Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Questions-réponses avec Alfred Enoch

11 avril 2017

Lors de la convention Welcome to the Magic School III, dont vous pouvez retrouver notre compte-rendu ICI, les fans ont eu l’occasion d’adresser leurs questions aux différents acteurs présents.

- Retrouvez aussi le panel de Josh Herdman ICI.
- Retrouvez aussi le panel de Devon Murray ICI.

JPEG - 68.2 ko

Alfred Enoch (Dean Thomas)

Q : Quelle scène avez-vous préféré jouer ?

R : C’est difficile de répondre pour plusieurs raisons... D’abord, parce qu’il y en a eu plein, et aussi parce que j’ai une très mauvaise mémoire ! Hier j’ai dîné avec Devon, et il me racontait des anecdotes que j’avais complètement oubliées ! Mais je vais essayer de vous donner une réponse intéressante. Récemment, j’étais dans un avion, et le passager à côté de moi regardait le premier film de Harry Potter, et je ne l’ai pas vu depuis l’avant-première. Alors j’ai regardé par dessus son épaule, et je me suis souvenu de quelque chose : c’était le bout où ils arrivent tous en barque à Poudlard pour la première fois, et je me suis souvenu de ce jour. Ils avaient construit une immense tente dans le studio, ils avaient mis les barques, les avaient attachées à des cordes et des buggies les tiraient. Et on a passé la journée assis dedans, à faire les idiots. C’était au tout début, c’était très drôle ! Ça m’est revenu alors que je regardais cette scène, et je me suis dit : c’était une chouette journée ! Je ne peux pas vous donner une réponse absolue quant à la scène la plus drôle à jouer, parce qu’on a passé plein de bons moments, mais c’est celle pour laquelle je vais opter.

Q : Si Poudlard existait vraiment, quelle aurait été votre maison ?

PNG - 106.3 ko

R : Je pense que j’aurais été à Gryffondor. J’ai une certaine légitimité à dire ça : j’ai fait le test sur Pottermore, car certains de mes amis l’ont fait. Je leur disais que je serais un Gryffondor, et ça les a agacés, parce que je l’ai dit en étant très sûr de moi et ils ont dit : "Et comment tu sais ça ?" et j’ai répondu : "Je le sais, c’est tout." Et ils ont dit "Très bien, tu n’as qu’à faire le test !"... Et je l’ai fait et j’ai eu raison ! Ça m’a donné de la légitimité.

Q : Quelle est la différence entre jouer dans un film et jouer dans une série ?

R : Ce sont deux manières différentes de travailler. C’est aussi une expérience différente pour moi, parce que sur la série sur laquelle je travaille actuellement [NdlR : How To Get Away With Murder], j’ai beaucoup plus à faire que quand j’étais sur le tournage de Harry Potter. Mais sinon, on peut dire que tout va plus vite dans une série. Il y a moins de temps : nous tournons un épisode en dix jours - ils font 43 minutes - et... combien de temps dure un film Harry Potter ? Presque trois heures. Et cela nous prenait presque un an à tourner. Pour le premier film, j’ai travaillé soixante jours et, vous l’avez tous vu, je ne suis pas dans tout le film ! J’ai dit à mon père que j’avais travaillé soixante jours sur le film et il m’a répondu "Soixante jours ! Autrefois on tournait un film entier en autant de temps !" À la télévision c’est donc beaucoup plus rapide.
Il y a autre chose que j’ai vécu à travers Harry Potter, qu’on n’a généralement pas dans les films, c’est l’évolution du personnage : l’histoire va plus loin que la première histoire. Et c’était un peu une nouveauté pour moi quand j’ai commencé à travailler sur la série.
Pour ce qui est des répétitions... En fait tout est affecté par le fait qu’on a moins de temps. On ne répète pas les scènes comme on pourrait le faire au théâtre. Dans un film on le fait, si on a le temps, l’argent et un réalisateur qui a envie de travailler de cette manière. Dans une série, ça peut être plus compliqué : on peut recevoir le script deux jours avant de tourner la scène, et travailler durant ces deux jours... Du coup il faut se débrouiller pour l’apprendre, le préparer, et arriver le jour du tournage, où on a un temps limité pour que ça fonctionne. C’est un vrai défi.

Q : Avec votre rôle dans How to Get Away With Murder, pensez-vous un jour être capable de commettre le crime parfait ?

JPEG - 194.8 ko

R : Je ne crois pas que mon personnage a réussi ! Donc je ne peux pas suivre son exemple ! Vous ne devriez pas croire tout ce que vous voyez à la télé... donc je dirais non ! Il y a d’autres endroits qui seront bien meilleurs pour apprendre ceci, si vous êtes intéressé ! Moi je ne suis pas intéressé ! Je n’ai jamais rien fait de mal, je suis très bien éduqué !

Q : Si vous pouviez jouer un personnage tous univers confondus, lequel serait-ce ?

R : Il y a vraiment énormément de rôles que j’aimerais jouer... J’aimerais jouer - entre autres - Don Quichotte. Ce serait un rôle très amusant ! Hmm, quoi d’autre ? Shakespeare : il y a de nombreux rôles shakespeariens que j’aimerais jouer un jour. Henry VI, par exemple, c’est un bon rôle. Il y en a plein d’autres... Tout le monde veut jouer Hamlet, et j’aimerais aussi jouer Hamlet.

Q : Dans Harry Potter 7 Partie 2, Voldemort fait un câlin à Malefoy, et Dean a un sourire gêné. Est-ce qu’il était vraiment gêné ou est-ce que c’était juste une impression ?

R : Je ne sais pas du tout ! Je ne me souviens pas... Je souriais vous dites ? En tout cas je n’essayais pas de jouer la joie ! Ça n’était pas une scène vraiment joyeuse ! Je ne sais pas, parfois on fait des choix d’acteur, on essaie de jouer quelque chose, et ça ne rend pas très bien. Ça devait être le cas ici !

Q : Dans quel film Harry Potter avez-vous préféré jouer ?

R : C’est une question difficile ! C’est difficile, sur une période de dix ans de films, d’arriver à déterminer lequel était le meilleur ou le plus drôle. Pour être honnête, si je vous donnais une réponse, ce serait un peu mentir !
Le premier avait quelque chose de vraiment chouette, parce que c’était le début. C’était nouveau et excitant !

Q : Si vous pouviez jouer un autre personnage dans Harry Potter, lequel serait-ce ?

R : Je pense que Rogue est le meilleur ! C’est mon prof préféré ! C’est un personnage tellement formidable. Son histoire dans le dernier film est tellement bonne. Je pense que c’est l’histoire personnelle la plus intéressante.

Q : Êtes-vous aussi ami avec Devon que Dean l’est avec Seamus ?

R : Après la soirée d’hier [1], oui ! C’est ce qu’il y a de formidable avec ce genre de choses [NdlR : les conventions], ça fait tellement longtemps que le dernier film est sorti, et voir que ça émeut encore autant de monde... Et faire partie de ça, c’est incroyable. Et l’autre bonne chose c’est que ça nous permet de rester en contact. On ne s’était pas vus depuis longtemps avec Devon, alors c’était chouette de pouvoir se retrouver... Et avec les autres aussi !

Q : Si à la fin de Harry Potter, Dean et Seamus avait fini ensemble, qu’en auriez-vous pensé ?

R : J’adore ! [NdlR : la question lui avait déjà été posée à plusieurs reprises ; il semblait moins à l’aise les premières fois]. Ce serait une bonne histoire !

Q : Quel est votre meilleur souvenir du tournage ?

JPEG - 231.3 ko

R : C’est toujours une question difficile... C’est dur, parce que tant de choses se sont passées en dix ans, que c’est compliqué de choisir un moment et dire que c’était le meilleur. Parfois je repense à ce moment : on était dans la Grande Salle - comme à peu près dans tout le film ! - il y avait moi, Freddie Stroma qui joue Cormac McLaggen, et Rob Knox, qui joue Marcus Belby, nous étions assis à table. Il faut bien comprendre qu’un tournage de Harry Potter prend du temps. Donc parfois on s’ennuyait... Et on s’amusait en improvisant avec la nourriture. On passait les plats dans un sens et dans l’autre... C’est bête, mais on s’est bien amusés et c’est un vrai bon souvenir. C’est ce genre de chose qui n’a rien de spectaculaire, mais on passe du temps ensemble, tout le monde fait l’idiot...

Q : En tournant Harry Potter, avez-vous eu tendance à ressembler de plus en plus à Dean ?

R : Non, pas vraiment. Le tournage et le reste de ma vie étaient deux choses très différentes. J’allais à l’école, j’allais à l’université... Et à côté j’avais cette vie étrange où je faisais partie de ces films. Ce n’était pas deux choses qui se confondaient.

Q : Devon [Murray] disait que vous aviez dû prendre des cours de danse pendant huit semaines avant de tourner le bal de Noël. Vous avez aimé danser ? Êtes-vous bon danseur ? Qui était le meilleur danseur ?

R : J’étais probablement assez mauvais ! L’école à laquelle j’allais était assez stricte, et ils n’aimaient pas que je sois trop souvent absent pour les tournages. Alors je n’y allais que quand c’était absolument nécessaire... alors je pense que j’ai raté beaucoup des cours de danse. Du coup je n’étais absolument pas prêt pour cette scène de danse et j’étais probablement vraiment mauvais et très gênant !

[Cri dans la foule : on veut une démonstration !]

Oh non, je ne vous imposerais pas ça ! Vous méritez mieux ! Sean [Biggerstaff] est un bon danseur en revanche !

Q : Dans How To Get Away With Murder, vous avez un excellent accent américain. Quel est votre secret ?

R : Merci ! Le secret, c’est que je parle toujours avec cet accent ! Là, c’est un des rares moments où je ne parle pas avec. Tout à l’heure, je parlais avec certains d’entre vous, et je le faisais avec mon accent américain. Je le fais la plupart du temps.
Mais c’est comme tout, de l’entraînement. C’est un peu comme apprendre une nouvelle langue. Plus je l’utilise plus je suis à l’aise avec et plus ça devient familier et habituel. Quand je filme, c’est immersif donc je le garde tout le temps, même quand je parle avec ma famille. Donc oui, c’est vraiment l’entraînement.

Q : Est-ce que c’est plus sympa de tourner dans une série ou dans un film ? Est-ce que l’ambiance est différente ? Le fait que la saga Harry Potter ait duré dix ans fait une différence ?

JPEG - 97.3 ko

R : Oui, Harry Potter a duré dix ans, on a tous grandi ensemble, donc ça fait beaucoup de choses. Néanmoins, j’ai eu beaucoup moins de travail dessus que je n’en ai eu pour How To Get Away With Murder, On tourne pendant environ sept mois par saison et pour la première saison j’étais là pour à peu près tous les jours de tournage, ce qui n’était pas le cas pour Harry Potter. Donc pour les deux nous étions des groupes très unis, mais de manière différente.
C’est ce qui arrive parfois quand on est acteur. Si on fait une pièce, ou une série, ou un film, la nature même du travail fait qu’on est proche des gens. Ça arrive même quand on joue avec quelqu’un pour juste deux mois. J’ai des amis de l’université avec qui j’ai fait des pièces pendant deux mois - six semaines de répétitions, deux semaines de représentations - on devient très proches. Et c’est d’autant plus fort si on le fait tous les jours pendant sept mois, ou soixante jours par an pendant dix ans. Les deux sont des expériences qui sont exceptionnelles à avoir, pas juste pour soi-même mais aussi grâce aux gens qu’on rencontre. À chaque fois qu’on est réunis, on a une impressions de retrouvailles... C’est juste que quand on passe beaucoup de temps avec des gens, on finit par être proche d’eux.

Q : Avec quel acteur ou actrice aimerais-tu jouer ?

R : Énormément de gens ! Dès que je vois quelqu’un dont j’aime le travail, que je le trouve intéressant... Je veux m’exposer à autant de choses que je peux en tant qu’acteur, donc c’est une longue liste. Plus que quiconque, probablement mon père. Sincèrement. Mon père est un acteur [2]. Mais il vient d’avoir 92 ans et il ne tourne ni ne joue plus vraiment ! Il fait quelques audiobooks, mais il n’a plus vraiment envie de travailler. Mais si un jour il avait envie de tourner à nouveau, et si quelqu’un voulait nous caster tous les deux, j’aimerais énormément, ce serait quelque chose de vraiment spécial, parce que c’est lui qui m’a amené au métier d’acteur.

Q : Beaucoup de gens "shippent" [3] Dean et Seamus. Est-ce que tu les "shippes" aussi ou tu les imagines juste amis ?

R : C’est un peu étrange. Je n’y avais jamais pensé avant, pour être honnête ! C’est un concept un peu nouveau pour moi, les "shippings". Écoutez... pourquoi pas ! Je n’ai pas de désir absolu qu’ils soient l’un ou l’autre ! Parce que tout est valide. Je trouve que c’est une des bonnes choses de ce concept, le fait que les gens puissent rajouter leur point de vue à l’histoire, qu’ils puissent s’investir. Ils se disent "maintenant qu’on a vu ça, comment ça va être ?" C’est une bonne chose pour l’histoire, pour une pièce, un film, un livre, peu importe... En tant que public, ça encourage à s’engager, à interagir. Et si ça implique d’avoir des gens qui disent "et si Dean et Seamus étaient ensemble ?", alors fantastique !
Et moi je ne penche pas spécialement dans un sens ou dans l’autre... Mais je pense que ça serait bien en fait. C’est important quand on voit dans la littérature ou les histoires des choses qui reflètent la réalité. Et je pense que dans la littérature il n’y a pas assez de relations gays. Et si ça en fait une de plus, alors tant mieux !

Q : On voudrait une explication quant au dernier épisode [4] de How To Get Away With Murder !

R : On ne peut pas en parler, il y a des spoilers ! Je ne peux pas vraiment... Okay, je vais essayer d’expliquer sans spoiler... Je pense que ce qui est important, aussi bien dans une série télé, dans un film... Ce qui se passe dedans sert l’histoire. C’était l’idée, et ainsi, c’est une bonne chose. Si un événement permet de faire avancer l’histoire, alors il faut que ça se passe. Ça fait partie de l’histoire, même si c’est difficile... Mais tout ne peut pas toujours être facile ! Il faut des bonnes choses et des choses tristes qui arrivent pour créer l’aspect dramatique !

JPEG - 57.8 ko

Retrouvez notre album photo de la convention ICI.



[1Soirée passée avec Devon Murray la veille, comme mentionné dans la première question.

[2Willliam Russell ; page IMdB.

[3"shipper" (provenant de l’anglais to ship) signifie imaginer en couple.

[4Saison 3, épisode 9.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :