Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Suis-je encore fan d’Harry Potter ?

11 octobre 2015

La question peut paraître étrange, voire risible, et pourtant c’est une interrogation qui revient de plus en plus souvent. Je ne me retrouve plus dans la définition de « fan » de Harry Potter. L’idée d’être fan de quelque chose, livre, film, ou encore groupe, est généralement associée à l’adolescence et ses passions, qui s’atténuent, voire disparaissent, avec les années. La définition de fan implique également un comportement admiratif et obsessionnel qui ne me correspond pas… ou plus autant qu’avant en tout cas.

Entendons-nous bien ; je dis cela sans aucune prétention, j’ai été une enfant puis une adolescente passionnée par la saga, j’ai voué un amour sans fin à Daniel Radcliffe, j’ai admiré J.K Rowling pour son inventivité et son talent de conteuse, j’ai tapissé les murs et le plafond de ma chambre de posters, j’ai sauté de joie lorsque j’ai enfin eu l’Ordre du Phénix entre les mains après plusieurs (trop) d’années d’attente, j’ai pleuré devant le générique des Reliques de la Mort - partie 2, ou lorsque j’ai mis les pieds pour la première fois à Orlando et au Studio Tour.

Mais avec le temps, mon rapport à la saga a évolué, il est plus critique, plus mesuré, moins passionnel. Vous me direz que c’est tout simplement parce que j’ai grandi, parce que je suis devenue adulte. Il est évident que cela a joué un rôle, que ma passion pour Harry Potter a évolué et mûri avec moi. Mais le résultat, c’est que j’ai le sentiment que le terme de « fan » ne correspond plus à la relation que je peux avoir avec la saga, et aujourd’hui, quand on me demande si je suis fan d’Harry Potter, je réponds « oui » (parce que, faute de mieux, c’est ce que je réponds) beaucoup moins spontanément qu’avant. J’ai envie de répondre que ce n’est pas « si simple ».

Aujourd’hui, j’ai l’impression que mon rapport à la saga est bien plus profond que cela. Harry Potter fait partie de ma vie depuis un peu plus de quinze ans maintenant. Et au fil des ans, de manière consciente ou non, volontaire ou non, mon quotidien a été rythmé par Harry Potter.
La découverte des livres. La relecture des livres. L’attente du tome cinq. La sortie de Harry Potter à l’école des sorciers au cinéma. L’attente du tome cinq. La quête effrénée de miettes d’informations sur internet sur les tomes à venir (Si toi aussi tu as tapé « Harry Potter et le char de la lumière verte » dans ton moteur de recherche, tape dans tes mains). La trentième relecture des livres, dissimulés dans d’autres livres plus grands, parce que mes parents me les avaient confisqués (je les relisais trop, paraît-il). La sortie de la Chambre des secrets au cinéma. La sortie, enfin, de Harry Potter et l’Ordre du Phénix en librairie… je pourrais continuer comme ça pendant longtemps.

Le fait est que, je peux associer chaque évènement potterien à un évènement de ma vie personnelle, et que Harry Potter est rapidement devenu un élément indissociable de mon quotidien, une source de réconfort dans les moments difficiles. Enfant, j’ai « joué à Harry Potter  » dans la cour de récréation avec mes amies et me suis initiée au Quidditch avec mon écharpe en guise de balai (ne refaite pas ça chez vous ! C’est bien trop dangereux, jouez plutôt au vrai quidditch). Et si j’avais déjà développé le goût de la lecture avant Harry Potter, la saga m’a en revanche donné celui de l’écriture, toujours très présent aujourd’hui. C’est également avec Harry Potter que j’ai appris à aimer l’anglais, puisque c’est le premier livre que j’ai lu dans la langue de Shakespeare. L’écriture et l’anglais étant deux éléments majeurs de mon – futur – métier, il m’est parfois difficile d’imaginer ce qu’aurait été mon parcours si je n’avais jamais ouvert un seul Harry Potter….

Sans oublier que certaines de mes plus belles amitiés sont nées grâce à Harry Potter. De manière inconsciente, et comme pour beaucoup d’autres, je pense que la saga a également eu un impact non-négligeable sur ma façon de percevoir le monde. Avec la Gazette, je baigne au quotidien dans l’univers d’Harry Potter. Autant vous dire qu’aujourd’hui, quand je prends le temps de regarder tout ce que Harry Potter m’a apporté, tout ce que j’ai vécu et tout ce que j’ai fait qui était lié de près ou de loin à la saga, je me demande quel genre de personne je serai devenue si je n’étais jamais tombée dans la marmite de la Pottermania.

Cependant, si Harry Potter fait aujourd’hui partie intégrante de moi, j’ai appris petit à petit à prendre du recul, à remettre en question certains aspects du monde magique, certaines paroles ou décisions des "officiels" de Harry Potter. Je ne considère pas les sept tomes de la saga comme "parfaits", je leur trouve un certain nombre de défauts, de lacunes, ou d’incohérences. Je ne suis pas d’accord avec ce que J.K Rowling peut dire sur la pratique de la religion dans le monde magique, avec sa décision de valider ou non des théories de fans, ou, de manière générale, avec sa façon de communiquer avec ses lecteurs via Twitter. Je suis déçue de la façon dont elle semble s’accrocher désespérément à son univers, comme si elle voulait empêcher les fans de se l’approprier, et j’accueille ses multiples "révélations" avec indifférence. Je suis complètement blasée par Pottermore qui est devenu, à mes yeux, rien de plus qu’un running-gag. Je suis encore plus exaspérée, pour ne pas dire écœurée, par le nouveau Pottermore et sa façon de faire vivoter le fandom de manière très artificielle, de jouer au site de fans, ou de faire du pseudo-sensationnalisme avec l’univers d’Harry Potter. Et si j’étais enthousiaste lors de l’annonce de la pièce de théâtre sur l’enfance de Harry, plus je lis d’articles sur le sujet (ou de tweets de J.K Rowling martelant que ce n’est pas une préquelle), plus le projet me rend dubitative... D’une certaine façon, je suis déçue par ce qu’on pourrait appeler la "nouvelle ère potterienne", dans laquelle je ne me retrouve pas.

Le sujet me passionne toujours autant, et je prendrai toujours autant plaisir à analyser l’univers, à prendre part à des débats de toutes sortes, à défendre la valeur de Hagrid de tout mon cœur, ou à passer plus de huit heures dans l’enceinte du Studio Tour. Mais cela ne semble pas coïncider avec le concept de fan ; Harry Potter n’est pas ma religion, et je suis profondément agacée par les réactions de certains fans qui n’hésiteront pas à sauter à la gorge de la première personne qui osera émettre un jugement sur J.K Rowling ou son œuvre. Apprécier une œuvre n’implique pas de devoir approuver et accepter chaque point de celle-ci sans pouvoir la remettre en question.

De plus, le terme de "fan" évoque pour moi une passion comme on peut en avoir de nombreuses autres, il ne permet pas de retranscrire ce sentiment de lien profond et pérenne que je peux ressentir avec Harry Potter. Par exemple, je pourrais dire que je suis fan d’une autre saga littéraire bien connue, Le Trône de Fer, mais l’impact de ces livres sur moi n’est absolument pas comparable avec celui de Harry Potter . Et pourtant, aujourd’hui, je ne dirais pas que Harry Potter est mon livre préféré. C’est sans aucun doute celui qui m’a le plus marqué, mais d’un point de vue purement littéraire, j’ai trouvé mieux !

Je n’ai pas de terme qui pourrait correspondre à cette génération de lecteurs de Harry Potter qui ont grandi avec la saga, et pour qui l’œuvre garde une grande valeur sentimentale, sans pour autant se retrouver dans ce schéma d’admiration éperdue de la saga ou de son auteur, parfois en dépit du bon sens. Finalement, aujourd’hui, je pense que ne suis plus réellement "fan" d’Harry Potter en tant que tel. Les livres garderont à jamais une place très importante dans mon cœur, mais si j’y reste profondément attachée, c’est moins en raison de l’œuvre elle-même que pour tous les souvenirs qui y sont liés, toutes les choses qu’elle m’a apportées et que je lui dois, et qui constituent ma vie aujourd’hui.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :