Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Retour sur le procès de Rogue à la Sorbonne

21 octobre 2017

Le 11 octobre dernier, les associations étudiantes Revolte-toi Sorbonne et l’AsEED de l’université de la Sorbonne organisaient le procès de Severus Rogue. Compte-rendu de l’événement.

En ce 11 octobre, la communauté magique était en émoi : l’ancien mangemort, directeur de Poudlard, professeur de potions et de Défense contre les forces du mal, Severus Rogue, était enfin jugé pour ses actes.

JPEG - 167.6 ko

Le procès, annoncé quelques semaines auparavant, s’est tenu dans l’amphithéâtre Richelieu de l’Université moldue de La Sorbonne, devant 600 chanceux ayant obtenu leur accréditation au prix d’un sortilège de rafraîchissement de page acharné. En effet, les tickets se sont arrachés en moins de 4 minutes lors de chaque vague de mise en disponibilité.

Après une introduction au piano et vidéo resituant le contexte du procès pour expliquer que Rogue avait en vérité survécu à la Bataille de Poudlard, la séance a pu être ouverte avec la présentation du jury et des participants.

JPEG - 84.2 ko

Revolte-toi Sorbonne et l’AsEED avaient mis les petits plats dans les grands pour l’événement, avec un jury composé notamment du Professeur François Guy Trébulle, Directeur de l’École de Droit de la Sorbonne ; Maître David Gabriel, avocat aux Barreaux de Paris, du Québec et bientôt de Bruxelles ; de votre dévoué Pantalaemon ; et d’une personne tirée au sort dans le public.

À l’accusation, on retrouvait un procureur "Weasley", Neville Londubat, et un avocat qui s’est présenté comme celui de Hagrid, s’étant porté parti civile. La défense était assurée par deux avocats, l’accusé en personne, et... Albus Dumbledore, l’une de ses victimes !

JPEG - 60.8 ko

C’est là l’un des regrets de ce procès. En effet, Rogue était appelé à comparaître pour répondre des chefs d’accusations suivants : meurtre de Albus Dumbledore et complicité de meurtre dans l’assassinat de James et Lily Potter et la tentative d’assassinat de Harry Potter. Comment prendre l’accusation au sérieux avec Dumbledore pour témoigner à la barre ? Il aurait été tout aussi cohérent de faire appel à Harry lui-même, qui aurait sans aucun doute défendu Rogue (aussi incohérent que cela puisse paraître à certain, ceci respecterait les livres).

JPEG - 73.1 ko

Durant leurs plaidoiries, les témoins et avocats de l’accusation se sont attaqués à la personne même de Rogue : le procureur a souligné, entre autre, l’invention et l’usage du sortilège Sectumsempra ; un Neville dépourvu de toute la confiance acquise lors de la résistance à Poudlard est revenu sur la torture infligée pendant les cours de potion ; l’avocat de Hagrid a lourdement insisté sur la peine et la souffrance subies par son client à la mort du professeur Dumbledore... rien qui prouve la culpabilité du professeur de potions dans les crimes dont il était accusé.

En face, la défense a construit un argumentaire parfois dépourvu de fondement tangible, mais néanmoins approprié : c’est ainsi que l’un des avocats s’est permis d’inventer un article de loi magique autorisant l’euthanasie de tout sorcier affecté par un maléfice de 4ème degré, comme c’était le cas d’Albus Dumbledore. Bien sûr, une telle loi n’est jamais mentionnée dans les livres, mais elle sert parfaitement le propos et, aucune orateur n’ayant mentionné de telle loi au préalable, l’argument était parfaitement valide.

JPEG - 71.5 ko

Alors que le procureur avait souligné le fait que le seul usage du sortilège impardonnable, Avada Kedavra, était passible d’une peine d’emprisonnement, aucun avocat ou témoin de l’accusation ne s’est appuyé sur ce fait par la suite. De même, si la complicité de meurtre pour Lily et James fut adressée par la défense comme infondée (Rogue n’avait aucunement démontré la volonté de voir Lily mourir, et ne semblait pas penser qu’elle serait assassinée, éléments indispensables pour l’accuser de complicité), personne, pas même l’accusation, ne s’est penché sur la complicité dans la tentative d’assassinat de Harry Potter.

Ces approches diamétralement opposées ont conduit au verdict logique de l’acquittement, puisque la culpabilité n’a aucunement été démontrée. On en vient à se demander si les personnes assignées à l’accusation étaient réellement convaincues de la cause.

Certains ont regretté le côté trop fantaisiste des témoins, qui ne représentaient d’ailleurs leur personnage que par le nom (un Neville timide et hésitant ; un Dumbledore vindicatif, loin d’être posé... plus Michael Gambon que Richard Harris, dirons-nous ; un avocat de Hagrid dépeignant un pleurnichard incapable d’agir par lui-même). Des consignes plus claires en la matière auprès des participants pourraient sans doute rendre l’expérience plus équilibrée à l’avenir, afin que tout un camps ne sombre pas dans le jeu de rôle tandis que l’autre argumente posément.

JPEG - 120.3 ko
JPEG - 71.1 ko
JPEG - 79.1 ko

Ceci ne veut pas dire que les argumentaires manquaient d’idées ; certaines piques et jeux de mots étaient bien amenées et visaient juste. Les orateurs étaient de qualité, chacun dans leur genre. Le cadre était idéal pour ce genre d’événement (même s’il a rendu l’accès difficile aux derniers spectateurs à chercher une place) tandis que le cérémoniel et la mise en scène étaient bien pensés par les organisateurs. Il est par ailleurs positif de voir ce genre d’initiative arriver en France, après des procès aux USA et au Canada.
Nous sommes maintenant curieux de voir d’autres fans reproduire l’expérience à leur sauce.

Vous trouverez plus de photos de l’événement ICI, sur la page de Révolte-toi La Sorbonne. Les illustrations de cet article en sont tirées.

Merci à Revolte-toi Sorbonne et l’AsEED de nous avoir invités à contribuer à cette occasion.

PS :

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez dorénavant soutenir financièrement la Gazette et ses projets sur Tipeee !


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :