Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Retour sur le procès de Voldemort à Science Po

25 avril 2018

Après celui de Rogue en octobre dernier organisé par la Sorbonne, un nouveau faux-procès potterien s’est tenu à Paris, cette fois organisée par Sciences Po.

JPEG - 18 ko

Le procès de Tom Elvis Jedusor, alias Lord Voldemort ou encore le Seigneur des Ténèbres, s’est tenu le 13 mars dernier dans l’enceinte de la célèbre école moldue Science Po. Ce procès était organisé par trois associations étudiantes Sciences Potter, Révolte-toi Sciences Po et la Fédération Francophone de Débat, et n’était ouvert qu’aux personnes internes à l’école.

En guise d’introduction, le président du Magenmagot a expliqué qu’un retourneur de temps s’était brisé lors d’un accident au Département des Mystères, entraînant le retour du Seigneur des Ténèbres. Fort heureusement, il a rapidement été neutralisé par des aurors et le monde sorcier a ainsi enfin l’opportunité de le juger.

Les jurés ont ensuite été présentés et invités à prendre place dans l’amphithéâtre. Le jury était composé de spécialistes du droit, des professeurs, mais aussi de Youtubeurs dont le réalisateur de la web-série Warren Flamel et de Pantalaemon !

JPEG - 27.4 ko

Les différents chefs d’accusation qui pèsent sur Lord Voldemort sont nombreux, comme nous le rappelle le Président :
- Génocide, crime contre l’humanité et la communauté magique
- Crime et torture en bande organisée
- Assassinats et tentatives d’assassinats
- Acte de terrorisme et tentative de déstabilisation du ministère de la Magie
- Atteinte à la sûreté du Ministère de la Magie et du Royaume-Uni
- Corruption du ministère de la Magie
- Utilisation illégale de la magie noire et de sortilèges impardonnables
- Vol et destruction du patrimoine magique
- Corruption, abus de faiblesse et détournement de mineurs
- Atteinte à l’indisponibilité du corps humain
- Possession illégale d’animaux magiques

L’accusation était assurée par trois avocats : Harry Potter, Ginny Weasley, et Maître Bibal, avec comme témoins respectifs le Professeur McGonagall et Kingsley Shacklebolt. Quant à la défense, elle était assurée par Narcissa Malefoy, Bellatrix Lestrange, et Maître Perez, avec comme témoins respectifs Drago Malefoy et Dolores Ombrage.

Dans les plaidoiries, on note souvent une touche d’humour qui cherche à faire réagir le public ; des allitérations, assonances et jeux de mots à n’en plus finir qui, tantôt impressionnent, tantôt affaiblissent le propos.

JPEG - 19.5 ko

Lorsqu’Harry prend la parole, il déclare ainsi : “Veuillez imaginer la souffrance des victimes, leur dernière vision fut une baguette et un chauve !” De son côté, Ginny accuse Lord Voldemort de “détournement de mineurs” pour avoir manipulé Drago, Crabbe et Goyle, ainsi qu’elle-même dans la chambre des secrets et se fend de plusieurs références à l’actualité : “Je vous invite pour cela à réagir avec le hashtag ’balance ton serpent’”, “Vous Narcissa, vous avez hébergé Lord Voldemort des mois durant … On vous a demandé de rendre service, alors vous avez rendu service c’est cela ?

JPEG - 57.1 ko

Même Maître Bibal, qui conclut les accusations contre Lord Voldemort, se fend d’un commentaire concernant le 8ème Horcruxe de Voldemort : “la répression pénale telle que nous devons la concevoir est-elle même pénétrée d’un 8e horcruxe. (Lève le code pénal). Vol de mort, Vol de mort, atteinte à l’intégrité d’un cadavre, vol de mort, article 225 tiret 17 du code pénal ! (…) Le vol de mort est inscrit dans notre code pénal et est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000€ d’amende”.

Alors que l’accusation s’est concentrée sur différents crimes, la défense joue la carte de l’enfance difficile et de l’instabilité. Narcissa Malefoy met ainsi en avant les différents signes de détresse lancés par Voldemort, jamais perçus par les personnes qui l’entouraient - la kleptomanie, la vocation à humilier ses professeurs ou encore sa longue spirale d’autodestruction - et joue sur le son “nez”. Drago Malefoy, lui, se lance dans une tirade sans équivoque mais qui pourrait laisser perplexe : “je veux le voir acquitté, vous l’acquittez et il est quitte avec vous quitte à ce qu’il quitte ce procès en toute équité”.

JPEG - 55.7 ko

Quant à Bellatrix et son témoin, Ombrage, elles insistent sur le fait que la place de Voldemort est à Ste Mangouste et pas à Azkaban. On notera que l’interprète de Bellatrix se perd un peu dans le rôle, là où la plupart des intervenants étaient parvenus, jusqu’à présent, à trouver un équilibre plus juste entre argumentaire et jeu.

Maître Perez, qui clôt le procès, tente une dernière pirouette - “N’oublions pas, que nous jugeons un ANGLAIS ! Mais que certains procureurs croyant faire un bon mot, ose lui imposer le code civil de Napoléon … à un ANGLAIS !” et s’indigne de voir un avocat qui se porte partie-civile en la personne de Harry Potter - avant que Voldemort lui-même prenne la parole dans un discours tout en persSSSSSsifflages et se comparant à Albus Dumbledore.

JPEG - 19.6 ko

Au final, le jury présente un verdict de culpabilité à l’encontre de Voldemort ; convaincu par l’homogénéité de l’accusation, même si le projet génocidaire de Lord Voldemort est un peu trop passé sous silence, face aux arguments trop dispersés de la défense qui, tantôt a reconnu les crimes mais cherchait à les excuser, tantôt voulait en minimiser la nature. C’est pourtant Bellatrix Lestrange et Drago Malefoy qui remportent les prix des meilleurs orateurs.

Dans l’ensemble, on a constaté des plaidoyers bien plus équilibrés et comparables que lors du procès de Rogue. Les orateurs étaient de qualité, chacun dans un style différent et jouant, qui sur l’actualité, qui sur les blagues du fandom, mais formaient un ensemble cohérent. L’initiative est une belle réussite.

L’auditoire avait été décoré pour l’occasion, avec juste ce qu’il fallait pour contribuer à l’atmosphère sans transformer le débat en pièce de théâtre grand-guignolesque, mais on se demande ce que ce genre d’initiative pourrait donner sans le côté “jeu de rôle”. Bien que le but soit d’exercer l’art du débat dans un cadre moins rigoureux qu’en discutant un problème de société, peut-être le sujet suffit-il en lui-même en terme de légèreté pour que les intervenants n’aient pas besoin de se glisser dans la peau de personnages fictifs ?

Il est néanmoins positif de voir ce genre d’événement se produire en France, après des procès aux USA et au Canada et nous avons hâte de voir d’autres fans reproduire l’expérience à leur sauce, peut-être avec des personnages moins attendus que Rogue et Voldemort !

Vous trouverez l’intégralité du procès en vidéo ICI et toutes les photos de l’événement ICI, sur la page de Sciences Potter. Les illustrations de cet article en sont tirées.

Merci à Sciences Potter et Revolte-toi Sorbonne de nous avoir invités à contribuer à cette occasion.

PS :

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez dorénavant soutenir financièrement la Gazette et ses projets sur Tipeee !


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :