Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Prise de parole de Melissa Anelli contre le cyber-harcèlement

26 octobre 2014

L’actualité d’acteurs du Potterverse croise parfois certains problèmes de société, ce qui nous permet d’en parler avec vous. C’était notamment le cas de la campagne He for She lancée par Emma Watson. Aujourd’hui, nous nous intéressons à la prise de parole de Melissa Anelli contre le cyber-harcèlement dont elle a été victime ces dernières années.

Melissa qui ?

JPEG - 380.1 ko

Si vous êtes fan d’Harry Potter, vous avez peut-être déjà entendu parler de Melissa Anelli. Si ce nom ne vous dit rien, vous connaissez sûrement le site américain The Leaky Cauldron, les conventions de fans LeakyCon et GeekyCon, le podcast "Pottercast" ou encore le livre Harry : A History, préfacé par J.K. Rowling herself. C’est Melissa Anelli qui a été depuis 2001 au cœur de toutes ces initiatives.

Grâce à ses nombreuses activités liées au Potterverse et à sa forte présence sur le net et les réseaux sociaux, Melissa Anelli a gagné une vraie notoriété dans le cercle des fans de Harry. Plusieurs fois invitée à l’occasion de conventions, citée par J.K. Rowling sur son site web, Melissa a malheureusement dû se rendre compte qu’Internet est un outil de communication à double tranchant.

C’est via son tumblr personnel que Melissa Anelli s’est exprimée récemment à plusieurs reprises sur des événements de cyber-harcèlement dont elle est victime, et qui se sont étalés sur plus de six ans.

Que s’est-il passé ?

Tout a commencé en juillet 2008. Le site de fans américain The Leaky Cauldron (nom anglais du Chaudron Baveur) proposait à ses lecteurs un espace de discussion appelé LeakyLounge. Cette section du site était modérée par certains membres du staff du Leaky Cauldron, afin de veiller au respect des règles établies : courtoisie, niveau de langage, etc.

A l’occasion d’une discussion sur Emma Watson, une fan néo-zélandaise nommée Jessica Elizabeth Parker a commencé à poster des commentaires haineux et menaçants à l’encontre de l’actrice.Les modérateurs lui ont rapidement demandé de calmer ses propos. La conversation a malheureusement dégénéré et  [1] Jessica Parker s’en est donc prise aux membres du site The Leaky Cauldron, proférant une nouvelle fois des menaces.

Le soir-même, Melissa Anelli faisait parvenir un email à Jessica Parker afin de l’informer qu’elle serait bannie du site au vu de ses propos haineux. Hélas, la réponse reçue par Melissa Anelli le lendemain était une menace de mort de la part de Jessica Parker à son encontre. Le jour-même, Melissa se rend à la police, en vain : pour que quoi que ce soit puisse être entrepris contre Jessica Parker, il faudrait que la menace provienne de l’état de New York… alors que Jessica réside à des milliers de kilomètres, en Nouvelle-Zélande.

Sans rien pour stopper Jessica Parker, les menaces et messages haineux ont très rapidement augmenté et sont devenus de plus en plus graphiques et violents. Désespérée, Melissa se tourne alors vers le FBI. Cette fois-ci, les réponses qui lui sont données sont beaucoup plus positives : hors de question de laisser quelqu’un recevoir 3 à 5 menaces de viol et de mort par semaine sans rien faire, peu importe la distance.

Après des mois de procédure, Jessica Parker est mise en examen en Nouvelle-Zélande en 2011 pour harcèlement criminel. De plus, il lui est désormais interdit de contacter Melissa Anelli de quelque manière que ce soit, mais aussi d’utiliser Internet. Malheureusement la sanction est limitée dans le temps, et un jour après qu’elle soit levée, Mélissa découvre une nouvelle menace de mort dans sa boîte mail. Les messages se multiplient, et sont également envoyés à des proches de Melissa Anelli, amis et famille. L’intensité des menaces augmente, et Jessica Parker utilise des informations liées à l’emploi du temps de Melissa, citant des heures et des lieux dans lesquels Melissa est censée se rendre (notamment pour des conventions) afin que ses menaces soient plus crédibles. Melissa apprend également que Jessica Parker s’est rendue récemment dans l’état de New York. Bien qu’elles ne se soient pas croisées, il est peu probable que la destination du séjour de Jessica Parker ait été choisie au hasard.

Décidée à ne pas en rester là, Melissa se tourne une nouvelle fois vers le FBI. Après une nouvelle procédure, il est désormais interdit à Jessica Parker de pénétrer sur le territoire américain. Ceci n’a malheureusement pas arrêté ce cas extrême de cyber-harcèlement, poussant Melissa Anelli à se retirer progressivement de certaines activités en ligne pour se protéger. Très affectée par cette affaire, Melissa Anelli a décidé de prendre parole de manière publique afin de s’exprimer sur ce problème dont elle n’est pas la seule victime.

D’après Melissa Anelli, bien que des milliers de kilomètres les séparent et qu’une grande partie du harcèlement se déroule en ligne, rien n’empêche le sentiment de peur à chaque fois que quelqu’un sonne à votre porte sans que vous n’attendiez de visiteur.

Pourquoi ça nous touche

On considère aujourd’hui que 12,5 % des adolescents sont victimes à un moment ou à un autre de cyber-harcèlement. Avec le développement très rapide des nouvelles technologies et des réseaux sociaux, nous sommes tous devenus plus exposés et plus facilement atteignables, bien que virtuellement.

On parle de cyber-harcèlement dès qu’une personne vous contacte via Internet, les réseaux sociaux, ou de n’importe quelle autre manière virtuelle (appels ou messages téléphoniques), et vous envoie des messages intimidants, parfois menaçants.

Dans certains cas, le cyber-harcèlement est un événement passager et s’arrête tout seul. Dans d’autres cas comme celui de Melissa Anelli, le harcèlement dure pendant plusieurs mois voire plusieurs années et l’intensité des messages escalade. Dans d’autres situations encore, les événements se finissent de manière tragique. C’est notamment le cas de l’américaine Megan Meier qui s’est suicidée en 2006 à l’âge de 13 ans, de l’américain Tyler Clementi qui a mis fin à ses jours en 2010 à 18 ans, ou encore de la canadienne Amanda Todd qui s’est suicidée à l’âge de 15 ans en 2013.

Bien que le cas de Melissa Anelli soit particulièrement intense, personne n’est assuré d’être à l’abri du cyber-harcèlement. Entre 13 et 16 ans, pas moins de 40 % des jeunes sont la cible de messages haineux ou à caractère menaçant. Internet et les nouvelles technologies sont des outils utilisés par un public de plus en plus jeune, mais également de plus en plus fragile.

Ressources en cas de cyber-harcèlement

Si vous êtes victime de cyber-harcèlement, ou si vous connaissez quelqu’un dans cette situation, il existe plusieurs ressources afin de régler ces problèmes.

Il faut tout d’abord savoir qu’Internet n’est pas un espace physique et que les lois d’un pays ne s’appliquent pas toujours à ce qui se déroule sur les sites web. Bien que beaucoup de sites Internet possèdent des règlements, il n’existe pas tout le temps de réelles sanctions applicables si des règles sont brisées, autres qu’un simple bannissement.

Cependant, n’hésitez pas à signaler le cyber-harcèlement aux sites Internet sur lesquels il se produit, que vous en soyez victime ou témoin. Beaucoup de règlements bannissent ces actions, et permettent de suspendre le compte du cyber-harceleur. De plus, ne taisez pas les messages et menaces qui vous sont transmis. Parlez-en autour de vous, autant que vous pouvez, à des personnes de confiance. En revanche, ne répondez jamais aux messages de votre harceleur. De plus en plus de sites vous offrent la possibilité de bloquer certaines personnes. Enfin, documentez tout ce que votre cyber-harceleur vous envoie. Faites des captures d’écran, sauvegardez les messages et gardez leurs dates d’envoi. Ce seront des éléments importants si des sanctions doivent être prises.

Les réflexions avancent au sujet du cyber-harcèlement dans plusieurs pays. En France, des dispositifs ont été mis en place afin de prévenir le cyber-harcèlement dans le monde de l’école. C’est notamment le cas de l’organisation e-Enfance. Malheureusement il faut souvent qu’un événement tragique se produise afin d’éclairer notre société sur un sujet sensible et que des dispositifs légaux soient mis en place. Nous ne pouvons qu’espérer que la prise de parole de Melissa Anelli qui trouve ici un écho contribuera à faire connaître au plus grand nombre de personnes possible ce problème de société actuel.



[1ERRATUM : Melissa Anelli nous informe qu’il n’a jamais été question de menaces à l’encontre de Emma Watson, c’est une erreur répandue par la presse. J.E. Parker avait en réalité exigé qu’un membre du staff lise sa fanfiction écrite au sujet de Melissa (qui ignorait que le texte était à son sujet) et qu’elle ne répondrait qu’à Melissa elle-même. La webmaster lui a donc envoyé un message lui demandant de cesser de s’en prendre aux modérateurs, avec copie à l’ensemble de l’équipe du site, et c’est là que les menaces de mort ont commencé.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :