anvers, feront face à un groupe à leur portée, dans lequel on retrouve les Werewolves of London (UK), les Three River Dragons Passau (Allemagne) et les Barcelona Eagles (Catalogne). Ces derniers sont des habitués de la compétition, mais ils ne feront pas le poids avec une équipe fortement renouvelée cette année et qui manque donc d’expérience. Personne ne devrait cependant sous-estimer les Werewolves ; une compétition intense et régulière au Royaume-Uni contribue à une évolution régulière du niveau de jeu, l’équipe s’était d’ailleurs hissée jusqu’aux quarts de finale l’an dernier.

Outre ces deux grands clubs qui font partie des favoris, trois autres équipes françaises et une autre équipe belge feront le déplacement.

Les Gargouilles de Gand sont arrivées deuxième à la dernière Coupe de Belgique, et tiennent la seconde place du championnat également. Les Gantois ont toujours fait partie des bonnes équipes belges et font cette année leur retour dans cette compétition, après un an d’absence ; ils auront à cœur de prouver qu’ils ont le niveau européen face à leurs adversaires des HogYork Horntails (UK), des Turicum Thunderbirds (Suisse) et METU Unicorns (Turquie). Ces derniers sont vice-champions d’Europe, la phase de groupe risque donc d’être difficile.

Du côté français, les Paris Frog, vice-champions de France actuels, avaient rencontré Anvers très tôt sur leur parcours en 2017 et n’avaient pas pu lutter contre les futurs champions ; il pourrait en être autrement cette année. Dans leur groupe, les Green Tauros Quidditch Torino (Italie), Darmstadt Athenas (Allemagne) et Aarhus Owls Quidditch (Danemark) leur promettent cependant une opposition féroce et extrêmement physique.

Lyon et Lille participent également grâce à leur troisième et quatrième places respectives à la Coupe de France. On se souvient de la phase de poule impressionnante des Crookshanks lyonnais en 2017, qui pourraient à nouveau réaliser un exploit d’autant qu’il se trouvent dans un groupe à leur portée. Les Black Snitches Lillois, en revanche, ne pourront sans doute que limiter les dégâts face aux champions britanniques, les Velociraptors, et aux champions italiens de Virtute Romana.

Qui va l’emporter ?

JPEG - 361.5 ko

Le top européen est toujours présent : 12 équipes du top 16 de l’an dernier font leur retour dans la compétition ! Et les matchs de l’EQC 2017 ont bien démontré que le niveau de jeu européen s’était égalisé. Il est donc véritablement impossible de prédire qui l’emportera : le Dodos de Anvers qui veulent conserver leur titre ? les Paris Titans et leur envie de retrouver la gloire ? les britanniques, meilleure nation du quidditch européen qui n’a toujours pas décroché de titre en club ? les Turcs ou les Norvégiens qui ne veulent plus rester dans l’ombre ? Ou les clubs allemands, qui jouent à domicile et ont vu le sport exploser dans le pays suite à la Coupe du Monde 2016 mais n’ont jamais véritablement brillé en compétition internationale ?

L’écart au niveau du top européen se ressert chaque année et la compétition promet de nombreux matches à suspens !

Le tournoi est d’autant plus important que l’Europe accueillera la prochaine Coupe du Monde des nations en juin prochain, à Florence ! Le classement final va donner le ton entre équipes européennes et servira d’indicateur aux autres nations participantes.

Rappel des règles du quidditch

Une équipe de quidditch est composée au maximum de 21 joueurs.
6 d’entre eux entament la partie ; 3 poursuiveurs, 2 batteurs et 1 gardien. À la 17e minute, le vif d’or entre en jeu, et une minute plus tard c’est au tour de l’attrapeur de chaque équipe de monter sur le terrain comme septième membre de l’équipe. Les postes sont différenciés par la couleur du bandeau porté par le joueur ; blanc pour les poursuiveurs, noir pour les batteurs, vert pour le gardien et jaune pour l’attrapeur.

Les joueurs peuvent être remplacés à tout moment et autant de fois qu’ils le veulent durant la partie, mais attention à respecter la règle des genres. À tout moment, il ne peut y avoir sur le terrain qu’un maximum de 4 joueurs du même genre, comprenant les genres non-binaires. En cas d’infraction à la règle, le capitaine de l’équipe se voit sanctionné d’un carton jaune par l’arbitre. Le quidditch force donc la mixité et se veut ouvert et respectueux de l’identité de chaque individu.

Chaque joueur sur le terrain doit courir avec un balai entre les jambes, souvent un tube de PVC. Quand il tombe de son balai, il est considéré comme hors-jeu, et ne peut plus intervenir dans l’action, toucher une balle ou bloquer un joueur. Il doit retourner à ses anneaux pour pouvoir remonter sur son balai et reprendre part au jeu.

Pour occuper les 14 joueurs sur le terrain, il n’y a pas moins de 5 balles.
Le souafle ne peut être utilisé que par les poursuiveurs et les gardiens. C’est une balle de volley légèrement dégonflée, pour permettre sa prise à une main ; il en faut bien une pour tenir le balai durant la course. Le but est de le lancer à travers l’un des trois anneaux adverses pour marquer dix points.

Le cognard ne peut être utilisé que par les batteurs. Il y en a trois sur le terrain. C’est une balle de dodge-ball. Lorsque, lancée, elle touche un adversaire, celui-ci doit descendre de son balai, lâcher toute balle dans sa main et retourner à ses anneaux. Les joueurs peuvent s’en protéger à l’aide d’une autre balle (le souafle par exemple), ou, pour les batteurs, en attrapant le cognard avant qu’il ne touche le sol.
Un batteur ne peut tenir qu’un seul cognard en main et il n’y a que deux batteurs par équipe pour trois balles ; le calcul est rapidement fait, les deux équipes ont au minimum un cognard à disposition. Une équipe ne peut donc pas se retrouver complètement démunie face à une main mise sur l’ensemble des cognards.

Enfin, le vif d’or est une balle de tennis dans une chaussette accrochée au short d’un arbitre neutre habillé en jaune, appelé porteur de vif. Sa mission est de protéger sa chaussette à tout prix contre les attrapeurs de chaque équipe qui tentent de la lui arracher. Pour ce faire, outre son agilité personnelle, il a l’avantage de ne pas avoir de balai entre les jambes et d’avoir ses deux mains libres pour se protéger. Petit à petit, des handicaps lui sont infligés (il ne peut plus quitter la ligne médiane du terrain, il doit garder une main contre son torse et ne plus l’utiliser, il ne peut plus quitter le point central du terrain,…) pour que le match s’achève. En effet, en s’emparant du vif d’or, l’attrapeur rapporte trente points à son équipe et met fin au match.

Vous pouvez également consulter le webzine de la Gazette, Brooms Up, consacré au quidditch moldu.

PS :

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez dorénavant soutenir financièrement la Gazette et ses projets sur Tipeee !


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :